Le coin des inclassables

L’art de l’auto-bienveillance

Ce qui me frappe beaucoup dans nos sociétés modernes, c’est le manque de bienveillance des gens envers eux-mêmes. Pas un jour ne passe sans que j’interroge ce constat sans cesse renouvelé. Pourquoi n’arrive-t-on pas, malgré le supposé individualisme occidental pourtant si décrié, à se considérer comme important.e.s et digne d’investissement ? Comment en est-on arrivés là ?

Quand j’écoute autour de moi, j’entends une masse assez incroyable de gens dire qu’ils sont nuls, qu’ils ont tout raté, qu’ils n’ont rien fait comme il faut…et qui ne font malheureusement pas grand-chose pour se défaire de ce sentiment. Ces personnes ne font aucun investissement « en elles », elles ne mettent rien en place pour se remettre sur le bon chemin, considérant que ‘c’est mort’. J’en vois renoncer à des rêves d’une vie avant 30 ans, d’autres ne pas s’occuper de désagréments physiques, laissant traîner parce que ‘de toute façon, c’est trop tard’ – pour ne citer que ça. Mais bien que ces gens soient dans une espèce d’auto-morosité mortifère, je les vois pourtant s’investir sans limites pour que leurs proches soient les plus heureux possibles, ‘ne reproduisent pas les mêmes erreurs’ et ‘réussissent là où ils ont échoué’. Ces personnes sont généralement celles qui surinvestissent dans leurs enfants, ou au contraire, qui leur transmettent une vision fataliste de la vie – où de toute façon, on n’a jamais ce que l’on veut et qu’il vaut mieux se contenter de peu pour soi.

Dans tout cela, je vois une partie de l’envers du culte de la perfection et de la réussite. Dans nos sociétés, si l’on rate, on devient raté. Si l’on se casse la figure une seule fois, c’est complètement foutu. Si l’on n’a pas réussi en suivant LE seul et unique chemin considéré comme valable et qu’il y a eu des petites erreurs de parcours, c’est qu’on est nul. Cette école de pensée fait qu’on finit par s’ancrer dans le crâne que ‘c’est fichu’, très tôt dans la vie – dès la trentaine – et ce sentiment nous conduit à nous oublier totalement pour se mettre, en quelque sorte, au service de l’autre, qui lui, a encore une petite chance. Dans tout cela, je vois un manque énorme de bienveillance envers soi : on ne s’autorise plus le droit d’essayer d’être heureux.se, on se considère presque comme un humain transparent, qui n’est pas vraiment là. Qui n’est pas légitime.

Tout cela se retrouve aussi dans une dimension bien plus pratique de la vie de tous les jours. Quand je vois les gens se tartiner de produits ultra chimiques, manger de la daube en permanence – mais en parallèle, faire super attention pour tout ce qui concerne leurs enfants tout en martelant à qui veut l’entendre « oui, mais si c’est pour moi, c’est pas grave » – je me dis qu’on marche sur la tête. C’est super schizophrène comme discours. Parce que vous aurez beau nourrir vos gamins avec du bio, leur acheter tous les jouets en bois du monde et leur offrir ce que vous croyez être le meilleur cadre possible, à quoi bon si vous faites le contraire et donnez donc le mauvais exemple ? Et puis quand bien même, pourquoi ne seriez-vous pas aussi primordiaux que vos enfants ? Vous êtes d’une importance capitale, dans votre entièreté. Si vous développez des problèmes de santé parce que vous vous nourrissez mal, ou que vous vous privez de tout pour satisfaire l’hypothétique besoin d’un autre, je peux pratiquement vous garantir à 100% que vous finirez malheureux (et par ricochets, votre entourage aussi) et aigri (plus le temps passera, plus vous accuserez les autres de votre malheur – alors que vous l’avez façonné de toute pièces). Je ne crois pas que ça soit souhaitable. Après des années d’observations et au vu de mon expérience personnelle, je peux garantir que ce que veulent vos proches, c’est passer du temps avec vous et que vous alliez bien. Vous pourrez leur offrir le ciel, s’ils se rendent compte que vous êtes malheureux ou en mauvaise forme constante, ça aura des conséquences négatives dans leurs vies – qu’elles soient minimes ou immenses.

J’ai aussi été frappée par un constat absolument sans appel : comment voulez-vous être bienveillant avec les autres si vous ne l’êtes pas envers vous-même ? Si l’on s’arrête là-dessus quelques secondes, c’est juste la base en fait. Vous ne pouvez pas bien traiter les autres si vous vous maltraitez par ailleurs – c’est totalement incompatible. Parce que vous serez dans des schémas de pensée négatifs et que malgré tous vos efforts, ça va forcément ressortir à un moment ou un autre.

J’ai l’impression que globalement, et même si ça peut paraître contradictoire dans une société aussi égocentrée que la nôtre, nous nous interdisons formellement de pratiquer ce que j’appelle l’égoïsme positif. Et je veux parler de tous ces moments où l’on se demande réellement ce que l’on veut, en excluant autrui de l’équation. Je ne parle pas de passer à l’action et d’écraser tout le monde en ramenant sa fraise à chaque fois – je parle, dans un premier temps, de considérer nos envies profondes – de les nommer et de les identifier, pour, dans un deuxième temps, passer à la réalisation de ces envies tout en respectant une juste balance avec celles des autres.

Pour parler un peu de mon expérience personnelle, j’ai longtemps vécu avec des proches malheureux comme les pierres, qui n’avaient absolument aucune bienveillance envers eux-mêmes, qui s’infligeaient des choses pas possibles juste pour que je sois heureuse. Je le dis devant vous : ça n’a jamais marché. Parce que j’étais toujours préoccupée et qu’à force d’avoir ce modèle, j’ai fini par agir exactement de la même manière. Pendant des années, j’ai exclu toute bienveillance de ma vie, je n’ai vécu que pour le bonheur des autres. Je considérais que j’avais raté ma chance, à à peine 25 ans (dieu merci, j’en rigole aujourd’hui). Très longtemps, je n’ai eu d’avis sur rien, je me lissais en permanence, je ne faisais aucun choix de peur de décevoir, j’allais contre mes principes ou mes envies pour satisfaire le monde entier. Je laissais mes problèmes de dos me gâcher l’existence, me martelant que dorénavant « ça serait comme ça », souffrant un peu plus chaque jour de lombalgies toujours plus intenses. Jusqu’au jour où ça m’a frappée tel un éclair : je n’avais aucune chance d’être heureuse, ni avoir des relations équilibrées et épanouies avec autrui si je ne me remettais pas d’urgence au centre de ma vie. J’ai commencé à gravir marche par marche le long chemin de l’affirmation et à réaliser que même si je ratais 50 fois, rien ne serait jamais perdu tant que j’aurais encore en moi la force de continuer à essayer. J’ai commencé à faire beaucoup de sport et dit adieu à mes soucis lombaires pour de bon. En quelques mois à peine, j’étais remise sur pied, dans tous les domaines. J’ai réalisé, et je m’en remercie aujourd’hui, que je ne pourrais jamais être heureuse si je ne me considérais pas comme la personne la plus importante de la vie. Avant, c’était mon conjoint. Maintenant, c’est moi. Et ça a absolument tout changé. Tout a repris sa juste place et cela me permet d’entretenir des relations bien plus épanouissantes qu’auparavant.

Commencez à vous autoriser un truc qui vous fait vraiment envie de temps à autre. Un cours de yoga ? Un moment juste sans rien faire ? Un épisode de série ? Une trentaine de minutes à bouquiner tranquille ? Faites-le et demandez aux autres de s’adapter, sans les agresser et en leur expliquant que vous en avez besoin. Vous avez des enfants ? Si vous n’êtes pas parent solo, rien ne s’oppose à ce que votre conjoint.e gère la marmaille pendant quelques minutes/heures pour que vous puissiez souffler. N’hésitez pas à proposer une réciprocité pour que l’autre puisse aussi s’accorder ces moments salutaires. Si vous êtes maman ou papa solo, n’hésitez pas à demander de l’aide. J’ai conscience que ça peut être très dur mais…vous en valez largement la peine ! Confiez vos bambins à des proches pour un petit laps de temps ou embauchez un.e baby-sitter pour quelques heures – si vos finances vous le permettent. Si c’est un peu plus shorty niveau budget et dans tous les autres cas, la clef va être l’autonomisation de tout un chacun. Si votre conjoint.e est un.e assisté.e de première, lancez-le/la dans le bain, il/elle sera bien forcé.e d’évoluer et de s’adapter pour survivre dans ce monde cruel 😉 Pour ce qui est des enfants, res-pon-sa-bi-li-sez ! Je sais que c’est peut-être facile à dire, mais je vois encore beaucoup trop de gamins de 8 ans et plus incapables de prendre leur douche seuls ou de se gérer dans les aléas de la vie quotidienne (aller aux toilettes, se moucher, et cetera), je me dis qu’il y a vraiment du travail de ce côté-là !

Tout investissement réfléchi que vous ferez en vous-même déclenchera un véritable rayonnement positif sur les autres. Pensez à soi en premier de temps à autres, c’est se réinscrire dans la globalité du monde en tant qu’individu, mais aussi impulser une dynamique vertueuse en donnant le bon exemple.

Que pensez-vous de l’égoïsme positif ? Arrivez-vous à prendre du temps pour vous et à vous affirmer sans systématiquement faire en fonction de l’autre ? Quelles pensées vous inspirent ce billet ?

Passez une très belle semaine.

Manon Woodstock.

13 réflexions au sujet de “L’art de l’auto-bienveillance”

  1. Vive l’égoïsme! Oui, cent fois oui! Je suis en plein travail là-dessus, après des années passées à m’être oubliée au profit des autres, jusqu’à m’en être abîmé la santé (ça va bien mieux aujourd’hui hein ^^). Je réapprends à m’écouter sans y voir un péché mortel ou une faiblesse, je place mes envies et mes priorités avant celles des autres et j’essaie de me pardonner mes erreurs (ça c’est le point le plus difficile). C’est trop bien ^___^

    J'aime

    1. Hello Linda, merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 C’est pas si facile, hein ? Mais ce qui est indéniable c’est que quand on a réalisé que l’on vit pour les autres au lieu de vivre pour soi, tous nos « non-choix » nous sautent aux yeux ! Je trouve toujours fascinante cette dichotomie de l’individualisme extrême VS les gens qui ne s’écoutent pas… sûrement encore un truc hérité de l’éducation à être docile et à se conformer. On aussi ce regard de l’autre si présent dans nos sociétés, qui fait qu’il prend une importance démesurée. En tout cas, je te félicite d’avoir su te remettre au centre, ton commentaire explose de positif et je trouve ça chouette 😉 très belle soirée à toi !

      J'aime

      1. C’est ça, comme s’il n’y avait pas de juste milieu possible entre « Être tellement rivé sur son nombril qu’on ne voit pas les gens qu’on piétine » ou « Ceci est mon corps, ceci est mon sang, ceci est mon dos pour vous servir de paillasson » 😀

        Tu as souligné très justement l’effet pervers qu’entraîne fatalement l’excès d’altruisme: le ressentiment, l’aigreur face aux autres qu’on finit par juger ingrats et indignes de nos efforts/sacrifices…qu’ils ne nous demandaient pas, bien souvent. Et s’ils les demandent > alerte rouge personne toxique, à recadrer d’urgence ou à fuir en courant 🙂 Comme tu dis, les personnes qui nous aiment ne veulent pas d’un bonheur acheté au prix du nôtre

        J'aime

  2. Bonjour,
    Je viens de lire ton article, je te lis depuis déjà quelques mois sans laisser de commentaires et je me retrouve dans pas mal de tes articles, celui là me parle encore davantage.
    Je pense que ton égoïsme positif est une bonne idée. pendant très longtemps, je n’étais pas au cœur de mes préoccupations, je courrais sans cesse, épuisée et débordée, sans m’accorder le droit de souffler, tout passait avant moi : mon foyer, le boulot, mon conjoint, mes amis, à force de vivre comme ça, j’ai fais une profonde dépression, j’ai été très en colère après mes proches de n’avoir pas été là pour moi et je me suis sentie seule, alors j’ai décider de penser à moi car personne d’autre ne le ferait, à ma propre vie, peu à peu, j’apprends cet égoïsme positif, j’ai mis un peu de douceur dans ma vie, par exemple, quand je suis malade, je me repose alors qu’avant je m’infligeais de tout faire malgré tout, une fois par semaine, je m’offre un repas en amoureux au restaurant après une difficile journée, je m’accorde le droit de faire autre chose que des corvées, j’ai appris à prendre du temps pour les loisirs juste pour moi, je lis beaucoup car j’adore ça, je cuisine, je cultive des fleurs, je prends un peu de temps pour faire de l’art thérapie ou écouter de la musique zen, j’apprends à me prendre en compte, j’apprends aussi à dire non aux choses qui ne me conviennent pas, à exprimer mes envies, mes avis mais c’est un long cheminement, j’ai aussi arrêter de tout faire chez moi et au boulot… je ne suis pas guérie pour autant mais ça va un peu mieux et je pense que c’est important de créer un équilibre dans la vie, d’être comme tu l’écris bienveillant envers soi même.
    voilà ce que m’inspire ton article.

    ps: j’adore ton pseudo qui a un côté très « peace and love » …

    J'aime

    1. Bonjour Sonia, déjà un grand merci d’avoir sauté le pas et d’avoir laissé ton premier commentaire 🙂 ! ça me touche de lire que tu me lis depuis plusieurs mois et que tu te lances sur cet article.
      Je trouve que tu résumes très bien la chose et quand on y pense, c’est paradoxal: ne pas se mettre au centre, ne jamais penser à soi EPUISE (peut-être est-ce le corps qui envoie un signal en disant « hé coucou, occupes-toi de moi dis ! » 😀 ) et n’apporte pas grand chose si ce n’est des périodes de grosses déprimes (ou plus grave, une dépression, comme ça a été le cas pour toi) ou de colère envers cet autre, jamais assez reconnaissant pour tout ce qu’on lui donne. Mais on oublie une chose fondamentale, si on se donne des choses à soi et que l’on recommence à suivre ses envies, la seule personne qui sera apte à nous remercier, c’est nous-même – et ça, jusqu’à preuvre du contraire, c’est parfois plus simple que d’avoir un ‘merci’ d’un autre. Parce que si nous sommes en pétard, c’est parce que les autres ne font pas la même chose pour nous, ne se ‘sacrifient’ pas autant (ce mot est parlant, n’est-ce pas ?) jusqu’au jour où vient le fameux déclic. Celui où l’on se dit « mais qu’est ce que je suis en train de foutre ? ». Personnellement, c’est aussi à ce moment là que j’ai réalisé que la plupart du temps, les proches les plus importants n’avaient aucun besoin de tout ce que je faisais pour eux, que leur seul envie c’était que je sois heureuse. Alors est venu le constat sur toute cette énergie gaspillée qui pouvait être utilisée ailleurs, pour me faire du bien à moi. C’est un long chemin, qui demande un gros retour sur soi, mais je trouve que tout le travail en vaut 1000 fois la peine.
      Tout ce que tu dis me parle énormément, parce que j’ai été comme toi pendant TRES longtemps. Je ne m’autorisais aucun avis contraire, je ne disais jamais non, je ne prenais aucune décision, physiquement, je me suis cassée. Depuis que tout ça a changé, j’ai l’impression de m’être réveillée d’un très long sommeil. Avant, j’étais comme morte.
      La bienveillance envers soi, c’est difficile, le chemin est long, on arrive dans des impasses, mais une fois que l’on a trouvé la balance, on se rend compte à quel point ça peut transformer une vie toute entière.
      Encore merci pour le partage de toutes les petites actions que tu mets en place au quotidien et les activités auxquelles tu t’adonnes pour le plaisir. Je suis sûre que ça va en inspirer certain.e.s 🙂
      Très belle journée et à très bientôt !

      J'aime

    1. Hello roijoyeux, merci pour ton commentaire. Je crois que célibataire ne veut pas forcément toujours dire égoïste positif ^^ on peut malheureusement tomber dans de tels schémas avec d’autres proches qu’un.e conjoint.e ! Mais quoi qu’il en soit je te félicite de t’écouter et de te laisser la place qui te revient : celle d’être au centre de ta vie 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Magnifique Manon, très beau message. Merci ❤
    J'ai surtout été marquée par cette phrase : "Dans nos sociétés, si l’on rate, on devient raté." C'est tellement triste et tellement vrai… C'est bien de rappeler que non, on ne doit pas s'arrêter à ce constat parce qu'il est totalement faux et ridicule.
    Je lis les 4 accords toltèques en ce moment. On me l'a conseillé énormément de fois, je pensais qu'il ne m'apporterait peut-être rien, pourtant dès le début, j'ai su que ça allait changer ma vie. Et j'ai déjà appris que le fait qu'on soit dur envers nous-même et qu'on utilise des mots médisants, c'est une des pires choses qu'on peut nous infliger et infliger à autrui, en même temps (parce que c'est souvent le cas). Je le savais déjà mais ce livre l'explique d'une façon plus percutante…
    Personnellement je suis déjà, depuis environ 2 ans, dans cette démarche, je fais tout pour penser à moi avant tout et pour m'épanouir, contrairement à avant ou je me faisais passer après tout le monde pour ensuite les tenir responsable de mon malheur parce que je n'avais aucune reconnaissance.
    Nous sommes le seul responsable de nos actes !
    Passe une belle journée, à très vite ❤

    J'aime

    1. Hello Justine, merci pour ton commentaire 🙂 Ah !! Ma psy m’en a parlé des 4 accords toltèques ! Et elle m’a dit quelque chose qui m’a marquée à jamais: visiblement, il est aussi dit, dans ce livre, que l’on n’est pas obligé de se sentir blessé.e par une insulte si l’on considère que celle-ci ne nous concerne pas. Ce principe a eu l’effet d’un électrochoc pour moi. C’est d’une évidence criante, mais tant que je ne l’avais pas réalisé, je n’arrivais pas à toucher du doigt ce « ce que tu dis t’appartient, j’ai le droit de m’en foutre » 😉 ça change la vie ! Tu me donnes envie de me le procurer. Dès que je serais un peu sortie du binn’s généralisé qu’est mon quotidien en ce moment, je me mets en chasse 😀
      Je te félicite de réussir à prendre du temps pour penser à toi, le chemin pour y arriver « sans y penser » est long et difficile, mais un fois que l’on a passé la première marche, tout devient très logique.
      Très belle semaine !

      Aimé par 1 personne

  4. Tout à fait d’accord
    puisque j’ai écrit un livre sur le sujet: autobienveillance, de la connexion à soi à la compassion pour soi…
    Toutes les recherches aujourd’hui se croisent pour asserter l’autobienveillance comme préalable à la confiance en soi et l’authentique bienveillance pour autrui…
    Merci de parler du sujet!

    J'aime

    1. Bonjour Sylvie, merci pour ton commentaire 🙂 ! Je crois comme toi qu’il est essentiel d’être auto-bienveillant si l’on veut s’engager sur une pente ascendante. Respect, confiance et écoute de soi, tout découle ! Très belle semaine à toi 🙂

      J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s