Hygiène - Beauté - Santé

Règles, tampons et choc toxique en mode Arnaques, Crimes et Botanique

Salut la compagnie ! Comment va la France en ce merveilleux jour férié ? Moi je suis au turbin, à mon grand désarroi, mes amis luxembourgeois n’ayant malheureusement pas été du bon côté de la barrière dès 1940 (pour cause d’invasion allemande – et non de vente de cigarettes et de diesel à l’ennemi, comme on me l’a gentiment suggéré samedi soir 🙂 ). Il a donc fallu affronter le supplice d’un Ludo encore dans les bras de morphée ce matin, marmonnant à peine une parole réconfortante à mon encontre et me gratifiant d’un bisou – pas un de plus – avant de se tourner du côté gauche et de repartir au joyeux pays des rêves…Mais je ne lui en tiens pas rigueur, je prends ma revanche dès vendredi avec l’octroi personnel d’un petit jour de congé portant la somme totale de mon week-end à 4 merveilleux jours *danse de la joie* 😀 Le plus dur n’est finalement pas de se lever, mais bien d’aller faire le pot de fleurs au boulot dans une ambiance reeeelaaaaax hein – on a tout donné en avril, alors maintenant on se détend de l’élastique et on ralentit le rythme. Sauf que moi, végéter, j’ai horreur de ça. J’aime quand ça pulse et à la rigueur, je préfère être à la maison et faire plein de choses plutôt que d’aller faire un simple acte de présence au taf. Ça me file de l’urticaire. A quand des boulots plus flexibles où on pourra organiser notre temps comme bon nous semble et être payé.e.s en conséquence ? Quand est-ce qu’on commence à se détacher de ce système de 35-40 heures de présence sur le lieu de travail et pas une de moins ? Je trouve que ça manque cruellement de modernité tout ça. Bref, c’était le point politico-gaucho-socialo-anarchiste du jour…Excusez-moi, je m’en vais de ce pas prendre mes petites gouttes 😛

Aujourd’hui, j’ai envie de dire 2-3 pages mots sur un reportage qui m’avait arraché des exclamations d’horreur il y a quelques temps déjà – mais sur lequel rédiger un papier n’était pas fluide. Maintenant que de l’eau a un peu coulé sous les ponts, c’est officiel, je me sens prête ! Le sujet du jour, qui concerne quand même la moitié de la population mondiale – je crois qu’il est utile de le préciser – convoque deux trucs encore très tabous et qui ont l’air d’effrayer littéralement une grande partie de nos copains les mecs…Je veux bien sûr parler…de vagin et de sang !! De règles, quoi !

Il y a quelques mois de cela – comme pas mal d’entre vous, je pense – j’avais regardé, suite au conseil d’une collègue, un reportage à vous glacer le sang qui était passé sur France 5 : « Tampon, notre ennemi intime » (que je vous recommande vivement – on devrait le montrer à TOUT LE MONDE, femmes et hommes), à la suite duquel je m’étais depuis jurée que mon vagin ne verrait plus l’ombre de la couleur d’un bout de coton. Jamais plus jamais. Vous l’avez loupé et vous voulez un petit résumé ? C’est ti-par !

Boucle d’Or et le Syndrome du Choc Toxique

On commence par un conte. Un de ceux qui font peur, comme celui du petit poucet avec l’ogre qui se tape des casse-dalles aux sot-l’y-laisse d’enfants pour le déjeuner. C’est l’histoire de Boucle d’Or. Un jour, subitement, elle commence à se sentir un peu patraque – pas ultra mal – mais vraiment pas top, assez pour qu’un mauvais pressentiment la gagne. Faiblesse, douleurs musculaires, vertiges, la totale. Et puis sa température monte. 38. 38,5, puis 39. Bof, ça doit être Petit Ours qui lui refilé la grippe, non ? Alors arrivent d’autres joyeusetés que sont la nausée et la diarrhée. Boucle d’or ne trouve pas ça très glamour, mais en même temps c’est Grand Ours qui a fait à bouffer ce midi et le poisson qu’il a utilisé pour les lasagnes n’était plus de première fraicheur ! Offff, on va aller au lit bien gentiment et se reposer un peu, son organisme doit simplement être un peu détraqué. Ça doit être le changement de temps (et même que c’est le Petit Chaperon Rouge qui l’a dit !). 4 jours plus tard, après avoir tout tenté, du bouillon de poule aux infusions d’herbes ayurvédiques, Boucle d’Or s’évanouit. Boum, d’un coup, comme ça. Moyen Ours panique, l’emmène à l’hôpital – où on tergiverse encore une bonne journée sur le cas de cette pauvre Boucle d’Or – qui vient malheureusement de tomber dans le coma, pendant que tout le monde réfléchit. Et ce n’est qu’à J+5 qu’on se rend compte, qu’en fait, Boucle d’Or a ses règles, qu’elle porte un tampon, qu’elle fait un syndrome du choc toxique, qu’elle est à la limite de passer l’arme à gauche et que ses jambes se sont tellement nécrosées qu’il va falloir les amputer (true story qui est arrivée à Lauren Wasser, un mannequin anglais qui a perdu ses deux jambes). Elle va souffrir toute sa vie de séquelles très handicapantes (inflammations chroniques, mal fonctions des organes et j’en passe et des meilleures) et les trois Ours pleurent dans la salle d’attente alors qu’on leur amène Boucle d’Or en fauteuil roulant. Fin. Pas vraiment le genre d’histoire qu’on raconte avant d’aller au lit, n’est-ce pas ?

untitled

Maintenant que je vous ai bien foutu le seum en cette journée d’armistice, je vais vous expliquer plus en détail le principe du syndrome du choc toxique (SCT). On y va rapidos. A l’origine, au tout début du commencement, on retrouve une vilaine méchante bactérie avec de grandes dents en pointes qui s’appelle le staphylocoque doré. Cette saloperie, par un concours de circonstances que je vais vous décrire, s’infiltre dans le sang, infecte tout le corps et flingue vos organes les uns après les autres, tel Clint Eastwood dans Dirty Harry. Il est bon de savoir que tout le monde n’est pas porteur.se de cette bactérie (10 à 40% de la population dont 60% de manière intermittente) et elle est, la plupart du temps, absolument inoffensive. Mais il arrive, que dans des conditions bien particulières, la bactérie se propage dans le sang, pour une raison X ou Y – et pour les personnes qui n’ont pas développé d’anticorps, BIM, c’est le SCT assuré. Et ça n’arrive pas qu’aux femmes – ces messieurs sont tout aussi concernés. La seule raison pour laquelle c’est médiatisé « fifille », c’est parce que les tampons périodiques augmentent grandement le risque. Dans le cas de l’utilisation de ces derniers, les symptômes du SCT se déclarent dans un délai allant de 3 à 5 jours, et le problème insidieux, c’est qu’en général, quand on se rend compte que c’en est un et qu’il faut filer aux urgences (ou qu’on y est déjà devant des docteur.e.s médusé.e.s), c’est presque déjà trop tard – la faute à des symptômes très communs.

Tampon ou Cup ? Ni l’un…Ni l’autre !

« Oui mais Manon, avec la coupe menstruelle, tout ça, c’est réglé, non ? ». Pas tant que ça en fait. Autant cette dernière a tout bon niveau réduction des déchets, mais c’est tout de suite un peu plus compliqué quand il s’agit du choc toxique. Tous les dispositifs recueillant du sang en interne créent un terrain favorable. Le sang stagne bien comme il faut tel un marécage écarlate, et avec cette fabuleuse température de 37°C toute l’année, notre vagin, ça devient juste l’équivalent du Club Med avec piscine à vagues et bar à cocktail pour le staphylocoque doré – qui peut s’y développer OKLM et inviter toute sa famille en prime.

Mais alors, pourquoi s’enflammer ainsi sur les tampons ? Parce que ça multiplie beaucoup les (mal)chances de faire un SCT. Le reportage nous cite ainsi le scandale qui a éclaté aux US dans les années 80 et qui a été le point de départ de nombreuses études sur le sujet : le décès de femmes en pagaille, qui avaient toutes un point commun – celui d’utiliser des tampons « Rely » de chez Procter & Gamble- qui ont depuis été retirés de la commercialisation. Le truc, tu pouvais quand même le garder 5 putains de jours tellement il était absorbant et plein de saloperies 🙄 (certaines femmes parlaient même de difficultés à le retirer du vagin – OMG l’angoisse suprême 😯 !!!). Depuis cette affaire, le Center for Disease Control (CDC ou centre de contrôle des maladies en VOSTFR) a obligé les fabricants de tampons à mettre une notice d’avertissement sur toutes les boîtes (ce qui n’est curieusement toujours pas obligatoire en Europe), parce que c’est confirmé par les études scientifiques menées par cet organisme : il y a une corrélation entre pouvoir absorbant du tampon et probabilité de faire un SCT.

Le reportage pointe aussi un fait très intéressant: tout le silence autour de la question repose essentiellement sur le tabou immense qui gangrène encore nos menstruations, considérées comme « sales » et « dégoutantes » pour une part encore bien trop grande de la population. Alors qu’en fin de compte, ce n’est que du sang – pas de quoi en faire un fromage. Bref.

J’ai été fureter un peu sur le net et je constate que chez Tampax, pour ne pas les citer (et je n’ai JAMAIS compris cette expression soit dit en passant 😆 ), on nous pond de la bonne désinformation des familles, et c’est tout juste s’ils ne nous disent pas que leurs protections périodiques sont nickel, et qu’en cas de SCT « de nombreuses femmes récupèreront complètement » et PAN, prenez-vous ça dans les dents les pauvres nénettes qui se sont retrouvées handicapées à la suite d’un choc toxique !

untitled2
Notre ami le Staphylococcus Aureus en gros plan !

Dans un autre article de chez Sciences et Avenir (qui est dans mes sources) – qui je l’avoue, m’a fait rugir – on nous parle de mésusage des tampons périodiques – bah oui, bande de grosses cruches, fallait penser à le changer ce bout de coton sanguinolant, espèces d’immondes dégueulasses !! 👿 La vérité, c’est qu’on ne fait pas toujours ce qu’on veut ! Pour certaines d’entre nous, le tampon est une solution irremplaçable, face à la serviette hygiénique jetable qu’on doit changer très régulièrement, sous peine d’avoir la sensation – comme le dit très justement Et Pourquoi Pas Coline dans sa vidéo sur le sujet – d’avoir un sac plastique sanguinolant antre les cuisses. Certaines ne sont pas non plus prêtes à passer aux serviettes hygiéniques lavables et c’est juste ok ! Ça peut paraître trash, mais un tampon, tu peux (dans certains cas) le faire durer un peu plus longtemps, vu qu’il est inséré en interne. Entre les caissières à qui on refuse des pauses pour aller aux toilettes et les femmes qui doivent tout le temps courir à droite à gauche dans le cadre de leur boulot ou de leur vie quotidienne, il est possible que l’on n’ait pas la possibilité de changer son tampon aussi souvent que l’on devrait et oui, il arrive qu’on « oublie » un truc aussi lourd, qui nécessite un passage aux WC tous les 4-5 heures.

On se fait aussi disputer parce qu’il faut se laver les mains avant et après pose. Bien sûr ! Dans le meilleur des cas quoi…On fait quoi quand on utilise des toilettes publiques où il n’y a plus de savon ? Ce qui arrive dans environ 60% des cas d’après mon expérience…

On nous dit de ne pas mettre « de tampon en prévention » avant les règles…Moui, alors que je vous explique…déjà les règles, on ne prend pas rendez-vous avec elles – on ne fixe pas d’heure, et la date c’est toujours du plus ou moins. C’est un peu la super surprise trop fun tous les 28 jours. Avez-vous déjà vécu des règles qui arrivent au pire moment possible ? Ben parce que moi oui, en fait. En plein transports en commun, alors que je n’avais pas mis ma coupe « en prévention ». Vous voulez que je vous raconte comment je me suis sentie quand je suis arrivée au boulot avec mon jeans violet tâché de sang à l’entrejambe (un lundi sans aucun pantalon de rechange, quelle cruauté de l’univers n’est-ce pas 😛 ?) – mon estime de moi-même est tombée à environ -300. Alors vos conseils pourris, vous pouvez vous les foutre où je pense. On fait ce qu’on peut bordel !

Les tampons, ou le bonnet d’âne des protections périodiques

Alors, je vous vois venir, ne sanglotez pas de tout votre cœur sur la tombe de votre bien-aimée coupe menstruelle en criant « pourquoiiiiiiiiiii ??? » sous la pleine lune, car elle est déjà bien moins pire que les tampons hygiéniques, par d’autres aspects. Déjà, elle vous permet de réduire drastiquement vos déchets, d’économiser pas mal d’argent, d’être méga à l’aise lors de la pratique d’activités sportives et sa composition est super clean – en l’occurrence 100% silicone médical. J’avais déjà largement traité le sujet par ici, et je n’y reviendrais donc pas.

Au-delà du problème de choc toxique, les tampons (je précise que les serviettes hygiéniques ne sont exemptées non plus) sont de véritables bombes de produits chimiques. Blanchiment au chlore, traces de dioxines (un des polluant les plus nocifs au monde, selon 60 millions de consommateurs – tout de même), présence de glyphosate, de pesticides, d’insecticides, voile « protecteur » posé sur le coton du tampon très souvent…en plastique !!! WTF !!!

Et puis les tampons et les serviettes hygiéniques parfumé.e.s, quoi 🙄 comment exposer son corps à encore plus de perturbateurs ! Il faut me boycotter tout ça les filles ! Parce que c’est quoi l’intérêt de se parfumer le vagin, vous m’expliquez ? On perd du sang, ça ne sent pas la rose, mais que voulez-vous que je vous dise ? C’est la vie ! C’est un peu comme les rois de France qui ne se lavaient que deux fois par an et se sur-parfumaient par-dessus la crasse 😀 On ne trompe personne, vous savez…Le parfum est hyper irritant pour la peau et vous mettez ça dans ou au contact d’une des parties les plus fragiles et sensibles de votre corps. Ne vous faites plus de mal, arrêtez-moi ces merdes, de grâce !

Le niveau de présence de tous ces perturbateurs reste faible et dans les « normes », mais je rappelle à la cantonade qu’on insère ces poubelles chimiques en puissance dans…notre vagin !!! ça fait froid dans le dos ! Je lis aussi qu’à la suite d’une étude commandée en 2016 par le secrétariat d’état à la Consommation, nous pouvons affirmer que pas loin de 20 à 30 polluants ont été découverts dans les protections périodiques. Alors je sais, certain.e.s d’entre vous me diront que j’exagère, que les quantités sont infimes et bla bla bla, *arrête de dramatiser, la hippie*, et cetera 😛 Mais des tampons en fait, on en utilise pas un et fini, on en parle plus. Une femme en consomme quand même en moyenne 11000 dans sa vie !! Vous vous rendez compte des quantités de produits chimiques qu’on absorbe ? Parce que c’est bien beau, mais le vagin, ce n’est pas un tuyau d’évacuation en plastoc’, c’est hyper perméable, figurez-vous ! Toutes ces saloperies finissent par se stocker dans les graisses ou atterrissent dans le sang avec toutes les conséquences possibles que l’on connait (cancers, problème de fertilité, lien avec l’endométriose qui tend à se confirmer…). C’est un véritable scandale de santé publique !

Le pire, c’est que les marques refusent encore d’indiquer la composition des protections périodiques, malgré de nombreuses pétitions signées en ligne. Et ce n’est qu’après une énorme insistance de 60 millions de consommateurs qu’une liste des composants – pour certaines seulement – a été publiée…Je vous la pose par ici, si vous avez envie d’aller jeter un œil (https://www.60millions-mag.com/2016/02/23/protections-feminines-de-quoi-sont-elles-constituees-10148). Inutile de vous dire que c’est pas vraiment le top du clean.

La simple mesure qu’a pris l’Union Européenne vis-à-vis de la composition des protections, c’est de forcer les fabricants à indiquer le niveau d’absorption des tampons par des gouttes (sensées indiquer le fait que plus c’est absorbant, moins c’est clean). Ah. Suis-je la seule à penser qu’on nous prend pour de belles jambonnes ? Je suis juste persuadée que 80% des filles ne sont pas au courant et pensent encore que les gouttes présentes sur les paquets correspondent au moment du flux, ce qui aide dans le choix d’achat. Ou comment les marques ont réussi à détourner une obligation d’indication « pour la santé » à un argument marketing…-image-27617-moyenne

Mais c’est un vrai film d’horreur Manon !! Que faire ?

Pas de panique mon petit bouchon – des solutions, quand on y réfléchit deux secondes, il y en a plein plein plein.

  • Il faudrait, idéalement, opter pour des serviettes hygiéniques lavables en coton bio ou des culottes de règles (super principe, le site est par ici, si ça vous intéresse – avec des femmes qui ont l’air réelles en plus 🙂 https://www.shethinx.com/). Ces deux protections sont trèèès vite rentabilisées – cela dit, j’ai conscience que leur achat peut-être tout bonnement inconcevable pour des personnes déjà ric et rac en temps normal (et j’ai d’autres solutions, point d’inquiétude). Je vous conseille la super video de Et pourquoi pas Coline ? sur les trois sujets (culotte de règles, cup et celle sur les tampons) car elle explique vraiment bien les tenants et les aboutissants. Elle dit aussi quelque chose qui m’a juste donné envie de sauter sur place avec le point levé : « les protections périodiques, ça devrait être gratuit, on devrait juste nous les donner ou nous les rembourser ». MAIS COMPLETEMENT. En tant que femmes, nous avons nos règles un fois par mois, quoi qu’il arrive, sauf grossesse ou ménopause. On en prend pour 20 ans au minimum. En fait, pour vous faire un dessin, c’est juste comme ça. C’est une donnée de la nature. Et le pire, c’est que jusqu’à il y a quelques temps, les protections périodiques étaient taxées de 20% (5.5% maintenant, mais difficilement appliqué visiblement…) – comme tous les « produits de confort » 🙄 🙄 Et je me rappelle de députés interviewés à l’époque, claironnant à qui voulait l’entendre que c’était complètement normal. Euhhh, WTF ? Les gars, comment vous expliquer que si on ne met rien, on s’auto pisse le sang dessus ? C’est juste de la première nécessité absolue !
  • Deuxième solution : privilégiez les protections jetables en coton bio et sans perturbateurs endocriniens, même si ça coûte un œil.
  • Pour celles qui sont vraiment trop short niveau budget, je vous conseille la coupe – que vous pouvez acquérir pour une quinzaine d’euros et qui est remboursée easy en une petite année. Si vous utilisez quand même des tampons classiques, faire très attention – changez vos protections tous les 4 heures, gardez les symptômes du SCT en tête et filez aux urgences au moindre doute. Il y a moins de risques avec les serviettes hygiéniques, mais rappelez-vous qu’elles contiennent aussi pas mal de saloperies et que leur utilisation peut poser problème sur le long terme.

L’essentiel, je crois, c’est de faire ce qui nous parait le mieux pour vivre ses règles dans les meilleures conditions possibles.

Voici mes sources, si vous êtes intéressé.e.s :

Moi, dans tout ça

cup-3137095_960_720

Très honnêtement, pour vous donner mon avis personnel sur la question, je crois que je vais encore changer ma manière d’envisager mes protections périodiques. Ça fait des années que j’utilise ma cup, j’en suis vraiment très contente et ça m’a complètement libérée en tant qu’ancienne utilisatrice de tampons. Mais je ne peux raisonnablement plus me mettre en danger et m’exposer ainsi à un éventuel syndrome du choc toxique.

Je vais donc faire une entorse à mon zero-waste challenge (un an sans rien acheter) et acquérir quelques serviettes hygiéniques lavables, voir même me lancer dans l’aventure des culottes de règles (qui sont apparemment d’un confort défiant toute concurrence). Je ne vois pas ça comme une régression, ayant déjà des protège-slips lavables extrêmement confortables, je peux vous dire qu’il n’y a vraiment pas photo entre le jetable et le réutilisable.

Au début, quand j’ai lu des articles disant que la cup n’empêchait pas le choc toxique, je me suis braquée. Genre « comment ça ? Et puis de toute façon, c’est pas vrai !! Bande de complotistes ! Illuminati !! Francs-Maçons !! » 😆 Mais j’ai fini par me rendre à l’évidence : la meilleure solution, c’est de laisser le sang s’écouler hors du corps et vu que depuis que je suis passée à une contraception non hormonale, je ne perds quasiment plus rien (j’avoue m’émerveiller devant mon endomètre presque « pré-découpé » qui est parfois évacué sans une goutte de sang !), ça ne sera pas si affreux. Je ne ferme pas du tout la porte à la cup, qui continuera à me servir si je dois faire du sport pendant mes règles.

Voilà pour le sujet des jours les loulou.te.s ! Qu’est-ce qu’il vous inspire ? Saviez-vous que les tampons favorisaient le syndrome du choc toxique ? Qu’ils étaient, avec les serviettes hygiéniques jetables, l’équivalent chimique d’une piscine de déchets radioactifs ? Quelle protection utilisez-vous pendant vos règles ? En êtes-vous satisfaites ? J’attends vos retours avec impatience, il me semble extrêmement intéressant d’échanger sur le sujet 🙂

Cher.e.s ami.e.s, je vous laisse sur ces quelques mots et vous retrouve la semaine prochaine. Pas d’article ce vendredi pour cause de vilaine tendinite au poignet gauche qu’il faut que je soigne (eh oui, j’ai ENCORE fait des folies de mon corps, une vraie dévergondée 😛 ) et du repos, encore et toujours, en ce mois de mai tout doux que j’aime tant. Je vous souhaite une très belle fin de semaine.

Staphylo et règles bleues (comme dans les pubs) !

Manon Woodstock.

11 réflexions au sujet de “Règles, tampons et choc toxique en mode Arnaques, Crimes et Botanique”

  1. Coucou Manon. J’ai beaucoup apprécié ton article d’autant qu’il fait écho à une impression de négligence vis à vis du bien être intime des femmes. Protection hygiénique , pilule… Ça engendre au mieux de l’inconfort au pire des drames comme tu as cité. Pourquoi les femmes galères (chacune dans leur coin bien-sûr parce qu’ il y a des choses dont on n’ose pas parler)? À croire qu’il a été décidé que c ‘est comme ça et puis c ‘est tout. Bref y en a marre. C’etait ma minute révolte 😅.

    J'aime

    1. Salut Steph, merci pour ton commentaire 🙂 Mais tu as bien raison ! Ré-volution ! Ré-volution 😛 On est tout à fait d’accord, je te suis à 100%. Que ça soit au niveau des violences gynécologiques, des ravages de la contraception hormonale, des règles et d’autres fléaus féminins divers et variés (coucou les mycoses vaginales 😀 coucou les douleurs mammaires), c’est soit on en parle pas, soit on ne nous écoute pas. Quand je lis des témoignages de nénettes qui ont vécu leu accouchement dans la violence ou à qui on refusé un stérilet en agitant des prétextes ridicules, ça me met juste hors de moi. Nous sommes importantes. Nous sommes la moitié de la population et je crois qu’il est GRAND TEMPS qu’on commence à revendiquer certaines choses, qu’on ne nous donnera pas sans que l’on tape du poing sur la table. Très belle fin de semaine à toi !

      J'aime

  2. Aloooors première question Manon, va falloir me dire : est-ce que tu préfères que j’écrive mon article sur ma crème hydratante maison OU sur les serviettes hygiéniques lavables ?? 😀 Evidemment, les deux seront publiés un jour mais du coup avec ton article là, je me dis que le sujet des serviettes peut t’intéresser encore plus que la crème 😉
    Je connaissais certaines de ces données mais j’ai pris grand plaisir à lire ton article – d’ailleurs j’ai quand même appris des choses, je ne savais pas que la cup comprenait le même genre de risque (même si moindre) que les tampons, ni cette histoire de « gouttes » (en effet, j’ai toujours pensé que ça représentait le flux…). Perso, j’ai un mal fou à m’enfoncer un tampon dans mon vaginou chéri, je dois être trop sensible XD du coup je pense qu’on peut compter sur les doigts de la main (bon allez, des deux mains quand même) le nombre de tampons que j’ai péniblement utilisés depuis mes 12 ans. Il n’empêche que bien évidemment, le sujet me révolte (et d’ailleurs comme tu le dis, je sais pas vraiment ce qu’il y a dans les serviettes que j’utilisais avant d’en acheter des lavables). Je ne comprends pas qu’il n’y ait aucune transparence là-dessus. Et je suis entièrement d’accord, POURQUOI on doit PAYER ces trucs dont ON NE PEUT PAS SE PASSER, bordel de merde ?! Et il existe encore tant de pays où les filles et femmes n’ont pas d’accès à des protections sanitaires… Comme la contraception à mon avis, tout ça devrait être en accès totalement libre, ET on devrait comprendre ce qu’on utilise. Raaaaaah !

    (au fait, je compatis, les Allemands ne fêtent en effet pas l’armistice donc ce n’était pas un jour férié ici non plus 😛 franchement ils sont mauvais joueurs)

    J'aime

    1. Ah ah, j’adore juste ton commentaire 😀 Dans son entièreté !! Il m’a mis la banane dès le matin, merci pour ça !
      C’est terrible, tu me tentes avec ton article sur les serviettes lavables…Les deux sujets m’intéressent terriblement, c’est comme si tu me demandais te choisir entre mes deux enfants là 😛 Je te propose un marché: tu écris celui que tu veux, et une fois que ça sera fait, je te harcèlerai pour le deuxième (pas fair, moi ? Meuh non 😉 )
      Je suis vraiment contente que tu aies appris de choses et je t’avouerais que le truc qui me hérisse le plus le poil, c’est cette histoire de gouttes. What the Fucking Fuck. On critique les US, mais finalement, en Europe, je trouve que les industriels sont quand même champions pour zizaguer entre les interdictions et les règles (sans mauvais jeu de mot ^^). Et ça me navre vraiment.
      C’est vrai que pour la cup, c’est suprenant, mais c’est bien le cas. Quand je l’ai appris, j’ai été réellement fâchée en fait. Parce que ma coupe et moi, on s’aime d’un amour passionnel depuis plusieurs années – et là, c’est un peu comme si tous mes proches me disaient de concert « non, mais Manon, vous n’êtes pas faits pour être ensemble » 😀 Au début, en bonne rebelle Fuck the System, je me suis entêtée et maintenant, j’ai mieux compris les tenants et les aboutissants. Je veux juste ce qu’il y a de mieux pour moi. Et je crois qu’on devrait toutes le vouloir.
      Tu sais, pour prolonger la réflexion sur le fait que les serviettes ne sont pas remboursées, tu sais ce qui l’est ? Certains traitements pour arrêter de fumer, des réductions de l’estomac et cetera, et cetera. Je ne dis pas que ça n’est pas important de rembourser ces choses là, au contraire. Mais en France, en 2018, on considère encore qu’il est plus important d’arrêter de fumer ou de perdre du poids que de se protéger de manière adéquate quand on a ses règles !! J’ai encore lu un article intéressant sur le Huff hier, dont voici le lien: https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/07/tampons-et-serviettes-coutent-trop-cher-a-de-nombreuses-francaises-precaires-qui-preferent-sen-passer_a_23428878/?utm_hp_ref=fr-homepage et on se dit, voilà ! Certaines femmes n’ont tellement pas les moyens qu’elles en sont encore au papier ou au coton bourré dans le vagin, faute de mieux (je vais d’ailleurs y penser lors de la prochaine collecte des restos du Coeur). C’est juste triste. La LMDE a enfin décidé de rembourser 50 balles par an de protections hygiéniques et tout le monde a l’air genre « WAHOU c’est ouf ». Ben non, ça devrait juste être la norme en fait…On a encore du chemin à faire dans cette bonne vieille société patriarcale…
      Très belle fin de semaine à toi !
      PS: je suis d’accord avec toi, on devrait fêter tous ensemble la fin de la guerre, gagnants comme perdants 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Je suis contente que mon commentaire ait pu te donner la banane (j’adore cette expression) de bon matin 🙂 Comme j’avais déjà commencé à écrire l’article sur les serviettes lavables il y a quelques mois, je vais le terminer pour dans quelques semaines (j’ai déjà d’autres articles planifiés avant, quelle organisation de tenir un blog hein !!) et après je passerai à la crème 😉
        Merci pour l’article, je vais aller lire ça !
        Il y a TELLEMENT de choses qui devraient être remboursées et faciles à obtenir… J’ai vu ça pour la LMDE, d’ailleurs je m’étais demandé si je pouvais me faire rembourser mes serviettes lavables vu que je suis encore chez eux jusqu’en août ^^ Il faudrait que je me renseigne, on sait jamais 😉
        Bon week-end prolongé 🙂

        J'aime

  3. Super ton article Manon, très fidèle au reportage qu’on avait vu. Vraiment super intéressant et ça m’a fait du bien de relire tout ça que j’avais laissé dans un coin de ma tête… d’ailleurs je file acheter des serviettes …Bio !!
    Merci pour ce super article
    Bises et bonne continuation 😊

    J'aime

    1. Hello Pauline 😀 Merci pour ton commentaire ! Je pense aussi que je regarderai à nouveau le reportage dans quelques temps pour être bien sûre de garder la totalité des infos en mémoire. L’essentiel, finalement, ça reste de trouver la solution qui te permet de vivre tes règles dans les meilleures conditions possibles. Gros bisous et bonne contination à toi aussi ! (Ravie de rediscuter du sujet dans quelques mois si tu as envie, d’ailleurs 🙂 !)

      J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s