Bonjour mes lapins !

Comment vous portez-vous en ce glorieux début de journée ? Mieux que moi, je vous le souhaite…

Eh oui, c’est bel et bien une réalité, j’ai commencé depuis quelques semaines déjà le tant redouté dernier trimestre de grossesse où…tout est nul ^^ La vie est nulle, voilà, c’est dit 😛 Je ne suis pas fichue de dormir plus de 5 heures d’affilée, j’ai des crampes horribles dans tout le corps, je suis fatiguée, je me sens énorme, j’ai envie de tabasser à coup de coussin d’allaitement toutes celles qui viennent me faire chier avec leurs images d’Epinal de la grossesse…Une bonne vieille misanthrope ! Je ne vous conseille pas de me croiser en ce moment 😀

Mais cet état pas super glop dans lequel je me trouve actuellement ne m’empêche nullement de revenir gaiement par ici vous partager ma douce réflexion du jour !

Alors que je réfléchissais tranquillement à ce dont j’allais vous parler, m’est venue une réminiscence de mes débuts d’écolo balbutiante où j’ai innocemment découvert un tout autre monde qui s’ouvrait à moi…Et bizarrement, je le constate aujourd’hui avec bonheur – alors que c’est plutôt le contraire chez 80% des gens qui commencent à écologiser leur quotidien – je n’ai pas paniqué face à l’orgie DIY que j’avais devant les yeux. Et si je suis contente que ça ne me soit pas arrivé, c’est parce que beaucoup de monde croit, à tort, qu’écologiser sa vie, c’est tout faire soi-même – ce qui les décourage très souvent de se lancer dans l’aventure, quand ils ne claquent pas un gros burnout au bout d’un mois (en gros, ils retournent au MacDo à 100 mètres de chez eux en pleurant dans leur gros SUV).

Parce que c’est comme ça, en fait, y a des nénettes (très souvent dans le trip Zéro Déchet d’ailleurs), elles font juste flipper. Et je ne sais pas pourquoi ça ne m’a pas atteinte à l’époque (ni maintenant d’ailleurs), peut-être parce qu’au fond, je reste cette féministe convaincue qui ne voit absolument pas l’intérêt d’embrasser une écologie qui nous collerait manu militari dans notre cuisine à porter l’immense croix du « JE FAIS TOUT MOI-MÊME ET JE SUIS UNE GROSSE PSYCHOPATHE » 😆

Donc aujourd’hui, j’ai envie de vous aider. De vous donner 3 astuces pour ne pas tomber dans ce que j’appelle communément le « syndrome La Laitière » – tu sais, celui où tu réalises une mousse ultra gourmande pour toute ta famille qui n’en fous pas une demie (ah si, pardon, ils accourent à la fenêtre pour la goûter !) après avoir briqué ton intérieur du sol au plafond au vinaigre blanc et fait ta propre émulsion anti-âge.

On y va ?

Objectif minimalisme

La première chose à retenir quand on écologise son quotidien, c’est que le but premier n’est absolument pas de se compliquer la vie…avec un tas de recettes, justement !

Être plus écolo, c’est aussi introduire une forme de minimalisme dans sa vie. C’est dire « ah tiens, je vais m’acheter une bonne crème, mais elle va servir pour le corps et tout le visage – de toute la famille ». Ou encore, « là j’ai acheté du vinaigre blanc et ça suffit en fait ». Il n’y a pas besoin de faire de savants mélanges pour chaque pièce de la maison, on le dilue avec de l’eau et BASTA COSI, tu peux faire ton ménage où bon te semble tant que tu ne l’appliques pas sur des surfaces fragiles qui n’auront besoin que d’eau !

Faire soi-même, ça veut aussi parfois dire, paradoxalement, acheter un produit brut et le maximiser tel quel, sans sombrer dans la formulation anti-calcaire dernier cri – qui te demande plusieurs heures et un bon gros kit du petit chimiste.

Choisir ses recettes

Ça peut paraître idiot tellement c’est évident, mais tout compte fait, pas tant que ça !

Choisir ses recettes est primordial car, selon la difficulté et le nombre d’ingrédients utilisés, ça va nous prendre plus ou moins de temps à réaliser.

Pour ma part, je n’ai pérennisé dans ma vie QUE des recettes DIY qui me prennent entre 5 et 10 minutes. Je le dis et le répète, en tant que femme, je ne vois absolument pas où est l’intérêt de faire des produits du quotidien moi-même si ça me bloque une journée par semaine dans ma cuisine et que ça me prive d’une forme salutaire de liberté et de temps libre.

Je ne vais pas vous dire que je ne prends jamais le temps de faire des recettes plus longues – mais si c’est le cas, c’est parce que j’en ai VRAIMENT envie (coucou les petites crèmes au chocolat que j’ai faites pendant les vacances ! C’était un peu long, mais ça en valait la peine 😀 ).

Mon idée est qu’avoir une vie écolo, c’est avant tout avoir une vie plus simple. Si tout est d’un compliqué pas possible, où est l’intérêt ? En fait, ce qu’on gagne en qualité de produits qui contiennent moins de merdes, on le perd en liberté…Pas très fair comme deal !

C’est pourquoi je vous enjoins à choisir les recettes les plus simples et les plus efficaces possibles – et à bannir celles qui prennent 3 heures et qui demandent 500 ingrédients ainsi qu’une maîtrise en chimie moléculaire.

Choisir ses combats…

En fait, c’est une réalité : vous ne pouvez pas tout faire sans péter un câble. Et ce qui me gonfle dans le discours de certaines personnes qui sont dans le 100% DIY et fières de l’être, c’est que je vois encore et toujours cette bonne vieille Bree Van de Kamp pointer le bout de son nez. Genre « moi, je veux du parfait ou rien » « je fais TOUT moi-même ou je meurs ». Les gars, je vais vous en dire une bien bonne : la perfection n’existe pas, en tout cas, pas dans l’espèce humaine. Alors de grâce, arrêtons de vouloir à tout prix l’être.

Je pense qu’il faut d’urgence abandonner une espèce de quête totalement malsaine de supposée perfection – qui est par essence, disons-le clairement, assez capitaliste dans l’idée. Je ne dis pas que les intentions de départ des 100% DIY sont mauvaises, je dis juste que, très souvent, cette quête acharnée de perfection cache autre chose.

Ce n’est pas en étant dans la quête aveugle et bornée d’un supposé absolu que l’on changera les choses durablement. Parce qu’à part culpabiliser et faire régresser celles et ceux qui sont imparfait.e.s et qui veulent pourtant s’engager pour notre planète, ça n’aura pas grand effet.

Donc on choisit ses combats ! Faire certains trucs soi-même, ok, pourquoi pas – mais pour le reste, préservez-vous BORDEL ! Il y a un tas de personnes talentueuses dehors à qui vous pouvez acheter des produits éthiques et TOP, sans forcément vous ruiner et qui vous permettrons de vous dégager du temps pour vous que vous pourrez utiliser pour vous impliquer autrement ou pour prendre soin de vous, tout simplement 😊

En résumé, on n’oublie pas qu’écologiser sa vie, c’est commencer à penser de manière minimaliste – c’est ancrer en soi une volonté de faire simple, mais c’est aussi avant toute chose prendre soin de SA propre écologie et donc de soi – sans être dans un sacrifice permanent.

Et vous les enfants, que pensez-vous de ces orgies DIY qui ont fleuri partout sur Internet ? Faites-vous beaucoup de produits vous-même ? Comment vous sentez-vous face à ces personnes qui font absolument tout ? N’hésitez pas à intervenir, je frétille tel un ver de farine à l’idée de vous lire 😛

Passez une belle semaine !

Imperfection assumée et Rébellion de crémière.

12249458-8BCB-408C-B42F-4DCFCFF60B07


Envie de simplifier ta vie au maximum sans pour autant te foutre la rate au court-bouillon (rahhh suffit !!! On a dit stop sur la cuisine maison 😛 !) ? J’ai ce qu’il te faut mon canard ! Abonne-toi vite à mon super mini-cours gratuit – qui t’aidera à écologiser ton quotidien en douceur, en cliquant sur la merveilleuse image ci-dessous 🙂

Gagner du temps et de l'argent tout en simplifiant ta vie...FB