Nature

L’histoire d’une transition (encore) ratée

Pour celles et ceux qui auraient raté l’éminente nouvelle –  que ça soit à cause d’une connexion internet défaillante ou bien d’un habitat dans une maison troglodyte Lozérienne chauffée à la bougie et dépourvue de mode de communication avec l’extérieur – c’était A NE PAS MANQUER la semaine dernière : Manu Macron, notre cher président encore plus doué en marche arrière qu’un cascadeur automobile à Hollywood et Francesco de Rugy, mon écologiste pipoteur préféré, nous en ont encore sorti une belle.

C’est désormais officiel : le journal Libération nous a annoncé en grande pompe que le gouvernement renonçait à diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour 2050 par rapport à 1990. Ah. Mais attends, il n’y a pas des rapports toujours plus inquiétants sur l’état de la planète qui sortent tous les deux jours environ ? Ben si. Ah. Ah bon. Mais alors pourquoi le gouvernement renonce-t-il à des objectifs déjà pas si fifou que ça alors qu’on est un tantinet dans la mouise ? Pour la 423ème fois de ce quinquennat pour le moins étrange, je n’en sais fichtrement rien. Et je dois dire que j’ai, comme des millions de citoyen.ne.s inquiet.e.s et incrédules, terminé la lecture de ce court papier avec un sentiment grandissant d’incompréhension et de foutage de gueule.

Des centaines de scientifiques tirent la sonnette d’alarme de toutes leurs forces depuis des années. Nous sommes des milliers à descendre régulièrement dans la rue pour le climat. De plus en plus d’étudiant.e.s de tous âges font la grève des études et se mobilisent pour qu’enfin, nous soyons dans l’action, la vraie – pour leur avenir. Cette division par 4 des GES était actée depuis Jacques FUCKING Chirac – a été validée par Sarkozy et confirmée par Hollande. Et malgré tout cela, paf, en deux secondes 6, un engagement pris il y a presque 15 ans vole en éclats. Et bien que je sache que cet objectif initial était déjà loin d’être suffisant, une seule question m’obsède depuis la parution de cet article : pourquoi, oui, POURQUOI est-ce que le gouvernement a le droit de faire ça ? De dire « tant pis, on ne le fait plus, ça sera cadeau pour le/la prochain.e chef.fe de l’état, nous on a un business à faire tourner ». Les quatre membres m’en tombent.

Mais le pire dans cette histoire, c’est que de Rugy a immédiatement hurlé, tel un cochon qu’on égorge, à l’énorme fake – pleurnichant auprès de Libé et martelant ‘qu’attendez les gars, on a un objectif bien plus ambitieux de division par 8 des émissions de GES, on vise la neu-tra-li-té carbone – zéro émissions nettes ma bonne dame’ 😯 Oui, c’est très très bien tout ça, mais moi j’ai quand même l’impression que le mec, il a un tout petit peu oublié de lire le dossier que lui a amoureusement préparé son dircab’. Parce qu’en réalité, réduire les émissions et les compenser, c’est loin d’être la même limonade.

Baisser les émissions de GES, ça veut dire remettre en question nos modes de vie de surconsommateur.rice.s en puissance, transitionner vers un autre système, plus juste et égalitaire – et ça, c’est juste No Way pour la bande à Manu. Donc là, ils se sont retrouvés comme deux ronds de flanc, ‘merde, comment c’est t’y qu’on va faire pour mettre la poussière sous le tapis’ avant que le mot magique ne s’allume dans leurs cerveaux étriqués telle une ampoule à filament : neutralité carbone. Comme ça on peut continuer à émettre encore plus – et on fait croire qu’on fait tout plein d’efforts pour compenser ces méchantes vilaines émissions qui font un tas d’asthmatiques et d’allergiques. Super super !

Mais là où le gouvernement est brillant de roublardise, c’est que la neutralité carbone n’est définie dans aucun texte législatif, sauf dans l’accord de Paris – qui n’a absolument aucune valeur de contrainte. Dammit. ‘Sont fort ces républicains marcheurs quand même’ 😀 Comme je suis quelqu’un de fondamentalement gentil, laissons leur le bénéfice du doute. Comment qu’on fait pour compenser tous ces GES M’sieur de Rugy ? Eh bien, c’est très simple, on organise son absorption par les écosystèmes que nous gérons, nous, petits êtres humains gesticulants, et qui sont matérialisés sous la forme de forêts, prairies, zones agraires et humides, ainsi que par des procédés industriels comme la capture et le stockage du carbone (ah ben chouette, j’ai l’impression que certains industriels vont s’en frotter les mains ! Dieu bénisse le CAC40 😆 ). Donc on envoie le Co2 à fond les ballons à certains endroits (coucou les maladies respiratoires qui coûtent des milliards d’euros à la société), et on annule tout ça avec des jolis sapins et des fleufleurs plantées de-ci de-là + on file des gros contrats financés par l’argent public à des boîtes chargées de passer un bon gros coup d’aspirateur dans l’atmosphère. C’est d’un cynisme à faire passer le plus sanguinaire des loups aux dents acérées pour un inoffensif cabot mordillant paresseusement un DentaStix.

Mais ce n’est pas tout ! Parce que l’article de Libé nous apprend également que le projet de loi énergie, dans lequel est contenu cette nouvelle merveilleuse, a aussi pour ambition de baisser le niveau prévisionnel de nos économies d’énergie à 17% au lieu de 20% pour 2030 par rapport à 2012. Que la réduction à 50% de la part du nucléaire dans l’énergie consommée en France (pour info, nous sommes à 75% à l’heure actuelle) est repoussée à 2035 contre 2025, parce que sinon « on aurait dû construire de nouvelles centrales à gaz » nous lâche notre écolo de pacotille fétiche, et ça c’est complètement caca pour l’écologie. Mais mec, tu sais ce qu’on aurait pu faire plutôt que de pleurnicher comme ça ? Investir massivement dans la recherche et développement pour trouver de vraies solutions propres ou au pif…ah ben tiens, ça alors, réduire notre consommation d’énergie pour être moins dépendant.e.s du nucléaire – mais zut de flûte, là aussi, il semblerait que l’on atteigne pas l’objectif…Ce.gouvernement.me.navre, je vous l’ai déjà dit ?

Donc voili voilou, maintenant, il ne nous reste plus qu’à attendre le sacro-saint avis du CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental), qui sera publié le 27 février, sur ce projet de loi. Les étapes suivantes seront un petit passage au Conseil d’Etat pour un autre avis (vous avez dit ‘usine à gaz’, le processus législatif français ? 😛 ) et un dernier passage en Conseil des Ministres pour mars. Comptez sur moi pour suivre toute cette affaire avec un intérêt certain.

Je conclurais ce point « info politique absolument désolante » pour vous dire que je croyais, assez naïvement peut-être, que ce gouvernement nous avait déjà fait tous les sketchs possibles et inimaginables en matière d’environnement et de transition écologique, mais…non ! Ils ont toujours un truc planqué dans leur besace ces sagouins ! Mais moi, je suis comme des millions de citoyen.ne.s inquiet.e.s, je commence à en avoir sérieusement ras le pompon de leur manque de courage politique ! Parce que là, on repousse, repousse et repousse sans cesse une transition énergétique qui est déjà urgente depuis des années et que nous allons faire dans un tel état de catastrophe que je n’ose même pas imaginer la débandade au moment où elle deviendra inéluctable. Parce qu’on aura beau agir de toutes nos forces à notre niveau, tant que nos politiques ne prendront aucune décision sérieuse 1) ils n’enverront pas les bons messages à celles et ceux qui ne sont pas sensibilisés à l’écologie et 2) on ne pourra que se cantonner à des solutions temporaires, à des pansements à peine collants alors que l’on devrait opérer le patient à cœur ouvert. A quand une sanctuarisation des décisions prises dans l’intérêt de la planète et de ses habitant.e.s ? Au final, à quoi bon prendre des engagements s’il est toujours possible de revenir en arrière quand la ‘croissance’ ne va pas vraiment comme on veut ?

Donc mon message aujourd’hui, c’est mobilisons-nous de la manière que l’on trouve juste, que ça soit par un vote sanction aux prochaines élections et par le choix d’un.e candidate qui fait vraiment de l’écologie son cheval de bataille – ou par l’implication dans des mouvements militants apolitiques qui essaient de faire changer les choses et les mentalités à leur niveau. Force et résistance !

Et vous, cher.e.s ami.e.s, étiez-vous au courant de cette nouvelle désolante ? Quelles solutions entrevoyez-vous à votre niveau ? Envie de pousser un coup de gueule ? De me dire d’aller me faire cuire un œuf ? De me raconter un truc qui n’a aucun rapport ? J’attends toutes vos réactions, quelles qu’elles soient.

Je vous souhaite une belle semaine.

Manon Woodstock.

15 réflexions au sujet de “L’histoire d’une transition (encore) ratée”

  1. Personnellement, je ne pense pas qu’un gouvernement (et encore plus d’un seul état) soit en mesure de changer radicalement la donne pour l’écologie. Un gouvernement peut pondre des lois, applicables dans son seul pays, pour contraindre les industriels à certaines normes, mais en aucun cas il ne peut faire changer les mentalités, encore moins quand son peuple n’a aucune confiance en lui … Pour moi c’est un problème plus profond que quelques lois promulguées ou non par un gouvernement, c’est un problème de philosophie de Vie de l’humanité. Et là, c’est vraiment pas brillant ou prometteur. Je veux bien que le marketing fait -trop- bien son boulot pour nous faire acheter des trucs qui nous servent à rien mais quand même, individuellement il faut aussi faire preuve de discernement et de sagesse, et sur ces points, j’ai l’impression que l’humanité en manque cruellement, au point que ça pourrait bien lui être fatal dans un futur proche … Dans l’urgence, pour moi, déjà il faudrait arrêter de faire croire qu’un bien peut rendre heureux. Mais pas de bol, c’est le credo du mode de vie occidentale…

    Aimé par 1 personne

    1. Hello 🙂 Merci pour ce point de vue détaillé ! Je ne crois pas non plus que les politiques peuvent faire changer l’avis de toute une population, mais ce qui est absolument certain c’est que les gouvernements peuvent investir massivement dans l’éducation (qui sert à former les éco-citoyen.ne.s de demain) et légiférer (ce que personne ne fait réellement à l’heure actuelle). Il y a encore bien trop de passe-droits, de retours en arrière possibles – où la sancturarisation serait une solution comme une autre.
      Après, on est bien d’accord, il y a d’énormes efforts à faire individuellement – et manque de bol, croire qu’on va être heureux.se avec un objet, finalement, c’est bien plus simple que de se remettre en question et donner un vrai sens à sa vie…
      Reviens alors la question du « mais où allons nous donc ? » et je crois que personne ne peut se vanter d’avoir la réponse. Je pense que le monde se divisera bientôt entre ceux qui sont prêts à changer et ceux qui veulent s’accrocher comme à des sangsues à l’ancien monde. La route est bien longue !!! (Ps: tu prends des gens dans Luma ? 😀 )
      Passe une bonne journée !

      Aimé par 2 personnes

      1. En ce qui concerne l’investissement dans l’éducation, malheureusement, depuis quelques temps c’est le contraire qui a lieu, de moins en moins de moyens, la politique du chiffre, on fait du réchauffé sous des allures de grands changements et on ne parlera même pas des méthodes employées depuis des décades… Oui les gouvernements peuvent, mais au final, il est difficile de croire qu’ils veulent vraiment apporter des vraies solutions intelligentes 😦 La route sera longue mais aura-t-on le temps d’atteindre la prochaine bifurcation ? C’est moins sûre. Pour ce qui est de la place dans Luma, je ne suis pas contre 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. Oui, et en plus de cela, on constate une nouvelle division de classes, avec les gens qui peuvent effectivement payer des écoles privées innovantes à leurs gamins et ceux qui ne peuvent pas. La société ne m’a jamais paru aussi clivante et inégalitaire…

        Aimé par 2 personnes

  2. C’est affligeant de constater à quel point, même au pied du mur, nos dirigeants ne bougent pas. Malgré l’urgence de la situation et il est déjà trop tard pour l’effondrement écologique… Cette société me rend de plus en plus triste et déprimée. J’ai bien du mal à me projeter à +5 ans, tout ce qu’on construit est fragile…

    Line de https://la-parenthese-psy.com

    Aimé par 1 personne

    1. Hello Line, merci pour ton commentaire 🙂 Je crois qu’il y a encore de l’espoir !! (#indecrottableoptimiste) Parce que finalement, si tout s’effondre, il ne restera plus qu’à tout reconstruire (et on aura eu la preuve par la même occasion que le système actuel est une véritable chienlit).
      Petit à petit, l’opinion change – la pétition notre affaire à tous a fait plus de 2 millions et je suis persuadée que ça n’aurait pas été le cas il y a quelques années. Les acteur.rice.s de la transition sont là, il faut juste que tout s’aligne !
      Passe une belle journée 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Bonsoir Manon
    Je ne cherche pas à leur trouver des excuses mais malheureusement il n’y a pas beaucoup d’énergies qui sont disponibles sur le marché et en sachant que la population veut plus et plus d’énergie. Ils sont donc face à un problème. Alors oui il y a des énergies renouvelables comme le solaire ou le vent. Mais les déchets que cela produits ne sont pas mieux. As tu regardé le problème des panneaux solaires? Peut être un bon sujet d’article. Donc pour le moment excepté le nucléaire Il n’y a pas grand chose. Puis il y a des gens comme moi qui essayons tous les jours de trouver des solutions pour gérer au mieux les déchets et protéger la planète donc tout n’est pas négatif dans cette énergie. Ce qu’il faut c’est plus de moyens pour faire avancer la recherche. Et malheureusement ce n’est pas si facile que ça de trouver des solutions.

    J'aime

    1. Hello Mélodie, merci pour ton commentaire 😉 Oui, oui, j’ai vu le problème massif que posent les panneaux solaires et un article est dans les tuyaux (même combat que les voitures électriques, j’en ai bien peur ! Tellement de choses à dire par ici, je vais finir par imploser ^^), mais je crois que l’être humain a de la ressource et que l’on peut faire bien mieux que ça. Plutôt que foutre des zillions pour sauver les banques et la finance, nous ferions mieux d’investir dans la recherche, qui crève la gueule ouverte dans pas mal de pays et qui pourrait faire aboutir des projets innovants.
      Je suis d’accord que tout n’est pas négatif dans le nucléaire – mais à terme, on ne sait pas parfaitement recycler les déchets que ça génère et les sites manquent encore de sûreté compte tenu du risque pour la population en cas d’explosion ou d’incident (mais s’ils ont mis docteur Mélodie sur le coup, c’est qu’il y a quand même un peu d’espoir 😉 ). Je suis bien évidemment d’accord que les gens demandent toujours plus d’énergie et qu’il faut bien trouver des solutions – mais la responsabilité du gouvernement reste grande dans le fait d’éduquer et de sensibiliser sa population à moins consommer d’énergie…ce qui n’est pas vraiment le cas pour le moment (ou alors en grande demi-teinte).
      Je ne pouvais malheureusement pas tout traiter dans ce billet d’humeur, mais globalement ce qui me rend totalement folle, c’est qu’on puisse revenir en 2 secondes sur un engagement pris et acté depuis 15 ans. Il est anormal de pouvoir faire ça…
      Bref, au plaisir de rééchanger sur le sujet avec toi 🙂
      Passe une belle journée !

      Aimé par 2 personnes

  4. Ce président (élu par 46,3 % des français) et son gouvernement sont au service des premiers de cordées, du CAC 40 et de ses actionnaires, la communauté européenne (27 pays quand même) itou. Il n’y a vraiment rien à en attendre en matière de transition écologique. Quelque élus locaux en sont conscients et tentent d’agir comme ils le peuvent, mais c’est loin d’être la majorité. C’est à nous d’agir et de faire pression, au final les multinationales ont besoin de nous, si nous cessons d’acheter leur daube et de changer radicalement de comportement et de cesser d’être des moutons de Panurge, elles s’effondreront, cela ne ce fera malheureusement pas du jour au lendemain.,

    J'aime

    1. Bonjour Régine, merci pour ton commentaire 🙂 Concernant, Macron, c’est certain…il est complètement dévoué à une élite qui vit en dehors des réalités économiques et sociales. Je lisais l’autre jour un article qui avançait qu’il ne serait peut-être jamais en capacité de comprendre le quotidien des classes sociales qu’il juge inférieures à la sienne…C’est triste…J’aimerais croire très fort aux solutions que tu énonces – et je pense en effet que nous jouerons, en tant qu’élu.e.s et citoyen.ne.s, un rôle primordial – mais tant que la gouvernance mondiale décidera que ce n’est pas le moment de changer, rien ne changera réellement. Mine de rien, quand on commence à s’intéresser à la transition écologique, on est un peu tête dans le guidon et on ne se rend plus compte que beauuuucoup de gens ne sont encore PAS DU TOUT sensibilisés à la crise climatique. Et je dois dire que ces personnes m’inquiètent un peu ! Mais tu as raison, à part agir en individuel à notre niveau, sensibiliser notre entourage et éventuellement, s’inscrire dans une forme ou une autre de militantisme politique, on ne peut pas faire beaucoup plus…
      Passe une très belle journée !

      J'aime

  5. Moi j’ai envie de dire que de toute façon, du moment que Brigitte peut s’offrir tranquillement ses assiettes à pain à un demi-million, l’honneur est sauf et le reste on s’en tamponne. Nan ?
    (J’avoue, je n’avais pas entendu (ou enregistré ?) cette nouvelle, mais en même temps, ils passent leur temps à revenir sur les pas de leurs prédécesseurs ces gens-là, alors j’ai arrêté de compter jusqu’à quelle année on a régressé. On doit être arrivés dans les années 40, là, je crois qu’on va pas tarder à reparler du droit de vote des femmes).

    J'aime

    1. Ah, le fameux service acheté « pour soutenir le patrimoine français » 😀 – argument qui m’avait complètement coupé la chique – ces gens là n’ont décidément honte de rien ^^
      Je trouve tous ces retours en arrière absolument terribles, parce qu’ils n’envoient pas le bon message. Encore une fois, Macron et sa clique montrent bien que l’écologie n’est pas la priorité – et je crois bien qu’ils vont continuer à nous rebattre les oreilles avec la croissance et le chômage, qui paraîtront bien surperflus en cas de réel effondrement…
      Pour ce qui est du droit des femmes, je suis aussi inquiète que toi…Entre les remises en cause de l’avortement, du droit à la contraception et la sappe méthodique et organisée de toute tentative de participation à la construction d’une autre société des femmes, on n’est pas rendues…
      Aller, je t’envoie des bises pour compenser ! Passe une chouette journée

      J'aime

  6. Coucou,

    Tout d’abord un très grand merci pour le partage!

    Je suis très admirée par ta détermination et ta position 😍.

    J’ai vu dans ta bio le mot « écologiste », pourrais-tu de ce fait me donner quelques conseils que je pourrais appliquer en tant qu’individu? Car de toute façon on ne pourra jamais changer le monde mais on peut toujours se changer soi-même…

    Une douce soirée et un gros bisou 😘

    J'aime

    1. Hello 🙂 un grand merci pour ton commentaire et pour tous ces beaux compliments !!
      Si je n’ai que deux conseils à te donner, c’est « remets le bon sens au centre de ta vie » et « re-apprends à regarder toute la beauté qu’il y a autour de toi – pour avoir envie de la protéger ».
      Et en réalité, je modifierais légèrement ta jolie avant-dernière phrase: changer le monde commence par changer soi-même 😉
      Passe une excellente journée !

      Aimé par 1 personne

      1. Oh bah c’est génial j’essaie déjà d’appliquer ces petites règles depuis un petit bout de temps. Cela me rassure, c’est que je suis sur la bonne voie. .😂 👌

        Un grand merci pour la réponse et un bon vendredi 😘

        J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s