Salut mon biquet !

Comment c’est t’y qu’ça va bien ?

J’espère que le post-confinement se passe mieux chez toi que chez moi…Je sais que je ne suis pas la seule à avoir pris le truc avec une violence totale : j’en deviendrais presque agoraphobe ! Je commence donc ce petit article en t’envoyant le plus de positivisme possible et en te faisant un gros câlin virtuel…il va nous falloir du temps et des forces pour sortir du merdier que ce fichu virus a foutu sur le caillou Terre…

Bref ! Aujourd’hui, j’ai décidé de faire rapide et concis en te présentant un outil que j’ai découvert il y a quelques temps déjà et qui m’a rendu de fières chandelles pour décider lequel de mes cosmétiques punir avec un bonnet d’âne dans un coin de ma salle de bain (oui, c’est mon côté maîtresse d’école sadique).

Parce que c’est toujours la même histoire : quand on veut mettre en place une routine beauté écolo bonne pour soi ET pour la planète, c’est un véritable parcours du combattant qui s’ouvre devant nous. Des listes d’ingrédients longues comme la conférence d’Edouard Philippe sur le déconfinement, des mots absolument imprononçables (Penthylrhamnoside ! A tes souhaits 😀 !), des bénéfices écologiques pas clairs pour un sou (ahhhh l’argument CLASSIQUE du 100% naturel, grand chouchou des horribles vendeuses VDI reloues sur Facebook 😆 )…un pangolin y perdrait ses petits !

Heureusement, Manon Woodstock arrive tel Napoléon sur son cheval blanc pour te présenter : la merveilleuse Recherche INCI du super site La vérité sur les cosmétiques !
Je te présente rapidement LA perle qui te permettra de devenir incollable sur les compositions de tes produits de beauté ?

 

Comment ça marche ?

 

Ce site extrêmement complet, qui a été créé par Rita Stiens et repris par Anne Dubost en 2015, est une véritable mine d’informations concernant les substances contenues dans nos cosmétiques. Les autrices du blog l’expliquent sans fard dans le FAQ du site : les connaissances évoluent en permanence et elles se sont entourées d’experts en cosmétiques pour établir cette précieuse base de données. Qui évolue. C’est bon à savoir : les meufs ne sont pas en mode donneuses de leçons campées sur leurs positions : leur site est en constante évolution. Big up.

Concernant le fonctionnement, c’est extrêmement simple (je crois pouvoir dire qu’un enfant de 3 ans serait capable d’y arriver 😛 !) : on prend le produit du jour – que nous avons mis sur le banc des accusés, on localise sa composition (et on prend peur, souvent…) et on entre un par un les ingrédients qui le composent.

 

On peut, si on le souhaite, inscrire le nom du produit et imprimer/enregistrer la liste une fois notre enquête Sherlockholmesesque terminée.

 

Quelles infos ça donne ?

 

Là encore, on est sur quelque chose de méga complet, puisqu’en plus de l’origine de l’ingrédient (chimique, végétale, etc.), on nous donne également l’utilité de la substance (en gros, si c’est un émulsifiant, si c’est un conservateur, si c’est pour le soin de la peau…) et la note (qui va de très bien (3 petits bonhommes verts très contents) à très caca (trois petits bonhommes rouges qui ont l’air d’avoir avalé du cyanure).

En gros, on se retrouve avec un aperçu tout à fait complet et global d’un produit en moins de 5 minutes top chrono. Et ce qui est quand même bigrement génial, c’est qu’on apprend à quoi servent toutes ces substances indéchiffrables écrites en latin et en tout petit 🙂

 

 

Je t’ai fait un petit test avec une sombre crème de chez Avène généreusement donnée par ma gentille maman (lors d’un des nombreux épisodes où elle m’amène des cabas ENTIERS de trucs en me disant « regarde Ninouche, c’est pour toi, tu vas pouvoir tout utiliser » 🙄 quand tes proches savent que tu as horreur du gaspillage, tu te retrouves vite à la tête d’un dépôt-vente 😀 !) – et que je soupçonnais déjà d’être un peu bif-bof aux entournures (et que je n’aime pas – la pauvre n’a rien pour elle (la crème, pas ma maman 😉 enfin !).

En quelques minutes, j’ai donc pu identifier quelles substances posaient problème dans cette crème et je peux décider en conscience que je n’en rachèterai pas (bon, cela dit, je ne l’aurai déjà pas achetée à la base donc bon ^^ mais c’est toujours bien de remettre l’église au milieu du village). Définitivement pas un bon plan beauté écolo !

 

 

Cet outil est donc simple à utiliser, pédagogue et incroyablement utile quand on a un doute sur un produit que l’on utilise au quotidien.

Je terminerai en disant que c’est quand même vachement différent de ces applications avec lesquelles on peut scanner un produit et avec lesquelles on a une note ! Ici, tout est expliqué, on est vachement responsabilisé ! On comprend mieux où est le culcul et où est la têtête dans les méandres de compositions cosmétiques souvent incompréhensibles et je trouve qu’il y a un côté très rassurant à comprendre ce que l’on s’étale allègrement à longueur de journée sur le corps (en écoutant du Barry White à la lueur des bougies, rendons-ça plus sexy que moi en train de me tartiner de crème en slip flamant rose avec une repousse de…de…de j’ai arrêté de compter 😛 ).

Je t’encourage vivement à coupler cette base de données assez révolutionnaire avec la checklist « Ce cosmétique est-il éthique ? » que j’ai créé rien que pour toi, qui permet de définir en moins de 5 minutes si un produit d’hygiène ou de beauté est vraiment écolo (c’est un autre débat, composition ok ne veut pas forcément dire cosmétique éthique, malheureusement !) – et je peux te garantir à 100% que la routine beauté écolo de tes rêves n’est plus très loin 😉 Si tu souhaites la recevoir, je te laisse remplir le petit formulaire en bas de cet article !

Alors, est-ce que tu as fait des découvertes grâce à cette recherche INCI ? Quel produit t’a réservé une mauvaise surprise ? N’hésite pas à venir partager tes découvertes par ici et à nous faire part de ton indignation 😛

Je te souhaite une merveilleuse journée !

Glyceryl Stearate et Compositions claires comme de l’eau de roche.