Nature

Le point écolo du vendredi: ça bouge à Metz !

Hello braves gens ! Comment est votre blanquette vogue votre galère en ce bienheureux vendredi ? Tant attendu par des milliers, que dis-je, des millions de travailleurs et travailleuses exsangues…(et là, celles et ceux qui bossent demain doivent me maudire – mais que voulez-vous, nous ne sommes que des monstres d’égoïsme qui n’envisagent le monde que selon NOTRE point de vue – et moi je suis en week-end ce soir, alors voilà – DANS VOS FACES LES RAGEUX 😛 ). Et je peux vous dire que j’attends ce maudit samedi de pied ferme, un peu comme quelqu’un qui se foutrait de ma gueule depuis trop longtemps, à coup de promesse de repos de la guerrière qui n’arrive décidément que trop rarement.

Aujourd’hui, je vais faire, une fois n’est pas coutume, un peu plus court que d’habitude – parce que j’ai envie, déjà – et deuxièmement, parce que j’ai un peu été fâchée contre tout le monde en début de semaine (et ça m’en a toute bloquée dans mon écriture dis donc !). J’ai boudé, voilà. Je vous en parlerai plus longuement dans le billet d’humeur de lundi – mais pour faire très concis, j’en ai soudain eu MA CLAQUE mais d’une force que les gens veuillent toujours du conseil gratuit, de l’information gratuite, du contenu gratuit – GRATOS – FREE – KOSTENLOS – et voilà, ça m’a brisé le clito – d’un coup d’un seul. Et j’ai presque eu envie d’arrêter le blog et tout le travail qu’il représente. Je n’en ai vraiment pas été très loin (et pourtant dieu sait que je l’aime ce con !). Proche de dire FUCK THE WORLD, démerden sie sich – allez trouver les infos vous-mêmes bande de faignasses grippes-sous ! Et puis je me suis rappelé que par ici, vous étiez quand même très gentil.le.s. Et que je n’avais aucune raison de vous faire la gueule alors que, jusqu’à preuve du contraire, vous aviez toujours été extrêmement courtois.es et affables. Voilà, c’était la crise existentielle de la semaine – je ne déroge pas à mon agaçante habitude et vous dis absolument tout 😉 !

Donc petit topo assez court pour un vendredi, en moins de 80 pages, sur un truc qui m’a redonné du baume au cœur. Venez là que j’vous essplik.

En guise de préambule, j’ai envie de vous dire que ce qui est déjà à peu près sûr, c’est que mon lectorat non-Messin et/ou non-Lorrain va certainement se foutre de cet article comme d’une guigne…et je m’en MO-QUE complètement !! Parce que oui, aujourd’hui, je vais vous parler de la si jolie ville de Metz, dans le bien-nommé Grand-Est (où je suis propriétaire d’un charmant demi-appartement dont Ludo passe désormais le parquet au broux de noix – hurlant à la mort à la moindre micro raye – Ce garçon m’inquiète, je vous l’ai déjà dit 😀 ?). Je suis très heureuse d’avoir emménagé dans cette superbe ville il y a pile poil un mois (*sanglots dans la voix* *solo de violon* que le temps passe vite, n’est-ce pas ?) , où je peux pratiquement me passer de ma voiture et qui a quand même une autre gueule que toutes celles où j’ai pu vivre auparavant. Et en plus, la ville a fait preuve d’une merveilleuse initiative : alors qu’elle met un budget participatif à disposition des citoyen.ne.s depuis quelques années déjà, elle a décidé que cette année, il aurait uniquement pour objectif de soutenir des projets à empreinte écologique neutre. Yipeeee [Danse de la joie de Manon Woodstock].

Potagers de quartier

Que j’arrive en 2019 dans la première ville de France qui propose un budget participatif 100% écolo, je crois que c’était écrit en fait 😀 Avant de vous détailler en long, en large et en travers pourquoi cette initiative me donne envie de faire des petits bonds de lapin, je vais déjà vous dire deux mots sur la manière dont ça fonctionne – parce que quand une ville fait un truc aussi cool, je ne peux que le partager avec vous et en parler sur la blogosphère.

Le fonctionnement

Donc, donc, donc, comment qu’on fait si on a des projets écolo à proposer à la ville de Metz ma bonne dame ? Eh bien, c’est très simple chers petits loups : il suffit de se rendre sur www.metz.fr/jeparticipe et de taper votre jolie idée, avec le plus de détails possibles (tenants, aboutissants, coût éventuel si vous êtes vraiment fortiches en multiplication, toussa toussa). Et comme ils sont plutôt sympa à Metz, on peut aussi envoyer un email à l’adresse suivante : budgetparticipatif@mairie-metz.fr ou aller demander un joli formulaire à une assistante administrative revêche qui se lime les ongles en lisant un magazine (#groscliché – je peux, j’suis secrétaire – c’est de l’autodérision 😛 ) dans sa mairie de quartier, à l’Hôtel de Ville et dans certaines médiathèques. Il ne reste alors plus qu’à se poser 5 minutes sur un carré d’herbe (ou un splendide balcon en béton) et à lister les alternatives que la ville de Metz pourrait mettre en place pour améliorer son écosystème écolo. Du pain béni pour moi.

Ils précisent quand même deux-trois critères à retenir dans l’élaboration des idées :

  • Elles doivent être réalisables – c’est donc fichu pour piétoniser toute la ville et couvrir toutes les routes d’herbe douce et soyeuse sous les pieds – zut ! ;
  • Elle doivent être dans les compétences de la ville (aménagements urbains, création de structures, d’espaces verts, éducation, culture, etc.) – en gros, si tu leur demandes un truc qui relève du département ou de l’état, tu l’as dans le baba ;
  • Elles doivent répondre à l’intérêt général. Donc non, la ville de Metz ne va malheureusement pas venir installer un banc en bambou, une maisonnette à oiseau et une fontaine à eau dans ton jardin perso – le but, c’est que ça serve à la communauté ;
  • Elles doivent relever des dépenses d’investissement (me demandez pas ce que ça veut dire – j’ai eu 7/20 à mon partiel de fiscalité il y a 10 ans – et encore, je crois que c’est parce que le prof a eu pitié (ou alors j’ai vraiment réussi à lui faire croire que je saissisais à peu près ce que voulais dire le terme « assiette fiscale » 😆 ) ; et
  • Elles doivent répondre aux principes de développement durable au sens large – ce que je vais définir un peu plus ci-dessous.

Le critère de développement durable, qui est un impératif voulu par la ville cette année, est divisé en plusieurs sous-points et en gros, votre idée doit taper dans le mille d’au moins 1 des 4 catégories pour être considérée comme recevable : atténuer le changement climatique (mobilité et modes de production durables, transition énergétique – PS : au-delà de l’aspect dramatique de la chose – n’est-il pas TOTALEMENT CHOUCHOU ce petit logo ours polaire ❤ ? Rah Manon, merde, stop avec la superficialité quoi…aller, j’arrête, je sens que je perds de l’audimat avec mes conneries !), protéger la nature (défense de la biodiversité, nature en ville), produire et consommer autrement (agriculture maraîchère, bio et locale, économie circulaire, valorisation des déchets), développer la solidarité et le vivre-ensemble (logement, insertion, entraide) et s’épanouir (éducation, sensibilisation, loisirs, santé) . C’est t’y pas beau tout ça ? Les titites z’abeilles elles volent t’elles pas dans la jolie prairie fleurie ? [Pardon, je m’égare 😀 ].

parcs à vélo

Donc vous proposez votre projet, vous indiquez votre nom, votre adresse mail, votre numéro de portable, votre quartier (Centre-Ville, Sablon, Bellecroix, Nouvelle Ville, Plantières-Queuleu, Vallières, Magny, Borny/Grigy/Technopôle, Devant les Ponts, Grange-aux-Bois ou Metz-Nord/La Patrotte), puis vous précisez si vous voulez vous investir dans le projet ou non et hop ! On envoie le formulaire !

Sachez qu’il est également possible de faire des propositions si vous n’habitez pas Metz !! Donc si ça vous dit, n’hésitez surtout pas à le faire ! [NDLR : après, je suppose qu’à moins que votre idée soit un truc de folie de la mort qui tue, ils privilégieront quand mêmes celles des locaux – ce qui me semble assez logique et normal – t’imagines la meuf ou le mec qui habite Bordeaux et qui demande à faire installer un parc à vélo à Metz Grigy ? Euhhh ?? What ??? 😆 ].

Ah…Mais en fait, ça existait déjà les autres années ?

Ben en fait, figurez-vous que oui et j’en suis la première surprise. J’ai toujours habité à moins de 45km de Metz et c’est bien la première fois que j’ai entendu parler de ce projet de budget citoyen. J’avais vaguement (sous-titré paresseusement) vu qu’il existait des trucs du style à Paris ou à Bordeaux – ‘fin dans les grandes villes quoi, vous voyez ce que je veux dire’ – je savais que ça existait mais je n’avais pas été plus loin que ça dans ma réflexion *au secours, ma chronique prend l’eau, qu’un.e fan bien intentionné.e m’envoie une bouée de sauvetage SVP*. Et là, PAF dans ta face l’écolo de pacotille, j’apprends presque étonnée que ce principe est implémenté à Metz depuis 2014 – année bénie où j’avais encore 23 ans et où le réchauffement climatique, je m’en tamponnais total (tu me diras, je n’habitais pas Metz donc ceci explique peut-être cela).

Pour vous donner un petit aperçu de ce qui a été acté les années précédentes et de ce qui est en train de se faire, le budget participatif 2017 a généré pas loin de 630 idées avec 44 projets concrétisés ou en cours de concrétisation – que vous pouvez consulter ici. Et 2018 aura également été une belle moisson avec 43 projets implémentés (patiemment extraits de 267 idées déposées par les Messines et les Messins) – avec géolocalisation s’il vous plait !

Géoloc'

J’ai noté, entre autres, la création de lieux de street art, l’installation de bancs, de points de compostage collectif, la revégétalisation de certaines façades, l’installation de fontaines à eau potable, la plantations d’arbres et de fleurs pérennes, l’agrandissement et l’aménagement de certains parcs ou sentiers et cetera – pour un total de quasiment 512,000.00 € tout de même. Tout est encore en cours de réalisation – mais je trouve ça super cool.

Les idées déjà proposées pour 2019 sont au nombre de 150 et sont consultables par-là.

Le site donne également quelques liens pour s’impliquer dans la vie de quartier – et à l’heure où ce genre d’information est encore trop souvent planqué dans des parties cryptiques des sites des mairies (tu sais, ce moment où tu cliques sur des onglets au hasard, où te retrouve sur des pages vraiment flippantes – certainement nées aux premiers balbutiements du code HTML et où tu te demandes si tu n’es pas sur le darknet 😆 ). Là, c’est mis en avant et c’est bien. De quoi rabattre le caquet des pénibles qui râlent sans cesse parce qu’ils « ne savent même pas comment s’impliquer dans la vie de la ville, on ne me demande jamais mon avis, le maire est un con et nia nia nia ». AU BOULOT FAIGNASSE 😛

Pour ce qui est de la comm’ sur l’initiative, je vois de la pub un peu partout dans la ville quand je promène et c’est bien. Le Facebook de la ville de Metz est également très actif sur le sujet – et je trouve indéniablement positif que les bouchées doubles soit mises pour booster l’envie de changement et de participation à la vie de la ville. Je constate également qu’ils ne se sont pas emmerdés et ont visiblement recyclé la campagne de 2018 (et n’ont pas complètement mis leur site internet à jour !) – ce qui me plaît plutôt, je crois dur comme fer qu’il est totalement inutile de dépenser des sous pour rien si l’on a déjà une communication efficace. C’est un peu comme l’argument des décorations de Noël qui « soûlent trop » et que l’on doit forcément changer chaque année – disons que j’y suis moyennement réceptive ! Je constate juste qu’un monsieur est noir sur la page d’accueil et les affiches que je peux croiser dans la ville et que – oh ben ça alors – il redevient blanc comme par magie dans l’onglet de rédaction des propositions…C’est un détail qui fait un peu whitewashing – et OUI, ceci est un manifeste pour de la vraie inclusion…Et puis cette nénette avec un gamin dans les bras et qui demande un parc de jeu….Comment te dire…

…Pffffff….

Mec black

J’avoue, j’ai un peu gloupsé sur ce point !!!! A quand un papa qui demande une écolo-crèche (pour ne citer que cet exemple) ou qui est simplement représenté en tant que père ? Je ne dis pas qu’on n’a plus le droit de représenter une femme « mère », mais comment dire…On en a un peu soupé avec les années…Bon, je sais, on va me dire que je pinaille, surtout qu’un mec de la page d’accueil fait totalement fi de son image de GI Joe viril en demandant l’installation de bacs à marguerites. Un guedin absolu.

Le déroulement

Aller, on repart dans du factuel après quelques minutes d’égarement ! Une fois que tu as sorti tes plus belles idées de ton chapeau de magicien – comme celui qu’avait Mickey dans Fantasia – elle vont ensuite vivre tranquillement leur vie au long d’un processus bien rodé – qui aboutira sur un dénouement final, plus attendu que la dernière saison de Game of Thrones.

  • Du 14 février au 19 mars, on dépose les idées. J’en ai déjà une petite douzaine à mon actif et je compte bien continuer au fil de ma réflexion. Ce qui est chouette c’est qu’il n’y a pas de limite dans le nombre de propositions, tu peux poster autant que tu veux (tant que c’est pas des grosses conneries – je pense qu’il y a quand même un.e modérateur.rice au bout de la ligne, ne rêvons pas !)
  • Du 20 mars au 20 juin, la ville les étudie selon différentes modalités et les déclare faisables ou non. Hôtel à insectes de quartier oui, rétroéclairage solaire d’un champ de ganja au centre-ville, non.
  • Du 21 juin au 20 septembre, tous les projets sont publiés sur Metz.fr avec des réponses (réalisable, non-réalisable, déjà prévu, hors du cadre) – les idées réalisables seront ensuite discutées en réunions de quartiers pour en préciser les modalités.
  • Du 21 septembre au 7 octobre, la population de l’agglomération Messine donne son avis sur les idées et vote pour ses propositions préférées. C’est comme pour la Star’Ac, pour sauver Jean-Pascal, tapez 1 et pour Jennifer, tapez 2 [JE SAIS, vous venez de vous prendre 15 ans dans la gueule en lisant ces deux noms pourtant anodins – mais que voulez-vous, je manque de références, ne regardant plus de télé-crochet depuis…depuis jadis 😛 ]
  • Du 8 octobre au 7 novembre, les propositions sont classées par ordre de priorité – Aménager un chemin cagneux au bord de la Moselle, prioritaire / Installer un point de compostage dans votre quartier, en 10e position – et cetera, et cetera.
  • Et la décision finale est prise le 7 novembre dans les grands salons de l’hôtel de ville, j’ai adoré cette petite précision – j’avoue ça m’a achevée – j’ai imaginé tout le gratin Messin s’auto-congratuler sous les moulures avec une coupette de Mumm et ça m’a fait pouffer d’un affreux rire de hyène (ils ont aussi la bonté de préciser qu’une personne = une voix – Ah oui, parce qu’on peut se pinter la ruche avec des petits fours à la main devant la statue de Marianne (et sous le portrait de Manu, EURK), mais la fraude électorale NON MONSIEUR – ah la la, ils sont en train de me faire ma journée ces gens 🙂 ).

Pourquoi je trouve ça bigrement chouette

Premièrement, j’apprends assez médusée qu’un budget participatif 100% écolo de ce genre serait une première en France. C’est ouf comme on est en retard en fait !! L’écologie, c’est pas comme si c’était un domaine ultra porteur depuis des années 😯 On devrait faire ça partout ! Partout ! (Du calme, Manon, du calme – qu’on lui jette un seau d’eau bordel !). Je trouverais ça complètement normal que les citoyen.ne.s de chaque ville puissent participer directement à la politique de transition écologique de leur ville. Ceci est un réel plaidoyer pour qu’un tel budget soit mis en place dans chaque ville de France. Ça implique les habitant.e.s dans la vie de la ville, ça encourage les initiatives citoyennes et ça permet de renouer une forme de confiance avec la sphère politique – qui est loin d’être au beau fixe ces derniers temps. J’avais lu un article extrêmement intéressant sur ce sujet – qui liait montée de l’adhésion des gens aux théories conspirationnistes et perte de confiance envers le pouvoir – eh bien la, on tient une.putain.de.solution les gars !! C’est de la politique du quotidien avec des résultats et des améliorations qui se voient – et qui sont de l’ordre du possible pour peu qu’on les demande. Grâce à des initiatives de ce style, on implique les citoyen.ne.s dans la vie de leur commune et c’est juste d’une importance CAPITALE à l’heure où le monde politique est conspué dans tous les sens.

Impliquer, c’est éduquer. C’est ré-apprendre aux gens à réfléchir à des idées qui pourraient réellement améliorer la vie quotidienne et la dynamique écologique de leur quartier. C’est encourager chaque personne à faire des observations et à en tirer des conséquences. On renoue ainsi avec des savoirs ancestraux qui consistent à dégager des ‘couacs’ dans la vie de tous les jours et à leur trouver de vraies solutions. Je le martèlerais toujours par ici : éduquer la population est la clef de la transition environnementale – ce qui passera par un éveil à l’éco-citoyenneté tout au long de la scolarité – mais qui passe AUSSI par des initiatives comme celle-là.

Marché local bio
Et hop, il est tout blanc le monsieur !

Impliquer, c’est sensibiliser. Dans le cas présent, proposer un budget participatif à empreinte écologique neutre aux habitant.e.s de la ville de Metz, c’est leur dire ‘la nature et l’environnement comptent – ils sont en danger – quelles sont vos idées pour y remédier ?’. ET JUSTE MERCI POUR CELA. Ça peut également servir à montrer aux citoyen.ne.s la difficulté de mettre en œuvre certains projets « tout bêtes » en apparence – mais qui demandent une analyse poussée et un va-et-vient administratif totalement relou.

Impliquer, c’est donner du sens. Face à une machine politique crachante et fumante à laquelle nous ne comprenons souvent plus rien. Là, on est dans le terre-à-terre, dans le quotidien des gens, dans une réalité que la tête de l’état ne prend trop souvent plus en compte. On nous donne la possibilité d’agir à notre niveau pour améliorer nos conditions de vie et je crois que c’est quelque chose qui redonne énormément de sens à l’action politique et la notion même de citoyen.ne.

Alors certes, je vois déjà poindre les critiques éventuelles des censeurs.ses qui ne voudraient voir cet article que comme un léchage de cul en règle – mais je vous assure que ce n’est pas le cas. Je trouve juste l’initiative topissime, sensée et honnête. Je suis la première à taper sur les politiques quand j’estime qu’ils/elles font n’importe quoi, oublient leur mission première ou s’érigent en donneurs.ses de leçons sans prendre l’initiative de balayer devant leur propre porte – mais je crois qu’on est dans un monde où la critique prend le pas sur tout et ça me gonfle. Quand quelque chose de bien est fait, il faut le dire aussi. Si vous avez envie de critiquer le maire de Metz ou certaines de ses décisions, je ne dirais qu’une chose : la liberté d’expression vous permet de le faire, alors si ça vous fait plaisir, lâchez-vous (moi je ne suis pas là depuis assez longtemps pour avoir un avis tranché sur la question). Quoi qu’il en soit, cette histoire de budget participatif m’enthousiasme, je trouve ça super.

J’ai mis quelques-unes des propositions que j’ai faites en capture d’écran, il y en a bien sûr eu d’autres mais j’ai avant tout envie de vous laisser penser à tout ça comme des grand.e.s et de trouver vos propres solutions à soumettre.

Je termine sur une petite biblio toute courte, avec deux articles sur le sujet – et je vous fous la paix pour la journée 😉

Alors cher.e.s ami.e.s, que pensez-vous de cette initiative mise en place par la ville de Metz ? En aviez-vous entendu parler ? Pour les éventuel.le.s habitant.e.s de la ville, avez-vous déjà fait quelques propositions ? J’attends vos commentaires et vos réactions comme un joggeur hipster attend son smoothie aux électrolytes.

Et…je vous laisse déjà sur ces bons mots braves gens !! Incroyable, Manon Woodstock arrive à s’exprimer sur un sujet en moins de 10000 mots !!! Tout arrive en ce bas monde, n’est-ce pas 🙂 ?

Des bisous volants à vous !

Jardins Urbains et Star Academy.

Manon Woodstock.

3 réflexions au sujet de “Le point écolo du vendredi: ça bouge à Metz !”

  1. Quel plaisir de te lire et une chouette initiative de la part de ta ville ! Je suis curieuse de voir ce qui sortira du lot des propositions (tu nous feras un petit update quand les résultats tomberont ?) et je vais aller regarder à tout hasard si des choses similaires n’existent pas par chez moi 😉 Bravo pour ton chouette article et j’espère que le ras-le-bol du début de semaine, dont tu parles en intro de cet article, s’est arrangé 🙂

    J'aime

    1. Hello Séverine 🙂 Bien sûr, update il y aura !! Vu que ça n’est pas prévu avant fin d’année, ça sera utile, sans gaver mon auditoire tout entier avec un énorme dossier « politiques publiques » 😛 J’espère vraiment que tu pourras un jour participer à ce genre d’initiatives, car c’est extrêmement gratifiant !
      Mon ras-le-bol…va mieux et aura été productif. Passe une excellente semaine !

      Aimé par 1 personne

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s