Le coin des inclassables

1 an

Hey, hey, hey ! Comment allez-vous chère bande ?? Moi, je pète le feu, aussi ressourcée que je puisse l’être après le week-end de folie que je viens de vivre. J’ai couru partout, c’est passé aussi vite qu’un TGV devant l’œil amorphe de Marguerite mastiquant un brin d’herbe dans son champ en face de la voie ferrée, mais c’était inspirant.

Nous n’habitons toujours pas d’appartement contenant une tête de Rhino en origami, une platine vinyle et un flipper (mais c’est officiel, nous serons bientôt LE bon gros cliché des trentenaires sans enfants 😆 ), les deux visites de ce week-end ne s’étant pas soldées par un achat. Ça m’aura au moins permis de commencer à « flipper » (ah ah 😀 elle ne s’arrête donc jamais cette fille !) à l’écoute des deux propriétaires qui nous ont martelé avec des yeux un peu fous que « c’était une drogue » et qu’une fois qu’on « en avait acheté un, on ne pouvait plus s’arrêter » (un des deux a même demandé à Ludo s’il ne se « séparait pas de sa femme », incroyable mais véridique – Euh, on se calme Robert, la foire aux bestiaux, c’est la semaine prochaine 😛 ). A chaque fois, petite référence subtile à la femme/conjointe, qui n’en « peut plus de ces putains de flippers !! », ce qui a donné lieu à deux représentations dignes de la Commedia Dell’arte avec, en avant-première, des rôles de mâles incompris et émasculés, forcés de tâter de la bille dans le garage ou dans le cagibi…Cela dit, j’ai vite compris, en voyant la même lueur cinglée dans les yeux de Ludo qu’il allait falloir mettre un petit garde-fou – sensation de malaise renforcée quand il m’a annoncé qu’il y avait la place « pour 3 flippers » dans notre appartement de 65 mètres carrés, dont un qui rentre « si on pousse la table de la cuisine » en mode « vas-y, une nappe, 4 chaises autour et on pourra même manger dessus » 😯 Ouai, ouai, ouai, on va se calmer chéri, j’ai pas vraiment envie de me faire une raclette au son du tilt des bumpers…Bon, vous me direz, ça va, ce n’est qu’un sympathique objet auquel je pourrais jouer aussi, mais je trouve qu’il glisse quand même dangereusement sur la pente du « un jukebox à 40 ans » et « une minette de 20 ans à 50 », non ?

Alors m’dame, c’est pas le tout, mais tes histoires de joujoux, on s’en tamponne un poil le coquillard ! De quoi nous parles-tu aujourd’hui ?

Eh bien, c’est avec des larmes dans les yeux et des trémolos dans la voix que je vous l’annonce officiellement : ça y est, mon blog souffle sa première bougie. J’écris depuis un an. Tout pile. Et le destin faisant à nouveau un clin d’œil formidable à la perfectionniste et obsédée des chiffres ronds que je suis : ceci est mon 99e article. Je me marre de l’ironie de la chose. C’est un peu comme si, un fois de plus, la vie me mettait une de ces petites pichenettes dont elle a le secret pour me dire « je te réserve encore tellement de surprises auxquelles tu ne t’attends pas, il y a encore tellement de virages inattendus sur ta route ». Et j’aime ce genre de présages de tout mon cœur. Ça le remplit de sourires.

Il y a 365 jours de ça donc, j’écrivais mon tout premier papier, bien naze comme il faut, sur les vertus de la promenade. Et il était d’une concision qui me fait pouffer comme une collégienne 😀 Aujourd’hui, je suis juste incapable d’écrire des trucs aussi courts ! On sent bien que je me cherchais totalement et que je voulais juste « y aller coute que coute ». Je me rappelle que la veille, j’avais été sur plein de blogs à tendance écolo pour voir ce qui se faisait, consultant à chaque fois leur « tout début » pour me tranquilliser du genre « regarde Manon, même les meilleur.e.s ont été nul.le.s un jour » 😆 Et puis je me suis lancée. Quand on relit mes débuts aujourd’hui, on sent bien que j’étais obnubilée par l’idée de faire « normal », autant que possible. J’étais encore en mode « petits billets tournoyants au milieu des jolies pâquerettes de la blogo ». Mais la Frankenstein qu’est Manon Woodstock s’est assez vite mise en route, finalement.

frankenstein-302790_960_720

Je me rappelle avec émotions des dizaines d’heures passées sur le design du blog, des envies de meurtre ressenties envers, au choix, le matériel informatique du boulot ou les concepteurs.rices de l’outil de personnalisation WordPress. Mon blog était vraiment vilain à ses débuts, un vrai grand n’importe quoi. Et puis, à la moitié de cette bien belle aventure, Manon Godard est arrivée telle le messie et m’a dessiné une fort jolie bannière qui me correspond tant.

Sous l’impulsion de ce changement, j’avais modifié mon thème en cours de route, non sans traverser d’horribles phases de panique absolument totale – persuadée que le moindre clic allait faire plonger mon blog dans le néant du Dark Net – et poussée par Manon (l’autre, pas moi 😛 ) qui a finalement réussi à me convaincre qu’il n’allait pas s’autodétruire si je changeais la couleur des menus…

Mon blog est aujourd’hui parfaitement à mon image. Il correspond complètement, sous son air propret et organisé, au bordel qui est logé dans mon petit cerveau malade. Un an à s’occuper d’un beau bébé comme ça, ce n’est pas rien. Il grandit, il grandit et puis je n’aurais pas encore mon premier cheveu blanc qu’il partira déjà à l’université sans même se retourner 😆

Lullaby
Un projet qui n’a jamais abouti : dessiner un arrière plan moi-même

11,030 vues, 5,929 visites et 581 commentaires. 75 pays représentés. Est-ce que je m’attendais à tout ça ? Bien sûr que non. J’aurais eu le quart de la moitié du dixième que j’aurais quand même sauté au plafond. Je ne réalise toujours pas en fait. Certains jours, quand je me dis « tu te rends compte que tu as un blog avec 100 99 – crotte de bique !!!! – articles dedans ? Que des gens viennent te lire 2 fois par semaine ? Que ce tout petit article de rien du tout d’il y a un an a accouché d’une véritable montagne ? » et franchement, j’ai besoin de me pincer pour y croire. C’est assez surréaliste que ce genre de truc m’arrive, surtout quand on pense au trou de désespoir sans fond duquel je reviens. Il n’y a pas une journée qui passe où je n’éprouve pas une gratitude infinie envers moi-même d’avoir sauté le pas il y a un an. Merci moi, mille fois.

Mon blog m’apprend à être humble, à dégager des leçons de mes erreurs, à gérer les déconvenues et les succès. Il génère tellement de choses positives que je n’arrive plus à tenir le compte juste.

Quel bilan est-ce que je tire ?

  • J’ai quand même vachement progressé et je continue à apprendre tous les jours.
  • Ce blog m’apporte énormément, dans toutes les sphères de ma vie. Il fait que j’ai de moins en moins peur d’être moi, et surtout que je n’abandonne pas à la moindre contrariété. Il me permet de me confronter à un regard extérieur, de rencontrer un tas de personnes intéressantes et d’évoluer à leur contact.
  • Le blog m’a permis de faire le tri, mine de rien, entre celles et ceux qui s’intéressent vraiment à qui je suis et les autres, qui me côtoient mais ne savent même pas que je tiens un blog, et qui s’en contrefichent d’ailleurs. Il m’a apporté un éclairage tout nouveau et je sais désormais à quoi m’attendre avec certaines personnes.
  • La gestion de blog est lourde au quotidien. Publier deux articles fleuves par semaine me prend du temps. En moyenne entre 5 et 10 heures hebdomadaires, mais je sais que c’est le prix à payer pour rester moi-même et pour pouvoir être libre.
  • Aussi étrange que ça puisse paraître, j’ai réalisé que mon blog doit s’inscrire dans un ensemble plus grand. J’ai besoin d’avoir plein d’autres occupations à côté, sinon ça ne marche pas – ou en tout cas, moins bien. Quand je blogue pour bloguer, j’ai le temps de me poser 53 questions à la seconde et ça me bloque complètement. Quand il est intégré dans ma semaine, tout se passe comme sur des roulettes, même si je dois aller à 500 à l’heure pour tout boucler.
  • Je ne suis pas et ne serai jamais un blog à sponsor. Je crois que mes gênes sont beaucoup trop imprégnés d’honnêteté. Je n’hésite jamais à vous dire ce que je pense réellement d’un produit et si je trouve que c’est de la merde, j’ai tendance à la dire ouvertement. Je me doute bien que si un.e influenceur.se passe par là et me voit dézinguer le mascara Couleur Caramel ou encore des crèmes de chez Galénic à coup de bazooka, il/elle n’aura pas forcément envie de m’envoyer des produits par crainte de mauvaise pub. Mais au final, je m’en fiche, parce que je n’ai pas commencé ce blog pour ça. C’est sûr que c’est agréable de se sentir courtisé.e, d’attirer les regards, mais je ne suis pas prête à faire les concessions que ça demande.
  • Je crois que je ne ferai non plus jamais partie d’une « communauté » de blogueur.se.s. J’avais tenté d’en rejoindre une à l’époque et on m’avait opposé un refus pur et simple qui, je l’avoue, m’avait carrément blessée dans mon orgueil. Mais chez moi les blessures narcissiques sont toujours positives, car elles appellent un travail sur soi. J’avais alors longuement réfléchi à la raison pour laquelle ce refus m’avait tant heurtée. C’était bien simple, c’était comme si on me disait « non, tu n’es pas légitime ». Et quand on sait toutes les difficultés que génère une exposition sur le net, c’est blessant. Mais de l’eau a coulé sous les ponts, je me suis reconcentrée sur le positif et je me suis dit « regarde, tu as minimum 20 visites chaque jour, de plein de pays du monde – Si ça se trouve, plein de gens viennent régulièrement pour lire les bêtises que tu racontes – Certain.e.s prennent conscience et font des efforts pour rendre leur quotidien plus écolo – Les échanges sont riches, tu fais la connaissance de personnes intéressantes – Tu as fait plein de unes sur Hellocoton »…Je me suis simplement dit que si, après toutes ces constatations, on ne pouvait pas dire que mon lancement était un succès, c’était parce que j’étais une grosse insatisfaite chronique. Et c’est passé. Tous les objectifs que je m’étais fixés ont été atteints et même largement dépassés.
  • Je n’ai jamais eu « plus rien à vous dire », ma crainte ultime, en mode maxi page blanche. Même lors de mes plus gros coups de mou, j’ai sorti quelque chose, quoi qu’il arrive. Ça me rappelle ce moment d’anthologie d’avant la création (je fais très Dieu le père comme ça, non ? 😛 ) où je m’étais dit, un matin, après une énième pleurnicherie à faire passer Caliméro pour un hippie sous MDMA, « si tu avais un blog, de quoi voudrais-tu parler ? » et j’avais pondu, comme ça, en moins de 5 minutes entre deux trains, pas loin de 65 sujets potentiels (dont je n’ai pas encore traité le tiers, c’est dire 🙂 ). L’inspiration a toujours été là et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est encore dans le coin. J’ai une montagne de choses à vous raconter, des Vosges d’expériences à partager, des Jura de conseils à donner, des Pyrénées d’enquêtes à mener (Z’avez vu comme je connais bien ma géo niveau CM2 ? 😀 ). Je vais continuer à flipper du « grand blanc » dans l’avenir, c’est certain, mais comment vous dire qu’au pire, je pourrais toujours écrire là-dessus ?

Capture

Qu’est-ce qu’on peut me souhaiter ?

Une autre année comme celle qui vient de se dérouler. Qu’elle soit aussi surprenante, aussi bouleversante, aussi insécurisante, aussi fulgurante. Je veux que ces prochains 365 jours me chopent par le col de ma chemise et me bousculent comme l’ont fait à merveille les 365 derniers.

On peut me souhaiter de m’épanouir professionnellement, ENFIN, et de connaître des débuts réussis dans le joyeux monde de l’entrepreneuriat – vous savez, celui qui est tout aussi multicolore, irisé et rempli de strass que celui de la blogosphère.

Souhaitez-moi d’apprendre à mieux encaisser mes « succès » – parce qu’autant je gère carrément bien le pétage de gueule en beauté, autant j’ai vraiiiiment du mal quand quelqu’un que je ne connais pas me dit « j’ai lu votre article, c’était top ». Je me sens con. Je me mets à bafouiller et à dire n’importe quoi. Comme un ado geek, boutonneux et quelconque qui verrait débarquer la plus jolie fille du lycée lui annonçant qu’elle est follement amoureuse de lui depuis 5 ans. Ça a l’air idiot, mais il faut absolument que je travaille sur ma capacité à accepter les compliments. Comme elle est duuuuuuuuure ta vie Manon 😀

Des voyages aussi, car ils m’ouvrent l’esprit, mais également encore et toujours plus de découvertes, de changements et d’innovations dans ma vie de tous les jours.

Je veux du merveilleux, du fantastique, du pétillant, du dangereux et du bizarre.

Ce que j’ai envie de vous dire, c’est…

Lancez-vous ! De grâce, allez-y !! A toutes celles et ceux qui hésitent, qui aimeraient monter un blog, qui veulent écrire et qui ont peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas être légitimes ou de manquer de temps : foncez.

Si on m’avait dit il y a un an et un jour que j’en serai là où j’en suis aujourd’hui, je crois que j’aurais été prise d’une crise de fou rire. Vous êtes capables de tellement plus que ce que vous croyez. Tenir un blog, c’est se donner l’opportunité de croire à nouveau en son potentiel, mais surtout et ce point est extrêmement important : c’est être libre de parler en étant soi.

Je me souviendrai pour toujours de ce que Lyvia Cairo, ma coach qui a été si importante pour moi l’année passée, m’a dit : ce que tu penses, personne d’autre que toi ne pourra l’écrire. Ça a été un véritable déclic d’entendre ça. Je suis légitime, tout simplement parce que je suis là. En tant que personne individuelle et unique, j’ai le droit inaliénable de m’exprimer.

20170719_140014

Ecrire ce que vous pensez et le mettre en ligne sur un blog, c’est se mettre en danger, mais c’est aussi vraiment stimulant. Vous avez une opportunité unique de faire passer vos idées, d’essayer de changer ce que vous avez envie de changer à votre niveau. Vous avez la possibilité de transmettre, d’échanger, de vous confronter et de faire des rencontres formidables. J’aimerais que quelqu’un lise ce papier et se dise « au diable, j’y vais ! ».

Ce n’est pas très conventionnel, mais je voudrais aussi me remercier chaudement, en mode dédoublement de la personnalité. Parce que si je suis où j’en suis aujourd’hui, c’est grâce à moi et à personne d’autre. Nous vivons dans une société où on a tendance à se déconnecter de soi, à croire que tout ce qui nous arrive est forcément dû à une force extérieure que l’on ne maîtrise pas. On n’a pas assez de gratitude envers soi-même et c’est quelque chose que je m’efforce de corriger.

J’aimerais aussi, et je terminerais là-dessus pour faire un poil plus concis que d’habitude, vous dire un grand merci. Parce que sans vous tous.tes, ce que je fais n’aurais pas de sens. Vous me donnez un cap à tenir, des deadlines à respecter, mais aussi des retours tellement inspirants et bienveillants. Je vous aime d’amour et ce que je dis vient du plus profond de mon petit cœur d’écolo-fofolle.

Bref, merci de venir me lire, merci d’être là, merci d’être ce que vous êtes.

On refait le bilan dans un an ?

Alors les ami.e.s, qu’avez-vous envie de me dire avant que je ne souffle ma première bougie et que je ne mette plein de microbes sur le gâteau ? J’attends vos petits mots avec une impatience inversement proportionnée !

Je vous souhaite une très belle semaine, que votre vie soit douce.

Bougie d’anniversaire et feu de Bengale !

Manon Woodstock.

8 réflexions au sujet de “1 an”

  1. Wahou, tu as écrit tout ça en un an seulement ! Moi j’ai mis tellement longtemps à me chercher et à me trouver aha ! Je relis aussi avec des grimaces mes premiers articles, j’en ai même supprimé certains qui ne correspondaient plus du tout à ce que je voulais exprimer sur le blog… Bravo en tout cas, ça fait tellement du bien quand on tombe sur des blogs qui ne sont pas le 1000ème clone des « influenceuses »

    Aimé par 1 personne

    1. Hello, merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 Eh oui, je t’avoue que je peine carrément à réaliser que ce qui m’arrive est bien la réalité ! 99 articles for god sake 😀 Je ne supprime pas mes premiers articles perso, parce que j’estime qu’ils font partie du cheminement entier. Cela dit je comprends tout à fait qu’on le fasse ! Quand j’y retourne AOUCH, ça pique les yeux quand même 😛 Je m’arrête là, mon commentaire sur la médecine m’a vidé ^^ Belle semaine à toi

      Aimé par 1 personne

  2. Hé bien moi je te souhaite un superbe anniversaire à ton blog et toi! Que tu continues à t’eclater, écrire sans contraintes, etre toi meme et faire plein de découvertes ! Et je suis contente d’avoir croisé ton chemin virtuel, car ta plume est unique et reconnaissable entre toutes!

    J'aime

    1. Ohhhh merci, ça me touche 🙂 Tout pareil, je suis très contente d’avoir croisé ta route (et tes fabuleux bentos – Estomac sur pattes forever, je ne me refais pas 😉 ). J’ai encore la niaque pour continuer de longues années et j’attends avec impatience et délice toutes les surprises que la vie placera sur ma route ! Très belle semaine à toi

      J'aime

  3. Joyeux anniversaire avec quelques jours de retard !! Je suis aussi impressionnée par ton rythme ! 100 articles maintenant (le 100ème était celui sur l’huile de coco du coup :D), moi j’en ai 138 en 3 ans et 2 mois haha !!! Et je suis largement moins populaire hihi ! ^^
    Longue vie à toi, ton blog, tes péripéties, tes coups de coeur et tes coups de tête, ta façon d’écrire toujours réjouissante et hilarante, tes découvertes et tes précieuses informations !

    J'aime

    1. Merciiiiii 😀 (ça s’entend que je crie ?). Arf, tu sais, je ne suis pas si populaire (Je m’en tape royalement cela dit). Les unes Hellocoton aident beaucoup, sinon, tu peux me croire sur parole, je crois que je serais encore en train d’errer dans les bas fonds d’internet ^^ 138 articles c’est tout aussi dingue ! ça ne t’arrive jamais de ne pas y croire ? De te dire, bon sang c’est moi qui ai écrit tout ça avec mes petites mains ? C’est juste le meilleur sentiment du monde, non ? Très belle journée à toi !

      J'aime

  4. Avec un peu de retard, joyeux bloganniversaire !!! (Je rattrape tous tes derniers articles aujourd’hui ^^). Je suis très heureuse de te lire depuis un an déjà !! Je te souhaite donc de l’épanouissement, des voyages, et encore plus de compliments que tu accepteras de plus en plus facilement, parce qu’au fond tu sauras que tu les mérites ! (PS : Merci beaucoup pour la mention, je suis très heureuse d’avoir participé à mon échelle à l’embellissement de ton blog !)

    J'aime

    1. Hello Manon, merci pour ton commentaire 🙂 Pour les voyages, cette année, ça devrait être un bon cru ^^ 2018, année globe-trotter 😀 Je suis très excitée par tout ce qui s’annonce et j’ai hâte de faire un nouveau bilan dans un an pour voir tout le chemin parcouru 🙂 Très belle semaine à toi !

      J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s