Voyage

Les Woodstock à Montréal

Bonjour loulous et louloutes de la joyeuse bande qui m’entoure ! Est-ce que ça vous dirait de repartir au Canada pour alléger un peu cette difficile fin de semaine ? J’avais promis de vous débriefer mon loooong voyage du mois de Novembre sans trop vous assommer, d’où ma volonté de saucissonner le truc et de ne pas me lancer dans une dangereuse série de pavés dont tout le monde se fiche ou presque 😛 C’est un peu le drame des articles voyage, j’adore les écrire, mais j’ai l’impression que tout le monde s’en TAMPONNE absolument 😀 Après, comme déjà longuement discuté avec ma très chère Anousha, c’est parfois un peu dur de commenter un article de voyage, même si l’on a beaucoup aimé (cf. « Cool », « Trop bien les photos » et toi de te dire « OUAI, super QUOI, je viens de passer 5 heures sur cet article pour ça !!! »). Mais voilà, je le fais aussi pour moi et c’est bien là l’essentiel. Pour me souvenir, me remémorer, entre nostalgie et excitation retrouvée.

Je vous avais laissés à Stoneham-et-Tewkesbury, chez Sylvain. On y retourne pour bifurquer sur Montréal ? Attachez vos ceintures, le décollage est imminent !

d252712d_original

Jour 1 – Changement d’atmosphère (05/11/2018)

On se réveille chez Sylvain vers 7h00 (non sans avoir reculé d’une heure pendant la nuit, YOUPI – à nous la nuit noire à 16h30 🙂 A ne pas négliger si vous partez en Novembre !) et puis on descend prendre le petit déjeuner. La nuit a été rustique, on sent que le matelas n’est plus tout jeune, il n’y a pas de volets ni de rideaux, mais cette maison et l’atmosphère qu’elle dégage sont tellement reposants émotionnellement que je m’en contrefous.

Sylvain nous sert un petit déjeuner de champion composé de fruits (et je note encore une fois cette étonnante obsession Canadienne pour l’ananas, qui m’aura bien fait marrer pendant tout le séjour 😀 ), eggs bacon, bagels…un délice !

20181104_081022

Il nous fait goûter le miel que « sa blonde » (NDLR : sa copine) produit et propose à Ludo de goûter le chaga en infusion, et je dois dire que ce truc est une vraie curiosité ! C’est un champignon (que Sylvain récolte lui-même) qui pousse sur les meurtrissures des arbres. Chez nous, ça commence à se vendre, à prix d’or – of course – en tant que superaliment antioxydant. Ça a un petit goût étrange de papier mâché qui n’est pas déplaisant.

20181104_081036
Le fameux chaga !!

On charge les valises dans notre bien-aimé Mitsubishi et on se lance dans une superbe balade d’une bonne heure et demi dans le domaine forestier de Sylvain (qu’il entretient en permaculture – et je vous rassure, rien à voir avec un sombre aristo qui possèderait un hectare de forêt à Chambord et qui organiserait une chasse à courre tous les week-ends – c’est quelqu’un de très simple et de proche de la nature). Il nous fait visiter ses « coins », riches en histoires comme toujours, et je n’arrête pas de me casser la gueule tout le long de la balade…Ludo m’a surnommée le ‘Kelly Slater Canadien’ 😆 Arrivés à un point assez haut, on se retrouve face à la Rivière Jacques Cartier. C’est splendide et je crois que je me souviendrai très longtemps de ce moment magique. Sylvain raconte 1000 histoires et c’est un vrai moment de partage, comme on en vit rarement dans une vie. Nous terminons par la visite du domaine de son voisin, un autochtone de la tribu des Hurons-Wendat, sur lequel il a érigé des habitats traditionnels pour dormir, un sauna – et sur lequel il organise des retraites spirituelles. Sylvain nous apprend que selon les légendes de cette tribu, la Terre est considérée comme étant sur le dos d’une tortue. C’est si poétique…

Au moment de partir, je suis littéralement saisie par l’émotion. Faire une rencontre comme celle-là, avec autant de partage et de curiosité de l’autre, c’est juste ma raison de voyager. C’est donc très émus que nous reprenons la route pour gagner la prochaine destination de notre voyage : Montréal – à 4 heures de route de là.  Je vous remets le lien du Airbnb par-là, à ne pas rater si l’on passe dans la région !

On commence par prendre une route alternative gentiment donnée par Sylvain, plus longue mais bien plus sympa que l’autoroute (que l’on a reprise aux environs de Donnacona). Tous les bleds étaient très chouettes et on a grandement apprécié notre arrêt à Wendake, petite ville située sur la réserve de la tribu des Hurons-Wendat.

On s’arrête sur la route manger chez « Harvey’s » en écho à la série How I Met Your Mother, où tout le monde se moque de Robin, canadienne jusqu’au bout des ongles, qui croit que cette chaîne est ultra célèbre aux USA – alors qu’en fait, ça n’a jamais franchi la frontière ^^. C’est un peu mieux que MacDo, mais rien de fifou…Je m’amuse en testant tout un tas de sodas à la fontaine « refill » (c’est un grand principe Nord-Américain – dans les restos bon marché, tu payes la boiscaille une seule fois et après, tu peux te resservir autant de fois que tu veux – on a longuement disserté avec Ludo sur les bénéfices de s’enfiler 2 litrons de Coca, mais bon, que voulez-vous, c’est autre mode de vie 😉 ). J’ai goûté le Mountain Dew et la Root Beer – et…c’était IN-FECT 😀 Le premier, on dirait de la citrate de bétaïne méga sucrée et le deuxième, c’est…c’est chelou. En fait, c’est assez fou, mais ça a un goût de…cabinet de dentiste ^^ A essayer une fois dans sa vie, ça vaut le détour !

20181104_141517
Rien que du fast-food très classique !

On arrive à Montréal à la nuit tombante, vers 17h30, et on fait le plein du Mitsu en se tapant la maxi affiche au passage xD Parce qu’en fait, en arrivant à la pompe, on me pose la question très bizarre du « combien voulez-vous retirer ? » avec tout un choix de montants…Grosse panique chez les Woodstock (qui ont déjà mis au moins 15 minutes à trouver la trappe à essence – mais ça, c’est une autre histoire ! Qu’est-ce qu’elles sont compliquées ces voitures de riches !!), je dois appeler le caissier à l’interphone pour négocier un paiement en caisse parce que je ne comprends rien…#grosseaffiche #honteextrême…Il m’explique gentiment que le choix ne concerne pas le plein en lui-même, mais uniquement le plafond maximum !! En général, chez nous, c’est choisi d’office (genre 120 EUR MAX), mais là-bas, c’est à toi de le choisir comme un grand. Donc pas de panique, je conseille de voir grand et ce n’est pas parce que vous sélectionnez 200 € que ça va vous débiter cette somme. C’est juste un plafond de sécurité. C’était le point « touristes beubeus » 😀

Arrivés au logement (situé Avenue Summerhill), gros coup de déprime me concernant. Déjà, nous sommes accueillis par un concierge ultra suspicieux flanqué d’un énorme berger allemand répondant au doux nom de « Jeff » (qui s’avèrera être très gentil et que je surnommerais par la suite « Jeffrey (remets nous des glaçons) ») qui nous a demandé si on cherchait quelque chose en mode ‘C’est pour quoi ?’ pas très sympa…Euh…on fait du porte-à-porte, abruti ! Mais enfin, tu vois bien qu’on a d’énormes valises et qu’on galère, fais un effort, merde ! Et puis Montréal, c’est immense et TRES différent de ce que l’on a pu voir jusque-là. Ça fait très « ville en blocs » bien quadrillée à, l’américaine, comme on se l’imagine. Donc moi qui était en train de gambader dans ma forêt le matin même et qui avait adoré Québec, euh…Mouai !

20181106_090757
Voici le studio, qui aura parfaitement fait l’affaire !

Notre Airbnb est pas mal et plutôt propre – si l’on occulte la chasse d’eau qui fuit en continu (et dont le proprio a l’air de se tamponner royalement…) et le frigo qui fait un bruit de Boeing à l’atterrissage. Je vous mets le lien, même si j’aurais préféré être située ailleurs (quoi qu’il en soit, c’était pas si pire – on a eu bien plus catastrophique par la suite 😛 ).

Jour 2 – (Not) The Love at First Sight (06/11/2018)

20181106_101946

Après une nuit reposante dans un lit plutôt confortable, on palabre 20 ans sur Trip Advisor pour trouver le lieu du petit-déjeuner. (Parenthèse inattendue) Si je n’ai qu’UN conseil à vous donner si vous prévoyez un long voyage d’un mois ou plus, c’est de garder Trip Advisor le plus loin de vous possible. Sans mentir, on a dû y passer des heures, au point qu’à Boston, j’ai pété un câble à ce sujet : on passait plus de temps sur l’appli qu’à se balader dans les villes elles-mêmes. Donc TESTEZ CE QUI VOUS FAIT ENVIE et si c’est pas bon…c’est pas grave ! C’est la vie 🙂 Vous allez vous en remettre ! (Fin de la parenthèse inattendue). On a échoué chez Cora, situé 1240, rue Drummond, sorte de dîner à pancakes – œufs – gaufres un chouïa grosse intendance – mais pas trop mal. Ludo a pris un énorme gloubi-boulga choco banane (servi avec supplément de crème chocolat au cas où on n’aurait pas sa dose ^^) et j’ai, pour ma part, opté pour des pancakes et une salade de fruit en taille réduite – ce qui AMEN, ne me conduit à engloutir qu’une demi-corbeille de fruits tranchés (et toujours ce maudit ananas !).

20181105_094322

On décide d’aller visiter le quartier du port et le vieux Montréal, mais il fait un temps relativement pourri. Clairement, Montréal, c’est pas le maxi coup de cœur. Je trouve la ville froide, impersonnelle, trop ‘bien rangée’ et finalement, un peu abrupte – en tout cas au premier abord – et je ne suis pas conquise (donc je suis ronchon, au grand désarroi de Ludo 😛 ). Alors que l’on avait aimé l’ambiance si particulière de Québec, là, c’est plus international et…faut s’y faire !

20181105_102712

Je décide d’aller manger une Queue de Castor, beignet frit tartiné de différents toppings dont Anousha et mes collègues m’avaient tellement parlé, mais c’est fermé – ce qui achève de me faire rouspéter pour le reste de la journée.

20181105_141317

20181105_135105

On erre de quartiers en quartiers et on finit par tomber, vers 15h00, sur la micro-brasserie Le Saint Bock, qui propose un nombre invraisemblable de bières brassées sur place et/ou locales – et où l’on se sustente d’onion rings à la bière maison de bonne facture. Je conseille !

20181105_144600

On zone ensuite dans le quartier gay, un peu plus animé, très coloré et bourré d’art urbain. Ça me remet un peu de baume au cœur. Nous tombons même sur une exposition en plein air et ça n’est pas pour me déplaire.

20181105_155516

20181105_162202

20181105_155358
Dans la série, « ce que l’être humain n’aurait jamais dû inventer » ^^

Avant de rebifurquer vers l’appartement, nous avons, après 30 bonnes minutes de demi-dispute (je ne sais pas si vous maîtriser vous aussi le concept, mais en gros, ce sont tous ces moments où tu t’engueules, mais sans t’en tenir rigueur ^^) où je me suis retenue TRES FORT de ne pas étrangler Ludo à mains nues, opté pour le pass métro 3 jours à 18 dollars canadiens chacun (environ 12€) – n’hésitez pas, c’est une paille et ça vous permet de circuler facilement dans Montréal, même si, avec le recul, on a trouvé qu’il y aurait pu y avoir un peu plus de stations et de couverture. Cela dit, c’est tout neuf, très propre, sûr – vous pouvez y aller les yeux fermés.

20181105_124922

Le soir, vers 20h, on se décide à aller manger une poutine, plat canadien emblématique composé de frites, de sauce brune et de fromage en ‘grains’ (mais oui, c’est bien le fameux « Skouik Skouik » qui nous avait tant amusés à Québec 😉 ). On atterrit à La Banquise (994, rue Rachel Est), institution Montréalaise, indiquée par notre ami Julien quelques jours auparavant – qui nous avait conseillé d’attendre pour goûter « celle-là ». Bien qu’étant en semaine, il y a quand même du monde, mais ça défile. On attend environ 2 minutes avant de prendre place – mais prenez garde, il y a visiblement parfois plusieurs heures d’attente les week-ends. Nous avons opté pour la formule XL « Obélix » à partager (poutine classique surmontée de smoked meat – l’équivalent du pastrami New-Yorkais). On s’est amusé d’un mec à côté de nous qui a défoncé son assiette format XL tout seul, alors qu’on a galéré à deux ! Sinon, ouai. C’est bon. C’est des frites…C’est de la sauce…C’est du fromage…mais pas de quoi en faire un maxi foin quoi 🙄 Je suis contente d’avoir goûté, mais ça n’a pas changé ma vie, loin de là (et pourtant, dieu sait que je suis fan de frites 🙂 ).

20181105_205239

Sur le chemin du retour, j’ai été assez effarée par le nombre de gens dans la rue par ce froid…C’est le premier constat déplaisant que j’ai fait en arrivant à Montréal, il y a BEAUCOUP de SDF, et ça m’a fait mal au cœur. J’ai donné un billet de 5 dollars à un monsieur qui dormait dehors et il m’a regardé comme si c’était le plus beau jour de sa vie – alors que pour moi, c’était que dalle. Décidément, la vie nous fait réfléchir sur notre chance (pour le coup) à chaque coin de rue…

Jour 3 – Les montagnes russes (07/11/2018)

Ce matin, nous déjeunons au “Vieux Vélo” (59 rue Beaubien Est), qui sert des brunchs assez tard dans la journée, si mes souvenirs sont bons – situé dans le quartier Mont-Royal (on commence à connaître le trajet en métro par cœur tant tout à l’air de se situer dans ce quartier…). Et bon sang, quel incroyable délice !! J’opte pour les œufs végétariens et Ludo pour la version saumon…une maxi tuerie, assurément un des meilleurs petits déjeuners du séjour – et de loin. Courrez-y ! Les tarifs sont plus que corrects pour la qualité de ce que l’on mange.

20181106_104814

On décide ensuite d’aller se promener dans le quartier plutôt sympa de la petite Italie, sans but précis.

20181106_112103

Ça parle italien à tous les coins de rue, il y a des épiceries, des cafés…on poursuit sur la zone de la petite patrie quand soudainement, ça se corse méchamment. Il se met à tomber une espèce de pluie fine de merdouille bien glacée, dont le seul but dans la vie a l’air d’être de te mouiller un maximum.

20181106_132021

Arrive le moment fatidique où l’on décide d’aller acheter des bagels chez Fairmont, rue 74, rue Fairmount Ouest – institution Montréalaise qui les cuit encore au feu de bois, et là commence une des journées qui rentre facile dans le top 3 des plus merdiques qu’on a connues. On a marché… pfiou…je sais pas moi, au moins 10 bornes pour trouver le magasin, le tout sous une pluie diluvienne. Et même en s’explosant les yeux sur Google Maps, impossible de trouver le chemin, on a fait détours sur détours, on est passés sous le pont d’une autoroute, le long d’une voie ferrée… incompréhensible !!

D’ailleurs, Anousha, si tu me lis, n’est-ce pas dans ce coin que tu as galéré toi aussi ? Quelle merde, n’est-ce pas 😛 ?

20181106_130024

20181106_130715

Nous finissons par arriver chez Fairmont après 2 heures de marche d’un bon pas, trempés jusqu’aux os, à moitié surgelés, j’ai dû gérer (de bonne guerre, moi, c’était la veille) un Ludo casse-pieds au possible qui a voulu faire demi-tour au moins 3 fois…mais le jeu en vaut LARGEMENT la chandelle, puisque les bagels sont les meilleurs que nous avons jamais goûtés et pas un ne les aura surpassés durant tout le séjour. J’opte pour Cannelle Raisin, Ludo pour un à la myrtille et on en achète un aux graines de cumin pour grignoter le soir – le tout à un prix très raisonnable.

20181106_113403

20181106_114945
Montréal, la ville des travaux perpétuels – à cette période de l’année en tout cas !
20181106_115926
Si quelqu’un parvient à m’expliquer ce panneau de stationnement, TYPIQUE du Canada, qu’il/elle me donne son IBAN, je lui vire 50€ tout de suite 😛

Après un petit tour au marché Jean Talon (c’est toujours sympa de flâner parmi les producteurs locaux), nous décidons de nous rendre au Centre Bell, stade des Canadians, l’équipe de hockey de Montréal (qui fait visiblement une bien plus belle saison qu’attendue). Arrivés là-bas, c’est la désillusion : non seulement c’est fermé, mais c’est 20 dollars canadiens juste pour visiter le stade, à certaines heures de la journée seulement. À ce moment, nous passons de vaguement soûlés à totalement blasés, on prend 2-3 photos, puis on file se réfugier dans un bar sportif super quelconque pour boire un truc chaud.

20181106_134915

Vers 16h00, on file faire 2-3 courses pour manger à l’appartement le soir même (on essaie de contrôler le budget et notre poids 😉 ) – qui s’avéreront être les plus cheloues que j’ai faites dans ma vie. On va dans un genre de Carrefour Market…il y a au moins 6 rayons fromage différents et tout est organisé d’une manière super étrange…résultat, on passe 3 plombes à essayer de trouver ce que l’on veut. C’est assez drôle de se confronter aux habitudes des autres pays cela dit, c’est très différent de ce que l’on peut voir chez nous ! (Petit point frometon) Petite précision : si vous êtes fans de fromages autres qu’industriels, passez clairement votre chemin en Amérique du Nord !!! Ou bien lâchez un rein pour le moindre truc !! On a tendance à l’oublier, mais en Europe, les éleveurs laitiers ont des subventions de dingue, ce qui leur permet de réduire le prix du lait. Là-bas, c’est prix d’or – donc vends tes globes oculaires pour un pot de yaourt ou un Caprice des Dieux…

20181106_155018
Léonard Cohen nous observe !

Après les courses, on rentre se poser un peu parce que la journée est un peu pourrave et que…c’est ça aussi les vacances !!

20181106_153944

Le soir, nous allons voir la première mi-temps du match des Canadians chez Serge (4281 Blvd Saint-Laurent), bar sportif dans ce maudit quartier de Mont-Royal (le choix de bières pression n’est pas folichon, mais il y a une bonne ambiance).

20181106_194751
Le fier taureau mécanique de Chez Serge

On rentre sagement dès que le puissant cornet sonne la fin du temps réglementaire, non sans avoir croisé un couple qui dort sous un drap à même le trottoir – ce qui ne manque pas de me glacer le sang et de me foutre un bourdon pas possible. Comment aider au mieux ?

Jour 4 – Un kilomètre à pied… (08/11/2018)

Le matin, nous décidons de nous rendre de nouveau dans le quartier « Fuckin’ » Mont-Royal (à la fin, je dois vous dire qu’on en avait carrément marre d’aller là-bas et qu’on a eu l’impression de passer à côté d’autres quartiers…je pense que c’est en grande partie dû à notre incapacité à nous détacher de Trip Advisor les premiers temps (comme c’est un quartier hyper touristique, il est tout simplement surreprésenté…)) pour déjeuner dans le restaurant Pot Masson (3141 rue Masson).

Arrivés à notre station de métro, c’est le drame – alors que je suis sur mon smartphone en train de vérifier où est le restaurant (OUI, JE SAIS, c’est pas bien d’être le nez rivé sur un écran ET de marcher en même temps, j’avoue ma faute – mais ne soyons pas hypocrites, on l’a tous/toutes fait un jour où l’autre !), je traverse au rouge sur un passage piéton alors que le trafic a repris. Et qui était sur le carrefour pile à ce moment-là ? Je vous le donne en mille : UNE VOITURE DE POLICE 😀 (La poisse, vous avez dit ?). Et franchement, la policière au volant, elle m’a juste sauté à la gorge. Pour vous esquisser le tableau, dans la forêt, j’aurai été bambi, et elle le chasseur armé d’un fusil à canon scié 😆 Elle a foutu la sirène, m’a klaxonnée comme une malade et m’a demandé de revenir sur mes pas MANU MILITARI « Venez-là Mademoiselle » (bon, déjà ça commence fort, détestant cordialement ce terme que je juge infantilisant au possible…mais comment dire, il y a des moments où il vaut mieux ferme sa gueule ^^). Elle a pété un câble « Oui, vous étiez sur votre cellulaire et vous ne venez même pas quand on vous klaxonne, c’est quoi cette attitude ? » (euh non, j’ai juste été surprise en fait, calme toi Ginette !), et elle a commencé à m’accrocher au porte-manteau comme je ne l’avais pas été depuis des années !! « Est-ce que vous voulez que je vous rédige un rapport ?? C’est ça VOUS VOULEZ UN RAPPORT ?? » (Etant donné que j’étais complètement en tort, je me suis répandue en excuses, disant que j’étais désolée, que je reconnaissais mon erreur, que je n’avais pas vu le feu, toussa toussa). Ludo, qui me suivait, s’est fait alpaguer d’un tonitruant « Est-ce que vous êtes avec elle Monsieur ? Vous voulez que je vous rédige un rapport à tous les deux, c’est ça ? ». Et là, la meuf, elle était TELLEMENT vénère et TELLEMENT agressive qu’il y a eu un vrai moment de flottement où je me suis dit ‘en fait, on va finir au poste pour une histoire de passage piéton’. Je lui ai répété que non, que je m’étais excusée et que je n’avais pas vu – que je ne pouvais rien lui dire de plus. Elle m’a regardé, a poussé un énorme soufflement et est partie sur les chapeaux de roue sans dire aurevoir. J’avoue avoir lancé un « Bon ben, et surtout bonne journée Madame » un peu fort (et un peu provocateur 😛 Elle ne se tait donc jamais cette fille !). J’ai fini de traverser ma route toute dépitée et choquée par tant d’agressivité verbale…Alors que l’on m’avait décrit les flics canadien.ne.s comme ultra cools, là, c’était l’exact opposé. Et mine de rien, toi, quand tu viens de France, inconsciemment, tu as ancré dans ta tête cette notion du piéton tout puissant ^^ ça ne viendrait jamais à l’idée d’un.e flic français.e d’agresser à ce point quelqu’un qui a traversé sans regarder, d’où notre grand étonnement…J’ai trouvé que ça n’était pas très touriste friendly surtout que je suis restée très polie. M’enfin, y a des con.ne.s partout qu’ils disent, hein !

Arrivés chez Pot Masson, je me remets de mes émotions avec un très bon bagel au saumon et une coupe de fruits frais, pendant que Ludo déguste des crêpes aux pommes. C’est très bon, le personnel est adorable et on se fait déjà un peu mieux au « Bonjour, tu vas bien ? » 🙂

20181107_111858

Grands fous que nous sommes, nous répondons dorénavant par un « oui et toi ? » sans faire gloups ! A la fin du déj-repas, nous remercions la serveuse qui nous gratifie d’un « mais ça m’fait plaiiisir ! », ce qui arrive très souvent au Canada…Toujours cette gentillesse incroyable, qui a l’air ultra sincère et qui nous fait halluciner en comparaison aux serveurs/serveuses en France qui sont parfois à la limite de l’imbuvable…

Nous prenons ensuite le métro pour nous rapprocher du Jardin Botanique de Montréal – qui se trouve non loin du biodôme (caché derrière un espèce de bâtiment datant des Jeux Olympiques très URSS), sorte de curiosité architecturale abritant un musée orienté nature et développement durable – que l’on n’a pas pu visiter car en travaux au moment de notre séjour (jusque fin d’été 2019 pour celles et ceux que ça intéresse)…

20181107_121418

Le Jardin Botanique (4101 rue Sherbrooke Est) est quant à lui ouvert et petit coup de chance, les tourniquets sont tous levés : on peut entrer gratuitement (alors que ça m’a l’air d’être une vingtaine de dollars canadiens (13€) par tête en temps normal – 37€ pour une famille de 2 adultes et 2 ou 3 enfants).

20181107_125211

Cependant, le parc est un peu déplumé en cette période pré-hivernale et j’aurai trouvé un peu gonflé qu’ils nous fassent payer plein pot pour voir deux trois buissons de-ci de-là. Quoi qu’il en soit, le parc est magnifique.

20181107_122529

C’est extrêmement vert, il y a au moins 6 ou 7 immenses parties à thème (Japon, jardin des premières nations, faune de montagne…), des jeux assez cool pour les pitchous (que j’ai tous testés, bien évidemment 😛 ), un tas de curiosités un peu partout (on a beaucoup aimé les insectes sous bulles grossissantes devant l’insectarium), de grandes étendues pour gambader et…je sais pas, je lui ai trouvé un côté un peu bordélique, pas rangé, qui m’a littéralement conquise !

20181107_130607

Même payant, ça vaut le coup ! Ce bain de verdure me fait le plus grand bien dans cette ville qui me laisse jusqu’alors relativement indifférente.

Après cela, on file vers Crémy Pâtisserie (2202 rue Mont Royal Est) – TOUJOURS dans ce satané quartier 😛 – spot à donuts couru de la ville pour un petit goûter bien mérité. Le magasin, et je suis absolument sciée quand je m’en rends compte, est situé juste.à.côté.d’un.centre.pour.l’obésité.infantile. What the fucking fuck ?? Niveau circonstances, je ne sais pas si on pouvait faire pire ! C’est bon, mais assez copieux – pas trop l’idée que je me faisais du truc.

20181107_141142

Cela dit, vous pouvez y aller les yeux fermés, le personnel est adorable et les produits ont l’air d’être de qualité…je valide !

Ensuite, après avoir marché, marché, marché et encore marché, nous décidons de redonner sa chance au Vieux Montréal…qui ne nous conquiert pas vraiment plus que la première fois. Ludo rentre en fraudant dans une église (ouuuh le gros rebelle qui passe par la sortie – Thug Life le mec ! Moi, je reste dehors, encore dans la hantise de mon altercation du matin…) pour laquelle ils demandent un droit d’entrée de 6 dollars (plus ou moins 4€) – et ça, c’est un truc qui nous choque plutôt : chez nous, même Notre Dame de Paris, c’est gratos quoi 🙄 Alors bon, que tu fasses payer pour une expo, une visite guidée ou que tu encourages le don, ok…mais de là à faire raquer juste pour entrer dans une église…Et encore, au Canada, c’est soft, ça sera encore plus exacerbé aux USA…Bref, on commence aussi à voir les choses sous un autre angle et à se dire qu’on a de la chance de vivre en France. Il y a quand même énormément de lieux culturels accessibles gratuitement.

On se finit à la petite Bourgogne, quartier (assez cossu) des brocanteurs, où je trouve ENFIN une boutique qui vend des oriculis (le mien s’étant sournoisement caché dans ma salle-de-bain juste avant le départ – pour celles et ceux qui se disent « Kessessé ça ? », c’est par ici 😉 ) et on écourte la visite parce que la pluie, ça alors !, se remet à tomber relativement fort.

Le soir, nous dînons chez Reuben’s Deli (1116 rue Sainte-Catherine Ouest), adresse très connue pour ses sandwichs à la viande fumée – que nous voulions goûter avant de partir, pour faire le match avec les pastramis de NYC. Là-dedans, tout est gargantuesque et on s’amuse de notre serveur, qui a une vraie dégaine de Carl Winslow typé Indien, belle moustache, petit bedaine saillante, voie grave de crooner jazzy xD Un personnage ! On commence par une crème d’épinards qui s’avèrera être une espèce de soupe assez grasse montée au bouillon de poulet avec 2-3 brins de verdure qui se battent en duel – et pour terminer, on se partage un Reuben’s Original (largement suffisant, vous pouvez me croire), qui s’avérera bon mais bien trop salé.

20181107_205346

Ici, le service est un peu péniblos – et – alors que l’on nous avait relativement fichu la paix dans les autres établissements canadiens – ici, on sent qu’on est là pour faire du chiffre. Ludo manque de se faire débarrasser son assiette alors qu’il mange encore et ça nous gonfle un peu (ce que l’on ne sait pas à ce moment du séjour, c’est que ce genre de service est TYPIQUE des Etats-Unis – en gros, tu manges et tu te casses xD Un peu violent pour nous, pauvres petits européens qui adorent passer des heures à table – je ne dis pas que c’est forcément mieux chez nous, mais disons que ça désarçonne !). En bref, le prix est correct, mais je suis sûre qu’on peut trouver mieux.

Jour 5 – Homesick (09/11/2018)

Ce matin, j’ai la loose totale. Peut-être est-ce le fait d’être loin de chez moi, que je sois un peu empêtrée dans le deuil de mon grand-père + d’être dans une ville qui ne me séduit pas du tout – mais j’ai le moral dans les chaussettes.

On se décidé à aller petit-déjeuner vers 10h00 et on atterrit chez au Cafe Aunja, situé 1448 Sherbrooke Street West, petit spot iranien où l’on peut prendre un combo typique. Mais oupsi oups, ça coince ! On s’installe, le serveur n’a absolument pas l’air d’avoir envie de nous filer la carte et en plus, il a l’air de s’engueuler avec les nénettes en cuisine. Bon. Bon, bon, bon. 5 minutes, rien. 10 minutes, rien. 15 minutes…aller, on se casse ! On est déçus, parce que ça avait l’air vraiment bon – mais un quart d’heure, sans carte et sans même que l’on te dise bonjour, mouai ! On repassera !

20181108_103830

On finit par échouer dans un Hinnawi Bros Bagel & Café, où les serveuses ne sont pas super démerdes, et où je finis avec un bagel bien blanc – chips à 11 heures du matin…Et en plus, c’était pas gégé…La journée commence moyen !

En début d’aprem, j’ai un coup de blues MONUMENTAL, je suis au bord des larmes et Ludo décide de me traîner au fameux Parc Mont-Royal pour me sortir de mon incurable morosité.

20181108_122623

On déambule dans le parc…qui ne me conquiert pas (ou tout du moins pas autant que le jardin botanique). Je ne sais, peut-être que ça n’était pas la période idéale – mais je l’ai trouvé presque trop grand et extrêmement quelconque. Il y a quelques jolis points de vue urbains, mais c’est pas vraiment ma came donc voili voilou…

20181108_124548

On continue une bonne partie de l’après-midi, allant du lac aux castors (sans castors – est-ce que vous entendez la déception dans ma voix ? 😀 ), en passant par une gigantesque croix lumineuse ultra kitch située au point le plus haut du parc, le tout en se faisant à moitié agresser par des écureuils.

20181108_140055

Parce qu’en fait, ces fameux écureuils, faut que j’en parle deux secondes. Avant d’aller au Canada, je voyais ça comme des jolies petites frimousses créant de sympathiques éclairs roux impromptus dans mon champ de vision, mais ça, c’était avant. Problème n°1 : même si c’est marqué ABSOLUMENT PARTOUT qu’il ne faut pas leur donner à manger, que font les gens, à votre avis ? Ils.donnent.à.manger.aux.écureuils. Of course 🙄 Donc du coup, quand tu as de la bouffe, ils sont TRES insistants et vont même jusqu’à te poursuivre au point où ça en devient assez effrayant. Problème n°2 : je pense qu’il y a un vrai problème de surpopulation, avec tous les problèmes que ça pose. Je ne sais pas s’il y a déjà eu des études de faites sur la consanguinité entre écureuils, mais certains avaient vraiment l’air FOUS et AGRESSIFS, mais genre complètement fralés. J’ai voulu en prendre un ou deux en photo pour le fun, et ils m’ont littéralement couru après au point que j’ai cru qu’ils allaient me grimper dessus. Ça a donné lieu à des scènes assez surréalistes où je hurlais en tapant un gros sprint, poursuivie par un écureuil, pendant que Ludo se fendait la poire 3 mètres derrière. Courageuse mais pas téméraire la fille. Bref.

20181108_131609

Après 10 bons kilomètres de marche, nous redescendons par l’avenue Sherbrooke et on a rejoint le coin de notre logement pour se mettre en quête d’un spot à jus frais (c’est pas le tout, mais la verdure commence à nous manquer). Nous finissons chez Jugo Juice, situé 1515 rue Sainte-Catherine Ouest, où l’on a presque dû se battre avec la serveuse pour n’avoir ni paille ni capuchon de gobelet…mais où on a pu faire le plein de vitamines. On commence à en avoir ras la casquette de tout ce jetable que nous voyons PARTOUT (clairement, tout le monde se balade avec son gobelet de café avec capuchon plastoc’ en permanence). C’est un autre monde, vraiment. Ecologie : presque 0…

Le soir arrivant, on file vers un resto coréen répondant au doux nom de « Restaurant Ganadara » (et situé 1862 Boulevard de Maisonneuve) qu’on avait repéré et devant lequel il y avait une queue monstre tous les soirs. S’il y a du monde, c’est que c’est forcément bon, non ? On attend une petite demi-heure dehors avant de se faire placer.

20181108_204537

Une serveuse MEGA CANON nous sert un délicieux kimchi épicé pour commencer et on commande des sortes de beignets de riz frit en entrée – bons (un peu gluants, mais appétissants 😛 ), mais nappés de bien trop de sauce.

20181108_205716

J’enchaîne personnellement sur un bibimbap aux crevettes de bonne facture et Ludo, quant à lui, opte pour du porc pané avec riz, salade de maïs et de choux. C’est très généreux et on sort repus sans s’être ruinés. LA grande question étant, cela valait-il le coup d’attendre ? Non. C’était bien, sans être le meilleur coréen de notre vie (qui se trouve bel et bien à Paris, quelle chance 😀 ) – je soupçonne le lieu d’être plein pour son bon rapport qualité-prix.

20181108_210142

Aller, je m’arrête ici. La suite au prochain épisode les enfants ! 🙂

Donc voilà voilà, après quelques pages d’assommage en règle, je vous confirme que Montréal, ça n’a pas été le gros coup de cœur…et qu’on n’y retournera certainement pas. Je ne sais pas, peut-être que c’est parce qu’on a globalement eu un temps bien pourri, peut-être qu’on n’a pas réussi à entrer dans l’atmosphère de la ville, peut-être que les émotions tristounes de ces quelques jours ont obscurci mon jugement…ça m’a rappelé notre visite de Belfast, en Irlande du Nord – dont on a eu la sensation d’être complètement passés à côté. Dans un voyage 100% canadien avec beaucoup de nature, ça me paraît sympa de faire étape, mais là, dans un voyage 90% city-trip, ça aura été une réelle déception. A ce stade-là du séjour, je me suis mise à flipper à mort : on avait encore pas loin de 3 semaines de grandes villes devant nous et j’ai eu peur, avec cette expérience mitigée, de prendre les autres en grippe et d’être en cruel manque de verdure (genre oh la la, mon dieu, mais keskonafé 😆 ?). Mais ça, c’était sans compter sur Boston, qui a définitivement volé mon cœur ❤

On se retrouve dans quelques semaines pour la suite !  Je vous souhaite un très beau week-end et vous envoie un escadron de bisous.

Ecureuil Frapadingue et Œufs Bénédictine !

Manon Woodstock.

20 réflexions au sujet de “Les Woodstock à Montréal”

    1. Hello Cindy, merci pour ton commentaire 🙂 Personnellement, j’ai arrêté il y a bien longtemps de me prendre la tête avec la longueur 😛 Les articles voyages, c’est aussi pour y revenir moi même et me remettre des bons souvenirs plein la tête – alors si les gens peuvent y trouver de bons conseils, je considère que tout le monde est gagnant 😉
      Très belle semaine à toi !

      Aimé par 1 personne

    1. Rahhhh, je sens que je vais te décevoir, mais pas du tout 😛 j’étais pas dans le mood ce soir là, et en plus, je suis même pas sûre qu’il était fonctionnel (non non, je ne me cherche absolument pas d’excuses 😀 ). Cela dit, ces bêtes là me terrifient, je reste traumatisée par l’épisode de Desperate Housewives dans lequel Susan Mayer se prend un énorme coup de corne dans la tronche (scène qui m’a toujours procuré un sentiment partagé de jubilation extrême et de terreur !).

      Aimé par 1 personne

      1. Haha j’ai pensé au même épisode en voyant la photo du taureau mécanique ! ^^
        Perso j’essaierai jamais un truc comme ça : trop peur que ça me file la gerbe et surtout trop peur de me taper la honte comme cette pauvre Susan… 🙂

        J'aime

  1. J’aime bien moi quand tu balances des tartines sur tes voyage, étant dans le même cas … 😉 Tu arrives à bien partager ton ressenti, on a l’impression de vivre ces aventures avec toi, c’est ce que j’aime 🙂

    J'aime

    1. Hello, merci baucoup pour ton commentaire 😀 Vive les tartines de voyage alors !!! Longue vie aux articles très très longs !!
      Au delà de ça, et je pense que c’est un peu pareil pour toi, j’écris ces articles pour me laisser une trace – si ça peut servir aux gens et leur permettre de se faire un avis, c’est tout bénéf’ 😉
      Belle semaine à toi !

      Aimé par 1 personne

      1. Oui c’est pareil pour moi. J’écris les articles pour ne pas oublier trop de détails ou d’anecdotes. Au départ, lors de notre 1er roadtrip de 3 semaines, j’ai balancé tout un tas de photos sur FB avec quelques explications succintes, même beaucoup trop succintes car à peine 1 an plus tard, en relisant ce que j’avais mis la mémoire avait du mal à se re-situer, des lieux que je n’arrivais plus à visualiser. Les émotions sont restées mais j’ai été chagriné que ces moments aient disparus dans les mailles du temps. Du coup, je me suis lancé dans la rédaction de notre blog. Ca me prend beaucoup de temps entre le traitement des photos (étant photographe) et les rédactions, mais j’y prend du plaisir et ça me sert des fois pour répondre à une collègue « Tu as déjà été là ? C’est comment ? ». Une façon de fixer les moments et aussi une façon de le re-vivre une seconde fois avec du recul, ça aide à s’améliorer pour les prochains 😉 Des fois j’indique mon blog quand on me demande des astuces ou des avis sur un coin où j’ai été. Je note aussi chaque lieu où nous avons dormi sur une carte google (présente sur le blog), un mémento géographique où nous avons été avec notre maison secondaire à 4 roues. Et voilà, j’ai encore pondu une tartine, c’est fou ça ^^

        J'aime

      2. T’inquiètes, j’aime les tartines moi 😛 Tu illustres parfaitement la double utilité de ces articles. On fait une photo globale pour nous-même ET on en fait profiter les autres. Tout le monde en sort gagnant.

        Aimé par 1 personne

  2. Coucou !!! Tu as l’air d’avoir bien profité de ces moments, c’est le principal !!! J’aimerai vraiment découvrir le Canada dans les années à venir, en PVT par exemple. Reste à convaincre Monsieur Scintille qui n’aime pas le froid !!!

    A très vite ma belle 🙂

    J'aime

    1. Hello miss ! Merci pour ton commentaire 😉 C’est certain, j’ai profité de ce voyage autant que j’ai pu dans les circonstances compliquées qui étaient les miennes au moment de partir. Le Canada est un pays passionnant et je crois que l’on y retournera plus facilement qu’aux Etats-Unis. Que Monsieur Scintille ne s’inquiète pas, avec un bon manteau, tout est possible 😛
      Passe une belle semaine !

      Aimé par 1 personne

    1. Hello Mélodie, MAIS BIEN SÛR 😀 Je l’avoue sans honte: j’écris essentiellement ces articles pour moi. De temps à autre, je viens les relire et ça me donne directement le sourire.
      Moi aussi, j’adore tes articles de randonnée, même si je ne commente pas toujours, ça me bombarde de jolies images et ainsi, mes journées commencent sur de meilleures bases 😉
      Passe une belle semaine ❤

      Aimé par 1 personne

      1. Salut Manon, Oh comme c’est gentil de penser à moi lol. Je suis d’accord avec toi ce genre d’article n’est pas toujours facile à commenter mais le principal c’est de prendre plaisir à l’écrire et le partager. Bonne semaine à toi aussi.

        J'aime

      2. Hello Mélodie 😉 merci pour ton commentaire ! Tout à fait ! C’est bien pour cela qu’on a un blog, non ? Pour se faire plaisir avant tout ! Et quel bonheur de replonger plus tard dans ses souvenirs de vacances et de se remémorer des détails qu’on avait oubliés…

        Aimé par 1 personne

Répondre à Mademoiselle Scintille Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s