Réduction des déchets

Manon Woodstock se (re)paye Béa Johnson

Bonjour à vous, ami.e.s de toute la galaxie !!

Tout le monde a toujours été bienvenu sur Manon Woodstock, ce n’est certes pas nouveau, mais j’avais envie de saisir cette opportunité qui m’est offerte de saluer TOUTES les formes de vie qui me lisent ! Paix et prospérité dans tout l’univers !!!

8933306274_6f2ec51e2c_b

Dis Roger, tu crois qu’elle a pris de la drogue ? On devrait pas prévenir les secours ? ça m’a tout l’air d’être une crise de démence…

Eh non, n’en déplaise à Roger, j’ai toute ma tête (enfin…disons que ça reste encore à prouver 😀 ) et oui, de temps en temps, je délire, parce que j’aime ça et puis c’est tout !

Pour vous donner quelques nouvelles, je suis de nouveau membre de notre glorieuse et décadente civilisation depuis hier. Me revoici honnête travailleuse et…ça va ! Point de cataclysme, tout a été vaillamment repris en main en une demi-journée et c’est un peu comme si je n’étais jamais partie (ce qui me fait de nouveau dire que ce taf, j’en ai vraiment fait deux fois le tour et bien plus encore 🙄 ). Niveau douleur, c’est un peu plus difficile…En même temps, c’est le principe ! Quand on immobilise une jambe pendant un bon mois et que subitement, on se retape une véritable valse de transports en commun, ça pique. Je lutte donc contre d’affreuses contractures dans toute ma jambe droite, ce qui me fait boîter comme le capitaine Crochet qui se serait fait méchamment tabasser par toute la clique des enfants perdus…J’ai hâte de passer le cap. Je m’accroche très fort à l’idée que je devrais pouvoir grimper d’ici 2 semaines.

5397582088_8c13468b94_b

Bon, c’est pas le tout Manon, tu nous la joue « paix et amour sur le monde », en mode Baba Cool clopinante, mais la grande question qui vient sur toutes les lèvres est… »pourquoi ? ».

Ben quoi, vous connaissez pas la dernière ? On me susurre dans l’oreillette que Béa Johnson a encore oublié de prendre ses gouttes et qu’elle a posté un truc pas très « positive attitude » le 8 mars sur Instagram (voici, pour celles et ceux qui sont intéressé.e.s: https://www.instagram.com/p/BgCUr_Jlusw/?taken-by=zerowastehome) …J’ai été très étonnée par le ton employé, d’autant plus que cela touchait indirectement mon post de vendredi. Après mûre réflexion, je me suis dit que je devais en parler ici.

Vous n’êtes pas sans savoir l’amour extrêmement ambivalent que j’entretiens pour la dame (je me l’étais déjà payée après avoir lu son livre, ce qui m’avait valu un petit succès très éphémère, il y a de cela bien longtemps, quand j’étais jeune 😛 ), qui, au demeurant, n’a pas QUE des mauvaises idées…mais qui n’hésite jamais à être de mauvaise foi et à afficher une condescendance à peine masquée et un peu puante vis-à-vis des gens qui ont le malheur de pas partager ses idées A FOND.

Vu que je suis son compte (qui, ne soyons pas non plus hypocrites, diffuse parfois d’excellents conseils), je suis tombée sur son post, qui m’a fait réagir au vu du dernier article que j’ai publié. Madame Johnson s’était visiblement levée du pied gauche et avait mangé du piment de Cayenne au petit-déjeuner : les cosmétiques DIY qui se disent zéro-déchet, ça suffit ! On aurait pu s’arrêter là et dans ce cas, j’aurai été la première à reconnaitre qu’elle avait raison, mais elle n’a pas pu s’empêcher d’aller plus loin. Je vous raconte !

Elle dit, en somme, qu’elle constate (avec agacement visiblement) l’émergence de certains blogs qui prônent le « tout faire soi-même » et qu’elle ne veut pas être associée à ça. Elle est furax parce qu’on l’a taggée sur une recette soi-disant « zero waste » de dentifrice utilisant pas moins de 9 ingrédients emballés (ouhhhh les vilains méchants pas beaux !!!). Elle a continué à s’insurger quelques lignes durant, en arguant que cette tendance était un peu ridicule, alors que l’on peut très bien acheter du bicarbonate en vrac et que ça va très bien pour laver les dents…Que ça fait passer de LOOOONGUES heures en cuisine pour élaborer tous ces produits, que ces recettes qui fleurissent partout pourrissent le travail de gens qui veulent vraiment trouver des solutions zéro-déchets…Breeeef, la dame n’a visiblement pas fait 3 fois le tour de son clavier avec ses doigts avant de poster.

toothpaste-3067569_960_720

Mon dernier article a justement eu pour sujet la confection d’un dentifrice homemade. Je n’ai jamais prétendu que ma recette était zéro-déchet, donc je ne me suis pas sentie visée outre mesure par son post. Ce qui m’a gênée, une fois de plus, c’est la condescendance dont elle fait preuve à l’égard de personnes qui ne font pas comme elle. Je ne dis pas que le ZD, ce n’est pas mieux que les cosmétiques DIY qui demandent des emballages. Mais je crois que c’est déjà mieux que l’industriel. Ce que j’ai ressenti à la lecture de son post, c’est « je ne veux pas être associée à ça, vous sapez tout mon travail, vous n’avez rien compris ». Et je dois vous dire que j’ai vraiment du mal avec cette non-acceptation de l’autre.

La confection de cosmétiques maison a déjà donné lieu à de nombreuses discussions avec des blogueuses et des ami.e.s : faire soi-même, c’est bien beau, mais quid si, dans l’optique de faire sa petite popotte, on est obligé.e.s d’acheter PLEIN de produits dans des contenants en plastique ? Je dois dire que je n’ai toujours pas de réponse tout à fait claire à cette question.

Avant que je ne me fasse rosser, découper en morceaux et dissoudre dans du bicarbonate de soude par ses fans en folie, je veux tout de même préciser que Béa Johnson n’a bien évidemment pas tort. Faire un cosmétique qui demande ne serait-ce qu’un article emballé, ce n’est pas zéro-déchet. Après, j’ai envie de te dire, le.a dernièr.e des abruti.e.s peut très bien faire ce constat par lui-même. Si les personnes qui lisent l’articlent du mec ou de la nénette qui a proposé cette fameuse recette en avançant l’argument du zero-waste ne se rendent pas compte que c’est du bullshit, que veux-tu qu’on te dise ?

Il y a toujours eu et il y aura toujours des gens qui se serviront d’une mode (car disons ce qui est, en ce moment c’est « hype » de faire du zéro déchet) pour servir leurs intérêts et il y aura toujours des gens qui abimeront le travail d’autres à coup de fausses affirmations. Ce qui me dérange ici, c’est qu’elle s’enflamme carrément plutôt que d’être dans le dialogue. Peut-être que la personne n’a pas pensé à mal et n’a pas bien saisi le concept du ZD ? Peut être que c’est quelqu’un qui veut juste se faire mousser et surfer sur une tendance ? Quoi qu’il en soit, je crois que son post n’avait pas besoin de contenir autant d’agressivité passive.

La recette que je vous ai proposée la semaine dernière n’est pas zéro-déchets, je le dis et le souligne. Cependant, j’aimerais pointer ce qui me semble être une légère incohérence dans ce que dit Béa Johnson. Si on a un magasin proche de chez soi qui vend du bicarbonate en vrac, pourquoi pas (après, tout le monde ne supporte pas, c’est un truc qui attaque quand même, mais bon, passons pour cette fois 😉 ) mais s’il faut se taper 100 kilomètres pour aller acheter de quoi se brosser les dents, quel est le bénéfice final pour la planète ? C’est mieux d’aller acheter de l’huile de coco dans un bocal en verre et de l’argile verte dans un contenant plastique à côté de chez soi (et en avoir pour un an de dentifrice minimum) ou de faire 1 heure de route pour acheter ce qu’il nous faut en vrac, si on trouve les ingrédients, ce qui, au passage, est très loin d’être gagné ? La question mérite d’être posée. Enfin, je crois.

16584744059_581150b5f6_b

Personnellement, je vis dans une région où le commerce de vrac en est encore à ses balbutiements. Quelques grandes enseignes commencent à s’y mettre, mais essentiellement pour des produits alimentaires. La boutique de vrac que je fréquente à Luxembourg vends très peu de produits de base pour les cosmétiques maison et la plupart sont même conditionnés dans des sachets cartonnés (de la marque « La droguerie écologique »). Anousha, une copine blogueuse qui a récemment fait un shampoing solide maison, faisait à peu près le même constat que moi, c’est THE BIG SHIT pour trouver les produits de base en vrac. On voudrait bien, mais y’en a pas 😀

Alors quoi, si on n’aime ou ne supporte pas le bicarbonate, on continue d’acheter du dentifrice industriel avec plein de produits nocifs et qui génèrent encore plus de déchets que si on le fait nous-mêmes ? Parce que ne soyons pas naïf.ve.s, il y a énormément de déchets générés lors de la production et je trouve qu’on a trop tendance à être un poil égocentriques et à ne considérer QUE le déchet final de l’emballage et/ou du contenant. Acheter du bicarbonate en vrac, c’est bien beau et c’est surement la meilleure solution, mais au final, si je pousse mon raisonnement plus loin, qui nous dit que le magasin de vrac où cette chère madame Johnson achète son bicarbonate n’ouvre pas des centaines de petits contenants pour en remplir un plus grand et donner ce que j’appelle une « illusion de vrac » ? J’espère que non, mais c’est une possibilité et si on pousse la réflexion plus loin, RIEN n’est vraiment zéro-déchets, mis à part ce que l’on trouve dans la nature ou dans notre jardin…

Personnellement, 3 contenants dont 2 en verre rentrent dans la composition de mon dentifrice. Je devrais tenir 4 bons mois avec une réalisation et à la louche, un pot d’huile de coco devrait me permettre de réaliser une petite dizaine de fournées. Donc…40 mois ! C’est déjà mieux que d’acheter un tube en plastique non recyclable tous les mois, non ? Je comprends sa colère du point de vue où les allégations mensongères d’autres blogueur.se.s qui sont probablement en mal de célébrité sapent une partie de son travail. Mais plutôt que de s’énerver et d’afficher tout le monde sur Instagram, ne pourrait-elle pas simplement s’en amuser ? Ou en tout cas, réagir de manière un poil plus positive ? Tout le monde ne comprend pas la démarche zéro-déchet, c’est comme ça…Ce qui est formidable, c’est qu’il y a encore beaucoup de choses à changer, beaucoup de combats à gagner.

Deuxio, chère Béa, NOUS NE SOMMES PAS PARFAIT.E.S ! Et jusqu’à preuve du contraire, ça va ! L’humanité est contradictoire, on fait des choses pas toujours logiques, mais certain.e.s d’entre nous essayent de faire déjà un peu moins pire.

Alors, nous jeter la pierre juste parce qu’on ne va pas complètement dans son sens, je trouve ça un peu gonflé. Faire ses produits soi-même n’est pas forcément une corvée, on peut y trouver plaisir et satisfaction d’autant plus que la plupart du temps, c’est déjà mieux que d’acheter des produits industriels en grande surface (pour la planète et pour notre santé). On s’inscrit déjà, en faisant soi-même, dans une optique de réduction des déchets. Ce n’est pas le top du top, mais c’est déjà bien non ? C’est commencer à se rendre doucement compte des montagnes d’ordures que l’on génère. Et si faire son dentifrice (ou son gel douche, ou sa lessive et j’en passe d’ailleurs) participais à un début de prise de conscience qui nous amenais doucement au ZD ? Là, j’ai clairement l’impression qu’elle est dans un mode de pensée très exclusif où c’est « le zero waste ou rien ». Et vous me connaissez, j’ai horreur des modes de pensées excluants. Ça me fait penser à certain.e.s vegans qui sont à la limite de cracher à la gueule des végétarien.ne.s parce qu’il/elles « n’en font pas assez ». Peace and Love les gens ! C’est pas en se tirant dans les pattes qu’on fera beaucoup avancer le schmilblick !

6208051440_afdbf95321_b

Et si on commençait à s’accepter les uns les autres, à se donner des conseils avec bienveillance et surtout à respecter le rythme de chacun ?

Aviez-vous vu ce post de Béa Johnson ? Qu’en avez-vous pensé ? L’avez-vous, comme moi, trouvé un poil agressif ? Si non, comment avez-vous compris/ressenti ce qu’elle a dit ? J’attends vos réactions, parce que l’échange, c’est la vie ! 🙂

Encore une fois, je souligne que je ne remets pas la personne en question. Elle en fait plus que je n’en ferai jamais, et tout le travail qu’elle fait au quotidien est très honorable. Ce qui me gêne, c’est quand des personnes très médiatiques (parce que c’est ce qu’elle est) balancent des jugements pas toujours très bien vus sur d’autres gens qui essayent juste de « faire mieux ».

Je vous fais de gros bisous et espère de tout cœur que votre semaine va se dérouler rapidement, aussi vite qu’un rouleau de chewing gum Hubba Bubba dans les années 2000.

Arf, c’est pas zero-waste non plus. Dammit.

Amour sur le monde et argile verte !

Manon Woodstock.

13 réflexions au sujet de “Manon Woodstock se (re)paye Béa Johnson”

  1. Je suis partisane du « Faire de son mieux à sa mesure » car faire de son mieux est toujours mieux que de ne rien faire du tout ! Une démarche comme le zéro-déchet doit être encouragée – si on crache sur les personnes qui ne font pas les choses à 100%, c’est le meilleur moyen de les décourager :/

    J'aime

    1. Bonjour Manon, merci pour ton commentaire ! Je suis entièrement d’accord avec toi. Le zéro-déchet comme horizon et comme but à atteindre pourquoi pas, mais si on utilise cette doctrine juste pour culpabiliser et pour décourager les gens, aucun intérêt final pour la planète…Très belle journée à toi 🙂

      J'aime

  2. Welcome back! Je n’ai pas vu cette polémique. Je vais aller voir (en même temps je ne vais plus sur FB ou Insta). Je n’aime pas le terme de zéro déchets, notamment pour les raisons que tu décris (voiture etc). Une blogueuse zéro déchet ne l’est pas du tout car elle écrit sur un ordi, qui lui consomme énormément (surtout pour une blogueuse multi-reseaux) d’énergie et de cochonneries (stockage, serveurs etc). Bref. Il faut que ce soit un objectif ou une ligne de conduite, pas une religion. Et Ca me fait rire aussi quand les produits traversent la planète. Je ne m’etiqueterai jamais zéro déchets car j’adore voyager…je préfère dire « moins de déchets ». C’est moins pédant aussi je trouve. Bref. On fait ce qu’on peut et chacun ses choix. Comme dans toute mode, y’a un effet mouton irréfléchi qui me gêne toujours. Avec nos smartphones on n’est clairement pas dans le zéro déchet, encore moins quand on en change tous les ans! Dans tous les cas comme toute mode le soufflé retombera mais j’espère que certains usages réfléchis persisteront et que la prise de conscience sera surtout plus large et tellement politique. C’est surtout la dessus qu’il faudrait travailler pour changer les choses! Ps: parfois je déteste la façon de penser américaine…voilà, c’est dit…

    J'aime

    1. Coucou 😀 OH COMME JE SUIS D’ACCORD (j’ai crié, ça se voit ?). Cette façon de penser qu’on certain.e.s américain.e.s, cette espèce de notion d’être « le centre du monde » « plus important.e.s ou mieux que les autres » me file des boutons. Heureusement, qu’ils ne sont pas tous.tes comme ça et qu’il y a un peu d’espoir…tout n’est pas (encore) perdu. C’est super de pouvoir échanger sur le zéro-déchet car ça me donne plein d’idées nouvelles. Dans ma vie, c’est un objectif mais…dans certaines catégories, j’entends bien. Des fois, je vais voir un consommable du quotidien et je vais me dire « ça ne peut plus durer » 😀 (les dernières victimes en date sont les cubes de bouillon et les désodorisants pour cuvette de toilettes). Les idées que l’on peut trouver sur le net sont parfois très inspirantes et aident à améliorer la diminution de déchets au quotidien.
      Ce qui me gène un peu dans la mode ZD, c’est qu’elle voudrait faire croire que l’être humain peut avoir Zéro impact. Or, c’est impossible. Nous avons un impact sur la planète, que nous le voulions ou non. Nous représentons une part de 90% dans la biosphère actuelle, c’est juste énorme !! Je préfère travailler sur toutes les manières qui me permettent de minimiser cet impact, autant que faire se peut.
      J’espère également que quelque chose restera de cette « mode », une prise de conscience, des idées…Que notre mode de vie est en train, d’une certaine manière, de causer notre perte mais qu’on peut changer les choses, que nous ne sommes pas anondin.e.s sur ce beau caillou bleu…Voici le lien du post de Béa Johnson, si ça t’intéresse: https://www.instagram.com/p/BgCUr_Jlusw/?taken-by=zerowastehome.
      Très belle journée à toi 🙂

      J'aime

  3. En lisant le post de Béa J. vers lequel tu fais lien, je n’ai pas du tout l’impression d’un discours pédant ou agacé en fait. Juste un simple constat/explication. Elle ne dit pas que ce genre de choses « pourrissent le travail de gens qui veulent vraiment trouver des solutions zéro-déchets » ; elle dit que la mode du tout fait maison, avec le temps que ça prend, détourne les personnes qui travaillent à temps plein d’un mode de vie plus propre parce que trop chronophage [c’est peut-être ce que tu voulais retransmettre dans ta phrase d’origine, mais je trouve que tu as pris un ou deux raccourcis un peu déformants :P]. Ce qui peut être vrai : si tu associes zéro déchet à tout faire soi-même (parce que tu lis beaucoup de blogs qui associent malencontreusement les deux par exemple) mais que tu n’as déjà pas de temps à t’accorder parce que tu bosses comme un esclave, tu vas probablement passer la main pour ce qui est de revoir ta copie écologique.
    Pour ta remarque sur le fait que ceux qui réalisent des cosmétiques maisons se rendent bien compte qu’acheter plein d’ingrédients emballés individuellement (sans même parler de la pollution générée par la fabrication/le transport) ne relève pas du zéro déchet, justement, je ne suis pas convaincue. Je crois que certain-e-s, obnubilés par leurs objectifs, passent complètement à côté de cet aspect de la chose, et qu’il est bon de le rappeler. C’est un peu pareil que les gens qui se disent végétariens en mangeant du jambon, tu vois – et oui, il y en a !
    Après, pour revenir à Béa J., c’est vrai qu’elle aussi a des contradictions (je n’ai lu d’elle que le post Instagram polémique du jour et son bouquin ^^) : se faire polir les ongles dans un salon, c’est pas zéro déchet – et franchement, quelle utilité… Prendre l’avion non plus. Mais ça, elle le reconnaît.
    Bref, ne te méprends pas, je ne suis pas fan de Béa J. venue rétablir l’ordre et la justice à coup de « mason jar » (me soule ce mot tiens), il ne s’agit là que d’une réaction pacifique et se voulant constructive 🙂
    Belle soirée à toi, et soigne-toi bien !

    J'aime

    1. Hello Anne-So, merci pour ce commentaire très utile et qui fait avancer le débat !! C’est bien parce qu’on se rend compte qu’on a toutes et tous nos sensibilités et que l’on prend les choses différemment.
      Je suis globalement d’accord avec ce que dit Béa Johnson, mais ce qui m’a vraiment le plus gênée, c’est sa manière de dire « mais bon sang, c’est pourtant simple ». Pas tant que ça en réalité ! Tout le monde n’a pas le budget (le ZD fait énormément économiser sur le long terme, mais la transition n’est pas toujours gratuite…), la disponibilité mentale, l’entourage qui suit (c’est mon cas…), le temps de tout réorganiser dans sa vie et j’en passe.
      Je pense qu’on ne s’est pas bien comprises sur le point « personnes qui disent faire du ZD alors que c’est simplement du DIY demandant un tas d’articles emballés ». Je suis tout à fait d’accord avec toi ! Je ne suis pas non plus convaincue que les gens comprennent tous le concept du zéro-déchet (comme celui du végétarisme, visiblement 😛 ), mais faut-il pour autant leur jeter la pierre ? Je ne suis pas persuadée que ça soit efficace (encore une fois, ce n’est que mon ressenti face à ce que dit B. Johnson). C’est tout à fait juste: trop de personnes associent encore le ZD à « tout faire soi-même » alors que ce n’est pas forcément le cas.
      Cependant, je pense aussi qu’il faut qu’on arrête de systématiquement supposer que faire soi-même = temps fou. Je fais un tas de choses chez moi qui me prennent quelques minutes (que ce soit en cuisine, pour les cosmétiques ou tout autre domaine) et qui me font gagner un temps précieux que je ne passe pas dans les grandes surfaces.
      Ce que je veux dire, c’est que le problème est, à mon sens, bien plus compliqué qu’il n’en a l’air et j’ai trouvé son post trop « léger » et un poil culpabilisant pour celles et ceux qui essayent de faire des efforts et de changer leur quotidien.
      J’ai peut être exagéré certains aspects de son post, c’est vrai (mais j’étais agacée, voilà 😛 ) – finalement, ce n’est pas tant le contenu qui me dérange, mais plutôt la forme. Son post a probablement été vu par des dizaines de milliers de gens, combien vont se dire « Ah oui, mince, c’est vrai que j’ai merdé en taggant ma recette comme du ZD » contre combien de personnes qui vont culpabiliser et se dire « c’est bon, ça sert à rien, de toute façon, je ne ferai jamais assez d’efforts ? ». Le ratio ne me paraît pas très avantageux, mais encore une fois, je peux me tromper 🙂
      Très belle journée à toi

      J'aime

  4. Je suis 100% d’accord avec toi ! (et en plus je suis citée en tant que copine blogueuse et ça me fait trop plaisiiiiir) J’ai été lire sa publication et franchement je l’ai trouvée très condescendante aussi. Et je fais partie des personnes qui ont testé le bicarbonate de soude en déo et je ne l’ai pas du tout supporté – depuis, je ne veux pas en mettre dans mon dentifrice ou en shampoing, car après me l’être foutu sous les aisselles ça me démangeait comme pas possible.
    Un des commentaires sous sa publication dit « Yes, I agree that zero waste doesn’t need to be complicated. But we should be celebrating anyone who strives to reduce their waste, in whatever form that takes. There is no one « correct » way of doing things, and this post seems to be judging those who do things differently to you. » et j’ai envie d’embrasser cette personne ! Ce qui m’a fait peur dans le zéro déchet et dans le fait d’en parler, c’est justement que je suis LOIN d’être parfaite, que je génère encore beaucoup de déchets par faute de moyens financiers et pratiques – mon SVE me donne moins de 600€ par mois et ma boutique en vrac à proximité est 4 fois plus chère que les supermarchés… (j’ai pris note des prix dans plusieurs magasins pour tout comparer ^^) donc désolée de pas pouvoir acheter certains produits sans emballage quoi… Bref, j’avais peur de ne pas être légitime dans ma démarche, et quand je lis sa publication ça me met un peu au fond du trou !!! Mais quand je te lis toi, ça me revigore et je me dis que je ne suis pas seule 🙂
    Je trouve que faire des efforts à son niveau, prendre conscience du problème, trouver quelques solutions qui conviennent à notre mode de vie, c’est déjà beaucoup. Et avec ce genre de discours, elle éloigne toutes celles et tous ceux qui hésitent à se lancer et qui comme moi manquent de confiance en eux/elles… donc pas cool du tout.

    J'aime

    1. Hello Anousha, merci pour ton commentaire (c’était un plaisir de te citer Ha ! 😉 ). C’est surtout le côté « mais voyez comme c’est simple » de son post qui m’a embêtée. Euuuuh, ben non pas tant que ça ! Il y a énormément de critères qui rentrent en jeu: pas le budget pour le ZD (au final tu fais de grosses économies, mais la transition n’est pas simple pour tout le monde !), pas de « disponibilité mentale » pour remettre en cause tout son mode de vie, pas d’accès à des magasins de vrac et j’en passe. Je ne crois pas qu’il faille vivre le zéro-déchet comme une torture ou une espèce d’auto-imposition qui nous dérange plus qu’autre chose. Je crois que ça doit être un but vers lequel on tend. J’aimerais faire 1000 fois plus que ce que je fais actuellement, mais je ne peux pas toujours (principalement par manque de temps). Ludo n’adhère pas encore complètement à la démarche et même si je fais mes petites affaires Zero waste de mon côté, la plupart du temps, je dois composer comme je peux (j’vais pas le mettre dehors le pauvre garçon, enfin 😀 ). Même si on est pas à fond dans le délire, je crois qu’on est quand même légitime pour en parler. Pour donner de bons tuyaux autour de nous. Pour partager notre évolution.
      Ne sois pas au fond du trou, essayer de faire mieux, c’est le début du chemin 😉 Très belle journée à toi !

      Aimé par 1 personne

  5. Hey ! ça faisait un bail ! Me re-voilà avec une multitude d’articles à lire : parfait ! 😉
    J’approuve totalement ton point de vue ! Je ne suis pas abonnée à Béa J. donc je n’avais pas vu son post, mais je trouve que c’est hyper dérangeant et ça n’apporte rien de bon de dénigrer celles et ceux qui essayent à leur échelle. Que ce soit le veganisme, le minimalisme, le zéro déchet, etc, ça sert plutôt les « détracteurs » que les personnes qui luttent pour la même chose mais à différentes échelles se fassent la guerre ou se dénigrent… Et dans le pire des cas, ça pourrait même décourager ceux qui débutent ou ceux qui pensent débuter. Bref ! Quelque soit le geste, qu’il soit minime ou pas, il faut l’encourager !
    Et merci Manon pour véhiculer cet état d’esprit ! 😀

    J'aime

    1. Hello Claire 🙂 Merci pour ton commentaire et bon retour dans notre folle communauté 😛 Je ne comprendrais décidément jamais tous ces gens qui se tirent dans les pattes en permanence. Que ça soit les parents, les végétariens, les écolos, les féministes…Arrêtez de vous cracher à la figure comme ça !!! De l’amour, merde 😉
      Pour ce qui est de Béa Johnson, autant je trouve parfois ses posts très utiles (comme la fois où elle a dénoncé une compagnie aérienne qui a refusé de lui remplir sa gourde et qu’elle n’a pas pu boire pendant tout son vol…WTF…), mais d’autres – c’est clairement de l’enfonçage public. Plutôt que de dialoguer calmement, on se retrouve à se houspiller les un.e.s les autres et je ne vois pas l’intérêt final de la chose…Tout le monde fait comme il/elle peut à son échelle…
      Je te souhaite une très belle journée 🙂

      Aimé par 1 personne

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s