Le coin des inclassables

Manon Woodstock et le système de santé français

Bonjour, bonjour les copains, j’espère que vous avez passé un excellent week-end et que tout va bien pour vous…mieux que moi en tout cas ! Eh oui, c’est une Manon Woodstock à moitié estropiée qui vous parle !

Et dire que j’étais toute guillerette vendredi soir, sautillante comme Heidi dans les pâturages au travers de mes 5 transports en commun quotidiens, quand soudain…le drame ! J’ai décidé de prendre l’escalier au lieu de l’escalator (eh ! Moi je dis, on est écolo ou on ne l’est pas 😛 ) et puis mon petit cerveau, déjà bien occupé à composer le numéro de mon grand-père, n’a absolument pas calculé cette maudite dernière marche…C’est bien fait me direz-vous ! En général, on évite de bidouiller son téléphone en même temps que l’on galope dans une volée d’escaliers mais pourtant, ne mentons pas, on l’a tous fait à un moment ou à un autre. Je suis désolée de vous apprendre que parfois, ça se finit comme ça 😉

Le pire, c’est que la chute n’a pas été si fortuite et rapide que ça . Je me suis vraiment vue tomber. Ce moment de flottement d’un quart de seconde où ton cerveau te dit « t’es en train de te casser la gueule là, ma grande ! ». BIM. Sensation de « ah ben là tu t’es pas ratée » dans le pied et le pire, c’est que la première pensée qui m’est venue en tête n’a pas été « je ne vais pas pouvoir marcher jusque chez moi, ça va être la galère ultime »…mais « putain, merde, l’escalade !! ». ‘Sont fous ces grimpeurs !! On serait dans un peloton d’exécution que nos derniers mots seraient « J’aurais tellement voulu voir les cimes une dernière fois » 😆 La famille qui va nous manquer, c’est surfait, vous voyez !

C’est donc boitillante et retenant mes larmes, que j’ai tenu bon dans les 3 transports en commun restants. J’ai failli craquer à la gare de Thionville quand j’ai vu, alors que je boitais plus qu’un Quasimodo en phase terminale, que PERSONNE ne m’aidait et que j’avais environ 500 mètres à me taper à cloche pied…ça n’a pas empêché les gens de me dévisager comme si j’avais une maladie mortelle très contagieuse, mais m’offrir un bras pour m’appuyer, eurk, non, quelle horreur, on va attraper des pustules !! Les gens sont d’un individualisme et d’un égoïsme à faire peur, vraiment 🙄 Une brave dame, qui s’est avérée être infirmière – oh chance, je crie ton nom – a fini par me raccompagner à ma voiture, non sans avoir proposé de me ramener chez moi (il y a encore de l’espoir pour ce monde !), et par me donner 1000 conseils utiles dont celui d’aller dans une clinique privée rapidos, et pas à l’hôpital public, car « vous allez sortir de là à 3h00 du matin ». Ah bon.

IMG_20180212_153810_057
Mon pauvre petit pied 😦

J’ai donc vaillamment conduit jusque chez moi, fini par fondre en larmes sur le parking face à un Ludo ronchon à l’idée de m’emmener aux urgences (comment te dire…non, ce n’est pas le moment de râler !!) qui a finalement réalisé qu’il y avait été un peu fort, et nous sommes arrivés…30 secondes trop tard à la clinique…qui n’a pas voulu nous prendre malgré les bouillons de larmes d’épuisement s’échappant de mes petits yeux.

Un week-end qui commence bien, vous dites ?

Demi-tour Simone, direction le tant redouté HOPITAL PUBLIC, celui avec les grosses lettres qui font peur.

Inutile de dire que c’est à ce moment là que la merde la plus totale a commencé. Nous sommes arrivés sur place vers 19h00.

Après avoir passé pas loin de 2 heures dans un hall dont la température avoisinait les 5 degrés (une famille n’a pas eu l’air de comprendre que faire 23000 allers-retours dehors, ça finissait pas transformer la pièce en frigidaire…), et avoir eu envie d’abandonner une bonne demi –douzaine de fois (j’ai tenu grâce à la dame de l’accueil qui a pratiqué sur moi la technique déjà testée avec succès sur de nombreux enfants, celle du « plus que 5 minutes » toutes les 10 minutes 😛 ), j’ai fini par entrer dans le saint Graal des urgences – parcours court, où l’on m’a amenée…dans une autre salle d’attente (chauffée, celle-ci, HALLELUJAH !).

On m’a examinée, amenée dans une 3e salle d’attente (Radiologie), où j’ai de nouveau attendu pas loin d’une heure (le tout sans rien pour m’occuper, avec un téléphone à court de batterie). Puis, après avoir réalisé un shooting photo des plus sexy de mon petit peton endolori, on m’a posée, moi et ma chaise roulante, dans le couloir. « C’est plus simple ». Ah. Ok ! J’ai donc échappé de peu à la 4e salle d’attente !

A ce moment là, il est pratiquement 22h, je n’ai pas mangé, je n’ai pas été aux toilettes depuis 16h00, j’ai froid, mon pied me lance et Ludo râle par sms interposés. Un vendredi soir de rêve, en somme 😀

Je m’amuse avec ma chaise pour passer le temps, je tente des manœuvres de fou, ça fait rire mes compagnons d’infortune. Il y en a un qui les cotes cassées et qui attend qu’une ambulance le ramène chez lui depuis plusieurs heures. Un petit papy hyper gentil mais un peu à la masse à l’air d’être là depuis le milieu de l’après-midi. Un 3e mec a une blessure au genou. Il attend patiemment ses résultats. Un 4e type, qui a visiblement une blessure à la cheville, s’avère quant à lui être un horrible relou qui commence à me draguouiller (C’est là que l’on prend la mesure de l’immense bonheur d’être une femme ! Être coincée dans une chaise roulante au milieu d’un couloir duquel on ne peut pas sortir et subir les assauts d’un mec qui, en plus, a l’air d’être con comme ses pieds…), quand il se met à me tutoyer (« tu vas penser à moi demain, tu verras » Euh non, je crois que ça ira !), je remets les choses en place en le vouvoyant et ça calme un peu les ardeurs du coco. Je me retrouve à faire semblant de consulter mon smartphone (je sens qu’il cherche le contact visuel…) et à me dire que la société patriarcale, j’en ai vraiment plein les bottes. Il finit heureusement par être embarqué par un médecin et on ne le revoit plus. Soulagement. Je reste avec mes 3 autres copains de galère, qui, eux, sont très corrects, heureusement.

L’attente des résultats commence alors. Je somnole de temps à autre. Mon pied bleuit à vue d’œil et j’ai la jambe glacée jusqu’au genou. Je commence à flipper à l’idée de voir débarquer un membre du personnel avec une scie, en me disant « il va falloir couper Madame Stock » 😀 « Genou cagneux » me rassure en me disant que c’est à cause de l’hématome. En même temps, je ne peux me reposer que sur ses conseils car le service est…vide. On n’a pas vu âme qui vive depuis une trentaine de minutes. En fond sonore, une dame – qui fait soit une crise de démence, soit qui souffre beaucoup – crie « S’il vous plaît » toutes les 35 secondes depuis 2 heures. C’est glauque.

doctor-563428_960_720

Tous mes amis d’un soir finissent par s’en aller et ils sont remplacés par d’autres – principe des vases communicants – je ne discute plus, je suis fatiguée et j’ai juste envie de rentrer. L’interne de garde finit par arriver tel le messie et m’annonce que je n’ai, a priori, rien de cassé. On me fait un bandage compressif (qui s’avèrera beaucoup trop serré par la suite, mais bon, passons !), on me met en accident de travail jusque lundi (« vous évaluerez la situation avec votre médecin traitant ») et on me rend à un Ludo un poil exaspéré contre le système. Il est 23h45, je suis restée 4 heures pour repartir avec un bandage que j’aurai pu faire moi-même et une ordonnance pour du Dafalgan. Top. L’histoire se finit bien, me direz-vous.

Je n’ai pas écrit tout ce blabla pour vous assommer, loin de là. Mais j’ai beaucoup réfléchi ce week-end et j’avais envie de partager quelques constats avec vous. J’ai déjà été aux urgences trois fois dans ma vie (pour une suspicion d’appendicite, parce que j’avais temporairement perdu la vue d’un œil et cette fois-ci) et ça a été, à chaque fois, à peu près le même cirque. Mais la différence, c’est que cette fois-ci, je me suis rendue compte de beaucoup de choses.

Il y a des moments où il n’y avait plus personne à l’accueil, ni dans le service des urgences dans lequel je me trouvais. On était littéralement livré.e.s à nous-mêmes. L’interne de garde l’a confirmé à chacun d’entre-nous, ils « manquent de personnel ». Il s’est excusé pour ça et pour l’attente longue. La dame de l’accueil a été appelée en renfort pour faire une admission et pour ce qui est des médecins et des infirmier.e.s de mon service, je ne serais pas étonnée si j’apprenais qu’ils devaient gérer plusieurs services en même temps.

En 4 heures, j’ai assisté à pas loin de 3 agressions du personnel médical. La sécurité a été appelée deux fois. La plupart du temps, c’était des gens qui craquaient parce qu’ils n’avaient aucune nouvelle de leurs proches. Même si les agresseurs n’étaient pas toujours de bonne foi, ça peut se comprendre, on est fatigués, on a peur et on pète les plombs, tout simplement. Je comprends aussi le personnel qui en a ras la casquette. Les transmissions étaient parfois mal faites et les soignant.e.s préféraient se concentrer sur les malades plutôt que sur la famille. Normal. J’ai trouvé que l’interne de garde avait l’air totalement blasé et épuisé. Je ne comprends quand même pas trop les gens. Moi aussi j’ai été emmerdée d’attendre si longtemps, mais si j’avais eu un bouquin ou de quoi m’occuper, ça aurait été ! On sait comment c’est aux urgences en France : ce n’est ni Grey’s Anatomy, ni Docteur House !! Quand j’ai été prise en charge, j’ai fait des petites blagues pourries au personnel et ça a détendu l’atmosphère 😀 Mais bon, je constate que tout le monde n’a pas ma capacité à prendre tout à la rigolade, même dans une situation pénible…C’est dommage.

J’aimerais faire un premier constat. Je trouve que les gens se comportent en véritables enfants gâtés vis-à-vis du système de santé français. Certes, on attend longtemps et on n’est pas toujours pris en charge au mieux, mais quoi qu’il en soit, on L’EST, la plupart du temps sans sortir l’ombre d’un centime de notre poche. Dans des pays comme les US, c’est marche ou crève, si tu n’as pas de fric, et que tu perds deux doigts, tu choisis lequel tu dois te faire recoudre (true story…). Ne parlons pas des pays en voie de développement au système de santé chaotique, où les gens crèvent dans l’indifférence la plus totale. On a de la chance, il faut le retenir.

Deuzio, et c’est confirmé par le généraliste de ma maman, les gens vont aux urgences pour n’importe quoi. Même pour une micro-entaille ou pour une petite gastro.  Pourquoi ? Ben parce qu’il y a de moins en moins de médecins traitants pardi ! C’est un métier ingrat qui demande de longues études et beaucoup d’investissement personnel. Résultat, de moins en moins d’étudiants choisissent cette spécialité, mais surtout, ils ne veulent pas aller s’installer en pleine cambrousse, d’où la création de déserts médicaux, d’où les gens qui vont aux urgences parce qu’ils ont fait caca mou le matin même. CQFD. J’avoue que je m’en suis moi-même voulue d’y être allée pour ce qui a l’air d’être une méchante entorse. Mais comme m’a dit l’infirmière qui m’a gentiment raccompagnée jusqu’à ma voiture, si mon pied était cassé, il fallait le plâtrer sans attendre. Le problème, c’est que tout le monde n’a pas les mêmes dilemmes de conscience que moi.

hospital-3089884_960_720

Je vois de plus en plus passer sur Facebook ces posts d’infirmièr.e.s ou d’aide-soignant.e.s qui n’en peuvent plus, qui racontent, qu’ils/elles doivent passer 35 secondes par patient ou qu’on les oblige à faire des heures sup’ (et ils/elles sont mis à pied s’ils refusent, même si la raison du refus est la peur de mettre les patient.e.s en danger), qu’ils/elles sont épuisés physiquement et moralement. On assiste à une augmentation des suicides dans le milieu médical…parce que les gens craquent tout simplement ! Au regard de ma soirée, je peux dire que j’ai vu une poignée de gens dépassés, obligés de bosser dans des conditions de travail affreuses, surement agressés des dizaines de fois par jour alors qu’ils essayent simplement d’aider. Et là je me dis, jusqu’à quand le personnel médical va-t-il tenir ? Moi-même j’aurais déjà craqué depuis belle lurette dans une telle ambiance et avec des conditions de travail aussi bancales. On dirait une cocotte minute sur le point d’exploser. Le résultat, c’est qu’une partie du personnel doit finir en arrêt maladie et il y a ENCORE plus de boulot pour celles et ceux qui restent. Alors où va-t-on comme ça ?

Quand je vois les politiques au pouvoir dire que l’hôpital public coûte trop cher, qu’il faut réduire les dépenses et les postes, qu’il faut « rationnaliser le process » je suis absolument furieuse. La santé n’est pas et ne devrait pas être gérée comme une entreprise. A en croire certains, nos maladies sont un business comme les autres et doivent rapporter un maximum d’argent. C’est horrible de penser ça. C’est de nos vies qu’on parle. Des humains sont littéralement broyés des deux côtés du système et tout ça pour que l’on distribue plus d’argent à l’Etat à la fin de l’année. Je dois dire que les bras m’en tombent. Et le pire, c’est que la plupart des français continuent, tel un troupeau de moutons abrutis, à voter pour des gens qui veulent aller encore plus loin dans cette folie.

On m’a dit d’emblée d’aller dans une clinique privée, dans laquelle j’aurais du avancer les frais pour me faire rembourser par la suite. Moi, ça ne me pose pas de problème, mais quelqu’un qui n’en a pas les moyens, il fait comment ? Ben, il va à l’hôpital public bénéficier de « demi-soins » avec les autres pauvres (z’avaient qu’à travailler plus dur, hein ? Coucou Manu Macron !), pendant que les riches sont soignés au top dans d’autres établissements. C’est juste dégueulasse. Je suis ultra révoltée par ce système. On nous dit que la France est un pays où règne l’égalité face aux soins, mais c’est du bon gros bullshit, comme d’habitude. J’entrevois que, dans quelques années, on va finir exactement comme aux Etats-Unis, il faudra se payer des assurances santé hors de prix pour être remboursés et si tu peux pas te le permettre, ben t’as qu’à crever dans ton coin et sans bruit, s’il te plait !

Où est l’humain dans le système ? Comment a-t-on pu en arriver là ? Mais surtout, combien de temps avant que ça ne lâche ?

Bref, c’était mon petit coup de gueule du jour les z’enfants 😀 Au-delà de ça, qu’est-ce que cela vous inspire ? Avez-vous eu des expériences similaires, positives ou négatives, à l’hôpital en France ? J’attends vos commentaires, comme j’ai attendu mes résultats dans les couloirs de l’hôpital Bel Air, avec une impatience non contenue 🙂

Sur ce, je retourne reposer mon petit pied tout cassé et j’attends le couperet de mon médecin. Je reviens vite pour de nouvelles aventures écolo !

Belle journée à tous.tes

Des bisous cagneux.

Manon Woodstock.

12 réflexions au sujet de “Manon Woodstock et le système de santé français”

  1. Oh ma pauvre!!!! Je compatis car ça m’est arrivé en mai dernier zoup sur l’escalader et bim dans la face et dans mon pied! Je n’ai consulté que médecin et radiologue par la suite donc pas d’expérience cette fois-ci aux urgences mais orteil cassé quand même donc tu as bien fait de consulter! Comme tu le dis, les médecins sont malheureusement saturés et les urgences deviennent le trop plein des cabinets de médecins fermés surtout le soir et week-end ! Mercredi soir j’ai eu la même expérience que toi pour mon fils avec découverte des urgences pédiatriques publiques à la clé (youpi!), et comme je m’étais déjà faite avoir (et qu’avec un petit c’est du non négociable), j’avais soigneusement empaqueté doudou, tétine, un livre, un jeu de moins de 3m2, des babybels, mini knackis (je retiens l’idée, top), de l’eau, des biscuits et galettes de riz au miel (bref, le contenu de mes placards dans un sac à dos)….à l’hôpital il y avait une immense salle d’attente pour les petit avec plein de jeux et même des animatrices (les blouses roses), ouah!!! Le temps est passé vite et mon fils a adoré lol. Ce n’est qu’après avoir englouti notre 3e babybel et deuxième paquet (je m’inclus dedans, f€&@ le diabète de grossesse, que l’interne nous a grondé en nous disant qu’il ne fallait pas manger (il était 20h, on était là depuis 18h30…). Personne nous a prévenu non…bref. J’ai adoré mon séjour aux urgences pédiatriques, c’était bien plus fun que le tien (des singes volants accrochés au plafond, mon fils qui veut ouvrir tous les tiroirs de compresses et bandages), et pas de relou à l’horizon. En tout cas quand j’ai tendance à raler « contre le système », je vais sur mon compte ameli et je consulte les paiements « versés à des tiers ». En général ça me calme : oui 85€ la prise de sang mensuelle de grossesse, dont je n’ai rien payé de ma poche…aux US un accouchement coûte 5000€ au bas mot, et en Angleterre on incite les femmes à accoucher chez elles, « ça coûte moins cher »…bref. Il ne faut pas oublier qu’on a quand même de la chance même si bien sûr les services se dégradent…et en effet je plains le personnel du public, car comme tu le dis raisonner par des intérêts financiers sur la santé c’est juste hallucinant!

    J'aime

    1. Hello, merci pour ton commentaire et pour ton partage d’expérience 🙂 A l’hôpital de Thionville, j’étais à côté des urgences pédiatriques et ça défilait sévère ! Le plus drôle aura été d’observer deux parents au bord de la crise d’apoplexie et leur gamin qui s’est arrêté net devant le distributeur de sucreries les yeux illuminés de bonheur, c’était le plus beau truc qu’il avait jamais vu 😆 ça me fait toujours sourire, cette capacité de résilience des bouts de choux qui sont capables de te demander de jouer avec eux, le tout avec un doigt tranché qui pisse le sang ! Je suis complètement d’accord avec toi, nous ne sommes pas si mal pris en charge en France, et quand on voit ce que ça coûte dans d’autres pays, on se rend compte qu’on est pas si mal lotis que ça. Ce qui me fait me demander si je me suis bien exprimée en fait ^^ Parce que malgré le fait que ça a été très long, j’ai été correctement prise en charge. Je voulais transmettre ma double analyse selon laquelle nous avons une relation très égocentrique à notre système de santé, bien que celui-ci soit au bord de l’explosion et j’espère que l’idée est bien passée 😛 Des ami.e.s qui bossent en hôpital public me confirment que ça se dégrade de plus en plus, qu’ils sont « poussé.e.s » à vendre des chambres individuelles, à passer le moins de temps possible par patient, à faire des nuits des mois durant…Ce n’est pas normal et je ne trouve pas concevable qu’on brise des vies au nom d’économies. C’est de notre santé et de celle du personnel que l’on parle. J’espère que ton fils va bien en tout cas (quand on passé un formidable moment dans la vallée des singes volants, ça aide non ? 🙂 ) Belle journée à toi

      Aimé par 1 personne

      1. Ahah. Oui j’avais bien compris tes propos ! Et me suis sans doute mal exprimée ahah. J’imagine que c’est dur pour le personnel, qui doit renoncer à un idéal pour devenir « commercial » de la santé…c’est bien dommage. Oh mon petit est trop drôle. Son ongle est quasi en train de s’arracher mais comme y’a plus de sang il me dit « c’est guéri, ça a disparu » au moins il n’est pas douillet! Ahah. En effet ok devrait essayer la vallée des singes plus souvent, ça a l’air de marcher ahah.

        J'aime

      2. Tout va bien alors, on s’est comprises 😀 Par rapport au système des urgences pédiatriques, je trouve que quand on passe dans les urgences « classiques » on perd cette capacité de dédramatiser et c’est dommage (en même temps quand tu vois les con.nes qu’ils doivent se farcir parfois, je peux comprendre). Moi, je serais ravie d’évoluer dans le fabuleux monde des singes volants, ça aurait grandement amélioré mon séjour 😛

        Aimé par 1 personne

  2. Tu as bien raison d’en parlet, et ça fait toujours du bien à lire. Oui, on a de la chance d’avoir ce système. Mais oui, aussi, il est menacé, les logiques financières le grignotent, les personnels médicaux sont à bout (le taux de suicide chez les médecins et particulièrement les internes est assez haut d’ailleurs il me semble, c’est dramatique).

    J'aime

    1. Hello 🙂 Un grand merci pour ton commentaire ! Si on s’y atèle un peu et qu’on s’informe sur le sujet, ça fait réellement froid dans le dos ! Je suis toujours partagé entre mon envie de ronchonner parce que c’est long et l’autre où je m’auto-dis (oui, je me parle et je le vis bien 😀 ) de fermer ma grande gueule parce qu’ils n’ont pas besoin d’une personne de plus qui leur hurle dessus. Alors je blague. ça a eu l’air de leur faire plaisir et je me dis que si j’ai pu égayer la soirée du personnel ne serait-ce que pour 30 secondes, c’est toujours ça de gagné. Le problème de la société actuelle, c’est de tout voir comme une entreprise à gérer, y compris quand on parle d’humains. Il faut résister à ça avec tous les moyens en notre possession. Belle journée à toi !

      Aimé par 1 personne

  3. Après avoir passé trois ans en Angleterre je ne me plains plus du système français. Ici il faut 1 mois et demi pour avoir un rendez vous au médecin pour renouveler une prescription ou avoir un rdv chez un kiné. C’est vrai que les gens abusent et vont à l’hopital pour rien et le fait de ne pas avoir assez de médecin et surtout en campagne n’arrange pas la chose.

    J'aime

    1. Hello Mélodie, merci pour ton commentaire 🙂 ! Effectivement, j’ai déjà lu des papiers sur la situation en Angleterre, il semblerait d’ailleurs qu’ils ne prescrivent quasiment pas de médicaments (je me trompe ?) alors qu’en France on nous file une ordo longue comme le bras pour un nez qui coule. On est très ingrats dans notre beau pays, mais c’est le principe d’un enfant gâté: il ne réalise pas la chance qu’il a. Après, ça ne change pas les cruels dysfonctionnements d’un secteur en extrême tension qui écrabouille tous ceux qui essayent de se dresser sur son passage et ce n’est malheureusement pas près de s’arranger. Je ne sais pas quand les politiques vont se rendre compte que les soignants craquent de plus en plus (jusqu’à se suicider parfois) et qu’il faut changer les choses (mettre plus d’argent dans l’hôpital plutôt que dans les programmes de dissuasion nucléaire par exemple, coucou Emmanuel Macron !!). Probablement jamais et c’est donc à nous de les soutenir comme nous pouvons. En se responsabilisant par exemple et en arrêtant d’aller à l’hôpital pour n’importe quoi. Belle journée à toi !

      Aimé par 1 personne

      1. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Je ne pourrais te dire pour les médicaments en angleterre car en général vu l’attente pour avoir un rendez vous je me soigne par moi même. Il y a beaucoup de médicaments en vente libre dans les supermarchés.

        J'aime

  4. Hello !
    Je suis assez d’accord avec toi, après avec mes plus nombreuse visites aux urgences (rugby et casse-cou oblige), je trouve que ça en pâtit parfois sur le soin donné. Ma dernière expérience qui date d’à peine 2 mois : j’y vais pour suspision de gros orteil fracturé, j’arrive en béquille ne pouvant pas poser le pied par terre, l’interne m’a pris de haut, pas de radio, et retour chez moi avec soit disant reprise du sport dans 2-3 jours… Merci mais c’était belle est bien cassé et j’en ai eu pour 5 semaines ! C’est vrai que beaucoup de personnes viennent pour tout et rien, mais à force de le croire trop, on fait des erreurs… J’avais tellement envie d’y retourner la semaine d’après et décharger mon sac sur cet interne qui a été si méprisant envers ma douleur et le fait que je marche en béquille pour « rien » !
    Après, je n’ai pas de médecin traitant dans ma ville parce « qu’il n’y pas plus de place », donc où est-ce que je peux aller quand ça va pas, et à partir de quel niveau de douleur ou de gravité, est-on autorisé à aller à l’hôpital ? C’est beaucoup trop suggestif et il n’y a pas assez de communication de leur part également… Et les secrétaire médicale qui te raccroche au nez après l’éternelle  » M./Mme Machin ne prend pas de nouveaux patients » argh !!! ^^
    Désolée c’est également un sujet qui m’énerve… 😛 Je trouve ça tellement inadmissible que la santé soit un business ! Que ça soit les soins et consultations, que les médicaments ! Jusqu’à quand aurons-nous l’air gratuitement ? Ou le soleil ?
    Bon je m’arrête là, et je vais méditer en faisant du yoga et marcher au soleil tout en buvant un thé avec de la musique zen dans mon bain pour me calmer 😛 Des bisous 😀

    J'aime

    1. MDR !! Attention, « Claire s’énerve ». Je suis d’accord avec toi, on en arrive à un tel point que je me demande parfois aussi si on ne va pas nous demander une redevance pour le soleil et l’oxygène que l’on consomme ! En fait, je crois que dans tous les métiers, il y a des con.ne.s et des incapables. Peut-être que la prochaine fois tu tomberas sur un Patrick Dempsey très compétent qui te plâtrera le pied tout en te lançant des œillades sexy 😉 C’est sur que c’est rageant de tomber sur des gens qui te prennent de haut, qui nient ta douleur, qui te racontent n’importe quoi pour te renvoyer vers ton médecin traitant ou pour se débarrasser de toi…mais bon, je me console en me disant que ça pourrait être pire.
      La situation en France devient compliquée, il y a de moins en moins de spécialistes (coucou les ophtalmos et les gynécos !), de moins en moins de médecins traitants…je crois qu’il n’y a pas de solution miracle.
      ça serait une excellente idée que le ministère de la santé fasse une campagne pour préciser dans quels cas venir aux urgences, pour ne pas les surcharger.
      Je te souhaite un bon thé et une excellente méditation. Ahooooooooooom 🙂
      Bisous !

      Aimé par 1 personne

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s