Hey chère bande en folie ! 

J’espère que vous allez bien en ce virevoltant lundi – jour aimé et adoré par les salarié.e.s du monde entier – que je m’efforce de rendre un peu plus doux en vous partageant mes pensées du moment – qui sont, je le souhaite, le plus inspirantes possibles !  

Ce matin, j’ai eu l’idée de vous parler d’un sujet qui revient souvent parmi mes clientes idéales…and the winner isla sensation de perdition totale. Est-ce que tu la connais toi aussi ce sentiment d’être littéralement noyé.e sous les alternatives et de ne plus savoir où donner de la tête ? D’avoir le choix entre 350 dentifrices « naturels » (entre très gros crochets – ouuuuh cette envie de prendre une hache quand une énième nénette me contacte sur Facebook pour me présenter ses produits miraculeux aux actifs 100% naturels – trop bons pour la santé et PAF, premier ingrédient, du Sodium Laurel Sulfate 🙄 !), entre 27 marques de couches et 65 alternatives de cotons démaquillants réutilisables…comment donner l’envie de courir se terrer chez soi, de se vautrer sur son canapé devant Desperate Housewives et de vider un paquet de Carambars d’apitoiement… 

C’est une réalité et on me le dit très souvent : « devant le fait accompli, je ne sais tout simplement pas quoi choisir ». Et c’est bien normal. Parce qu’à moins de passer l’équivalent d’un mi-temps sur les groupes Facebook pour se renseigner et de se taper des dizaines de 60 millions de consommateurs, c’est très souvent compliqué de savoir quelle alternative est la meilleure. Décider d’avoir un quotidien green, c’est avant tout avoir envie de bien faire – et sombrer directement la tête la première dans ce que j’appelle le syndrome de la bonne élève – celle qui veux toujours tout faire parfaitement. Heureusement, j’ai 4 pistes pour vous éviter de sortir le flacon d’anxiolytiques dès que vous apercevez un label bio. J’vous essplik ? 

Conseil n°1 : Savoir repérer le greenwashing 

Ça peut paraître relativement évident quand on a déjà commencé à écologiser sa vie et qu’on a la tête dans le guidon, mais pour quelqu’un qui débute, c’est moins sûr ! Prenons un exemple tout bête. Une personne lambda, qui commence tout juste à rendre son quotidien plus écolo va se retrouver face à 3 alternatives de cotons démaquillants réutilisables. Option 1 : Le pack des tendances d’Emma en bambou. Option 2 : un lot « zéro déchet troop bien » de marque Séphora. Option 3 : Un lot en coton bio qu’elle va faire réaliser par une couturière proche de chez elle. Quelle est la fausse bonne idée parmi les 3 ? Ben Séphora bien sûr ! Leçon NUMERO UN, si une entreprise est cotée au CAC40 et est en mode bénéfices à fond, c’est toujours une mauvaise idée de leur refiler votre fric. Les options 1 et 3 se valent quant à elles – il suffira de faire un choix en fonction de ce qui est le plus important pour nous (faire dans le local ou avoir du bambou parce qu’on préfère cette matière). 

Repérer le greenwashing prend du temps, mais c’est entièrement faisable après quelques mois de pratique. En gros, ça revient à activer son détecteur à bullshit et à avoir des points de référence. Méfiance quand les alternatives viennent de grands groupes. Attention aux utilisations de termes « troop mode » comme zéro-déchet, naturel ou « veggie » (ce truc ne veut absolument rien dire !). Prudence face aux discours trop beaux pour être vrais (c’est comme la musculation sans effort, ça cache toujours quelque chose 😉). 

Conseil n°2 : On se lance et on teste ! 

Eh ben oui mon grand, c’est sûr qu’en restant pétrifié comme un raton-laveur dans les phares d’une 206, il ne va pas se passer grand-chose !! (enfin si, théoriquement, tu vas finir en galette, mais c’était pour donner une image 😛 ). L’important c’est d’agir. On dit toujours que le mieux est l’ennemi du bien et ça n’a jamais été aussi vrai que quand on commence à rendre son quotidien plus green ! Comme je le disais plus haut, très souvent, quand on commence à se mettre dans une dynamique écologique, on a vraiment envie de bien faire. Au risque de vouloir…trop bien faire par moments. Si tu ne testes rien, tu ne sauras jamais quel produit te convient et quel autre te donne de l’urticaire…Voilà pourquoi il est très important de rester dans une optique de test et hop, on se lance  

Alors oui, il y aura des erreurs et de ratés – mais figure toi qu’il n’existe pas de meilleure manière d’apprendre. Je le dis et le répèterai jusque sur mon lit de mort : il faut de tout pour faire un monde ! Peut-être qu’un produit qui satisfait des millions de gens te paraîtra carrément à chier et c’est juste ok. Parce que ce produit, tu vas certainement pouvoir en faire don à proche qui l’adore et tester une autre alternative qui te conviendra peut-être. Faire des tests et se tromper, c’est avant tout acquérir des bases que tu n’obtiendras jamais tout.e seul.e en un claquement de doigts.  

Conseil n°3 : On ne part pas dans tous les sens 

Encore deux trucs très tentants quand on écologise son quotidien : 1) partir dans toutes les directions et 2) se prendre pour un véritable panel de consommateurs. Partir dans tous les sens pourra prendre deux formes : soit tu te mets à glaner TOUS les conseils possibles et imaginables sur le web pour un sujet en particulier – soit, encore pire, tu vas tenter de te mettre à écologiser tous les domaines de ta vie d’un coup d’un seul. Comment finir accoudé.e au comptoir du bar du coin, en être à son 4ème mauvais mojito et pleurer à chaudes larmes en 2 leçons. Pour éviter cet écueil, le conseil à retenir, c’est de choisir qui écouter (quitte à changer par la suite si l’on est pas convaincu.e) et ne pas sombrer dans le travers du journaliste d’investigation (parce qu’en fait, tu vas vite te rendre compte qu’à peu près tout le monde se contredit en matière d’écologie – je dis ça pour t’éviter des heures de clash entre deux blogueuses qui se déchirent à propos du vinaigre blanc 😆

Deuzio, on évite de se prendre pour l’équipe de tests de Que Choisir ! Un, parce que tout acheter et tout tester va te coûter une fortune. Deux, parce qu’en fait, si tu te trompes, c’est pas grave ! L’idée ici va consister à se concentrer sur quelques labels fiables et sur des tests réalisés par des personnes (blogueur.se.s ou journalistes) en qui on a entière confiance. Je répète qu’écologiser son quotidien, c’est avant tout faire des erreurs et apprendre. On ne peut pas avoir tout bon du premier coup ! 

Conseil n°4 : Ecoute-toi ! 

Mon dernier conseil sera aussi le plus concis : apprends à t’écouter, c’est primordial ! La seule personne capable de dire si une solution est la bonne…c’est toi ! Il faut avant tout retenir que si une solution marche du tonnerre pour Robert, ton voisin grincheux du deuxième, ça ne veut pas dire qu’elle fonctionnera aussi pour toi. Se conformer à 100% à l’avis des autres et boire leurs paroles comme si c’était la Déclaration universelle des droits de l’Homme ne changera pas ton quotidien, pour la simple et bonne raison que certains conseils ne te conviendront pas. Ça n’ira simplement pas avec ton mode de vie, un peu comme une cravate moutarde sur…eh ben sur tout en fait 😀

Choisir la solution qui te convient, c’est avant tout pouvoir la pérenniser. Si tu optes pour un choix qui n’est pas le tien – je te le donne en mille : tu vas arrêter au bout de 15 jours et perdre ta nouvelle bonne habitude en un claquement de doigts (ce qui n’est souhaitable pour personne). Voilà comment un tas de gens se découragent. 

Donc en résumé, l’important reste bien de garder une forme de vigilance quand au discours des marques à qui on achète, mais aussi à ceux des généreux.ses conseiller.e.s qui pullulent sur le net. Une fois qu’on a activé son mode prudence, il suffit de tester, de se focaliser sur une chose à la fois et surtout, de ne jamais oublier de s’écouter. 

Alors les jeunes, que pensez-vous de ces conseils pour arrêter de paniquer face à l’avalanche d’alternatives quand on commence à rendre son quotidien plus green ? En avez-vous d’autres à nous proposer ? J’attends vos retours comme François de Rugy sa queue de homard, je salive comme jamais ! 

Je vous souhaite une excellente semaine. 

Raton-Laveur désorienté et Ecologie apaisée ! 

12249458-8BCB-408C-B42F-4DCFCFF60B07


Pour t’abonner à mon super mini-cours gratuit – qui t’aidera à écologiser ton quotidien en douceur, je t’invite à cliquer sur la superbe image ci-dessous 🙂

Proposition Markeing (2)