Bonjour chère bande !

J’espère que tout le monde va bien en cette moitié du mois de mars – et que la vie est des plus clémente avec chacun.e d’entre vous 🙂

En ce qui me concerne, ce 15 du mois sonne déjà le glas de la reprise, non pas de mon emploi salarié, je vous rassure tout de suite, mais bien de mon travail d’entrepreneure, après 4 mois à avoir pouponné et après avoir franchi avec succès ce que j’appelle pudiquement « le tunnel de la mort » 😛

Cela dit, c’est avec grand plaisir que je reviens par ici, dans une optique toujours renouvelée de vous informer et de vous proposer des ressources gratuites. Mon envie de transmettre n’aura, dieu merci, pas été expulsée en même temps que mon bébé – et je compte bien la mettre à contribution pour encore très longtemps !

Bon, keskonfé aujourd’hui Manon ?

Et si nous parlions un peu d’erreurs ? Qu’en penses-tu ?

Je sens que tu vas être déçu.e, mais nous n’allons pas vraiment discuter des mèches blondes peroxydées que tu t’es fait à l’occasion du concert des Worlds Apart en 1996, ni de la fois où tu t’es filmé.e en train de danser de la Tektonik sur le dernier tube de Crazy Frog (il y a des faux-pas que je considère comme absolument impardonnables 😀 ), mais bien des erreurs que je constate fréquemment chez les personnes qui commencent à investir pour rendre leur quotidien plus green.

C’est très récurrent dans mon secteur d’activité : mes clientes sont absolument persuadées qu’il va falloir dépenser des fortunes pour avoir une vie plus écolo – et pas un mois ne passe sans que je ne récupère quelqu’un qui a dépensé un demi-SMIC dans des trucs plus inutiles les uns que les autres…

Même si c’est dans une optique de bien faire, j’ai tout de même à cœur de vous alerter sur les 3 erreurs principales que je constate et de vous donner des solutions pour les éviter. Parce que ça serait quand même con de se ruiner pour rien, non ? C’est ti-par !

Penser que l’investissement seul va tout changer

Ahhh, voici THE erreur n°1 ! C’est une croyance erronée partagée par beaucoup de mes clientes : celle qui voudrait que le fait d’investir sans rien changer à côté suffira. Malheureusement…c’est non ! Je crois même que ce que l’on change en dehors de nos pratiques de consommation est le plus important dans l’histoire.

Cela dit, je pense que c’est grandement entretenu par les stratégies marketing de certaines marques « vertes » qui voudraient vous faire croire que sans consommer, on ne peut pas vraiment changer (ça me désole assez, mais on n’est pas très loin du « sans consommation, tu n’existes pas »). On se fait pourrir le cerveau à coup de publicités ou d’arguments de vente qui nous poussent à penser que sans acheter ces supers interrupteurs intelligents, on n’arrivera pas à économiser de l’énergie – ou bien que sans ce tote bag hors de prix, point de salut.

Or c’est une vraie erreur de se focaliser sur ce que les marques veulent que l’on pense – c’est une des premières choses à réaliser quand on écologise son quotidien : toutes les entreprises, même green sont là…eh ben pour vendre pardi 😉 La solution numéro 1 sera donc de changer de perspective et de se dire que « oh ben ça alors », on a déjà un tote bag floqué aux couleurs du boulanger du quartier – alors oui, ça sera moins « in » mais ça fera exactement le même effet ! N’oubliez jamais que vous avez déjà tout ce qu’il vous faut et que le plus gros travail est en général à faire…sur soi-même !

Opter pour des gadgets, supposés transformer le quotidien

Ahh, le fameux argument du coup de baguette magique !!

Coline, du blog « Et pourquoi pas ? » avait tourné une vidéo qui m’avait fait mourir de rire sur le sujet – où elle décrivait en détail comment elle avait craqué – en magasin bio – pour une carafe supposée changer le goût de son eau du robinet via une technologie fabuleuse et révolutionnaire…pour finir par se rendre compte que même si l’objet était très beau, son eau avait toujours le même goût dégueulasse de chlore ^^

Tout ceci pour vous dire que des gadgets absolument inutiles (et chers, par-dessus le marché) vous allez en trouver des TAS en magasins dits « éthiques ». L’astuce consiste ici…à ne pas tomber dans le panneau 😉 Comme je disais un peu plus haut, les marques, même les plus irréprochables du monde sont là…eh ben pour faire de la caillasse ma bonne dame !

Ici, il s’agit encore d’apprendre à ne pas céder aux sirènes de la consommation de masse et de se concentrer sur l’essentiel. On n’oublie pas que le monde du bio, de l’écolo et de l’éthique n’est malheureusement pas celui des Teletubbies, et que bien souvent, vous aurez l’occasion de rencontrer Freddy Krueger qui essaiera de vous arnaquer dans un joli costume de Tinky Winky. Again and again : vous avez déjà probablement la majorité de tout ce qu’il vous faut chez vous pour avoir un quotidien plus green.

Partir dans une étude comparative à faire pâlir Que Choisir

Alors ici, on n’est pas dans le même rayon de dépense, mais je dois dire que c’est tout comme. Combien de femmes – très souvent, il faut le dire – vois-je au bord de la crise d’apoplexie après avoir passé en revue 83 marques de démaquillant et qui ne savent toujours pas lequel acheter ? Beaucoup trop !

C’est le syndrome de la bonne élève qui fait son comeback sur le tard et qui vous ancre dans la tête qu’il faut absolument faire du mieux possible. D’où des nénettes qui finissent par passer TOUT leur temps libre à écumer internet, des blogs et des groupes Facebook pour savoir ce qui est le mieux dans tout. Sauf que…ceci est un scoop : vous allez forcément vous planter, un jour ou l’autre – parce que la solution qui convient au voisin ne vous conviendra peut-être pas forcément…Il ne faut pas non plus oublier que chaque produit à ses avantages et ses inconvénients !

Mon conseil ici sera d’essayer en petite quantité – de tester les alternatives (sans casser son PEL) et d’y aller pas-à-pas pour voir ce qui vous convient, plutôt que de cramer inutilement tout votre temps libre. Tenez-le-vous pour dit : vous n’êtes pas une cohorte d’experts à 60 millions de consommateurs !

Alors les cocos, que pensez-vous des conseils du jours ? Avez-vous eu vous aussi cette tendance à surinvestir alors que vous aviez déjà tout ? A vouloir que tout soit parfait et à passer des heures sur le web ? Dites-moi tout, ici, on écoute encore mieux qu’au courrier du cœur 😀

Je vous embrasse fort.

Pratiques éthiques véreuses et Cruche d’eau à la mords-moi le nœud !