Hello mes tout petits choux 😀 !

J’espère que votre semaine commence sous le meilleur jour possible ! Personnellement, je suis plutôt en forme – bébé pète le fire, il ou elle me bombarde de coups de pied et prend mon utérus pour un appart’ à réaménager – mais mis à part ces petits désagréments très “Alien, le retour”, toute la famiglia se porte au mieux et c’est bien là l’essentiel.

TATATATA !!!! Après ces petites nouvelles rapides, j’enchaîne directement sur le coup de gueule du jour – en mode “sans transition Nelson”. Je m’étais déjà exprimée sur le sujet il y a quelques temps, mais ça y est, il est venu le temps, non pas des cathédrales, mais bien celui d’en remettre une couche. Ce matin, on parle écologie, on parle argent – et surtout pourquoi il faut d’URGENCE arrêter d’opposer les deux. J’ai donc listé rien que pour vous les 5 principales idées reçues qui me cassent complètement les ovaires et que je démolis avec grand plaisir de mon immense massue. Let’s go !

1 – Demander de l’argent pour un accompagnement à l’écologie, c’est un conflit de valeurs – comme si le capitalisme et l’égoïsme étaient absolument chevillés au fric. En gros, demander de l’argent en échange d’un accompagnement à l’écologie, pour pas mal d’écolos jusqu’au-boutistes, c’est vendre son âme au diable.

Ce à quoi je réponds : Les accompagnements que je vais proposer, c’est des centaines d’heures de travail. Des putains de centaines. Pourquoi l’idée de me faire rémunérer pour cela paraît-elle si folle ? Demander de l’argent, c’est avant tout respecter un système de valeurs. En vous demandant de l’argent, je valorise ce que je fais. Et quoi qu’il en soit, ne vaut-il mieux pas que l’argent aille vers des entreprises éthiques ? Ou bien alors on continue à subventionner un système qui le fait aller en masse vers des boîtes qui pourrissent littéralement la planète ? Parce que militer pour un monde plus juste, c’est aussi arrêter d’avoir la tête pleine de belles idées, c’est avant tout commencer à faire. Et je suis convaincue que ça passe, entre autres, par rediriger l’argent vers des initiatives viables tournées vers un avenir soutenable.

2 – On trouve ça gratuitement partout sur internet et sur les groupes d’entraide. Ce que tu proposes est inutile et malhonnête.

Ce à quoi je réponds : Oui, et faire le ménage aussi, on peut le faire soi-même gratuitement et pourtant, des centaines de milliers de foyers font appel à l’aide d’une femme ou d’un homme payé.e pour s’en occuper. J’apporte une expertise en vue de faire gagner un temps précieux, ça n’a pas à être gratuit. Et certain.e.s sont carrément prêt.e.s à payer pour le gain de temps que je vais leur permettre. Parce que OUI, je suis d’accord, on peut rendre son quotidien plus écolo gratuitement…en passant l’équivalent d’un mi-temps sur internet ou sur les groupes d’entraide. Si tu n’as pas envie de payer ou si ça te dérange, c’est simplement que tu n’es pas mon/ma client.e idéal.e et…c’est juste complètement OK en fait !! Je t’aime quand même tu sais 😛 Mais j’estime que la moindre des choses quand on décrète que l’on est pas prêt.e à payer pour tel ou tel service, c’est d’admettre que d’autres sont opé pour. ET NON, ce n’est pas faire avancer le schmilblick que de dire “ouah, franchement, t’abuses de faire payer pour ça”. Ce n’est pas rendre service aux entrepreneur.e.s de l’économie sociale et solidaire, ce n’est pas rendre service aux femmes qui osent se mettre en avant et font tout leur possible pour vivre d’une activité éthique qui les transcende.

photo-1554672723-d42a16e533db.jpg

3 – Une aide à l’écologisation du quotidien ? Ça devrait être gratuit !

Ce à quoi je réponds : Ah ben voui, la bonne idée bien nauséabonde que tout ce qui relève du quotidien devrait être gratos. Merci à cette bonne vieille société machiste qui refuse de reconnaître l’importance immense et l’aspect éminemment chronophage du travail domestique. « De toute façon, c’est les bonnes femmes qui s’en occupent”, hors de question d’agir et encore moins de payer pour leur faciliter la vie. Parce que s’il y a bien un constat qui me gratte vraiment dans le slip, c’est que je constate que c’est encore bien trop souvent les femmes qui prennent l’écologisation du quotidien sur leur dos – pendant les mecs les regardent du même œil vitreux que Marguerite en train de mastiquer sa ration de chlorophylle devant un Paris-Bordeaux lancé à pleine vitesse. Eh bien, moi, j’ai à cœur de les aider, ces femmes – en leur faisant gagner du temps et en leur facilitant la vie.

Mais si je vais plus loin que ces considérations très terre à terre, c’est aussi parce que le rapport à l’argent de beaucoup de femmes, c’est juste encore et toujours AÏE AÏE AÏE. Entre la lutte à mort avec le syndrome de l’imposteur et avec cette organisation sociétale qui nous pousse à travailler gratuitement depuis bien trop longtemps, ça nous a rongé le cerveau de l’intérieur. On en oublie presque qu’à la base, l’argent est une excellente chose. Au-delà de toutes ces considérations, gagner de l’argent – c’est encore et toujours avoir du pouvoir dans la société telle qu’elle est actuellement. Parce qu’avoir des sous sur mon compte, ça ne veut pas QUE dire consommation bête et méchante, ça signifie aussi investir dans des initiatives que j’ai envie de soutenir, donner à des associations, choisir de prendre ce billet de train dramatiquement plus cher qu’un vol local qui consomme 20 fois plus de Co2, manger local et bio, pouvoir prendre soin de moi et m’accorder plus de temps pour un bel équilibre de vie. Et dans cette société patriarcale qui pue du gland, MERDE, il est grand que les femmes se mettent à gagner plus d’argent.

4 – T’es pas une vraie écolo !

Ce à quoi je réponds :  si vous saviez à quel point j’en ai plein le cul de ce concours permanent du meilleur écolo. Arrêtons avec ça, de grâce ! Nous revoilà encore de cette sempiternelle lutte du qui sera l’écolo de l’année – Celui ou celle qui mérite cette foutue coupe en or massif – et tous les autres, c’est des gros nullos – des acteurs du changement de pacotille. Quelle énergie perdue à débattre de conneries pures et simples. Ras le bol de ce perpétuel concours du « qui a la plus grosse ? ». Je crois que toute initiative écolo dont le but numéro un n’est pas le greenwashing – génératrice de rémunération ou militante – devrait être saluée. Parce que dieu sait qu’on en a besoin.

5 – Tout acte écolo qui n’est pas militant (j’aurais pu mettre gratuit !) n’en est pas vraiment un.

Ce qui je réponds : Moi je crois qu’il s’agit déjà d’être raccord avec ce pour quoi on milite. Toute une sphère d’écolos convaincus prétend se battre pour que tout un chacun ait une meilleure vie, mais dans les faits, si on pouvait vivre d’amour et d’eau fraîche sans jamais faire entrer l’argent dans l’équation, ça arrangerait beaucoup de monde.

Arrêtons avec cette idée de l’écolo forcément militant à 100%. Pour ma part, la militante publie des ressources gratuites sur son blog, en alertant et en donnant des pistes de réflexion – mais je me dois aussi de laisser une place à l’entrepreneure du changement, qui compte plus que tout vivre d’une activité qui la passionne – et mettre son don pour la transmission et l’écriture au service d’une cause juste. Et si l’on commençait par laisser les gens se créer leur vie idéale ? Avec un bel équilibre, sans systématiquement cracher sur celles et ceux qui essaient de vivre d’une activité éthique parce “moi j’aurais pas fait comme ça” ou “moi j’aurais pas fait payer”. Saluons TOUTES les initiatives du changement !

Et vous mes bichons maltais, qu’en pensez-vous ? Croyez-vous aussi qu’écologie et argent sont incompatibles ? Pourquoi ?

J’ai hâte de vous lire, comme toujours.

Femmes fortes de demain VS Médailles d’or égocentriques.

12249458-8BCB-408C-B42F-4DCFCFF60B07


Pour t’abonner à mon super mini-cours gratuit – qui t’aidera à écologiser ton quotidien en douceur, c’est là-dessous que ça se passe 🙂

Proposition Markeing (2)