(Quand tu veux te lancer dans un billet d’anniversaire ultra romantique et que tu finis sur le site de l’Académie Française à lire un article sur la différence entre ‘tout d’un coup’ et ‘tout à coup’, tu sais que tu ne t’appelles pas Manon Woodstock pour rien 🙂 ).

Bref.

C’était un beau soir de mai, alors qu’il faisait déjà chaud (ma foi, force est de constater que tout a bien changé !) et qu’on avait été voir une horrible daube au cinéma du coin (dédicace spéciale à Nicolas Cage, qui fait indéniablement partie de notre relation depuis lors), tu m’as pris la main pour ne plus la lâcher.

Aujourd’hui, je peine un peu à le croire, mais toi et moi, ça fait déjà 10 ans. C’est fou quand on y pense, on a passé cet effrayant cap à deux chiffres sans même avoir le temps de dire ouf. Le temps a filé si vite…Alors pour réaliser un peu tout ce chemin parcouru, je me plais à regarder en arrière et à me souvenir.

On ne fera décidément jamais partie de ces gens qui ont une rencontre trop géniale à raconter, genre « j’étais en stage de plongée dans les Calanques et il m’a heurtée avec son bateau de pêche, ça a été le COUP DE FOUDRE » 😆 Non, non, nous avons fait connaissance sur un site de rencontre nullos au possible – dont l’objectif numéro uno n’était absolument pas une relation à long terme, incluant le package Golden Retriever, maison de banlieue pavillonnaire avec trampoline dans le jardin et monospace dernier cri. Aujourd’hui, on en rigole et on en fait notre force. J’aime qu’on soit une preuve parmi tant d’autres qu’il n’y a pas besoin de tomber nez à nez au milieu des papillons et des roses pourpres pour faire durer une relation de couple.

Je me souviendrai toujours du moment exact où je suis tombée amoureuse de toi et à quel point j’ai eu l’impression de me prendre une brique tombée du ciel sur le coin de la gueule. Tu étais adossé à ta voiture, on discutait tranquillement et tu as relevé une des manches de ton pull. On s’est regardés, tu m’as souri et ça m’a fait complètement disjoncter. Moi qui m’étais exclamée d’un « plus jamais » très théâtral quelques mois auparavant en déchirant la photo virtuelle de ma précédente relation, j’étais repartie comme en 40 avec la certitude que j’allais souffrir. Et comme ce que l’on présuppose a souvent tendance à se réaliser, j’ai souffert. Mais après que j’ai eu la force de te déballer mes 18 vérités (4 vérités façon MW) et que tu aies montré une désolation sans bornes à l’idée de m’avoir causé du tort (non sans me bassiner avec ton fameux dicton inventé de toutes pièces, je cite : « c’est dans les casseroles les plus litigieuses qu’on fait les meilleures confitures »), nous avons réussi à aller de l’avant, essentiellement pour le meilleur – je dois le dire.

10 ans, putain. 7 ans de vie commune, 3 appartements (chacun avec son animal de compagnie impromptu – un rat foreur pour le premier, un chat clandestin pour le second et un couple de pigeon en gestation pour le 3ème 😆 ), beaucoup de voyages, d’enfants en vacances, de soirées festives…notre vie est une fête et c’est tellement agréable.

Finalement, je suis assez fière de dire qu’on n’a jamais vraiment respecté les codes. On a d’abord été amants, puis amoureux – avant de se découvrir meilleurs amis ‘à la vie, à la mort’, après quelques années. Genre « ah tiens, je t’apprécie réellement en tant que personne, tu sais ». Et dans cet enchaînement illogique au possible, je parviens tout de même à voir avec tendresse cette capacité qu’a la vie à mettre sur notre chemin une belle rencontre qu’on n’attendait ni l’un ni l’autre – et qui n’aurait probablement jamais eu lieu sans ce maudit site internet ringard.

On ne fait pas et je crois qu’on ne fera jamais partie des couples qui passent leur temps à s’engueuler. Nous, on est des amis, des vrais de vrai. Et puis, nous disputer nous fait tellement mal au cœur qu’on a du mal à rester fâchés bien longtemps. Cependant, je ne te cache pas que parfois, tu me soûles tellement 😉 Quand tu es en mode ‘j’ai décidé que je n’avais pas envie de communiquer’, quand je t’entends râler, faire ta tête de cochon ou ne pas te remettre en question pour la 3000e fois consécutive – j’ai réellement envie de t’assommer à coup de coussin 😀 On dit toujours qu’un couple, c’est des hauts et des bas, et le premier vrai moment de flottement n’aura eu lieu que l’année dernière. L’espace de quelques mois je me suis soudain demandé si tout ça valait réellement le décalage douloureux que je ressentais à l’époque. Mon sentiment d’être incomprise a fait tanguer un bateau que je croyais pourtant si solide. La vie est finalement toujours présente pour nous rappeler à quel point l’amour est compliqué, dur, fragile, à quel point c’est un travail perpétuel. Être en couple, c’est chouette, mais on ne dit pas souvent à quel point c’est difficile à maintenir à flots. On ne parle pas des compromis, du dialogue parfois compliqué, des incompréhensions et de tout le taf que demande cet équilibre que l’on croit acquis et qui est pourtant si éphémère.

Mais les épreuves que l’on a pu traverser ensemble (toujours !) n’effaceront jamais tout l’amour que je peux ressentir pour toi.

J’aime ce moment où je rentre du travail, où tu me serres fort et où tu me regardes comme si c’était le plus beau spectacle de ta journée. J’aime tous ces instants où tu prends soin de moi, non pas par habitude sociale, mais parce que ma santé et mon bien-être t’importent réellement. J’aime que tu sentes comme le paradis (objectivité de la meuf : 100% 😛 ). J’aime quand on est en pyjama le vendredi soir devant une série et que tu pousses un soupir de contentement en me disant que tu vis pour ces moments. J’aime ces discussions passionnées que nous avons sur tout et n’importe quoi, allant de la dernière saillie politique de machin au dernier jeu vidéo en vogue. J’aime que tu me respectes et que tu me considères comme ton égale – que je sois un être humain légitime à tes yeux. J’aime tous ces private jokes qu’absolument personne ne comprend à part nous. J’aime que la confiance soit au centre de tout et qu’on se laisse la juste place pour se sentir épanouis individuellement. J’aime quand je découvre une petite boîte de minerais lorrains ou un croissant au beurre à ma place dans le salon – et que tu me dis que tu as pensé à moi et que tu as eu envie de me faire plaisir. J’aime que la routine, assez inévitable quand on vit ensemble depuis tant d’années, soit si pétillante, si fun et toujours imbibée de partage et de joie d’être ensemble.

Et tu vois, même après tout ce temps, il m’arrive encore de me réveiller près de toi, de te regarder et de tomber en plein délire surréaliste où je me dis « c’est dingue, ce mec m’aime, il dort dans mon lit, il vit avec moi et je l’aime aussi. C’est ouf, c’est merveilleux » 🙂

Après ces 10 printemps passés à tes côtés, le bilan que je tire me donne envie de signer sans plus attendre pour les 10 suivantes, et de découvrir quels virages et quelles belles surprises la vie va décider de mettre sur notre route. Tu sais bien que je ne crois pas à l’amour toujours, mais même mon cynisme légendaire quant aux relations de couple ne m’empêchera pas de dire que je nous souhaite encore de très belles années, des fous rires à en pleurer, des parties de jambes en l’air incroyables, des visites de nouveaux endroits de ce monde qui nous plaît tant, des bouteilles de vin joyeuses, des soirées festives même quand on est que tous les deux, des milliers de tentatives culinaires plus ou moins réussies, mais aussi beaucoup d’amour et de tendresse mutuelle.

Et finalement, quoi de plus merveilleux que de commencer cette onzième année à tes côtés avec ce tout petit bébé qui grandit dans mon ventre <3

20190520_111711

Je t’envoie un tendre hennissement (private joke inside).

Je t’aime.

Manon.

Ps : Au fait, à quand le labrador <3 😀 ?