Cuisine

Halte aux produits industriels : faire sa mayonnaise soi-même

Bonjour les jeunes, comment allez-vous ? (n’y voyez aucun racisme anti vieux, je connais des personnes de 70 ans qui ont plus la pêche que moi…d’où l’universalité de l’expression 😛 ). Moi, ça baigne. J’ai eu 27 ans le 27 janvier et comme on me l’a si souvent rappelé ces derniers jours, ça n’arrive qu’une fois dans la vie #angoisse #vieillesse. Immensément contente que ça soit passé, n’étant pas trop anniversaire – les projecteurs braqués sur moi avec les sempiternels mêmes commentateurs qui me demandent ce que ça fait d’avoir une année de plus 🙄 , c’est pas trop trop mon délire. Pas le jour le plus déprimant de l’année, mais presque ! Bref, c’était le non-évènement du week-end, par Manon Woodstock.

Ce qui est positif dans l’histoire, c’est que sujet du jour m’est venu assez naturellement, pas plus tard que dimanche soir. J’ai décidé de m’inspirer de mon quotidien ! Nous avons en effet réalisé un délicieux coleslaw maison (pour accompagner des hot dogs avec pain un peu raté – on croyait avoir la recette parfaite, puis non et en fait oui…et puis en définitive…non 😀 ) – plein d’aneth, de yaourt et de…mayonnaise pour une sauce creamy de la mort qui tue, qui restera dans les annales !!! Et c’est bien de cette dernière dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui. Parce que chez nous, c’est bien simple : les tubes de mayo ne passent plus la porte. On a subitement réalisé, tels des comateux endormis dans les années 80, réveillés en 2018 et redécouvrant la vie avec bonheur, que c’était ultra bi-don à faire.

S’il y a une chose qu’il faut quand même souligner, c’est le tour de force réalisé par les industriels. Les gars, ils ont quand même réussi à nous faire croire que faire sa mayonnaise soi-même, c’est une méga plaie. Horrible. Même qu’à Guantanamo, ils forcent les prisonniers à en faire à longueur de journée (eh voilà, avec mes bêtises, je vais ricaner toute la journée en m’imaginant un chef de cartel en train de fouetter une mayo dans sa cellule, BRAVO 😆 ). Ça prend un de ces temps ma bonne dame 😯 !! « Non mais les cocos, vous travaillez dur toute la journée et le soir ‘faut encore cuisiner ! – Mais non ! C’est si simple de sortir son tube Amora ». Une petite pression magique dans l’assiette et hop, on en parle plus.

J’avoue que je m’y étais laissée prendre moi-même ! Inconsciemment, c’était rentré dans mon crâne pas si imperméable que ça à la publicité : la mayonnaise, c’était compliqué à faire – hors de ma portée de cuisinière du dimanche.

Et puis, le jour béni est arrivé où notre pot est arrivé à son dernier pschiit tel un vieux ballon de baudruche dégonflé – et où on a décidé que trop, c’était trop. Comme pour les pailles, on a tout simplement acté que ce tube était le dernier, qu’on n’en rachèterait plus.

Je le confesse cependant devant vous, nous nous sommes réveillés le lendemain avec une sensation se rapprochant de celle que tu ressens quand tu as fini la bouteille de tequila la veille et que tu as signé une reconnaissance de dettes à quelqu’un dont tu ne te souviens plus vraiment 😀 Naaaan, mais en fait c’était pour rire dit ? On va en racheter, hein ? De vrais drogués en mode « demain j’arrête » !

Mais, et je dois dire que je suis assez fière, nous avons tenu bon. Il y a eu des débuts difficiles avec des envies d’œuf mimosa non satisfaites, des « arf, tant pis, je vais prendre du ketchup », des fish and chips qui se sont sentis bien seuls…Jusqu’au jour où nous avons regardé notre fouet bien en face (de cuisine hein, on ne commence pas avec les délires sado-maso, s’il vous plait ! 😛 ) et où on s’est lancés. Eh bien, vous savez quoi ? Faire sa mayonnaise soi-même est d’une facilité et d’une rapidité presque ridicule. Je vous explique ?

20180129_191926

Commençons par le commencement avec la liste (vraiment succincte) des ingrédients nécessaires. Un jaune d’œuf, une cuillère à soupe de moutarde, de l’huile (nous on aime bien utiliser quelque chose d’assez neutre du style tournesol ou pépin de raisin, mais je vous encourage à tenter des trucs un peu plus foufous genre colza, huile d’olive ou encore huile parfumée), du sel et du poivre. Voilà. A moins que vous n’habitiez dans une grotte rupestre au fin fond de l’Aveyron, je crois pouvoir vous assurer avec certitude que oui, vous avez tous les ingrédients, 80% du temps. A titre de comparaison, je vous mets la composition de la mayonnaise Amora (qui doit, je pense, être la plus vendue) et à vrai dire, je trouve que ça fait un peu froid dans le dos : huiles végétales (qui-que-quoi-dont-où-lequel, l’histoire ne le dit pas…) – jaune d’œufs de poules élevées en plein air (8%) – vinaigre de vin blanc – eau – moutarde de Dijon 5,3% (eau, graines de moutarde, vinaigre, sel, acidifiant : acide citrique) – sucre – sel – épaississants : E1422, dextrine – arômes – colorants : extrait de paprika, lutéine (extrait de tagète). Voilà, voilà. Comment transformer une recette à 5 ingrédients en recette à 12 ingrédients…Merci Ô Industriels de l’agro-alimentaire d’avoir tant compliqué nos vies  :mrgreen:

Bon, maintenant que vous avez tous les ingrédients devant vous comme de bons petits soldats, je vous explique comment on fait ? Suivez le guide messieurs dames !

20180129_192118

Etape 1 : ne confiez pas votre œuf à Ludo – qui est dans l’incapacité physique de séparer un blanc d’œuf de son jaune (que voulez-vous, il est breton et gaucher le pauvre garçon, c’est pas vraiment de sa faute 😆 ) ou à toute autre personne moyennement douée de votre entourage et donnez-le moi, je m’en occupe ! Vous pouvez mettre le blanc de côté (il se conserve jusqu’à une semaine au frigo et jusqu’à 1 mois au congélateur – il me semble qu’à l’époque, lors d’un cours de cuisine, un chef nous avait dit que c’était dangereux parce que l’œuf c’est sale et blablabla – Mais moi je vais vous dire une chose : ma gentille maman (celle qui fait une excellente terrine de canard et qui n’utilise pas d’assouplissant) a toujours congelé les blancs d’œufs pour les réutiliser et la preuve en est : je suis toujours en vie ! Tant que vous respectez les délais, ça devrait le faire) et comme je suis quelqu’un de sympa, je vous suggère même un lien qui vous donnera 20 recettes spéciales « je réutilise mes blancs d’œufs » : http://cuisine.journaldesfemmes.fr/gastronomie/1098156-recettes-pour-utiliser-ses-blancs-d-oeufs/1098186-nougat-au-chocolat

Etape 2: une fois que votre jaune d’œuf non saccagé par Ludo attend sagement dans son bol, vous épicez tout ça avec une petite cuillère à soupe de moutarde (pas bombée, sinon je trouve qu’on la sent trop). Et pan !!! Prends-toi ça sur le citron !

20180129_192140

Etape 3 : vous me fouettez bien tout ça !! Déchainez votre colère, allez-y, vous verrez, ça fait du bien 🙂 Une fois que la moutarde et le jaune d’œuf ne font plus qu’un, que c’est fluide, on se fait une tisane et on se calme.

20180129_192246

Etape 4 : la plus technique, qui nécessite une seule chose : être capable de se servir simultanément de ses deux mains. De votre mimine la moins agile, vous saisissez fermement la bouteille et de l’autre, vous allez devoir fouetter jusqu’à ce que mort s’en suive. Il suffit donc de laisser s’écouler un fin filet d’huile sur votre premier mélange, tout en fouettant vigoureusement de l’autre main. Si ça prend une texture trop huileuse, arrêter l’huile quelques secondes tout en continuant de fouetter et reprenez quand le mélange redevient velouté. Mais ? Mais ? Manon !!! Comment sait-on que c’est bon et que le jaune d’œuf a eu son compte ? Il suffit de goûter mon petit bouchon ! Il faut idéalement s’arrêter quand le mélange devient le parfait compromis entre le goût de l’huile et celui de la moutarde. Si c’est trop moutardé, on rajoute de l’huile. Si le goût de l’huile a pris le pas sur celui de la moutarde…ben c’est pas grave, vous ferez mieux la prochaine fois 😉

20180129_192303

Etape 5 : vous pouvez maintenant saler et poivrer à votre goût, ajouter des herbes type estragon, sauge ou tout ce qui vous fait envie (piment d’Espelette, tabasco, curry et j’en passe et des meilleures). Ne pas trop en manger, parce que ça va directement sur les fesses et…voilà, c’est tout ! Un enfant de 10 ans y arriverait, n’est-il pas ? Alors, en définitive, pourquoi pas vous ? Oui, vous qui vous cachez derrière votre écran ! Je vous vois Monsieur Frodon !!! [Mode Sauron off]

20180129_192522

Le processus que je viens de vous décrire prend 5 minutes à TOUT péter, et encore, je compte la recherche d’œuf dans le frigo et la tisane prise pour calmer vos pulsions meurtrières…Inutile de préciser que c’est aussi bien meilleur que la mayonnaise industrielle ! La texture n’a rien à voir et le goût est beaucoup plus subtil : on sent bien tous les ingrédients et l’avantage indiscutable, c’est que comme on a vu la quantité d’huile qu’il y a dedans, on en prend moins 😉 (c’est comme pour la galette des rois, au sujet de laquelle je viens de perdre mes illusions ce week-end…MAIS…EN FAIT…CE N’EST QUE…DU BEURRE ET DU SUCRE ?!?!).

Pour info, après avoir lu un article assez instructif par ici : http://culinotests.fr/news/conservation-de-la-mayonnaise-maison-15-jours-minimum-et-celui-qui-me-dit-le-contraire-est-un-ignorant-ou-un-gros-beta, il apparaît que vous pouvez conserver une mayonnaise maison jusqu’à 15 jours (voir plus) et non 48h max comme le dit la légende urbaine. Si vous respectez certains principes de base (utiliser des œufs extra frais et mettre votre sauce au frigo dans un petit récipient en verre parfaitement étanche et bien sûr, éviter de la laisser traîner deux heures en plein soleil), votre mayo est ok pour une bonne quinzaine. Certain.e.s parlent de contamination possible des œufs aux salmonelles, mais j’avoue que je vois pas pourquoi les méchantes bactéries décideraient subitement de faire une méga-révolution au bout de 2 jours après s’être tenues tranquilles…Si y a des salmonelles, y a des salmonelles, non ? Il me semble que c’est simplement la faute à pas de chance et que le risque zéro n’existe pas, mais je peux me tromper…(si j’ai fait une erreur, de grâce ami.e.s scientifiques, ne me rossez pas avec un microscope, il y a la zone de commentaires en bas, dans laquelle je vous encourage à vous plaindre et à me reporter mes erreurs 😛 )

20180129_192644
Si vous aviez le son, vous pourriez entendre la douce voix de Ludo en fond, qui râle parce que « On avait pas besoin de mayonnaise, pourquoi t’en as fait ? » « Garder une mayo 15 jours ! N’importe quoi ! » Nia Nia Nia !! DIEU QU’IL EST ENERVANT 😛

Pour récapituler, faire sa mayonnaise soi-même c’est simple et très rapide. En vous convertissant à cette pratique, vous ne bénéficierez non pas d’un, ni de deux, mais de quatre avantages non-négligeables :

  • Vous ferez du bien à votre corps – affirmation qui s’annule si vous mangez toute votre mayo à la petite cuillère, j’entends bien – C’est plus dans le sens où votre sauce à vous ne contiendra que 5 ingrédients simples VS la version industrielle qui est, une fois de plus, bourrée de cochonneries et coupée à l’eau (les salopards !!!). Ça sera, quoi qu’on en dise, toujours meilleur pour la santé, à condition de ne pas s’en tartiner dès le petit-déjeuner, bien évidemment.
  • Vous ferez du bien à votre porte-monnaie. Eh bien oui les loulous, c’est le petit bonus inattendu ! Parce que si votre pot de mayonnaise ne vous coûte au demeurant pas si cher (environ 1 euros 50 le tube de 400g), le coût sera encore plus ridicule en faisant votre sauce à la mano. 1 jaune d’œuf, un peu d’huile, une cuillère de moutarde, un coup de sel et de poivre, je pense qu’on tombera tous.tes d’accord pour dire que ce n’est pas le Pérou ! Ce n’est pas THE réduction de budget de l’année, mais comme le dit le dicton populaire, il n’y a pas de petits bénéfices 🙂
  • Vous ferez du bien à la planète ! Exit les squeezers en plastique ou les montagnes de pots en verre, vive le zéro déchet ! Pour peu que vous puissiez acheter votre huile et vos œufs en vrac, c’est gagné ! Ne l’oubliez pas, par ce mouvement énergique du poignet et du fouet (ouhh tant d’érotisme dans cet article !), vous accomplissez un acte de résistance vis-à-vis des industriels qui sont persuadés que vous ne savez rien faire par vous-mêmes !
  • Vous ferez du bien…à votre caboche ! Hein ??? Mais qu’est-ce qu’elle raconte la dame ?? Mais oui, c’est bien sûr !! Si on fait la mayonnaise soi-même, plus besoin de la mettre sur la liste de courses…et donc plus besoin d’y penser ! Si toi aussi, tu fais partie, comme moi, de la team des inadapté.e.s des supermarchés pour qui « faire les courses » se résume à deux heures très étranges dans un univers où tout le monde a l’air de parfaitement savoir ce qu’il fait sauf toi et que tu repars avec tout, sauf de quoi te faire à manger pour la semaine, cette information doit te ravir 😀 Plus d’errance de rayons en rayons, avec l’air anxieux de celui ou celle qui ne sait pas vraiment où il doit chercher ces maudites sauces (rayon frais ? rayon boites des conserves ? rayon huile ? Ce n’est pas clair Monsieur Leclerc !!!)

Faire sa mayo maison, ou comment gagner en goût, arrêter de se faire prendre pour des truffes par les industriels ET avoir moins à penser…La vie est d’un tel formidable parfois 🙂

Et vous cher.e.s ami.e.s, avez-vous déjà essayé de faire une mayo maison ? Est-ce que ça vous tente ? Quelles sont vos astuces ? J’attends vos commentaires comme mes cellules adipeuses attendent que j’en refasse une deuxième fournée !!

Je vous souhaite une très belle semaine, que tous vos projets, même les plus petits, se réalisent, que de la mayonnaise homemade tapisse vos parois intestinales.

Je vous love.

Manon Woodstock.

[EDIT – FLASH INFO SPECIAL !!!] Après discussion avec une amie blogueuse (coucou Mélodie 😛 ), il semblerait que je vous aie raconté une GROSSE connerie. La véritable mayonnaise…ne contient pas de moutarde *hurlements attérés du public* BOUHHH MENTEUSE !! INCAPABLE DE FAIRE UNE MAYONNAISE !!! GROSSE NULLE !!! Calmez-vous braves gens, l’erreur est humaine enfin 😀 Comme je vous ai en réalité donné la recette de la rémoulade (c’est très bon aussi, vous ne devriez pas y perdre beaucoup au change !), je vous mets immédiatement la recette de la mayo, l’officielle cette fois-ci: http://chefsimon.lemonde.fr/gourmets/chef-simon/recettes/mayonnaise-classique. Mes excuses pour la boulette, mais bon, faute avouée à moitié pardonnée ?

Des re-bisous [FIN DE L’EDIT]

12 réflexions au sujet de “Halte aux produits industriels : faire sa mayonnaise soi-même”

  1. Salut Manon,
    A la maison c’est Matthieu qui fait la mayonnaise. C’est un pro alors je le laisse faire. Lui aussi met de la moutarde mais normalement la vraie mayonnaise ne contient pas de moutarde. En fait c’est une rémoulade que nous faisons et pas une mayonnaise les puristes diront.
    Bonne journée,

    J'aime

    1. Bonjour Mélodie ! Tout à fait !!! J’ai oublié de le préciser et je crois bien que je vais faire un EDIT 🙂 La véritable mayonnaise, c’est juste jaune d’oeuf et huile il me semble ! Je ne savais pas que c’était justement une rémoulade, mais je suis heureuse de l’apprendre, je vais pouvoir en enduire généreusement mon prochain céleri 😛 Très belle journée à toi !

      Aimé par 1 personne

      1. Oooh, trop cool !!! Je suis positivement fascinée par les recettes vegan et Ludo étant un grand amateur de hoummous, ça devrait pouvoir se trouver rapidement !! Merci pour le tuyau !

        J'aime

  2. Du coup bonjour la vieille ! 😛
    Alors là jamais testé la mayo maison en pensant que c’était trop compliqué, etc… Mais je vais surement m’essayer à ce plat digne d’un chef 5 étoiles Michelin. ^^
    Bon aprèm !

    J'aime

    1. Hellooo 🙂 Merci pour ton commentaire qui me brosse à coup sûr dans le sens du poil 😛 Nan, je blague, l’âge c’est surfait, n’est-ce pas ? Je t’encourage vivement à essayer, non seulement c’est tout bête à faire mais en plus tu passeras pour Paul Bocuse dans les dîners (ça en jette toujours la mayonnaise maison 😉 ) Très belle journée à toi !

      J'aime

  3. J’avoue qu’on n’achète jamais de mayo mais si je devais en utiliser, je préfèrerais mille fois la faire moi-même ! C’est clair que c’est vraiment pas sorcier. Bravo pour avoir franchi ce nouveau cap 😀

    J'aime

    1. Hello Anousha, merci pour ton commentaire 🙂 Ce qui m’a finalement le plus fascinée en écrivant cet article, c’est de réaliser à quel point on se met des barrières immenses pour des trucs au demeurant ridicules. J’ai hâte de débusquer d’autres barrières et de parler de mes nouvelles découvertes 😉 Belle journée à toi !

      Aimé par 1 personne

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s