Cher.e.s ami.e.s bonjour ! Alors que je l’ai pensé, repensé, remodelé et incessamment réorganisé, m’y voici enfin. A la presque veille du grand départ. A 4 jours du plus gros voyage de ma vie. Et là, maintenant, à ce moment précis, je ressens l’envie de faire un mini-bilan de tout ce qui se passe dans ma vie en ce moment.

Aujourd’hui, pas de gros article « dossier » ou de test de folie. J’ai juste envie de dire ce qui viendra, même si c’est court – et de vous parler un peu de ma vie à l’heure actuelle. De ce qui est avant de partir et ce qui devra être en revenant.

Avant toute chose, observons un peu le voyage en lui-même. J’en ai déjà un peu parlé par ici, sans trop rentrer dans les détails – alors je me dis que c’est l’occasion ou jamais de vous expliquer mon périple (avant la ponte d’articles phares à mon retour 😀 ) et ce que je compte faire pendant ce mois épique. Notre départ est fixé à mardi et nous devrions arriver à Québec en toute fin de journée, après une longue correspondance de 5 heures à Montréal (il va falloir tenir bon, parce qu’avec le décalage horaire, la journée va durer pas loin de…30 heures 😆 Le café va couler à flots dans nos veines, c’est moi qui vous le dit !). Notre retour est prévu le 28 novembre dans la journée et il nous restera ensuite 4 jours pour nous remettre de ce maudit décalage horaire (et si on n’y arrive pas, tant pis, de toute façon, on va forcément arriver en PLS totale au boulot, alors j’ai envie de te dire…OSEF !).

Après quelques jours passés à Québec, nous allons nous exiler une petite journée dans le parc national Jacques Cartier, puis peut-être faire un crochet par les chutes de Montmorency. Ensuite, nous descendrons sur Montréal pour à peu près 4 jours entiers (si mes souvenirs sont exacts – la meuf qui gère TROP son voyage, n’est-ce pas ? 😛 ), puis nous reprendrons l’avion pour Boston – où nous allons rester 3 jours. Nous poursuivrons par un petit road trip de 3 jours le long de la côte, avec la visite de Portland (pas le Portland cool, ultra mainstream, avec les graffs et les super restos, non non – le Portland ‘cité balnéaire sur le déclin’, mais il paraît qu’on y mange le meilleur lobster roll du monde #teambouffetout ha ha 😀 ) et de Cape Cod – où nous prendrons un bus direction Philadelphie (ou alors c’est le contraire, on fait peut-être Cape Cod/ Portland, mais je n’en rappelle jamais – ce qui a le don de faire enrager Ludo – impressionné par ma capacité à faire un reset permanent pour cette partie du voyage !). Après 4 jours passés dans les Streets of Phildelphia (as-tu VU CETTE référence SUBTILE au boss ??? Je te coupe la chique, hein ??), nous reprenons le bus vers New York, notre destination finale (sans majuscules ! J’avoue que j’ai moyennement envie que mon bus se fasse tronçonner en deux par un panneau Coca Cola décroché ou que je me fasse décapiter par une trappe à bagage au vérin défectueux !), où nous restons 8 jours entiers.

Pour l’instant, nous n’avons prévu pratiquement aucune activité. La seule chose que nous avons réservée (et pour laquelle nous avons vendu chacun un quart de rein au marché noir, mais ça, l’histoire ne le dit pas 😉 ), ce sont des places pour un match de NBA – auquel nous allons pouvoir avoir la chance d’assister à Philly. On est ultra heureux de cette opportunité (bien que ça soit un méga gros cadeau de Noël en avance), étant fans depuis des années, on mesure bien tout le merveilleux de pouvoir se retrouver à maxi 15 mètres du terrain et de voir une très, très belle affiche, par-dessus le marché ! Tout le reste du séjour va reposer sur l’improvisation la plus totale. On n’a même pas « réservé » de billets pour des monuments/musées à N-Y et pour tout vous dire, je ne sais pas si nous allons le faire. Nous, quand on voyage, on aime vivre le truc à fond. Les machins organisés où c’est Top of the Rocks à 8h30, Empire State Building à 11h00 et Statue de la Liberté à 14h15, TRES PEU pour nous. On reste toujours dans un « on verra » plutôt salutaire : aucune pression, si on a envie d’aller quelque part, on y va – si on a envie d’aller visiter un musée, allons-y. Nous, ce que l’on préfère, ça reste d’errer dans les villes et de faire en fonction de tout ce que l’on peut rencontrer. En revanche, ce qui est quand même super cool et on l’a fait un peu sans faire exprès, c’est que l’on va être au Québec pour Halloween (qui a visiblement une autre ampleur qu’ici, où ça se résume aux 3 petits voisins du 5e qui viennent vous réclamer trois sucettes périmées) et pour Thanksgiving à New-York 😀 Du coup, à nous la grande parade et l’ambiance qui va avec. Je ne doute pas une seconde que ça va être complètement fou et on va en profiter à fond !

Avant de partir (#EveAngeli 😛 désolée pour ça, je sais, je suis très fourbe comme fille !), je tiens tout de même à vous préciser que je laisse le blog complètement tranquille pendant 5 semaines. Pas de billet d’humeur du lundi, ni d’article du vendredi pendant mon voyage. Parce que pour la première fois depuis un peu plus d’un an et demi, j’ai besoin de lâcher un peu. L’écriture là-bas me demanderait trop de temps, trop de logistique et je n’ai clairement pas envie de me polluer l’esprit avec ça – j’ai juste envie de profiter et de ‘vivre’ mon voyage sans être constamment obligée de penser à autre chose. Et n’ayez crainte, je vous réserve PLEIN de super articles dès mon retour !! En attendant, je promets de vous donner des nouvelles très régulières sur Instagram et sur ma fan page Facebook (que je vous invite à aller liker sans plus attendre, elle s’appelle « Manon Woodstock – Blogueuse Ecolo – Ecrivaine – Cinglée en Liberté »). Je projette de publier des photos sympas et quelques vidéos, pour partager avec vous quelques micros instants de la très belle aventure qui s’annonce.

New_York_Midtown_Skyline_at_night_-_Jan_2006_edit1

Après ce moment très autopromo / pub perso (je dis toujours que les fleurs sont bien trop chères, alors autant s’en lancer virtuellement à soi-même 😛 ), je me doute aussi que certain.e.s d’entre vous vont peut-être être supris.e.s de voir une blogueuse écolo prendre un vol long-courrier + 1 vol interne + de nombreux trajets en bus, tout en sachant la grosse empreinte carbone que ça va forcément générer. Avant de me prendre jets de tomates pourries et de me faire tabasser par Nicolas Hulot dans une ruelle sombre (que vous aurez envoyé pour me casser la gueule ^^), je tiens à vous dire simplement que tout ça, je le sais. J’en ai conscience. J’y réfléchis presque chaque jour, sans me rendre malade. Mais j’ai choisi de faire ce voyage quand même. D’une part parce que je vois, dans mon boulot, le staff réserver des vols pour le bout du monde A TOUR DE BRAS pour une réunion de quelques heures qui aurait largement pu être tenue en vidéo-conférence – et que j’en ai marre de me culpabiliser en permanence alors que des millions d’entreprises du globe ne font juste AUCUN EFFORT. Certes, comme dit le cher et tendre de ma copine Anousha, ce n’est pas parce que le voisin fait pire qu’il faut faire pareil – et qui si tout le monde se dit « nan mais là, c’est juste moi, je suis une goutte d’eau », on est pas sortis de l’auberge. Mais à un moment, il faut aussi savoir se dire…eh ben qu’on reste une micro larmichette de flotte, tout simplement ! Ne nous donnons pas non plus l’importance démesurée que nous n’avons pas…D’autre part…ben voilà, je reste humaine et donc contradictoire par essence. Et ça va bien en fait ! J’assume !

Je trouve également un peu triste de devoir réduire un voyage à une simple empreinte carbone. Découvrir le monde, un autre pays, une autre culture, d’autres personnes, c’est tellement plus que ça. Ça apporte une ouverture d’esprit immense, ça permet de toucher de plein fouet le fait que ‘nous ne sommes pas seul.e.s’ sur ce beau caillou bleu et que ce qui se passe chez nous peut très bien avoir des implications ailleurs. Parce qu’après tout, découvrir toute la beauté du monde, rencontrer des étrangers pourtant si proches, est-ce que ça ne participe pas à une forme de prise de conscience ? A une envie de sauver certaines choses ? Le débat est ouvert. Je continue de rêver qu’un jour l’avion sera un mode de transport propre et que l’on pourra sillonner le globe sans se foutre la rate ni celle de la planète au court-bouillon. En attendant, c’est à nous de maintenir ce genre de voyages dans une certaine limite, quitte à partir moins loin les autres années. La réflexion sur le sujet se poursuit !

Voilà pour la partie voyage. Côté perso, je vous avoue sans peine être au bord du bord du burnout et avoir frôlé la crise d’atonie complète cette semaine. Je suis rentrée mardi soir dans un état pas possible : plus envie de manger, plus envie de partir en voyage, plus envie de rien sauf d’aller me coucher. Parce qu’en fait, je ne l’ai pas encore annoncé par ici, mais nous allons devenir propriétaires d’ici la fin de l’année – max mi-janvier. Nous avons eu la très mauvaise idée de faire appel à une courtière (ou alors nous sommes tombés sur la mauvaise personne, ça dépend de quel point de vue on se place 😉 ), qui s’est avérée être d’une incompétence absolument totale et qui nous a plongé dans un stress à la frontière du réel. A l’heure où je vous parle, tout est à peu prêt (ah ah, TROP fort, le gros lapsus 😀 aller, je le laisse comme ça !) rentré dans l’ordre – je cherche juste un moyen de congédier cet espèce de vautour – mais toute cette histoire m’a complètement usée. Jusqu’à la corde. En même temps, quand on est déjà dans une dynamique boulot + blog + projet de reconversion qui me prend plusieurs heures par semaines + community management + sport + achat immo + déménagement + voyage, et que l’on saupoudre ça d’un petit zeste de courtière neuneu que tu dois gérer + faire son travail à sa place, il y a fort à parier que le pétage de câble n’est pas bien loin. Et là, j’avoue que je me suis fait un peu peur.

Quoi qu’il en soit, cette histoire m’a fait réfléchir. Oui, je suis hyper reconnaissante pour tout ce qui m’arrive en ce moment. Vraiment, je kiffe, en fait ! Je vais habiter d’ici quelques mois dans l’appartement de mes rêves, que nous avons eu à un prix correct, je suis sur le point de faire un voyage de folie – que certains ne pourront peut-être jamais se payer, je suis en train de créer une activité qui va tout aligner et me rendre hyper heureuse, je blablate sur un blog que les gens suivent et je m’éclate…C’est super tout ça, et je me remercie de tout mon cœur d’avoir rendu ces choses possibles. Cependant, là, je sais aussi que c’est trop. Parce que tout m’arrive simultanément et que j’ai souvent l’impression que je vais créer une faille dans l’espace-temps tellement je dois gérer de choses en même temps. Alors en fait, ce voyage, il arrive PARFAITEMENT à point nommé. Parce que là, j’ai besoin de déconnecter, de lâcher – avant le coup de bourre final – pour, je l’espère, m’assurer des lendemains plus paisibles. Quoi qu’il en soit, je sais qu’il va falloir que je commence à faire un retour sur moi pour parvenir à ‘lâcher’ quand les choses dérapent un peu – ce qui m’est encore impossible pour l’instant. Parce qu’en fait, quand on se pose deux secondes, mes histoires de courtier, ça n’est pas grave du tout ! Et pourtant, ça m’a tellement pompé d’énergie et de colère que j’en suis presque surprise. Il va y avoir du taf !

Je dois également poursuivre mon travail sur mon inquiétante propension à m’infliger les choses. Pour ce blog, j’ai beauuuucoup avancé. Quand je pense qu’avant, je vous sortais deux maxi pavés par semaine, je n’ai qu’une chose qui me vient en tête, c’est « mais tu étais complètement givrée ma pauvre ! ». Maintenant que j’ai mis le billet du lundi en place, ça va mieux. La gestion du blog est un chouille moins lourde. Il n’empêche que dans l’optique de mon futur lancement d’activité, je vais encore devoir procéder à des ajustements. Et je vais devoir commencer à y penser quand décembre viendra.

Donc voilà, beaucoup de repos pour Manon Woodstock, qui est réellement sur les rotules et qui ne demande qu’à vivre un peu, sans se préoccuper d’autre chose – pendant 5 semaines qui vont, j’en suis sûre, nous faire toucher les étoiles.

Alors, qu’avez-vous envie de me souhaiter pour mon voyage ? Des conseils de dernière minute à me donner ? Envie de me faire des bisous par écran interposé ? D’autres choses à me partager ? Je frétille tel un orignal devant une fabrique de sirop d’érable 🙂

Je vous donne donc rendez-vous sur Facebook et Instagram (attention, vidéo mythique en préparation à Philadelphie, je n’en dis pas plus 😉 ). Je vous embrasse, vous souhaite le meilleur pour les 5 semaines à venir et vous dis à très bientôt.

Castor Moustachu et Statue de la Liberté Effrontée !

Manon Woodstock.