Le coin des inclassables

A celles et ceux qui trouvent que ‘j’ai de la chance’

Ces temps-ci, à l’aube d’un méga voyage d’un mois que je prépare patiemment depuis presque un an, une phrase me rend relativement folle. Et cette phrase, je l’entends dans beaucoup de bouches, que ça soit dans celles de certain.e.s de mes collègues ou de mes proches. Il y en a qui sont simplement contents pour moi, qui me disent juste de ‘kiffer et d’en profiter un maximum’, qui me donnent des conseils et avec qui je pourrais discuter pendant des heures des pays dans lesquels je vais me rendre. Et puis il y a les autres, ceux qui me disent que ‘j’ai de la chance’.

« Oh là là, un mois de vacances à visiter deux pays, quelle chance tu as ! » très souvent et immanquablement suivis par « mais moi, je ne pourrais pas parce que A, B, C », A étant souvent le package maison/enfants/labrador/trampoline dans une cité pavillonnaire, B le manque d’argent et C tout un florilège d’excuses allant de « je ne maîtrise pas assez la langue » à « je ne suis plus assez jeune », en passant par « je n’ai pas assez de congés ».

La chance, et j’en discute beaucoup autour de moi en ce moment, implique que je n’ai absolument pas joué de rôle dans tout ce qui m’arrive, que ça ne serait qu’une succession d’heureux hasards qui me permettent aujourd’hui de dire « Fuck off, je me barre au pays des caribous puis de Trump, des fast-foods, de la démesure pendant 1 mois ». Quand on me dit que j’ai de la chance de partir, c’est comme si j’avais, dans l’inconscient collectif, gagné un voyage tous frais payés rien qu’en tournant la grande roue de Juste Prix. Et ça m’énerve, parce que rendre ce voyage possible n’a jamais été cadeau. En fait, je crois qu’il y a une forme de frustration généralisée, parce que les gens ne s’autorisent pas à faire ce dont ils ont vraiment envie, même une fois de temps en temps – et j’ai envie d’analyser tout ça en votre charmante compagnie.

Concernant le point que nous appellerons A, avoir des enfants, une maison et une petite cabane à outil bien proprette n’a jamais empêché quiconque de se faire des méga-voyages. Voyez toutes ces familles qui décident de tout plaquer pendant un an et de partir faire le tour du monde en camping-car ou de se faire un gros voyage craquage en prenant leurs marmots sous le bras ! Je ne dis pas que c’est simple, ni que ça ne va pas être une organisation titanesque à mettre en place (notamment au niveau de l’école et de l’aspect financier) mais gardez toujours en tête que même si ça vous paraît inenvisageable à l’heure actuelle, c’est possible. Je dis toujours aux gens qui me martèlent que pour eux, ça ne se fera jamais de ne pas voir les choses ainsi. Je leur suggère souvent d’opérer un simple changement de perspective : « pour l’instant, à l’heure H, je ne suis pas prêt.e à accepter les conditions qui rendraient cela possible ». Peut-être qu’un cheminement personnel fera que ça le deviendra (ou peut-être pas et fine ! Chacun fait ce qu’il veut selon son ressenti !). Mais là encore, quand on me dit que ‘j’ai de la chance’, on est dans de la projection. Si l’on considère que je suis veinarde, finalement, c’est bien parce que c’est ‘possible’ pour moi (je vous assure cependant que ça n’a pas été easy peasy pour autant). Gardez toujours en tête que ça peut également être simple pour vous, selon d’autres modalités. Aller, c’est de bonne guerre, je vous mets même un petit lien pour vous motiver 🙂

Concernant le point que nous appellerons B, bien sûr que pour partir, il faut de l’argent ! Après, tout dépend toujours de votre définition du voyage, pour ma part, j’avais lu des articles qui indiquaient entre 4000€ (pour la version maxi économique, aucun resto + quasiment que du camping) et 20000€ pour un voyage comme celui que j’entreprends. Je sais qu’au final, on se situera plutôt dans la fourchette moyenne basse, parce qu’un rien suffit à nous rendre heureux. Nous n’avons pas besoin de faire 300 activités payantes – nous promener et vivre simplement quelques jours dans les villes que l’on visite nous convient amplement. Les vacances dont vous rêvez vous appartiennent. Peut-être que ça sera 20 jours en camping en Islande ou 1 mois et demi en hôtel 5 étoiles à Saint-Pétersbourg. Il n’y a que vous pour en décider et pour commencer à économiser en conséquence. L’argent pour un voyage, à part si l’on gagne au loto, ça ne tombe pas du ciel comme par miracle. On n’a pas ‘la chance’ de voir apparaître la somme adéquate sur son compte bancaire, ça, ça n’existe que dans les mauvais téléfilms ! Dans notre cas, il nous a fallu une bonne année pour rassembler ce dont nous avions besoin. Je n’ai pas de la chance d’avoir l’agent qu’il me faut, c’est moi qui me suis donné la possibilité de l’avoir.

Concernant le point que nous appellerons C, je dois dire que la première réaction à l’annonce de mon road trip, et notamment des collègues que je ne côtoie pas chaque jour, ça a été « mais COMMENT as-tu fait pour avoir autant de congés ? », ces dernier.e.s se souvenant pourtant très bien de mes vacances d’été à Orpierre, puis dans le Sud-Ouest et, faisant un astucieux calcul mental pour réussir à comprendre comment j’avais bien pu prendre deux semaines et demi cet été + quasiment 5 semaines en novembre, de se dire rapidement « ohhh ! Encore une qui a été cirer les pompes de la RH ». Ahhhh, le petit hashtag #jalousie qui va bien ! J’ai donc dû me justifier sous peine de mise au pilori professionnelle et expliquer que j’avais en réalité demandé un congé sans solde et que j’allais me retrouver un mois entier sans aucune rentrée d’argent. Ah. Ah bon. *Mais ON A LE DROIT de demander ça ?* Mais ENFIN, tant que personne n’a jamais demandé comment veux-tu que l’on sache si on a le droit ? Donc voilà, d’une certaine manière, je me suis sacrifiée pour l’équipe en demandant il y a presque un an si c’était faisable, et l’on m’a répondu que oui. Mais là encore, le « tu as de la chance » ne s’en va pas. Pourtant, moi, je trouve ça plutôt honnête ! J’ai ultra préparé mon départ, tout est en passe d’être délégué petit à petit, je vais être en « vacances » un mois, mais sans salaire pour payer mon loyer qui court toujours (le salaud !), moult factures qui ne connaissent pas le principe du « sans solde » ET que je vais devoir financer tout mon voyage là-bas, nourriture, activités et taxes diverses – qui ne sont pas offertes par la maison. Donc je ne suis en aucune manière avantagée : je me prive d’un côté pour me faire plaisir de l’autre. Tout cela n’est en réalité qu’une balance équilibrée. Pour toutes les autres raisons, que vous dire mis-à-part que si vous avez envie de partir, FAITES-LE. Rendez cela possible ! Vous ne parlez pas bien la langue ? Z’inquiétez pas, il y a un truc formidable qui s’appelle les cours – et je reste également persuadée qu’avec toutes les ressources sur internet, il y a carrément moyen d’apprendre sur le tas et de progresser en étant déjà dans le pays. Vous ne vous croyez plus assez jeune ? Je vais vous dire un truc très simple : la vie, à la fin, on meurt. Alors à moins que vous n’ayez 90 ans, que vous soyez très malades ou handicapé au point que tout déplacement soit un cauchemar, vous n’avez aucune raison de vous poser cette question. Réalisez vos rêves bon sang ! Et allez les chercher ! Il n’y a bien que dans les contes de fées que la vie vous les apporte sur un plateau d’argent.

Faire un long voyage, je veux bien entendre que « c’est une chance », parce que je crois que c’est la cas – mais en aucun cas je n’ai l’impression d’avoir de la chance. Je suis vraiment très heureuse d’avoir cette opportunité dans ma vie, je vais rencontrer de chouettes gens, voir de beaux paysages, découvrir deux autres cultures et tellement plus encore ! C’est une chance folle que je pouvoir vivre cela et j’ai conscience que dans beaucoup de pays, c’est juste impossible de se barrer de son travail pour aller baguenauder un mois à l’étranger. Certain.e.s ne verront jamais que le bout de leur rue ou de l’usine dans laquelle ils/elles sont exploité.e.s chaque jour sans avoir de réelle possibilité matérielle et financière de le faire. Mais nous concernant, dans nos sociétés occidentales, c’est quand même globalement facile sans être mal vu ou déconseillé. Ça fait un an que je dors voyage, que je pense voyage, que je mange voyage, alors je refuse que l’on me balance constamment dans la tronche que j’ai de la chance, alors qu’on économise comme des fous depuis un an pour couvrir la perte de salaire et cela fait bien 8 mois que l’on passe nos journées à jongler entre visas, Airbnb et billets d’avion ! Ce voyage, on l’a rendu possible avec nos petites mains. Rien de plus. Et alors, vous, c’est pour quand ?

Et vous, que pensez-vous de cette expression ? Comment vivez-vous les moments où l’on vous martèle que vous avez de la chance alors que l’objet de la convoitise vous a demandé travail et sacrifices ? Voyez-vous la différence entre ‘c’est une chance’ et ‘avoir de la chance’ ? Qu’est-ce que tout cela vous inspire ?

Je vous souhaite une belle semaine

Manon Woodstock.

34 réflexions au sujet de “A celles et ceux qui trouvent que ‘j’ai de la chance’”

  1. Je n’avais pas réfléchi à cet angle-là. On m’a déjà sorti que j’avais de la chance, pour des grands voyages notamment. Et je pensais en moi-même que pour une chance qui se présentait à moi, il y avait une demi-douzaine de malchances qui me collaient le train et que j’aurais volontiers cédé l’une pour qu’on me débarrasse des autres. Mais comme ça ne marche pas comme ça, j’ai kiffé ces voyages au max.

    Les personnes qui envient la « chance » des autres ne voient pas les renoncements qui l’ont permise. Dans mon cas, j’ai posé mes orteils sur presque tous les continents. Mais je dormais dans des hôtels basiques voire des auberges de jeunesse où on est 4 ou 6 par chambre. J’utilisais les transports en commun ou mes pieds plutôt que des taxis. Je privilegiais les activités gratuites ou peu coûteuses. Et puis je ne paye pas un forfait téléphone mensuel à 40 euros. Je ne renouvelle pas ma garde-robe tous les trimestres…Bref, je fais attention à mes dépenses quotidiennes pour prioriser ce qui est important pour moi. C’est une question de choix.

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonjour Linda, merci pour ton commentaire 🙂 ! C’est pour ça que cette attitude est, à mon sens, dommageable pour les deux parties. Toi tu as eu un autre mode de consommation toute l’année qui t’a permis ce voyage (dans notre cas, c’est un peu comme pour toi, on ne s’achète quasiment rien et nous sommes heureux comme cela) et donc il y a forcément eu un équilibrage. Des gens qui sortent 5000 balles pour un voyage ‘comme ça’, perso, j’en connais pas beaucoup. C’est un vrai calcul financier et il y a peu de personnes qui se décident à partir en 1 semaine, il faut en général bien plus longtemps. Idem, quand tu es sur place, comme tu le dis très justement, nul besoin de flamber tel un retraité de la classe moyenne à Vegas ! 😀 Dans notre cas, ça va être quasi 100% Airbnb, avec aucune activité de prévue, si ce n’est un match de basket. Comme je le dis souvent, chacun sa vision des vacances aussi 😉
      En fait, dans une projection souvent assez erronnée de la situation, les autres ont globalement du mal à voir la « big picture » et je n’y vois, la plupart du temps, qu’un dialogue avec eux même dans lequel ils s’autopersuadent que ce n’est pas pour eux.
      Belle journée 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Ah de mon côté je ne pense pas forcément que l’idée d’avoir de la chance implique qu’on ne fait aucun effort… Par exemple j’ai de la chance d’avoir fait des études, mais j’ai quand même bossé pour avoir un concours puis décrocher une thèse. Mais avec des conditions bien plus favorables que d’autres au départ. Pour moi c’est pareil pour les voyages, on fait des sacrifices mais avec certains moyens au départ (accès à l’info, un minimum de revenus, pas de famille ou de proches malades dont il faut s’occuper etc). Tiens d’ailleurs j’ai lu ça récemment, ce sera dans ma prochaine sélection : https://demontsetdevaux.wordpress.com/2018/08/08/blabla-voyager-nest-pas-une-chance/

    Bon par contre c’est sûr que quand la remarque est faite par des personnes qui ont exactement les mêmes possibilités que nous ça peut être un poil agaçant parce que là ces personnes expriment davantage leur propre regret en disant ça…

    J'aime

    1. Hello Irene, merci pour ton commentaire, très propice à la réflexion, comme toujours 😛 C’est très intéressant que tu parles de conditions favorables. Je te suis parfaitement là-dessus ! Bien sûr que j’ai eu plus de conditions favorables que d’autres pour préparer mon voyage. Nous avons pu économiser tous les deux sans trop se ‘priver’ (bon, on ne consomme pas des masses donc ça aide déjà) et je sais bien qu’un nombre infini de personnes n’auront peut-être jamais cette chance (voilà pourquoi je fais la différence entre avoir de la chance et avoir une chance de). Cela dit, je crois qu’hors situation très compliquée (personnes très défavorisées, en grande détresse sociale), il y a toujours un moyen d’arriver à ses fins. Nous n’avons jamais vécu dans une société aussi ouverte en terme de possibilités et il ne faut pas oublier que dans ce monde, à peu près tout est possible. Que les conditions pour rendre la chose dont on rêve possible ne soient pas souhaitables, je l’entends parfaitement et je trouve ça tout à fait ok de dire « non, là, je préfère renoncer » (par exemple, partir en stop, faire un crédit pour voyager, faire du sac à dos avec une ribambelle de gamins et se faire héberger à droite à gauche et j’en passe).
      Dans mon cas, et j’ai peut-être oublié de le préciser, cette phrase a souvent été prononcée par des gens…qui ont plus de moyens que moi ! Et j’en parle beaucoup autour de moi en ce moment: je n’y vois souvent, comme tu le dis, qu’une projection de regret, d’une personne qui voudrait bien faire la même chose mais qui a trop peu de sortir de sa zone de confort. Et là, oui, ça me gonfle prodigieusement de devoir me justifier auprès de ces personnes.
      Très bon week-end à toi 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. Hello Cécilia, merci pour ton commentaire 🙂 Le tout, quand des proches ayant les mêmes moyens que moi me font cette réflexion, c’est de les mettre face à leurs incohérences ! Eh non, on ne peut pas s’acheter la dernière Audi ET partir à l’autre bout du monde. Tout est histoire de choix 😉
      Bon week-end à toi !

      J'aime

  3. Je te comprends tellement c’est pénible ce genre de remarque. Pour nous qui vivons à l’étranger c’est la même chose mais toute l’année car les gens ont l’impression que nous ne travaillons pas vu que nous vivons hors de la France lol. A chaque fois que nous allons visiter quelque chose même si ce n’est qu’à 2h de chez nous nous entendons ce genre de remarques. Et quand nous partons en vacances quelque part c’est pire lol. Du coup j’ai arrêté de me justifier au près de ces personnes car cela n’en vaut pas la peine même si tout tes arguments sont vrais tu ne pourras pas leur faire changer d’avis. Profite Bien de ton voyage !! J’ai hate de suivre ca sur ton Instagram et Blog.

    Aimé par 2 personnes

    1. Hello Mélodie, merci pour ton commentaire 😉 Comme on en a déjà pas mal discuté hier, je vais faire bref 😛 Mais attend, bien sûr que tous les gens qui vivent à l’étranger ne travaillent pas, enfin !! On ne t’a jamais parlé du cliché « Friends » ou « How I met your mother » ? Dans les séries américaines, tu as toujours l’impression que les personnages principaux se la grattent à longueur de journée dans un super appart xD ça entretient le mythe, que veux-tu 😉
      Tu as raison, je vais arrêter de répondre, l’essentiel, c’est que je me concentre sur mon voyage !
      Bon weekend à toi !

      Aimé par 1 personne

  4. Manooon ! T’en as pas MARRE d’écrire des articles parfaits qui m’inspirent, avec lesquels je suis tellement d’accord, et auxquels j’ai envie de répondre par des romans ?!!! Après c’est pour toi quoi, ça doit être fatigant de voir qu’Anoushapati a commenté un pavé disant qu’elle t’idolâtrait ! 😉
    Bref, comme prévu et comme d’habitude, je suis ravie de cet article qui résume totalement ma pensée. Tu me donnes envie (encore une fois) d’écrire à ce sujet aussi. Tu sais combien je voyage, et tu as peut-être suivi que j’ai vécu dans 4 pays étrangers, donc le « t’as de la chance » je n’ai entendu que ça ces dernières années. Et cette année encore, avec en plus le bonus « 60 jours de vacances et 35h par semaine » grâce à la fonction publique, TROP DE CHANCE. Ca m’use vraiment car moi tout ce que j’ai fait, c’est suivre mes rêves et me donner la possibilité de les réaliser. Alors oui j’ai de la chance dans le sens où je suis née dans le bon pays et des bons parents, je ne vais pas le nier : mais les gens qui me sortent ça ne sont pas du tout des gens défavorisés donc faut pas déconner. Je me tâte vraiment à écrire une réponse à ton article car j’aurais beaucoup à dire, mais je ne veux pas répéter trop de choses que tu as dites ^^’
    En tout cas moi je dis toujours bravo aux personnes qui se donnent les moyens de réaliser leurs envies ! Et je te souhaite un super voyage, évidemment que je suis grave jalouse que tu ailles dans des endroits que j’adore, hein, et je vais trop baver devant les photos si tu en partages 😉 Mais ce genre de choses ça se mérite, ça tombe pas tout cuit un jour ! Profiiiite !

    J'aime

    1. Hello Anousha, merci pour ton commentaire 😉 Mais vas-y !! Ecris là-dessus ! Même si tu ‘répètes’ des choses que j’ai dites, ça sera toujours avec tes mots à toi et puis après tout, on n’a pas le même lectorat. N’hésite pas à faire passer ce message de ton côté si tu t’y retrouves. Tu auras tellement de choses différentes à partager du fait de ta grande expérience d’expatriée. J’ai hâte de le lire, voilà 😛 N’hésite pas, fais-le ^^
      C’est ce que je disais à Irène du blog La Nébuleuse, bien sûr qu’on est dans des conditions favorables, qu’on a les moyens de partir et que ça change beaucoup de choses…mais la plupart du temps, ce sont des personnes qui ont plus de moyens que moi qui me sortent ça ! Et je me rends compte qu’elles le disent essentiellement dans une projection de leur propre frustration, qu’elles ne peuvent pas régler par peur de sortir de leur zone de confort. Donc en fait, tout cela n’est qu’une forme de « boudin » parce que « toi tu y arrives et ça m’énerve parce que moi pas ». Soulant. Bref.
      Tu vois, je préfère que les gens m’avouent qu’ils sont jaloux, au moins c’est honnête 😀 Et pas d’inquiétude, je vais partager plein de choses sympas, on va pouvoir déprimer ensemble après, quand je serais rentrée ! On se fera des séances ‘thé-réminiscences » comme de vieilles mamies radoteuses 😆
      Très beau weekend à toi !

      Aimé par 1 personne

      1. Bon je me lancerai p’tet dans le sujet alors 🙂 Et pareil que toi, ce ne sont pas des personnes dans le besoin qui vont me sortir que j’ai de la chance de faire tout ce que je fais ! Je sais que si j’écris cet article ça va faire une petite polémique (pas forcément extériorisée mais je sais que je vais déclencher des vagues), j’y réfléchirai 😀
        Mais nooon j’espère bien que tu ne vas déprimer après ! Mais les séances « thé-réminiscences » me parlent 😉

        J'aime

  5. C’est vrai qu’il y a une grande différence entre « c’est une chance » et « avoir de la chance », je n’y avais jamais pensé et tu l’as très bien mis en lumière !! Avec « tu as de la chance », on dirait en effet que ça t’ai tombé sur la tête par hasard, et que ça aurait aussi bien pu tomber sur une autre. Alors que, comme tu le dis, tu as provoqué ta « chance », et chacun en est capable autant que toi !

    J'aime

    1. Hello Manon, merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 J’ai voulu faire la différence, parce que bien qu’ayant été dans des conditions relativement bonnes pour partir et organiser ce voyage (nous avons des revenus confortables et nous vivons plutôt bien), il y a eu du travail et de la gymnastique financière pour mettre ce roadtrip en place. Nous sommes les acteurs de nos vies et je trouve qu’il faut arrêter d’invoquer sans cesse la ‘chance’ – je préfère parler d’opportunités qu’il faut savoir saisir. La plupart de ce qui nous arrive, nous le construisons à la sueur de notre front. Très beau week-end à toi 😀

      J'aime

    1. Hello 🙂 Merci pour ton commentaire ! C’est compliqué, parce que je crois le facteur chance existe bel et bien. Des fois, les circonstances jouent en notre faveur et on se retrouve avec une montagne de pépites d’or dans les bras sans avoir rien demandé (ceci est une image, bien sûr 😛 ), mais de nos jours, on a tendance à invoquer la chance à tort et à travers. Sachons simplement nous remercier de rendre les choses possibles une fois de temps à autres ! Très beau week-end à toi !

      Aimé par 1 personne

  6. Certains utilisent chance par jalousie, d’autres parce qu’ils trouvent ça juste trop chouette. Je suis du genre à dire que j’ai de la chance de respirer et de marcher, donc si je voyageais, j’estimerais avoir encore plus de chance, je ne vois pas ça de façon négative. Peut-être que le mot est mal employé par rapport à son sens mais moi je l’aime bien ce mot. 🙂 Gros bisous et j’ai hâte que tu nous parles de ton grand voyage 😀

    J'aime

    1. Hello Justine, merci pour ton commentaire et pour cet éclairage nouveau 🙂 Je suis plutôt d’accord avec ce que tu dis: ça dépend ce que l’on met derrière le mot ‘chance’ et ta définition est tout à fait légitime. Pour ma part, tous ces « tu en as de la chance » étaient, selon moi, une forme de projection de la part des autres – qui auraient bien voulu partir aussi (et qui auraient largement été en capacité de le faire), mais qui n’auraient peut-être pas été prêt.e.s à tous les sacrifices qu’impliquent un tel voyage et ont préféré se dire que ‘c’est forcément la chance’ et c’est ok. Mais à force d’entendre ça…c’est lourd. En fait, que les autres pensent que j’ai de la chance ne me dérange pas, mais qu’on me le balance sans cesse à la tronche…bon, j’ai compris les gars 😛 je maintiens que j’ai quand même du économiser sévère ces dernières années et que je dois ce voyage…à moi-même ^^
      Je te souhaite un très bon weekend !

      Aimé par 1 personne

  7. Manon Woodstock, tes articles tombent toujours à pic !
    Ahhh les exécrables jalousies entre collègues…je vais être méchante mais qu’ils sont bêtes…bêtes de ne pas tenter de se reconvertir, bêtes de ne pas économiser pour des voyages, bêtes de rester dans des couples où ils ne se sentent pas bien… Ce n’est pas parce qu’on ose que c’est facile. Jamais. Ce n’est jamais facile. Critiquer le/la voisin.e ça en revanche, c’est à la portée de tout le monde.
    J’ai affaire à une mère de famille très jalouse (à tendance hystérique) au travail ces dernières semaines …et j’en peux plus de l’entendre se plaindre, râler, critiquer quand on annonce qu’on a fait du paddle un WE ou qu’on s’est rendus à un festival. J’ai du mal à comprendre de toute façon comment les gens au travail osent exprimer leur jalousie, aussi naturellement, comme des gosses de 5 ans dans la cour de récré. Il y a un peu trop de gens malsains et cancaneurs dans les entreprises françaises et c’est bien dommage 😦

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire 😉 En ce moment, j’essaye de changer de perspective suite à un article que j’ai lu sur le fait que l’on voit en réalité beaucoup de nous-même en l’autre et que la vie comporte une montagne de projections diverses. Et…ça m’aide à mieux supporter la frustration que peuvent me renvoyer les autres ! Quand quelqu’un m’exprime son envie face à ce que je fais, je lui demande souvent pourquoi il/elle ne fait pas la même chose. Si je vais à un concert, que je pars en voyage et qu’on me dit que « j’ai de la chance », j’invite la personne à venir ou à faire de même et j’ai une parade du style pour chaque « oui mais » qui suit. Si je n’arrive à rien, je mets la personne face à ses contradictions en lui démontrant que c’est possible, mais qu’elle n’est pas prête à accepter les conditions qui rendraient cela possible, voilà tout (et c’est ok, après tout). Des fois (pas tout le temps, mais assez souvent et c’est surprenant), ça fait beaucoup réfléchir la personne en face et je n’entends plus aucune plainte pendant très longtemps.
      Après, je suis comme toi, j’en ai souvent assez de ces personnes qui se plaignent en PERMANENCE alors qu’elles ont a priori toutes les cartes en main pour que ça roule. Je suis pour exprimer sa frustration de manière créative, mais la déverser sur les autres, à part faire chier le monde, ça ne sert décidément pas à grand chose.
      Très bon weekend à toi !

      Aimé par 1 personne

  8. Je découvre ton blog. Et je suis entièrement d’accord avec toi ! Souvent, les autres ont tendance à nous mettre des barrières limitantes et à nous faire culpabiliser de voyager. Alors que oui, c’est difficile. Comme tout le monde. Ce n’est pas de la chance, je dirai que c’est beaucoup de travail, et encore plus de rêves et de motivation.

    Je t’envoie d’énormes ondes positives et j’espère que tout va se passer aussi agréablement que tu le souhaites !

    J'aime

    1. Hello Clea, bienvenue chez Manon Woodstock et merci pour ton commentaire 😀 Ce que j’aime beaucoup dans ce que tu dis, c’est qu’il faut finalement s’autoriser le droit de rêver et ce n’est pas si simple. Accéder à ses rêves demande travail, persévérance et détermination, ce que beaucoup de gens ont tendance à occulter pour ne voir que le résultat final.
      Merci pour les ondes positives, je t’en revoie un wagon !
      Belle journée à toi !

      J'aime

  9. 100% d’accord avec tes réflexions. Mais je comprend qu’il n’est pas aisé pour tout le monde d’ouvrir son domaine des possibles. Les petites routines du quotidien et des contraintes passent comme « normal », alors qu’il suffit de prendre un peu de recul pour s’apercevoir que le monde s’étend derrière nos œillères. En fait cette réflexion m’en rappelle une autre qui m’agace en tant que photographe : « Dis donc, tu as quoi comme appareil photo ? Il fait de belles photos ! ». Et à chaque fois la réponse les surprend … J’essaie de faire preuve de démagogie car ils n’ont eu que des fausses informations (ou erronées) provenant de l’environnement sociétal. C’est souvent juste une question de choix et de point de vue des priorités, des fois il y en a qui ont de la malchance et qui ne peuvent vraiment pas, mais j’ai l’impression que c’est une minorité.

    J'aime

    1. Bonjour lumaetcie, merci pour ton commentaire 😉 J’ai un peu le même sentiment que toi ! J’ai la sensation désagréable que ce sont celles et ceux qui ne peuvent pas qui me disent « surtout kiffez » alors que les autres, qui auraient peut-être été plus à même de le faire que moi, me martèlent que j’ai « trop de chance ». Mais mettez-vous un coup de pied au derrière les gars !!
      Cependant, tu as raison, il suffit parfois de discuter un peu pour se rendre compte 1) que la situation des gens est plus compliquée qu’elle n’y parait, 2) qu’on est face à des personnes paralysées dans leur routine – qui aimeraient bien faire pareil et qui se convainquent qu’on a forcément quelque chose en plus.
      Très belle semaine à toi !

      Aimé par 1 personne

  10. Bonjour Manon,
    Je découvre ton blog via celui d’Anoushapati. J’ai beaucoup aimé ton article, avec lequel je suis tout à fait d’accord… Et cette notion de « chance » est extrapolable à tout un tas de situations dans la vie : « tu as de la chance de voyager/de faire tel ou tel boulot/de ne pas avoir d’enfant/d’avoir 4 enfants/ d’avoir une Mercedes/de t’être expatriée ». Bref, la vie ce sont des choix… et on peut les faire à tout âge… avec les renoncements qui vont avec, et qui sont l’autre face de la pièce. Comme disait Montherland, « la liberté existe toujours, il suffit d’en payer le prix » !

    J'aime

    1. Hello, merci beaucoup ton commentaire 😀 On est bien d’accord que le concept de chance est utilisé à tort et à travers et que les personnes qui en usent et abusent occultent complètement tous les sacrifices qu’ont demandé les différentes situations en présence.
      J’aime beaucoup cette notion de pièce avec son côté pile et son côté face. C’est étonnant à quel point certains proches (ou non) ont tendance à ne retenir que le côté fun et sympa…mais là encore, je n’y vois que projection et mécanismes de protection…
      Très belle semaine à toi !

      Aimé par 1 personne

  11. Bonjour à toi ! Je suis venue voir ton article sur les conseils de @blogdunepartageuse car j’ai écrit un article il y a quelques jours sur la chance et ça avait fait écho avec le tien ! Je confirme qu’on est sur la même longueur d’ondes ! Je suis tellement d’accord avec toi et j’en ai tellement marre des gens qui disent simplement « tu as de la chance » pour ensuite se lamenter sur le à quel point leur vie est plus difficile que la tienne… mais c’est aussi valable pour soi-même car certains peuvent aussi recourir à la chance pour justifier leurs réussites (oh tu sais j’ai eu de la chance) ou leurs échecs (j’ai jamais de chance) ce qui en fait est le signe d’une mauvaise estime de soi. Il y a une différence que j’ai essayé de montrer à la fin de mon article et qui pour moi est essentielle, même si c’est juste un petit mot qui change de place : il y a une différence entre « j’ai de la chance » ou «  tu as de la chance » et « j’ai la chance de… » ou « tu as la chance de… » Et comme le disait Thomas Jefferson dont j’ai partagé une citation ce matin : « Je crois beaucoup en la chance ; et je constate que plus je travaille, plus la chance me sourit. » 😉

    J'aime

    1. Hello Séverine (je crois ne pas prendre trop de risques sur ton prénom 😛 ), je viens d’aller lire ton article, que j’ai trouvé très intéressant. Je suis comme toi, les gens me gonflent ^^ Je ne compte plus les fois où j’ai eu envie de secouer une connaissance en lui disant « mais tu as envie de partir, alors PARS BON SANG, le reste n’est que détail » 😀 Mais j’essaie aussi de rester bienveillante aussi souvent que je le peux et je me répète qu’on ne cesse jamais de se projetter dans l’autre. J’ai parfois un peu pitié de celles et ceux qui me disent que j’ai de la chance (et qui pourraient largement prétendre à la même chose que moi), parce que je n’y vois qu’un reflet de leur mal-être, de leur envie d’autre chose non satisfaite. Alors je les conseille – et quand ces conseils ne trouvent pas oreille attentive, je passe à autre chose – on ne peut décidément pas prendre par la main quelqu’un qui n’a pas envie d’être aidé.
      Invoquer sans cesse la chance ou la malchance dans ses réussites et ses échecs personnels est, comme tu le dis, le signe d’un cruel manque de confiance en soi. Alors OUI, si tu passes un examen et que le seul sujet que tu as révisé tombe, c’est de la chance. Mais si tu l’avais raté, ça n’aurait pas été de la malchance pour autant. La chance n’est rien de plus qu’un heureux hasard, on a trop tendance à l’oublier…et les heureux hasards, je n’en ai pas croisés tant que ça ^^
      Merci pour cette belle citation, passe une bonne journée !

      Aimé par 1 personne

      1. Tellement d’accord avec toi 🙂 Et merci pour ton passage sur mon blog ! Pour enfoncer le clou et rebondir sur la fin de ton commentaire, et comme je suis fan de citations, j’aime beaucoup celle là aussi : « La chance est bien souvent un hasard qui se provoque. » Merci Confucius 😉 Belle journée à toi

        J'aime

  12. Il est vrai que le pack famille rend la situation plus compliquée car elle nécessité une plus grande organisation. Mais l’argent peut se trouver à condition d’être patient et Google traduction existe! Et quelques mots d’anglais suffisent pour la base.

    J'aime

    1. Comme tu le dis si bien, quand on a des enfants, il faut être patient et surtout ne pas hésiter à cadrer bien plus que si on était en solo. En général, tout ce que j’ai pu lire et voir à propos de ces familles qui partent en road trip, l’organisation prend quelques mois à quelques années – mais si on est motivé et qu’on ne perd pas de vue son objectif, on arrive à tout !
      (Ce qui est super avec Google trad, c’est que tu peux faire une simulation de prononciation, je ne sais pas si tu as déjà essayé ?)

      Aimé par 1 personne

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s