A que coucou mon ami.e !

Je t’accueille chaleureusement aujourd’hui pour te partager une de mes dernières grandes et très sérieuses constatations 😊

Pour ce qui est de mes clientes, je remarque que la décision d’écologiser leur salle de bain tombe rarement comme ça, de nulle part – en mode big cheveu sur la soupe. Dans 90% des cas, il y a une raison bien particulière derrière.

D’ailleurs, petit sondage à froid, direct comme ça ! Si d’aventure tu te maquilles et/ou tu utilises beaucoup de produits cosmétiques, est-ce que tu t’es déjà posé la question de leur éventuelle toxicité et de leur effet sur ton corps & ta santé ? Si tu as cliqué sur cet article, je pense pouvoir supposer que c’est oui (sinon, je comprends pas trop ce que tu fous ici, mais bon, on peut venir chez Manon Woodstock et adhérer au fan club des perturbateurs endocriniens en même temps, on est dans un pays libre donc après tout, pourquoi pas 😛 ?).

Figure-toi que tu n’es pas seul.e, puisque que c’est tout pareil pour les femmes qui ont déjà commencé à écologiser leur routine beauté : quand elles m’en parlent, elles commencent très souvent par me conter ce qu’elles appellent elles-mêmes le point de non-retour.

 

 

Et ce fameux « non mais c’est bon, maintenant, il est temps d’arrêter les conneries », je l’ai eu aussi – il y a fort longtemps. Je te raconte ?

 

Il était une fois…

 

Moi aussi, je l’ai donc eu un jour, ce fameux point de non-retour. Ça n’a pas été exactement avec un cosmétique à proprement parler…mais plutôt avec ma contraception hormonale.

Après des années de galère, de poussées de boutons, de prise de poids, (d’oublis qui me rendaient malade, mais ça c’est un autre problème !), de mycoses vaginales tous les mois ET d’un épisode final de perte de libido totale – où j’avais presque autant d’envies sexuelles qu’une chatte stérilisée ayant élu domicile dans un réfrigérateur (et ce pendant plusieurs mois !) – j’ai dit STOP. Ça suffisait de faire subir autant de saloperies à mon corps.

Qu’importait mon gynéco homme de l’époque qui m’avait jugée d’un air condescendant quand je lui avais confié ma détresse, ma décision était prise : je voulais un stérilet. Quelques années et quelques gynécos assez affreux plus tard, j’ai ENFIN eu le fameux stérilet (qui a changé ma vie – il faudra que j’en parle plus en détail dans un article), sortie de tout climat hormonal et heureuse.

Si je te raconte cet évènement, c’est parce que ce secouage de cocotier en règle vis-à-vis de ma contraception a été la porte d’entrée à de nombreux questionnements à propos de ce que je faisais subir à mon corps. C’est LE point de départ qui m’a donné envie de mettre en place une routine beauté certes écolo, mais qui prenait avant tout soin de moi.

 

Le changement « en réaction à »

 

Alors certes, il peut parfois y avoir un déclic, une goutte d’eau qui fait soudain pencher la balance vers une envie de mieux.

Mais le plus grave, et je le constate avec inquiétude, c’est que de nombreuses femmes avec qui je discute prennent conscience qu’il faut que ça change quand elles tombent très malades ou quand un.e de leur proche est touché.e.

C’est bien simple, on croule littéralement sous les maladies ayant un lien supposé avec les perturbateurs endocriniens et l’exposition à des substances toxiques. Endométriose (possible lien avec les protections périodiques bourrées de saloperies), problème de conception (1 couple sur 6 rencontre des problèmes de fertilité en France), cancers nombreux, problèmes de thyroïde, maladies auto-immunes…C’est, et j’en suis désolée, souvent un drame pour soi ou dans la famille qui donne l’électrochoc. Et qui donne aux femmes l’envie de changer les choses, de limiter les dégâts.

On ne se rend pas compte, mais en tant que femme, nous sommes amenées à nous étaler un nombre astronomiques de produits de beauté différents chaque jour sur la peau (lotion, déodorant, crème de jour, de nuit, produits de maquillages divers, soins de la peau, parfum…) – et même si ça a tendance à s’équilibrer avec les hommes ces dernières années, on a quand même souvent le maquillage qui vient alourdir l’ardoise (même si certains hommes se maquillent, mais il faut avouer qu’ils sont assez peu nombreux).

 

 

Et c’est souvent cette multiplicité qui fait que le fameux « effet cocktail » rentre en jeu. Cet effet, qui n’a malheureusement rien à voir avec Tom Cruise en train de shaker une Margarita 😀 est en réalité la démultiplication de la toxicité des perturbateurs endocriniens du fait de leur grand nombre. En gros, plus il y a de substances dégueu différentes, plus c’est la fête et ça finit tous en slip avant une explosion nucléaire sur ta peau.

En général, les femmes qui souhaitent commencer à écologiser leur routine beauté ou qui sont déjà bien avancées sont un peu sensibilisées à cela – (mais pas toutes et c’est bien dommage !). Pour celles qui ne le sont pas, le déclic ne vient pas tant de la toxicité…mais plutôt d’une envie profonde de prendre soin de soi.

 

Une volonté profonde de préserver sa santé et celle de ses proches

 

C’est une constante que je retrouve en effet souvent chez ces mêmes femmes. L’envie de se respecter. De prendre soin de son corps. Et puis de transmettre à leurs enfants quand elles en ont.

Ici, l’envie de modifier sa routine hygiène – beauté ne vient pas en réaction à la maladie d’un proche ou à un horrible reportage vu à la télé…mais plutôt par une profonde envie de revenir aux choses simples, plus locales, plus écologiques qui leur apportent de la joie. Parfois, leur prise de conscience n’a même pas commencé dans la salle de bain – mais elle y arrive tout doucement. Et je ressens une grande envie de bien-être, de se considérer comme un être permaculturel, dont il convient de prendre grand soin dans toutes ses facettes.

Peut-être que tu lis cet article aujourd’hui et que tu te reconnais dans un des 2 cas que je partage (le changement « en réaction à » et le changement « pour prendre soin de soi »). Si tel est le cas, je t’invite, seulement si tu le souhaites, à nous partager ton expérience et à nous raconter quel a été ton point de bascule vers une routine beauté éthique et saine.

 

 

Si tu aimerais sincèrement commencer à prendre plus soin de toi, de tes proches et à bannir les produits toxiques de ta salle de bain (que tu arpentes tous les jours !), je suis peut-être la personne qui peut t’aider. Si tu souhaites commencer à modifier ta routine hygiène – beauté et à te faire du bien avec de bons produits, je t’invite sans plus attendre à télécharger ma checklist « Ce cosmétique est-il éthique ? » qui te permettra de déterminer en moins de 5 minutes si le produit de beauté que tu tiens dans ta main est réellement un ami qui te veux du bien 😊

Si tu souhaites aller encore plus loin et transformer ton quotidien beauté de A à Z, mon programme d’accompagnement « Rocke ta salle de bain » ouvre ses portes en version test à tarif très avantageux (et à places très réduites 😉) d’ici mi-septembre. Reste bien attentif.ve et n’hésite pas à me suivre sur mes réseaux (Facebook, Instagram et LinkedIn pour en savoir plus).

Je te souhaite une belle transformation de ta routine, de chouettes prises de conscience et une très jolie semaine <3

Point de non-retour et Changement éclairé.