Pfiou Pfiou Pfiou, ce que ça peut me coûter de vous écrire ce petit mot aujourd’hui !

Nous sommes le jeudi 19 septembre, il est 15h30 – mon lancement était supposé faire son Goldorak Go officiel lundi matin – (c’est à dire maintenant pour vous)…je devais vous proposer un accompagnement de folaïï furieuse qui allait vous permettre d’avoir la plus écolo des salle de bain…et puis finalement, non.

Vous le savez sans doute, mais si tel n’est pas le cas, je le reprécise 😉 Je suis actuellement enceinte de 7 mois d’un tout petit bout qui me laboure littéralement les côtes pour me dire chaque jour à quel point il/elle est content.e d’être là…Ce bébé est une telle victoire après la douloureuse fausse couche que j’avais faite en début d’année que j’essaie de savourer chaque jour passé à ses côtés. J’ai hâte de le/la rencontrer, vraiment <3

Mais cette grossesse ne s’est décidément pas déroulée comme je l’avais prévu. Alors que j’ai été très très malade et diminuée physiquement au premier trimestre, une dépression pré-partum impromptue m’aura littéralement taclée dans la surface lors du deuxième…j’ai mis toutes mes forces pour réussir à dépasser cet horrible spleen qui me rivait les pieds au fond d’un océan sans fond…mais c’était sans compter sur une nouvelle surprise dont je me serais bien passée !

Le troisième trimestre aura débuté comme étant celui des bons gros soucis administratifs – où j’enchaîne littéralement les injustices et où je croyais que la bonne solution était de me battre sans rien lâcher.

Jusqu’à ce rendez-vous d’aujourd’hui avec ma sage-femme où je me suis effondrée. Où j’ai réalisé que tant que j’étais en lutte et dans le combat permanent, ma fin de grossesse s’annonçait catastrophique et que j’allais réellement passer à côté de cette étape éminemment importante de ma vie. Je me suis également pris toute ma fatigue physique et mentale en pleine tronche, et cette maudite sonnette d’alarme qui résonnait depuis déjà plusieurs semaines et que je faisais mine d’ignorer.

Et alors que la question commençait sérieusement à se poser depuis mon retour de vacances, la réponse m’est soudain apparue avec une évidence claire : non, ce n’est absolument pas le bon moment pour un lancement – c’est le moment de s’arrêter et de rentrer avec douceur et calme dans cette fin de grossesse. De penser à moi et à mon bébé.

J’avais décidé que mon congé maternité serait dans deux mois, mais tout compte fait, ça sera maintenant. Parce que je n’ai pas envie de passer à côté de tout ça. Je crois que je ne me le pardonnerais pas.

20190919_153128

Ma coach Solène m’a un jour dit qu’en tant qu’entrepreneur, nous avions certes une immense liberté et qu’il était de notre devoir d’en faire bon usage, mais qu’il ne fallait pas non plus oublier qu’il était de notre responsabilité personnelle de savoir dire stop en cas d’épreuve de vie – ce que je suis clairement en train d’expérimenter en ce moment.

Alors oui, ça fait chier…parce tout est prêt, parce que je suis en capacité matérielle de vous accueillir, parce que je communique sur mon lancement depuis un bon mois maintenant et que jusqu’à aujourd’hui, tout était sur les rails. Je ne vous cache pas que ça me fait aussi braire parce que d’une certaine manière, j’ai l’impression de me trahir une nouvelle fois, de VOUS trahir une nouvelle fois après un premier lancement reporté quand j’ai fait ma déprime, puis un second maintenant. Je suis emmerdée parce que j’ai peur de paraître comme quelqu’un d’instable – et je me dis, c’est super con de penser ça, parce qu’en fait, là, j’essaie juste d’être la plus responsable et sensée possible.

En réalité, si je me lance maintenant, je ne serais pas vraiment là. Je vais être fatiguée, je vais tirer sur la corde, je ne vais pas apporter une expérience client optimale, je vais merder et rien de tout ça ne sera fluide – ce qui s’éloigne totalement de l’objectif premier que j’avais en me lançant dans cette grande aventure de l’entrepreneuriat.

Donc voilà. Je reviendrai, comme dirais Terminator…mais pas tout de suite.

Si des gens ont envie de travailler avec moi maintenant, ils devraient logiquement être tout aussi ravis de me retrouver d’ici quelques mois ! Je me dis aussi que si mon lancement est « prêt » aujourd’hui, il le sera tout autant fin avril / début mai…quand j’aurai eu le temps de m’habituer à ce.tte charmant.e loupiot.e qui loue une chambre dans mon ventre depuis 7 mois maintenant.

Je vais donc tout doucement me mettre en retrait, prendre soin de moi et de mon petit bébé, recharger mes pauvres petites batteries bien à plat…et vivre heureuse.

Parce qu’après tout, c’est là le plus important, non ?

Je vous embrasse et vous dis à très vite.

12249458-8BCB-408C-B42F-4DCFCFF60B07