Quotidien Green, Réduction des déchets

Un an de déconsommation: Le bilan

Envie de gagner du temps et de l’argent tout en simplifiant ton quotidien ? N’hésite plus une seconde et abonne-toi à mon mini-cours gratuit en cliquant sur la superbe image ci-dessous 🙂

Blog freebie


Salut cocos et cocottes, j’espère que tout le monde va pour le mieux par chez vous et que les fêtes de Noël augurent de chouettes moments en famille ! Point d’article hier pour cause d’apocalypse au travail – les clients se rappelant soudain tous en cœur leur besoin irrépressible de factures (la vie est bien faite tout de même, vous ne trouvez pas 😉 ?). Donc, je me suis dit *Manon, pas de stress, tu vas me finir cet article tranquillement demain matin, en pyjama Hello Kitty, avec un mug rempli à ras-bord de café au lait* – situation dans laquelle je me trouve mot pour mot.

Dans un tout autre registre, je dois vous avouer que l’esprit du gros bonhomme rouge (oui, vous savez celui que l’on appelle le « Père-Noël », à qui l’on trouve les joues bien rouges et fraîches – qui est en réalité votre Tonton René, complètement pompette, à qui on a plongé la tête dans la neige pour tenter de le rendre présentable devant les enfants) est en train de me quitter petit-à-petit. Cette année, les fêtes me gonflent. Déjà, quand ton département RH te contacte LA GUEULE ENFARINEE la veille de ton départ en congés (posés depuis plus de 2 mois tout de même) pour te dire « ah ben merde, il semblerait qu’on se soit trompés dans ton solde », t’as déjà envie de frapper des gens sans raison dans la rue juste pour te défouler. Mais alors quand ton courtier t’appelle pour te dire que ton notaire a « perdu » ton dossier (WTF !) et que la signature pour l’achat ton appartement avant la fin de l’année (et que tu as déjà enchaîné les galères jusque-là) est plus que compromise, tu passes à « au bord de l’implosion »…FAITES TOUS VOTRE PUTAIN DE TRAVAIL BON SANG !! Quand tu te rends compte que les gens qui sont payés pour te faciliter la vie tout autour de toi ne font que t’enfoncer d’avantage, je peux t’assurer que tu n’as qu’une envie : tuer quelqu’un à mains nues et de croquer dans son cœur encore palpitant (tu la vois la colère là ? 😛 ). Mais vous savez quoi ? Malgré cette période difficile où tout s’imbrique assez mal, j’ai la sensation qu’une fois encore, la vie m’envoie un message qui va beaucoup me servir dans ma future aventure entrepreneuriale. Mon courtier avec qui j’ai eu tant de problèmes ? C’est l’agent immobilier me l’a conseillé. Ma notaire qui a visiblement confondu classeur et déchiqueteuse ? C’est ma maman qui m’a tournée vers elle (non sans mauvaise intention, j’interprète juste les signes !). Les RH du boulot ? La relation avec eux m’est imposée de facto. Alors voici mon ‘message’ en cette fin d’année.

Ne fais entrer dans ta vie (ou dans ton business) que celles et ceux que tu as personnellement choisi. Parce que si cette personne merde, tu pourras te dire « ok, j’ai mal jugé la situation, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même, cette personne n’est pas pour moi ». Mais être face à quelqu’un qui merdouille sévère et que TU n’as pas choisi, c’est l’angoisse. T’as envie d’étriper la personne qui te l’a conseillée et ça, en plus de faire tâche sous le sapin, ça n’est pas juste…parce que c’est justement toi qui a demandé le conseil ! Ouuuhh je tiens quelque chose là 😉 Premier article de la nouvelle année ? Seul l’avenir nous le dira !

En parlant de choses que je choisis de faire entrer sciemment dans ma vie (pfiiiouu c’te transition de booosssssss !!! Comme dirait l’expression populaire, « les jaloux vont maigrir » 😛 ), il faut que quand même que je vous débriefe mon Zero Waste Challenge, pour bien finir cette chouette année 2018 qui vient de s’écouler. Il y a presqu’un an, je m’inscrivais dans une dynamique plutôt candide de « zéro achat en 2018 », défi organisé par la bien-nommée association Zero Waste France. Au début, je n’avais pas de grandes attentes vis-à-vis de ce truc et je m’étais lancée là-dedans en mode « on verra », vous promettant jurant crachant de ne rien acheter en 2018 (ou de « penser chaque achat neuf ») et de remettre en cause mon rapport à tous les produits jetables encore présents dans ma vie. Alors c’était comment cette année de « déconsommation » ?

C’était OUF. Je n’aurais jamais cru dire ça il y a un an, mais ça m’a apporté tellement de choses positives et j’ai fait un tel bond en avant dans ma réflexion que j’ai juste envie de conseiller à tout le monde de se lancer dans cette belle aventure. On y va pour le débrief ?

Mes achats neufs en 2018

Avant de sombrer dans un dangereux discours écolo bobo faux-cul de service « non, je n’ai rien acheté de neuf cette année monsieur l’agent », laissez-moi me confesser de suite : j’ai bien acheté des choses neuves en 2018.

*Mais comment ?* s’exclame la foule en délire *Regardez-moi cette menteuse ! Au bûcher ! Qu’on la grille pour la servir en casse-croûtes aux Gilets Jaunes de permanence sur les ronds-points*

Arf, mais non, mais non, Jacqueline, ne vous énervez pas à ce point ! C’est Noël quand même, merde 😀 ! Si je partage cette liste avec vous, c’est avant tout pour vous expliquer par quelle réflexion je suis passée pour chacun des objets que j’ai acquis cette année. D’ailleurs le ZWC n’était pas culpabilisant pour un sou là-dessus, un de leurs objectifs principaux ayant aussi été de prôner le retour de l’achat en conscience.

Je précise que je ne compte pas ce que Ludo s’est acheté pour lui seul. J’estime que c’est son problème et que je n’ai pas à le porter sur mon dos telle une pauvre tortue Luth soufflante. Plus sérieusement, je ne me suis pas imposée la charge mentale supplémentaire de faire attention pour lui, qu’il se débrouille ce jeune 😉 ! Je note également que je ne compte que les cadeaux que j’ai volontairement demandés.

Donc, rien que pour vous aujourd’hui, voici la liste de tous mes achats neufs de 2018, sans compter les consommables de base – notamment pour l’hygiène et l’alimentation :

  • Un mascara rechargeable de la marque Couleur Caramel – dont le principe de rechargement s’est avéré être une totale fumisterie – ce qui m’avait pas mal mise en pétard (j’en avais parlé par-là).

20180106_130510

  • Un matelas et un sommier (obligés, car changement de taille) Technilat, fabriqués dans l’Aveyron – vendu par une vendeuse (ah ah, vas-y Manon, enfonce moi cette porte-ouverte 😀 ) extraordinaire du nom de Gisèle – 40 ans de carrière au bagou derrière elle – nous « priant de la croire » que nous faisions une possibilité de commis..*aheum* un achat cher sur le moment – mais incroyablement rentable à l’avenir (ET TOUT LE BLABLA), que nous pouvions « revenir la chercher si nous n’étions pas satisfaits » – en mode Fight Club ‘surtout revenez me casser la gueule si vous dormez mal’ ^^ On a bien réfléchi avant d’acheter et j’ai fait du lobbying intensif pour que l’on opte pour un matelas contenant un maximum de fibres naturelles et ayant une bonne durée de vie. On a donc mis le prix, mais pour du latex naturel + une durée de vie annoncée (par Gisèle qui ne dit QUE la vérité 🙂 ) de 15 longues années. Ça me rappelle d’ailleurs de bons souvenirs, comme ce fameux jour où les livreurs ont déposé le matelas dans notre cuisine – qu’on a découvert qu’il n’avait aucune poignée (alors qu’il pèse un bon 60 kilos) ET qu’il n’était pas sûr de passer DU TOUT dans notre escalier super raide (à tel point qu’on a envisagé d’installer la chambre à coucher dans la cuisine). Je ne vous dis pas le ouf de soulagement quand il a fini par franchir l’encadrement de la porte de la chambre (non sans l’avoir énergiquement bourré). Et dire que je redéménage dans quelques semaines ! Ha Ha Ha.
  • Deux alèses de matelas, pour pouvoir pisser au lit en toute tranquillité.
  • Du linge de lit (que je me suis fait offrir pour mon anniversaire par ma très gentille maman qui me gâte trop 😛 ), composé de 4 draps housses, de deux taies d’oreilles et d’une housse de couette.
  • Un pinceau en silicone pour la cuisine, parce que Ludo, en bon pénible qu’il est, a subitement décidé que mon pinceau en poils de chameau, c’était « de la daube en barre ».
  • Des bidules de loisirs créatifs en tout genre (peinture à verre, stickers, mini balais de sorcière, formes en polystyrène, bombe de peinture, papier canson de différentes couleurs, papier crépon, fermoir à boucles d’oreilles – qui ont servi pour de merveilleuses éditions limitées en plastique fou pour la Saint Patrick, fil de fer coloré, petit cutter bistouri, paillettes et quelques autres merdouilles). C’est mon seul « gros craquage de l’année » où j’ai acheté des trucs dont je n’avais peut-être pas objectivement besoin. Mais bon voilà, j’étais chez un ami de ma maman qui a dû fermer sa boutique de peinture et loisirs créatifs – et je me suis un peu laissé enivrer ^^
  • Une poêle en acier De Buyer, à laquelle Ludo a érigé un autel d’offrandes et que…je déteste cordialement, soyons francs (en gros, il a fallu ‘culotter’ la poêle, c’est-à-dire faire cuire des trucs dedans pour qu’elle noircisse et qu’un film protecteur se créé – vous n’avez ainsi plus à la laver, mais juste à la passer à l’eau – mais je ne sais pas ! Elle est lourde, je trouve la cuisson compliquée et je rate tout dedans – sous le regard amusé de mon cher et tendre) ! Je lui concède qu’elle est censée durer toute la vie, qu’elle est fabriquée en France et surtout que, mis-à-part si je décide de défoncer le crâne de Ludo avec le jour où il m’aura un peu trop chauffée, elle ne risque pas de s’abimer. Comptez une quarantaine d’euros, ce qui n’est pas si pire au vu de la qualité.
  • Un manteau épais pour le Canada et les US (que je n’ai absolument pas regretté quand il faisait -15° à NYC, bien au contraire 😉 ), mais j’ai opté pour de la qualité (de marque Aigle -qui ne m’a jamais déçue par sa longévité – payé 250 balles tout de même)
  • Des leggings pour ma semaine de grimpe en falaise, après avoir renoncé sur Vinted (j’en ferai un article complet mais DIEU que les nénettes sont pénibles là-dessus ! 👿 ). Pareil, j’ai mis un peu le prix et me suis offert deux leggings – un Patagonia (qui encourage le raccommodage) très solide, un Craft de bonne facture + un short Millet qui est d’un confort indécent. J’aurais pu aller voir en friperie, mais j’avoue ne pas avoir pris le temps.
  • Des petits présents pour l’anniversaire de la fille d’une amie (une lampe torche qui projette des histoires de chez Moulin Roty – dont TOUT LE MONDE avait acheté un exemplaire #plusoriginaltumeurs + 2 petites fleurs à faire pousser de la même marque dont un très mignon petit tournesol qui s’est fait entièrement entoiler par une araignée – et qui a crevé emballé en une nuit – genre « voilà ce que j’en fais de ta fleur CONNASSE » 😀 A sa décharge, c’était très intéressant à regarder). Tout a été acheté dans une petite boutique de jouets indépendante à côté de chez moi.
  • Un joli jeu de société pour l’anniversaire de la ‘nieule’ de Ludo (c’est un nouveau concept hybride entre nièce et filleule 😉 ) jouable dehors, sorte de jeu de l’oie interactif avec des animaux de la jungle (où il faut courir, crier, faire des bisous, danser…Moi je dis, assez fun entre adultes en fin de soirée !). Je ne me souviens plus du nom, mais je l’ai acheté dans la même petite boutique proche de mon chez-moi.
  • Une paire de sandales Mephisto compatibles avec mes semelles orthopédiques. En l’occurrence, je vous avais déjà un peu parlé de ce problème il y a longtemps : je suis une ultime cagneuse. Bascule de bassin digne d’une personne de 80 balais, derniers disques dorsaux en miettes…je ne peux pas trop plaisanter et mettre la même paire de vieilles godasses toute ma vie. Je suis obligée d’investir chaque année. En été, clairement, c’est un cauchemar absolu, étant donné que je ne peux porter ni tongs, ni talons de plus de 3cm, ni chaussures ouvertes sur l’arrière, ni truc à bride trop serré, ni chaussures avec semelle qui « twiste ». Alors quand j’ai vu que ces génies de chez Mephisto m’avaient pondu des sandales avec semelles détachables, je n’ai pas hésité une seconde à sortir ma carte bleue. J’ai ainsi pu installer des scratchs sur mes propres semelles et passer l’été les pieds à l’air. Du bonheur à l’état pur – après avoir passé le précédent à ronchonner en baskets.
  • Une brosse à cheveux en bois (et vegan s’il vous plait !), la précédente étant restée dans un sac de sport, dans un train, quelque part, alors que j’étais pourtant si motivée à aller courir avec mes collègues 😛 Si ça c’est pas de l’acte manqué !
  • Une tasse moche pour Ludo, que je lui ramené de mon séjour à Orpierre – parce que c’est la tradition – dès que l’on part loin l’un de l’autre, on se ramène la tasse la plus affreuse que l’on puisse trouver (en l’occurrence, j’ai fait fort avec un bol violet floqué d’une marmotte grimpeuse et orné d’un très jaune pétard discret « Ludovic »).
  • Une deuxième paire de chaussons d’escalade, que j’ai eu en promotion (c’était le modèle de la saison passée) parce que les miens commençaient à être limite techniquement parlant et aussi pour alterner quand je les troue (ça me permet de les faire ressemeler et donc, de ne pas racheter de paire à chaque fois. Et OUI, on grimpe jusqu’à trouer ses pompes 😉 ).
20181222_111705
Moches, mais très efficaces !
  • Des écouteurs pour mon téléphone, deux paires m’ayant lâché coup sur coup (vous avez dit obsolescence programmée ?). J’ai investi et ai opté pour la marque Sennheiser – que je sais plutôt fiable et pour une quarantaine d’euros, j’en suis très contente.
  • Une paire de baskets de running Kalenji de chez Décathlon, après avoir oublié dans le train (et jamais retrouvé 😦 ) les anciennes que j’adorais ET après un échec retentissant sur Vinted, encore une fois, où je me suis pris la tête avec au moins 3 nénettes – qui n’avaient pas l’air de vouloir me vendre quoi que ce soit.
  • Des pellicules pour mon appareil instantané Instax (acheté quant à lui d’occasion) – dont je me suis pas mal servie en vacances – et dont j’aime beaucoup le principe. Est-ce très écolo, je ne sais pas, mais j’avoue m’interroger…qu’est-ce qui est mieux ? Une pellicule jetable de 10 photos que j’affiche VS l’empreinte carbone de milliers de photos stockées sur un drive – que l’on ne regarde jamais ? La question se pose !
  • Trois cahiers pour mon écriture quotidienne, tout au long de l’année. Un avec des vagues japonisantes, un en ‘vrai papier’ avec un bel éléphant en couverture et le dernier en date, tout de fleurs, d’oiseaux, de dorures et de couleurs pastel vêtu (incroyable, je me transforme en fifille poney contre toute attente 😆 )
  • Un porte clef décapsuleur acheté à Orpierre (nécessaire à toute bonne soiffarde, vous en conviendrez 😉 ), dans une toute petite boutique orientée achats responsables et artisanat.
  • Un jeu de magnets, dans la même boutique, parce que ceux du frigo commençaient à rendre l’âme.
  • Deux jeux de société mystère pour des personnes mystère pour Noël – je n’en dis pas plus au risque de dévoiler de retentissantes surprises !
  • Le jeu de société HABA « Paul et la Lune» pour mon filleul et son frère, qui, au vu des 36 parties consécutives que l’on a faites (ahhhh les enfants et leurs tendances obsessionnelles… 🙂 ), leur a de toute évidence énormément plu.
  • Une mini-peluche pingouin trop choupichoute pour ma petite cousine pour Noël et qui va fêter sa première année sur Terre – les 3 précédents points de la liste ayant été achetés chez Gens petits, ma boutique adorée de toujours.
20181222_111003
Hein qu’il est chouchou ? 🙂
  • Et le livre pop-up « La Couleur des Emotions », sur lequel j’ai littéralement sauté au Auchan à côté du boulot – depuis le temps que ce bouquin me fait de l’œil (et que je ne le trouve pas) – j’avoue n’avoir pas trop hésité.

En étant très large, on va dire que j’ai oublié de lister 20 trucs sur toute l’année MAXI MAXI. Honnêtement, je dirais plutôt 10. Ça vous paraît peut-être énorme, mais essayez un peu de compter TOUS vos achats neufs sur une courte période (de la paire de chaussettes, en passant par les bouquins, les jouets et les bricoles du quotidien). 20 achats neufs, j’en connais qui font ça en une seule journée.

Pour les vêtements, c’était comment ?

Hormis deux trois bricoles pour le sport + mon manteau, je n’ai pas acheté une seule fringue en 2018. Et là, une question brûle sur toutes les lèvres : Mais Manon, tu as passé l’année en slip ou quoi ? J’aurai bien voulu, mais faute que ce comportement soit socialement accepté, j’ai globalement vécu sur le don (principalement de ma maman qui s’est acheté, par le passé, des wagons de fringues de bonne qualité qui ont tenu – et d’une amie dont je partage les goûts).

*Oui, mais est-ce que ça n’est pas dérangeant de ne pas acheter des fringues à TON goût ? Et porter les fringues des autres, ça craint, non ?* Figurez-vous que PAS DU TOUT. J’ai beaucoup aimé ! Non seulement tout était dans un très bon état global, mais en plus, ça m’a demandé de me creuser un minimum la tête pour personnaliser des pièces que je n’aurais pas porté en temps normal. Je me suis prise de passion pour la création de nouvelles tenues en mixant l’existant et m’habiller est redevenu un vrai plaisir. Je pioche dans ce que j’ai, j’invente au fil du temps et ça me plaît ! Je n’ai pas été dans les vide-dressing, ni les friperies et encore moins Vinted (je vous en reparlerai), parce que je n’en ai pas ressenti le besoin – mais je garde ces idées en tête.

J’ai recousu (pas toujours d’une main de maître, mais honnêtement, je m’en tamponne un peu – comme dirait ma belle-mère « en marchant vite, ça ne se verra pas » 😛 ) toutes les fringues qui se sont trouées ou déchirées.

Pour les collants, dont j’ai une passion qui pourrait fort me conduire à vendre l’intégralité de ma famille, eh ben j’ai utilisé la montagne que j’avais déjà et l’affaire a été vite réglée.

Pour les objets du quotidien (livres, jeux vidéos, machine à raclette) ?

Je ne crois pas m’être acheté le moindre livre, tout ayant été glané en brocantes, en vide-greniers et sur Le Bon Coin. J’ai fait de super bonnes affaires cet été, remplissant une bonne étagère complète de ma bibliothèque pour moins de 20 € (prix minimum d’un seul livre grand format neuf). J’ai aussi fait fonctionner le prêt, voir le don entre proches et ami.e.s. – toutes mes envies de lecture ont été satisfaites.

Je n’ai acheté aucune nouvelle console, ni jeu vidéo – j’ai fait avec ce que j’avais déjà (et vu que j’ai, en l’occurrence, à peine le temps de jouer, c’est passé sans problème…). Je n’ai aucune console nouvelle génération et je rattrape patiemment mes 10 ans de retard sans que cela ne me pose aucun problème.

En ce qui concerne les objets du quotidien, j’ai déjà tout…Le Zero-Waste Challenge a même fait germer dans ma tête un joli projet de prêt d’objets entre voisines et voisins – qui se concrétisera peut-être dans un avenir très proche. Vu que je déménage dans quelques semaines, je ne suis dit que c’était moyennement sympa de mettre un énorme truc en place à Yutz et de refiler le bébé à quelqu’un en disant « bon, désolée, mais j’me casse » 😀

Et pour tout le coin cuisine, c’est moins pire ?

Nous avons fait d’ENORMES progrès sur la nourriture à emporter. Au boulot, je sur-sollicite la cantine (d’une horrible banque qui fait des choses très vilaines – mais là n’est pas la question 😛 ) qui nous a été ouverte et qui s’est même mise au Zéro Déchet (on a un petit contenant consigné qui nous permet de tout emporter).

A la maison, il nous arrive encore de nous faire livrer, mais maintenant, les ¾ du temps, on essaie de manger sur place (ce qui fait sortir un peu de chez soi et passer un bon moment).

On a un peu diminué les supermarchés avec ma tentative d’imposer le marché du samedi matin (où il est quand même bien plus simple d’acheter sans emballage) – où l’on rencontre les productrices et les producteurs du coin, ainsi que les petits papys/mamies venus vendre 2-3 légumes. Ça créé du lien sur le territoire et j’avoue que j’aime beaucoup.

On a encore des progrès à faire, mais je sens que nous sommes en bonne voie.

Dans la salle de bain, t’en est où ?

J’ai viré les cotons tiges et les mouchoirs en papier (pour moi en tout cas et je vous ferai un petit topo là-dessus bientôt). En ce qui concerne le maquillage, un atelier auquel j’ai assisté cet été m’a convaincue de passer au fait maison – qui n’est pas zéro déchet, mais j’y travaille 😉

20181222_111645
Admirez ces jolis mouchoirs en tissu !

Effet bénéfique n°1 : Reprendre le dessus sur sa consommation

Cette année, le Zero Waste Challenge m’a réellement fait réfléchir pour chaque achat. Rien n’aura été fait sous le coup de l’impulsion, sauf une fois ou deux. Et je ne sais pas exactement pourquoi, mais d’une certaine manière, j’ai la sensation d’avoir repris le contrôle – c’est de nouveau moi qui suit aux manettes. Comme si j’étais redevenue la maîtresse de ma consommation – ce qui aurait dû être le cas depuis le début.

Je me rends compte qu’avant, j’étais prisonnière. Prisonnière de la pub et des habitudes sociales mortifères (la glorification du fait d’acheter pour se sentir bien).

J’ai beaucoup plus réfléchi à l’utilité de ce que j’achetais et dans 95% des cas, j’ai renoncé.

Ce défi m’a ouvert les yeux parce qu’aujourd’hui, et j’en suis la première stupéfaite, je me sens BIEN MIEUX qu’il y a un an – mais au point où c’en est complètement flagrant. J’ai l’impression de prendre des décisions réfléchies et tout est, de ce fait, beaucouuuup plus simple.

On s’est mis à récupérer un tas de trucs – qui ne sont pas forcément à notre goût – mais vu qu’on se concentre sur l’utilité, on s’en moque, mais d’une force ! On mixe, on a beaucoup de vintage et ça nous va comme ça.

Et puis, je dois vous dire que l’un des avantages indéniables de repenser sa consommation, c’est qu’en achetant moins, les gros achats (comme notre matelas par exemple) sont bien plus faciles. On consomme beaucoup moins de choses inutiles, donc on a plus d’argent pour s’acheter des choses utiles de qualité. Ça tombe sous le sens 🙂

money-733995_960_720

Effet bénéfique n°2 : Remettre le désir au cœur de sa vie

C’est un effet positif auquel je ne m’attendais pas du tout, mais je vous le dis aujourd’hui avec un bonheur non simulé : le Zero Waste Challenge a bel et bien remis la notion de désir au centre de ma vie. Chose que j’avais complètement perdue de vue avec les années. Désormais, si je sais que je peux trouver un objet d’occaz’, je vais attendre et ça me permet de désirer l’objet en question. Par exemple, ça doit bien faire 1 an et demi que je cherche activement le Tome 2 de «Ça » de Stephen King – et pour tout vous dire, je serais vraiment mécontente si l’on m’en offrait un neuf. J’ai décidé que ça serait en vide-grenier ou rien. Lors du dernier que j’ai fait cet été, j’ai frémi quand j’ai vu le tome 1 sur un stand – avant que la dame ne m’apprenne que le tome 2 avait été vendu dans la matinée !! Pas grave, parce que quand je le trouverai, ça sera la fête. POUR UN LIVRE QUI VA ME COÛTER DEUX BALLES MAXI, VOUS RENDEZ VOUS COMPTE ?

Réduire ses achats neuf au minimum ne signifie pas vivre comme un moine et ne plus se faire de plaisir : récemment, je me suis acheté l’intégrale de la série ‘Monk’ (ne rigolez pas sous votre cape, je vous vois bande de petits salopiauds !!! 😀 Cette série, devant laquelle on a toutes et tous passé un dimanche aprem enveloppés dans un plaid, est une grande incomprise et à y regarder de plus près, les 8 saisons qu’elle a duré sont de vraies petites pépites d’humour !) + un Instax (appareil à photos instantanées) – mais d’occasion et sur le Bon Coin – j’étais comme folle le jour où je les ai reçus. Monk est dans les cartons en attente de transit vers Metz, mais mon Instax me sert beaucoup au quotidien.

Finalement, j’en arrive à la conclusion que nous sommes maintenu.e.s dans l’illusion que tout avoir tout de suite nous rend heureux.ses, mais c’est complètement faux. Et ces mêmes industriels qui nient tous les principes de la philosophie (désirer, c’est, en gros, ce qui nous donne envie de nous lever le matin), sont ensuite ceux qui vous adressent à leurs copains du secteur pharmaceutique, pour que l’on vous prescrive des anti-dépresseurs. Ça tue l’envie, ça tue la notion de désir.

Il faut aussi que je vous précise que Zero Waste France m’a régulièrement envoyé des emails avec des propositions de structures / sites internet qui constituaient des alternatives au neuf et j’ai trouvé ça vachement cool – même si je n’ai pas forcément utilisé leurs suggestions. Pour les gens qui débutent et qui sont un peu paumés, c’est juste de l’or en barre !

20181222_111617

Effet bénéfique n°3 : Réduction du poids des objets

Je finirai sur un autre avantage qui m’a, pour ainsi dire, autant frappé que les précédents : aujourd’hui, je sens beaucoup moins préoccupée par tout. La vie me paraît bien plus simple et moins stressante depuis que j’acquiers moins d’objets.

Je profite de ce que j’ai à fond et je ne ressens pas le besoin d’avoir plus – car j’ai déjà tout ce qu’il me faut. Le Zero Waste Challenge m’aura mis un bon coup de pied au derrière et m’aura fait me rendre compte de l’immense poids des objets au quotidien. Nos achats se transforment peu à peu en charge mentale explosive et je réalise que finalement, on creuse parfois notre propre tombe ! Une nouvelle fringue, il va falloir la laver, parfois la repasser ou l’amener au pressing, la ranger, la replier une fois de temps en temps. Une nouvelle déco, il va falloir faire la poussière dessus. Un nouvel appareil électronique, il va falloir trouver un endroit où le ranger sans pour autant l’oublier. Et c’est applicable pour chaque objet chez vous. C’est quelque chose qu’on ne nous dit pas et que l’on ne réalise pas, mais chaque objet pèse un poids énorme. Il a des conséquences sur notre vie.

Acheter moins a considérablement réduit ma charge mentale quotidienne et putain, je dis juste merci pour ça !!

On fait le bilan (calmement, en se remémorant chaque instant)

Se lancer dans un challenge « rien de neuf » pour une année ne veut pas dire vivre dans la grotte Chauvet, s’habiller d’une peau de bête et chasser la biche pour subvenir à ses besoins. Le principal objectif, c’est avant tout de reprendre le contrôle de sa consommation, d’acheter neuf, parfois, mais en pensant chaque tenant et aboutissant.

Changer de consommation, c’est passer d’achats compulsifs sans queue ni tête, à des achats qui servent ce que l’on veut soutenir (les petits producteur.rice.s du marché, la petite boutique indépendant du coin, et cetera).

Ne pas acheter systématiquement d’objets neufs, c’est un gain de temps et d’espace mental, parce qu’on a moins.

Ne pas acheter systématiquement d’objets neufs, c’est un énorme gain d’argent, qui peut alors être investi dans des choses qui comptent pour vous.

Ne pas acheter systématiquement d’objets neufs, c’est se remettre à désirer et sortir de la dictature de l’immédiat.

Alors les jeunes, est-ce que vous ai convaincu.e.s de tenter l’expérience, au moins partiellement ? Achetez-vous déjà d’occasion ? Que pensez-vous de ce Zero Waste Challenge ? Aviez-vous pensé au poids des objets au quotidien ? J’attends vos réflexions sur cet article avec l’impatience de Tonton René de déboucher une nouvelle bouteille de Côtes-du-Rhône 😆

Cher.e.s ami.e.s, il est donc venu pour moi, non pas le temps des cathédrales, mais bien de vous foutre la paix pour la prochaine semaine et demi, de vous souhaiter de très joyeuses fêtes, de bons moments avec vos proches et de vous couvrir de baisers en cette fin d’année 2018 – qui vous apportera encore, je l’espère, de très belles surprises.

Merci d’avoir été là, merci de m’avoir lue toute cette année et comme diraient les horribles relou.e.s de tous bords, « à l’année prochaine » 😉 ?

Je vous aime ❤

Brocantes Bordéliques et Désir Intenable.

Manon Woodstock

10 réflexions au sujet de “Un an de déconsommation: Le bilan”

  1. La Manonwoodstock, dans sa liste d’achats 2018, elle a juste oublié de lister le cadeau qu’elle a acheté pour chacun-e de vous pour Noël (si, si, la preuve c’est qu’elle n’a même pas cité celui pour son Ludo). No stress, c’est juste pour que vous soyez plus surpris-e encore au pied du sapin le 24 au soir. Au prochain référendum, moi* je vote pour Manon!

    *- il a rien compris cet abruti, aux référendums on vote juste oui ou non!
    .-Moi, je ‘savais pas ! Le dernier référendum c’était en 2005 et j’avais compris le contraire de ce qu’on m’a expliqué ensuite. Depuis, je fais comme un blocage face au mot.

    Aimé par 1 personne

    1. Hello you 😉 Mauvaise langue va !! Pour info, je n’ai pas fait de cadeau de Noël à Ludo depuis au moins 3 ans ! L’année dernière c’était un très bon resto et cette année, c’était le match de basket à Philadelphie. Tout est donc correctement listé chef 😛

      Ps: ahhh les référendums, cette tartuferie soit disant démocratique !! Tu peux essayer de mettre mon nom dans l’urne la prochaine fois, qui sait, sur un malentendu, ça pourrait fonctionner…

      J'aime

  2. Ouah chapeau, vraiment!!! Je suis bluffée!!! Je ne pourrais pas! Tu ne passes pas trop de temps sur LBC et co ? Remarque sans doute moins que dans les magasins…pour les enfants difficile d’acheter des cadeaux d’occasion (Aux autres) .tiens j’ai justement des pellicules pour instantané (faut que j’en verifie le modem!), ça t’intéresse ? Elles sont vieilles mais doivent toujours marcher! Et t’as pas besoin de plus de maquillage? Tu me diras le mien me dure des mois..

    J'aime

    1. Hello toi, merci pour ton commentaire (et j’espère que tu te portes bien d’ailleurs 😉 ). En fait, pour la question du temps…non, pas du tout. Je n’achète un truc que quand il devient ABSOLUMENT indispensable (dans le cas contraire, je trouve une alternative) ou que j’ai envie de me faire un plaisir très identifié. Donc la plupart du temps, ça va vite. Je consulte le prix du neuf en 2-3 clics, un tour sur LBC ou autre et en général je sais en un clin d’oeil si je suis prête à mettre le prix que demande le/la vendeur/se – donc c’est très rapide. Et je sais, pas j’ai du acheter 4-5 trucs en un an, maxi – pour le reste je préfère m’approvisionner sur les brocantes, ça fait une belle balade et je trouve tout ce qu’il me faut 😀
      Pour tes pellicules instantanées pourquoi pas si elles sont compatibles avec mon appareil ! On se tient au jus ?
      Enfin, en ce qui concerne le maquillage, je le fais désormais moi-même avec très peu d’ingrédients. Mon ricil, mon eye liner et mon blush sont maison et me font une PLOMBE. La poudre ou le fond de teint, j’ai arrêté – le rouge à lèvre et les ombres à paupière, j’en ai encore plein de mon passé de consommatrice donc j’ai quelques années pour voir venir 😉
      Belle fin de semaine à toi !

      J'aime

  3. Génial ce bilan !

    Je ne m’étais pas inscrite en 2018 mais faire ce défi en 2019 est l’une de mes résolutions 🙂 je suis dans la mouvance ZD depuis quelques années mais c’est vrai que je me centre plus sur le véganisme et le maraîchage, moins là-dessus … Or depuis quelques mois, je fais les Recycleries et j’adore, je ne pensais pas qu’il y avait autant de choses aussi peu chères.
    Du coup, cela m’a vraiment motivée à entreprendre une véritable démarche zéro achat.

    J’ai hâte de lire ton topo sur les mouchoirs en papier 🙂

    Pour le coup de remettre le désir au centre de sa vie, c’est très vrai même si je l’ai constaté surtout parce que je n’avais plus une thune ahah. Mais en effet, dès qu’on réfléchit réellement avant un achat, c’est fascinant de décortiquer les choses qui nous ont poussé à vouloir cela … Depuis une bonne année, je fais vraiment attention (mais pas encore assez) et je comprends ce que tu veux dire !

    Je découvre ton blog avec plaisir en tout cas et te souhaite par la même occasion mes meilleurs voeux 🙂

    J'aime

    1. Hello L’Akène, merci beaucoup pour ton commentaire 😉 J’espère que ce challenge t’apportera autant de belles choses qu’il m’en a apportées. Je me suis moi-même réinscrite pour celui de 2019 et je trouve l’interface vachement bien foutue. Je vais sûrement re-pondre un nouveau papier d’ici là.
      C’est l’éternel problème de se diriger vers un mode de vie plus écolo: attention au burnout ! Surtout, et on en discute souvent avec d’autres blogueuses, que ce sont encore bien trop souvent les femmes qui se coltinent toutes les transitions du foyer…
      Je serai ravie d’échanger avec toi sur différents sujets, parce que moi, autant j’ai un peu avancé sur le sujet de la réduction de la viande, autant sur le maraîchage, c’est 0…ça pourrait être intéressant 😉
      Pour ce qui est du désir, ta réflexion est riche et je te remercie pour ton partage ! Souvent, on pense à tort qu’on ne peut pas avoir peu d’argent et se faire plaisir. Je sais bien qu’il faut prendre chaque situation au cas par cas, mais je crois aussi qu’il y a beaucoup d’idées reçues et une mentalité encore très « un objet pas neuf n’est pas un vrai objet » qui arrange bien les industriels.
      Mais se faire plaisir avec peu permet de renouer avec l’attente et elle n’est pas toujours aussi néfaste qu’on le dit. Elle fait même partie du plaisir, je crois !
      Meilleurs vœux également, je te souhaite le meilleur pour cette année qui commence 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Carrément, je suis partante pour que l’on échange sur ces sujets, ce ne peut qu’être enrichissant 🙂

        Oui, ou alors un cadeau issu d’une seconde main est forcément un cadeau venant d’une personne radine … C’est très dommage et totalement faux, nul besoin de mettre le prix ou d’acheter neuf pour acheter intelligent …

        J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s