En cette presque veille de fêtes de fin d’année, il faut absolument que je vous parle d’un truc qui m’énerve. Et je dirais même, qui m’énerve carrément.

C’est en passe de devenir une véritable tradition bien péniblos : comme à chaque mois de décembre, telle une écœurante et entêtante odeur de pain d’épices, débarque un lot invraisemblable de parents qui hurlent d’agonie, brandissant leur MasterCard Gold tel un tuba leur servant à inspirer l’air salvateur les maintenant en vie sous toute cette frénésie d’achats de Noël – mais pour combien de temps – et nous rebattant les oreilles de « Mon fils m’a demandé s’il allait avoir plus de cadeaux que l’année dernière ! » « Oh la la, si vous saviez tout ce que ma fille a demandé », « La liste du petit dernier va faire mal au portefeuille ». Je ne manque jamais de lever les yeux au ciel en ronchonnant à coup de « qu’est-ce que c’est encore que ces conneries ? ».

Loin de moi l’idée de vouloir me la jouer experte en loupiots alors que je n’en ai pas (et donc de me faire salement tabasser à coup de crosse de Nerf – ou étouffer par ingestion forcée de caca licorne pailleté homemade – incroyable mais vrai), mais appréciant grandement d’interagir avec les gnomes (que je trouve parfois même de meilleure compagnie que leurs parents – mais ça, l’histoire ne le dit pas 😛 Ouuuhh je vais me mettre des ami.e.s à dos moi !) – qui me le rendent plutôt bien – je me dois de pousser un petit coup de gueule salutaire pour répondre à ces adultes qui sont persuadés que les moins de 15 ans sont de véritables croqueurs de diamants miniatures – suçant jusqu’à la moëlle l’argent durement gagné dans un boulot qu’ils détestent.

Primo, de grâce – cessez de croire que c’est inné pour un enfant de vouloir TOUJOURS PLUS de cadeaux. Je ne dis pas que certains ne sont pas dans cette dynamique – mais la bonne question à poser est plutôt : pourquoi veulent-ils toujours plus de cadeaux ? Parce qu’…on leur en achète toujours plus ! A un âge où ces joyeux zozos sont à la recherche de leurs limites et que c’est censé être le rôle du parent / grand-parent de dire « stop, là, tu en as assez », on tombe dans une surenchère totalement obscène ! Combien de fois ais-je été navrée à des fêtes de Noël où les gamin.e.s ont tellement de jouets qu’ils/elles ne savent même plus où donner de la tête ? Combien d’anniversaires auxquels j’ai assisté et où j’en ai à peine cru mes yeux devant le déballage d’une bonne trentaine de cadeaux PAR ENFANT (et à me demander ce qui ne tournait pas rond chez les gens) ? Combien de fêtes de fin d’année où j’ai vu des loustics demander « y a encore des cadeaux ? » ou pousser un « oooh » vexé parce que la manne s’était soudain tarie et les parents PETER UNE PILE en abattant la carte du fameux ‘il y a plein de petits enfants qui n’ont pas un seul cadeau à Nöel turendscomptedetachanceespècedepourrigâté’ 👿 Mais les gars, je vous explique. Cette réaction, c’est vous qui en attisez les braises. En achetant toujours plus, vous les amenez à croire que chaque année, ça sera le cas.

Au-delà de ça, je trouve que notre propension à arroser les enfants de cadeaux en dit long sur notre propre frustration (je trouve un but illusoire à l’argent que je me fais chier à gagner), et surtout sur le temps de partage qu’on ne leur accorde pas, parce qu’on ne le prend plus. Un enfant, avoir 30 jouets, il s’en tamponne le coquillard. Alors oui, je suis d’accord, il ne va pas forcément faire une moue écœurée devant une montagne de présents ; et vous servir un dangereux discours de gaucho du genre « attends maman, ces jouets sont fabriqués en Chine par un enfant esclave, alors hors de ma vue steuplait » – mais je crois que le supposé bonheur d’un gosse couvert de cadeaux, c’est la même joie malsaine que nous pourrions éprouver face à une profusion temporaire et indécente. Un peu comme si on t’amenait un énorme Bucket KFC rempli à ras bord de poulet frit – dont tu sais que tu vas seulement manger la moitié mais *ooooh regarde comme c’est trop FAT !*. Je vois encore beaucoup trop d’adultes arroser les enfants de leur entourage de présents, comme pour s’excuser du peu de temps de qualité passé ensemble – en mode compensation mal équilibrée.

De plus, l’enfant, la plupart du temps, va simplement être content que vous soyez content face à toute cette profusion, par effet miroir. Mais ça s’arrête là. Avec combien de ces jouets va-t-il réellement s’amuser ? Combien vont finir dans un placard après 2-3 utilisations paresseuses un dimanche après-midi pluvieux ? Moi-même, qui suit restée une très grande enfant, et qui adore tester les jouets tout de suite avec mes neveux et nièces le soir de Noël, je me rends compte que parfois, ça dégueule tellement de partout qu’ils n’ont parfois même pas envie de s’amuser et que c’est même assez dur de ‘raccrocher les wagons’ pour les intéresser à un truc.

Quand je réalise que certain.e.s ami.e.s, dont les gosses ont à peine 2-3 ans, sortent parfois des énormités du genre « Mon Dieu, si tu savais tout ce qu’il/elle m’a demandé ! ». MAIS.POURQUOI.TU.ACHETES ? On assiste à une espèce de complainte interminable de certains parents qui se plaignent de leurs enfants soi-disant trop gourmands, mais à qui ils cèdent jusqu’au tout dernier caprice. Où est la notion de désir là-dedans ? D’attendre un jouet ou un objet qui ne vient pas et l’espérer pour une prochaine fois, peut-être ? C’est en agissant de la sorte que l’on créé des consommateur.rice.s frustré.e.s, qui reproduisent les mêmes schémas plus tard – et qui achètent, achètent, achètent avant de réaliser – souvent trop tard – que ça ne fait pas et n’a jamais fait leur bonheur.

La première fois qu’on a proposé à la filleule de Ludo de venir passer un week-end à la maison, elle nous a regardé avec des yeux FOUS. Genre ‘C’est vraiment vrai ? Vous ne plaisantez pas les gars ? On pourra manger des chamallows devant Pocahontas et aller se coucher super tard sans se laver les dents ?’. Euh, oui pour tout – sauf le non-brossage de chicos ! OUAIIIIIIIIIIIIII 😀 *Euh ok, Roberte, on se calme, ne me saute pas à la gorge !* 🙂 Réaction similaire quand on a proposé la même chose à notre petite nièce « C’EST VRAI ??? » – non, on te fait une blague juste pour te voir fondre en larmes dans 5 minutes, parce qu’en fait, on déteste les enfants…bien sûr que c’est vrai ! OUAIIIIIIIIIII bis – le tout accompagné d’un « oohhh et nous, c’est quand ? » des deux petits neveux en mode Oscar des meilleurs acteurs dans la catégorie ‘enfants répudiés par le monde entier’. A chaque séjour chez nous, on nous refile des loulous excités comme des puces électriques (que l’on épuise à coup de méthodes dont on a le secret 😉 ) et qui rentrent chez eux en s’imaginant ce que sera la prochaine fois chez nous.

Je crois que ce qui rebute les gens de faire ça, au-delà de celles et ceux qui ne sont pas hyper à l’aise avec les enfants – c’est la crainte que le/la gamin.e en question soit déçu.e de ne pas recevoir de présent ‘concret’. N’ayez crainte, parce que si je suis bien persuadée d’un truc, c’est qu’ils s’en foutent comme d’une guigne de vos cadeaux. Franchement, ça doit bien faire 3 ans que l’on n’offre pratiquement plus rien aux gamins de notre entourage – ou alors, on essaie de faire tout petit (genre un mini-jeu de société ou un livre). Les ¾ du temps, nous optons donc pour l’option « tu viendras passer le week-end chez nous et on fera une activité tous ensemble ». Mais si vous saviez comme ils s’en balancent TOTAL de ne pas recevoir de truc matériel de notre part ! Et en plus, ils sont toujours RA-VIS de sortir de leur train-train et de venir foutre le boxon dans notre quotidien de trentenaires sans enfants. La plupart du temps, on va manger quelque part avec eux, et le lendemain, on se fait une super activité ensemble (piscine, cinoche, laser game, patinoire, escape room, parc d’attractions, musée, rando) – et pas besoin de dépenser des milles et des cents (par exemple, aller à la patinoire, ça coûte moins de 30 balles pour tout le monde – faire une rando, ça ne coûte rien). Ils s’amusent, on s’amuse, tout le monde est gagnant ! Mais le plus drôle, c’est que même si les gamins viennent juste pour un week-end où tu ne fais rien de spécial, ils sont OUF. On joue à des jeux de société, on regarde des dessins animés, on cuisine ensemble, on va se balader dans le quartier – la normalité incarnée – et les gosses sont comme des dingues. Ils ont même hâte de revenir la fois suivante ! Et en plus, avec le temps, c’est qu’ils deviennent exigeants ces cons 😀 On voit de plus en plus fleurir des « Quand je viendrais, il y aura d’autres enfants que moi ? »…Euh…oui, si ça peut te faire plaisir 😆 Donc maintenant, on les accueille en groupe, en mixant pour qu’ils se rencontrent les un.e.s les autres. La nièce et la filleule de Ludo sont même devenues TOTALES BFF lors du dernier week-end passé chez nous (le prêt d’une brassière licorne a définitivement scellé cette amitié sincère, sous nos regards très amusés 😀 ).

santas-elf-2999728_960_720

Je terminerais ce billet un peu énervé avec 10 conseils exclusifs à adopter pour les cadeaux des enfants en cette période clignotante, agitée, parfumée de cannelle et de gros vin chaud qui tâche :

  • Offrez, autant que faire se peut, du temps à passer ensemble (et en plus, chose non négligeable qui devrait séduire les parents des bambini : ça leur fait des vacances !). Si vous ne vous sentez pas confort à l’idée d’être responsables d’affreux vers frétillants et très causants (ah…les enfants, ces pipelettes puissance 5000 🙄 ), optez pour une activité de quelques heures – ne vous lancez pas bille en tête dans le pack week-end ‘deux dodos’ comme nous avons l’habitude de le faire. De plus, comme vous ne participez pas à la frénésie consommatrice, je rajouterais que le fait de ne pas offrir de cadeau matériel est éco-responsable.
  • Ne prenez pas la liste de vos enfants pour argent comptant. S’ils ont envie d’un très gros cadeau, qu’ils le précisent, mais dans ce cas, plusieurs personnes participeront. La liste reste un support sur lequel s’appuyer et qui donne des directions, mais ce N’EST PAS une liste de courses.
  • Faites un cadeau surprise. Normalement, si vous faites face à un.e gamin.e de votre entourage, vous devriez être en mesure de connaître à peu près ses goûts – au moins en GROS (par exemple, « Maëva ne peut pas piffrer cette conne de Reine des Neiges malgré le matraquage médiatique », « Hicham est fasciné par les parcours de bille » ou « Zoé est déjà une grosse intello nihiliste qui ne jure que par les bouquins sur la guerre de cent ans »). Si vous avez un doute, demandez aux parents des doux chérubins – ils devraient pouvoir vous renseigner. Quoi qu’il en soit, un.e gamin.e sera systématiquement bien plus joyeux face à un truc qu’il ne connait pas – l’attrait de la nouveauté, toussa toussa 😉
  • Achetez peu, mais de qualité. Evitez les merdouilles « Made in China » – qui en plus d’être peu solides, trop souvent en plastoc’ et bourrées de composés toxiques – sont produites dans des conditions humaines dégueulasses. Alors on se concentre sur le Made in France et le responsable, quitte à acheter moins gros.
  • Optez pour le tirage au sort, avec un seul et unique cadeau par personne, enfants compris. Ça permet de réfléchir à quelque chose de vraiment utile, qui fera plaisir.
  • Faites des cadeaux collectifs. Comme déjà précisé plus haut, n’hésitez pas à mettre un peu plus le prix pour offrir de la qualité et du local – quitte à ne faire qu’un beau cadeau par personne.
  • Le cas particulier du « grand-parent » qui se sent puissant et au-dessus des lois – genre ‘Oui, mais c’est MON plaisir de couvrir mon chérichou de cadeaux et de lui filer des Kinder alors que papa et maman ont dit non’ 👿 – Eh bien dites NON, c’est tout. Et si le grand-parent persiste, rien ne vous oblige à ne pas faire don de tout ce qui sera considéré comme ‘trop’ à des enfants dans le besoin – chez qui le père Noël ne passe pas forcément. Il y aura peut-être un « faisage de gueule » (Coucou l’Académie Française 😛 ) mais VOUS êtes le parent, alors sachez dire MERDE. C’est tout. Les grands-parents, ça s’éduque aussi voyez-vous 😉
  • Pensez à la seconde main. Il y a juste DES MONTAGNES de jouets quasi neufs qui pourrissent sur Le Bon Coin, sur Ebay, Price Minister et consorts. Si d’aventure vous ne trouviez pas votre bonheur, il reste les brocantes, les vide-greniers et les bourses aux jouets. Vous trouvez que ça ne se fait pas ? MAIS STOP deux secondes quoi. Je rappelle tout de même à la cantonade que nous sommes à l’aube d’une crise écologique majeure et qu’il va falloir tôt ou tard se résoudre à changer de mode de fonctionnement. Acheter un jouet qui est déjà produit, c’est ne pas polluer encore plus pour la MÊME CHOSE – qui sera neuve, certes – mais qui contribuera à saloper un peu plus notre empreinte carbone.
  • Offrez des cadeaux écolos, comme un arbre, le parrainage d’une ruche ou encore d’un animal en cours de réintroduction (ici : le bouquetin des Pyrénées, là : au Parc Animalier de Sainte-Croix, où les animaux sont en semi-liberté). Ça reconnecte les gamin.e.s à la nature – et en plus, s’ils sont de passage dans la région du parrainage, ils peuvent même rendre visite à leur filleul.e ou à leur arbre – et ça, c’est quand même la grande classe à Dallas 😀
  • Soyez radical.e : n’offrez pas de cadeaux. Parce qu’au final, qu’est-ce que nous attendons des fêtes si ce n’est de passer de bons moments pleins de chaleur avec nos proches ? Concentrons-nous sur tout ce temps de qualité qu’il nous est donné de passer ensemble et disons chaque jour un peu plus merde à cette société de consommation puante – qui tue la joie en la remplaçant par une espèce de boulimie désorganisée.

Avant de sombrer dangereusement vers l’avalanche de cadeaux, profitez de vos enfants, passez du temps avec eux, jouez, découvrez et intéressez-vous à leurs besoins primaires d’affection et d’échange. Parce que tous les cadeaux du monde ne pourront jamais remplacer un instant de joie passé ensemble.

Et vous, cher.e.s lecteur.rice.s, que pensez-vous de tout cela ? Êtes-vous également confronté.e.s à des enfants noyés sous les cadeaux qui ne profitent plus de rien ? Avez-vous déjà simplement offert du temps à vos proches ? Envie de partager votre expérience ? Je suis toute ouïe et vous attends en zone de commentaire 🙂

Passer une très belle ‘dernière ligne droite’, on se retrouve vendredi pour le grand format !

Manon Woodstock.


Envie de gagner du temps et de l’argent tout en simplifiant ton quotidien ? N’hésite plus une seconde et abonne-toi à mon mini-cours gratuit en cliquant sur la superbe image ci-dessous 🙂

Blog freebie