Nature

L’export de nos déchets: le retour du Jedi

Bonjour bonjour mes petits loups, comment c’est t’y que ça va bien en ce fringuant lundi de Pentecôte ? A l’heure où je publie ce billet vous devez probablement être en pleine digestion du gigot-flageolets annuel – dégusté avec votre chère belle-famille – et pas de chance, vous étiez cette année encore entre un Tonton Roger à moitié bourré et une cousine Léonie en train de vous expliquer par A+B que l’éducation positive que vous appliquez pour vos enfants n’aura d’autre effet que d’en faire des repris de justice en puissance #espèced’inconsciente #unefesséeetaulit. Sachez que je compatis pleinement. Afin de poursuivre la journée dans une dynamique plus positive, je ne saurais vous conseiller de vous servir un verre de vin rempli à ras bord, de trouver un lieu calme où vous isoler sans risque que l’on vous retrouve (et que l’on vous demande des comptes) et où vous pourrez lire le Manon Woodstock du jour en toute quiétude.

Pour ma part, je suis toujours en semi-vacances (oui, c’est un tout nouveau concept spécial entrepreneure qui a du taf mais qui veut se reposer quand même: je travaille le matin et n’en glande pas une l’après-midi) dans la jolie ville de Biarritz – que l’on m’avait vendue ensoleillée et chaude – et où ça caille de manière toute relative (20°C maxi dans le Sud de la France, c’est quoi ce bordel ?? Je vais finir par devenir comme Trump et vous dire “Le réchauffement climatique ? Fake news !”). Mais bon, je profite de ma famille et vu le merveilleux shutdown de grossesse que j’ai fait hier (si toi aussi tu connais ou a connu ces merveilleuses journées où la fatigue t’écrase tellement que tu te tapes migraines, étourdissements et narcolepsie, bienvenue au club ! “Le deuxième trimestre, c’est fantastique” qu’ils disaient et nia nia nia 👿 ), je dois dire qu’un peu de repos sans aucun enjeu ne fait pas de mal.

C’est donc à peu près remise de mon blackout d’hier que je vous écris ce petit papier de derrière les fagots (parce qu’il ne faudrait pas perdre le rythme tout de même…) – principalement parce que j’avais envie de vous dire que j’étais contente. Oui, c’est aussi con que ça.

Alors que les actualités ne font, en temps normal, que me déclencher une poussée d’acné dont même une cure de Roaccutane ne viendrait pas à bout, j’ai été agréablement surprise par un petit florilège de nouvelles sorties il y a quelques semaines.

Il faudra que j’y revienne en détail dans un article fleuve (que je n’ai malheureusement pas – rayez la mention inutile – le temps/la force/la motivation de rédiger en ce moment) mais si vous ne le saviez pas, je suis relativement certaine que vous allez tomber de l’armoire: c’est un fait, dans la majorité des pays occidentaux, nous produisons tellement de déchets que nos propres moyens de stockage (ie, déchetteries, enfouissement, déversement par containers dans la Mer Méditerranée, crémation…) ne nous suffisent plus. Et nous en sommes arrivé.e.s à un tel délire, que pour parvenir à maintenir notre rythme de production d’emballages et autres trucs jetables inutiles à la durée de vie plus que limitée, nous exportons nos déchets plastiques par supertankers entiers de l’autre côté de la planète – parce que ça fait quand même moins tâche quand c’est chez les pauvres. NON, vous n’hallucinez pas, nous en sommes bel et bien arrivés là.

J’avoue que je suis aussi tombée des nues quand j’ai fait cette affreuse découverte il y a un an ou deux – moi qui croyait naïvement qu’on avait enfin commencé à assumer nos conneries et notre mode de vie intenable, voilà que je me prenais une autre mandale en pleine poire. Est-ce que vous vous rendez compte à quel point ça va loin quand même ? A quel point nous sommes encore dans une espèce de mentalité colonialiste de merde à nous dire ‘surtout envoyons tout notre bordel le plus loin de chez nous possible’ ? A gerber.

Mais au-delà du choc relativement énorme qu’avait causé cette révélation fracassante, je constate avec bonheur que nous (i.e. les pays occidentaux) sommes en train de nous prendre un méchant retour de boomerang en plein dans le dentier en or et je dois dire que j’en suis absolument ravie.

Pour vous refaire rapidement le film, avant la fatidique année 2018, la majorité des pays exportateurs de déchets envoyaient gaiement une grande partie de leurs bouteilles et autres merdouilles en plastique vers la Chine (avec marqué “pour recyclage et surtout gros bisous” sur l’étiquette des containers). Sauf que pas plus tard que l’année dernière, nos ami.e.s chinois.e.s – en plein réveil écolo qui fait du bien – ont décidé de faire un énorme bras d’honneur à la planète entière en affichant bien haut la banderole du “Vos déchets, on n’en veut plus”. C’est à ce moment précis que les pays riches ont été pris d’un énorme gloups général, à deux doigts de s’étrangler avec une gorgée de Coca Zéro – mais comment va-t-on faire si ces connards de pauvres se rebellent Michel ? Je me souviens vaguement de la demi-panique à bord de l’époque, des dirigeant.e.s catastrophé.e.s qui poussaient des cris d’orfraie et osaient avancer des expressions comme ‘couteau sous la gorge’ ou encore ‘ils auraient pu nous laisser le temps de nous adapter’ (ahh mais changer notre mode de vie et notre façon de consommer, ça n’a visiblement effleuré l’esprit de personne 🙄 ).

Mais l’année dernière, alors que nous étions en train de pleurnicher en nous vautrant dans le plastique tel l’Oncle Picsou dans sa piscaille de billets verts, nous avions encore été sauvés par le gong – d’autres pays plus en galère d’Asie du Sud-Est décidant de prendre le relai de la Chine pour tenter de recycler ces montagnes de déchets problématiques. Sauf qu’il semblerait bien qu’ils aient vite été complètement débordés et qu’ils soient tous en train de renoncer les uns après les autres, par crainte de voir des pans entiers de leurs pays transformés en décharges publiques.

C’est ainsi que la Malaisie a dit stop et a renvoyé des containers de déchets entiers dans des pays aussi divers que l’Espagne, l’Australie, les Etats-Unis, le Canada, l’Arabie Saoudite, le Japon, la Chine et le Bangladesh. BIM dans vos faces !

Les Philippines ont fait tout pareil en renvoyant un supertanker de déchets plastique vers le Canada (et on a visiblement frôlé la crise diplomatique car ces derniers refusaient de récupérer leurs déchets…le monde tourne quand même sacrément de travers !), le ministre des affaires étrangères du pays se fendant même d’un tweet gratiné pour accompagner ce retour à l’envoyeur.

Donc voilà, je voulais vous partager cette news parce que je pense que le fait que ces pays nous renvoient nos déchets est une excellente chose. Parce que c’est peut-être en nous forçant à patauger dans notre propre merde que nous réaliserons la transition nécessaire qui doit urgemment s’amorcer. Alors que nous sommes sans cesse en train de tergiverser sur tout, que Macron vient d’annoncer qu’il n’interdirait pas le glyphosate avant la fin de son quinquennat parce que quand même, faut du temps pour trouver une solution et s’habituer progressivement ma bonne dame, que de Rugy a renoncé à annoncé que la France renonçait à diminuer ses émissions de gaz à effet de serre, mais allait se concentrer sur le captage – je pense qu’une partie de la population est FATIGUÉE de voir que tous ces combats essentiels et urgentissimes sont sans cesse reportés au lendemain.

Le retour de nos déchets façon “Retour du Jedi” nous forcera t-il ENFIN à revoir notre mode de consommation et à entamer une transition vers une réduction drastique de nos déchets ? Je l’espère et je souhaite de tout coeur que l’avenir confirmera ce bon pressentiment. Et vous cher.e.s ami.e.s, que pensez-vous de l’export de nos déchets vers d’autres régions du globe ? Etiez-vous au courant de ce scandale absolu ? Pensez-vous que ce retour de boomerang bienvenu va nous faire réfléchir ?

Aller, je ne vous embête pas plus pour aujourd’hui, je sens qu’on vous appelle pour le Paris-Brest.

Je vous fais de gros bisous dans le cou.

Asie Merveilleusement Inflexible et Sabre Laser sous la Gorge.

Manon Woodstock.

11 réflexions au sujet de “L’export de nos déchets: le retour du Jedi”

    1. Hello, merci pour ton commentaire 😊 il n’y a plus qu’à croiser les doigts très fort. J’en doute un peu et j’espère que l’avenir me fera mentir ! Passe un bon weekend !

      J'aime

  1. J’avoue que j’ai vraiment découvert, enfin vraiment pris conscience de cette absurdité écoeurante avec les vidéos qui ont circulé sur la situation en Malaisie ! Pathétique quand même… en tout cas, à ma petite échelle, ça me donne encore plus envie de réduire mes déchets et d’aller vers une consommation plus raisonnée ! Ce serait bien que les choses bougent à grande échelle aussi…
    Bon sinon, contente d’avoir de tes nouvelles 🙂 et désolée si le second trimestre n’est pas aussi idyllique que ce qu’on t’avait vendu… j’espère que ça va quand même et que bébé pousse bien !
    Bisous

    J'aime

  2. Oh la la j’ai vu justement hier cette vidéo de nos déchets en Malaisie, sur FB, ça m’a heurtée …comme toi je suis outrée et pense que c’est une excellente chose! Mais bon…qui ça va vraiment pénaliser..pas ces idiots qui s’enrichissent (et sans honte) de vendre nos merdes…

    J'aime

    1. Hello, merci pour ton commentaire 🙂 je n’ai pas encore ces vidéos, mais je vais faire une recherche pour me rattraper ! Je pense comme toi que la nouvelle est excellente, mais il faut voir quelle suite sera donnée à tout cela..si c’est pour se tourner vers des fausses solutions ou pour tout renvoyer vers des pays plus pauvres encore…let’s see ! Passe un bon weekend 😉

      J'aime

  3. C’est un bon début mais on pourra sabrer le champagne quand le monde ne sera plus régi par une philosophie capitalistique dévastatrice. Espérons que nous ayons le temps d’y parvenir … .

    J'aime

    1. Hello ! Merci pour ton commentaire 🙂 en effet, ma crainte reste que les déchets de retour, on se tourne vers l’incinération ou la mise en décharge plutôt que de remettre nos modes de consommation et de production en cause… l’avenir nous le dira. Passe une beau weekend !

      J'aime

  4. C’est tout simplement hallucinant ! J’ai visionné une vidéo hier, dans laquelle il était question de déchets recyclables qui étaient retrouvés dans la nature en Malaisie. Oui : il s’agit bien de déchets qui proviennent de la poubelle jaune. Et impossible de savoir quelle est l’entreprise derrière tout ça. Il semble malgré tout que tout cela soit légal : les déchets recyclables étant considérés comme une matière première et non comme un déchet. On marche sur la tête ! Les déchets, il faut tout simplement les éviter au maximum.

    J'aime

    1. Hello Allegretto, merci pour ton commentaire 🙂 eh bien étant donné que le conseil d’administration de Citéo – organisme chargé de récolter les participations financières pour le recyclage auprès des entreprises et qui organise la filière du recyclage en France – est composé de Coca-Cola, Unilever et consorts, je te laisse deviner qui est (encore) derrière ce scandale…Je n’ai pas vu les vidéos mais je vais aller fureter pour réparer cet impair, merci du tuyau ! Bon weekend à toi !

      J'aime

  5. Merci de partager cette info, en effet c’est une bonne nouvelle qu’il y ait une « rébellion » car on devra faire face à nos déchets et se débrouiller sans les mettre sous le tapis (e le tapis d’un autre en plus !)

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire Manon 😊 il fallait que je partage, parce que je crois que c’est la meilleure nouvelle que j’ai entendu depuis bien longtemps ! En espérant que les prises de conscience s’enchaînent et qu’on ne tombe pas dans une autre mauvaise solution …

      J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s