Bien le bonjour les ami.e.s !

Comment allez-vous ? Aussi bien que moi, je vous le souhaite !

Bon, c’est pas le tout – mais on n’est pas là pour tondre la pelouse n’est-ce pas 🙂 ? De quoi qu’on parle en ce tout début de semaine ?

Eh bien mes petits bouchons, une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de vous entretenir (oui, je suis quelqu’un de suranné moi, “j’entretiens” les gens de sujets, comme au XVIIème siècle 😛 ) d’un argument “à décharge” que j’entends beauuucoup dans la bouche de mes clientes potentielles. “Mais Manon, c’est quoi au juste, un argument à décharge” ? C’est tout simplement une des raisons qui bloquent mes clientes dans l’écologisation de leur quotidien et qui leur donnent l’impression que c’est totalement impossible pour elles – un peu comme convaincre votre vieux grand-oncle réac’ de voter Hamon.

“Oui, mais je manque d’argent” est une des trois raisons que j’entends le plus souvent et c’est elle qui paraît être la plus insurmontable de toutes. Parce qu’après tout, avoir du fric, c’est encore et toujours avoir du pouvoir dans notre chère et tendre société de consommation, tant et si bien qu’on finit par s’ancrer dans la tête que si on n’a pas gagné à l’euro millions, on ne PEUT PAS investir pour écologiser son quotidien. C’est tout bête, mais on est dans un tel cercle vicieux que 1) on finit par cruellement manquer de créativité pour trouver des manières de faire des économies et 2) on se persuade que l’investissement n’est pas pour nous si on ne gagne pas minimum 3 fois le SMIC.

J’avoue qu’avec l’ère Instagram et sa kyrielle d’influenceur.se.s qui se pavanent avec des cafetières zéro-déchet à 299.90 € (garanti prix Kiabi 😉 !) ou des gommages corps bio à 67 balles le pot – on finit par tomber dans le panneau et être persuadé que devenir écolo n’est pas pour nous, à moins d’avoir une tante éloignée qui casse soudainement sa pipe et nous laisse un énorme héritage en souvenir du bon vieux temps où on lui massait les pieds. Or, ce qu’on a tendance à oublier c’est qu’il y a énormément de manières d’investir (qui ne sont pas toutes synonymes d’échanges monétaires) et d’économiser.

Alors, ça vous dit de découvrir 3 astuces (totalement gratuites) à essayer pour commencer à écologiser sa vie sans flamber ? Allons-y gaiement !

On maîtrise sa consommation énergétique 

C’est quelque chose de totalement basique, mais que tout un chacun peut commencer à pratiquer sans attendre. Je pense ne rien vous apprendre en vous disant que l’eau, l’électricité et le gaz, c’est juste absolument hors de prix ! Alors si on ne fait pas attention, je schématise grossièrement, mais on peut vite se retrouver avec des factures à faire pâlir un conseiller Cofidis 😛

Or, il y a des manières extrêmement simples d’économiser l’énergie – si on prend quelques petites habitudes simples et génératrices de peu de charge mentale : prendre des douches courtes plutôt que des bains, baisser la température de son chez soi à 19°C comme préconisé (et si on a froid…oh ben ça alors, surprise, voici un gilet !! C’est fou, hein ?), éteindre les lumières quand on quitte une pièce (parce que je suis au regret de vous dire que Casper n’apprécie nullement d’être éclairé de dizaines de spots : c’est un fait, il s’en tape, voilà !)…et je n’ai réfléchi que 30 secondes…ça ne paraît pas grand-chose dit comme ça, mais en ce qui nous concerne, nous avons commencé comme ça et économisé des centaines d’euros sur nos factures d’énergies à l‘année. Pour vous donner une idée, nous économisons l’équivalent d’un week-end dans un très bel hôtel chaque année rien qu’en portant une attention particulière à notre consommation ! Comme je dis toujours, il vaut mieux que ça soit dans ma poche que dans celle d’EDF 😉

On contrôle la frénésie d’achats 

Là non plus, on ne s’en rend pas forcément compte quand on est un peu mode YOLO avec le fric, mais combien d’achats totalement inutiles fait-on par mois ? Des dizaines et des dizaines. Faites l’exercice d’analyser vos dépenses des 3 derniers mois un jour où vous avez une petite demi-heure devant vous, je vous garantis que vous serez supris.e.s !

Alors que l’on s’entende bien, je ne dis pas de commencer à vivre comme un ascète, au fond d’une grotte du Périgord, à manger du pain sec, un bouillon de nouilles Alphabet et au lit 😀 Non, non, je parle plutôt de toutes ces fringues et chaussures inutiles, de ces babioles achetées pour se consoler d’une déconvenue, de ces robots ménagers dont on n’a que très peu d’utilité, de ces objets de loisirs qu’on aurait pu retrouver en médiathèque ou remplacer par des activités gratuites…et j’en passe.  Une fois que l’on commence à auto-analyser sa propre consommation, on se rend compte que l’on dépense une véritable FORTUNE dans des achats coups de cœur ou dont on n’a absolument aucun “besoin” réel. L’argent qui passe dans la satisfaction de nos désirs transitoires représente une somme beaucoup plus importante qu’on ne le croit. Une bonne manière de commencer à économiser de l’argent est bien d’arrêter de dépenser dans tous les sens et de repenser sa manière de consommer. Une bonne piste sera d’arrêter d’acheter neuf et de se tourner vers le marché de seconde main. Vous verrez, l’attente que ça créé freine tout naturellement la machine.

Ecologiser sa vie, c’est d’abord apprendre à moins consommer avant de songer à consommer mieux.

On réduit sa consommation de produits animaux 

Encore une idée qui ne demande aucun “investissement” monétaire en tant que tel. Eh oui, les gars, veaux, vaches et cochons ne sont non seulement pas sans conséquence pour notre belle planète, ils représentent aussi une grosse part du budget alimentation du / de la citoyen.ne lambda ! On est tellement obnubilé.e.s par l’idée, largement répandue par les lobbies de l’alimentation, qu’il FAUT manger des protéines à tous les repas qu’on en a presque oublié le coût faramineux qu’elles représentent. La viande, le poisson, les oeufs, le beurre, le miel, ça coûte un demi bras ! Et encore, je ne me lance pas dans le grand débat du bien-être animal, loin d’être respecté dans la société telle qu’elle est fichue à l’heure actuelle.

Alors je suis d’accord qu’on ne devient pas végétatien.ne du jour au lendemain, mais cela reste une excellente idée, si vous mangez de la viande ou du poisson à chaque repas, de diminuer progressivement jusqu’à atteindre un rythme de croisière. On commence par virer la charcuterie en libre accès, puis on baisse la viande rouge – tout en apprivoisant petit-à-petit la cuisine végétarienne, qui est infiniment riche quand on apprend à mieux la connaître. En ce qui nous concerne, nous sommes à maxi 4-5 repas avec viande ou poisson sur les 14 que comporte la semaine, avec une diminution progressive depuis 4 ans. Aujourd’hui, j’arrive même à intéresser mon conjoint à la cuisine vegan, c’est dire si on progresse 🙂

Une vigilance accrue à propos de sa conso d’énergie (via des petits gestes), une saine diminution de sa consommation non-utile et moins de produits animaux au quotidien…ça n’est pas si sorcier et ça ne demande aucun investissement !! Elle est pas belle la vie ?

Je conclurai en vous disant de ne pas oublier qu’il n’y a pas qu’une seule et unique sorte d’écolo – sorte de cyborg interchangeable qui porte des pulls oversize éco-responsables à 300 dollz’, qui ne se fournit que chez des primeurs hors de prix et qui fait des dons à 6 associations différentes tous les mois. Chacun.e à le droit d’être l’acteur du changement qu’il a envie d’être, avec plus ou moins de moyens et en partant de stades très différents.

Qu’en pensez-vous les cocos ? D’autres super idées pour commencer à écologiser sa vie sans se la jouer flambeur de casino ? Si vous avez déjà mis en place les idées ci-dessus, quelles expériences en tirez-vous ? Laissez-moi de jolis commentaires, j’ai hâte de les lire, comme toujours !

Un escadron de bisous dans le cou !

Dîner aux chandelles et Légumes en folie.

12249458-8BCB-408C-B42F-4DCFCFF60B07


Pour t’abonner à mon super mini-cours gratuit – qui t’aidera à écologiser ton quotidien en douceur, je t’invite à cliquer sur la superbe image ci-dessous 🙂

Proposition Markeing (2)