Réduction des déchets

1er challenge de 2018 : un an sans « neuf »

Bonjours les ami.e.s, comment allez-vous ce matin ? Je vous souhaite une seule et unique chose : qu’il fasse meilleur que chez nous. Le taux de déprime de la population Lorraine a atteint son paroxysme samedi, après que l’on se soit tous une nouvelle fois réveillés sous la pluie pour la…hum…15e journée consécutive ? Depuis, ça ne tient qu’à un fil et nos petits morals chancelants tentent de reprendre du poil de la bête à grand renfort de raclette et de pinot noir (parce que la detox, ça va bien 5 minutes hein 😛 ), vivant chaque jour sans pluie comme si c’était le dernier. Mais bon, ainsi va la vie, à moi d’appliquer un des conseils que je vous avais donné dans mon article sur le chauffage : inutile de se fantasmer les Caraïbes si on n’y est pas (et qu’on ne projette pas d’y partir dans un avenir très proche) et qu’on a la malchance d’habiter Bar-Le-Duc, Saint-Avold, Hayange ou encore Longwy (si vous n’êtes pas du coin, un petit tour sur Street view achèvera de vous faire cauchemarder). Résignation, je t’appelle de tous mes vœux.

Il y a quelques années de cela, vous m’auriez dit que j’allais finir blogueuse, j’aurai ri aux éclats en me tapant sur le ventre. Si vous m’aviez dit que j’allais finir blogueuse écolo, je crois que je n’aurai pas été très loin de pisser de rire. Et pourtant, la vie ayant mis de délicieux virages et péripéties sur ma route, jusqu’à preuve du contraire, me voici. Toute entière. Et alors qu’il y a peu, j’étais encore une shoppeuse frénétique qui achetait pour combler un immense vide intérieur, me voici sur le point de me lancer un gros défi : celui de n’acheter aucun objet neuf pendant un an. Je vous explique ?

Cette chouette initiative a été lancée par Zero Waste France, association créée il y a une vingtaine d’années pour mettre en avant la protection de l’environnement, mais aussi la réduction ainsi qu’une gestion plus durable des déchets. C’est un peu l’antenne officielle du zéro-déchet dans notre bel hexagone. Je dois dire que cette action m’a tout de suite parlé ! Enfin un défi qui s’inscrit à 100% dans ma démarche actuelle de ralentissement global. Si ça vous dit, toutes les explications sont disponibles par ici : https://www.zerowastefrance.org/fr/articles/415-zero-waste-france-lance-un-defi-pour-2018.

zero waste

Officiellement, et pour reprendre leurs mots exacts, le challenge consiste à « Essayer d’acheter le moins de produits neufs possibles pendant un an en se tournant vers des alternatives comme l’occasion, la location, le prêt, la mutualisation… ». Les produits alimentaires et d’hygiène sont exclus du programme, mais je vous annonce que j’ai pourtant bien l’intention, pour mon compte, de les intégrer partiellement dans la balance.

Donc voilà, c’est parti pour une année de vie monastique, à me nourrir d’eau et de pain sec et à refuser, telle une extrémiste des temps modernes, tout ce que la civilisation voudra bien m’offrir dans les somptueux rayons de l’antenne Ikea la plus proche de chez moi (#cliché). Ne rien acheter de neuf pendant une année entière…ça le fait, non ? Enfin, rien…

Pour tout vous avouer, j’ai déjà acheté des trucs neufs depuis que je me suis inscrite au challenge. QUOI ? MAIS TU TE MOQUES DE NOUS ? Je te l’avais bien dit Robert, cette fille nous ment constamment ! Au bûcher l’écolo !!!!! Mais non, mais non, calmez-vous enfin !! Prenez vos gouttes !

Alors, est-ce que c’est déjà perdu pour moi ? (Un 8 janvier, c’est ballot quand même 😀 ). Eh bien, je considère que non. Tout est à gagner. Je me suis acheté deux choses « nouvelles », mais la très grande différence avec d’habitude, c’est que j’ai bien réfléchi avant de dégainer ma Mastercard (en fait, j’avoue, je brode un peu, j’ai une Visa 😆 Mais que voulez-vous, vivre avec un homme qui se moque en permanence de ma carte bancaire, ça laisse des traces ! – Et non, je n’ai même pas la carte « Twilight » dont beauuucoup doivent avoir honte aujourd’hui (j’avais déjà honte pour eux à l’époque, c’est dire…) – Ludo trouve juste que Visa, « c’est naze » et pouffe régulièrement de rire quand je « sors mon Electron » (qui n’en est pas une d’ailleurs). Sale jeune ! Oui, je sais, j’ai blablaté sur ma carte bancaire (sérieusement Manon ?) et vous vous en foutez, mais c’est comme ça, je ne peux pas m’en empêcher 😉 )

Prenons donc l’achat n°1. J’étais confrontée au problème absolument insupportable du « mascara sec comme un coup de trique » que je devais racler comme une vieille croute de munster en fin de vie tous les matins. Il est devenu évident qu’il fallait que j’investisse de nouveau. Et bien vous savez quoi ? Le fait de m’être inscrite à ce challenge m’a fait réfléchir beaucoup plus que d’habitude à mon achat. J’ai comparé, recherché, envisagé la possibilité de fabriquer mon propre mascara (préparation dégotée sur AromaZone, mais la solution reste non retenue – car s’il faut racheter un pot en plastique à chaque nouveau ricil, je ne vois pas trop l’intérêt…) et finalement opté pour le mascara rechargeable de la marque Couleur Caramel (que j’ai reçu samedi et dont le concept de rechargement me déçoit un peu, mais j’y reviendrai plus en détails dans un autre article ! Patience petit scarabée 😉 ). Je suis donc théoriquement tranquille pour un an et même si cet achat est à classer dans la catégorie « neuf », je suis fière de dire que je l’ai acheté en pleine conscience et en me posant des questions.

mascara-1818343_960_720
Mascara de la marque Zao, pour lequel j’aurai pu opter également…

 

Le deuxième achat de 2018 est notre nouveau matelas (qui arrive jeudi – bonheur et félicité !!) – la rupture avec l’actuel étant consommée depuis déjà bien longtemps (quand tu commences à espérer de tout cœur dormir ailleurs que chez toi et que tu te bloques les cervicales au moins 2 fois par semaine, tu peux raisonnablement penser qu’il y a un souci) – et souffrant du dos, c’est le genre de truc sur lequel je peux difficilement pinailler. On a volontairement augmenté notre budget, après les assauts répétés de Gisèle – notre adorable vendeuse comme on n’en fait plus depuis les années 80 ! Avec son air de maman juive un peu étouffante, maquillée comme un pot de peinture, voix éraillée de cigarette, boitillante et commençant toutes ses phrases par « je vous prie de me croire » et « attention, ça c’est du NA-TU-REL » – rien dans la technique, tout au bagou – on ne pouvait QUE ressortir avec un matelas tout neuf 😆 On a décidé, cette fois, de mettre un peu plus de cailloux sur la table et de repartir avec un matelas en latex naturel – qui – si j’en crois « Magic Gisèle » va tenir « au moins 15 ans ». Je prends ça pour parole d’évangile 😉 « Si vous n’êtes pas satisfaits, revenez me voir, il y a mon nom sur la facture » 🙄 Euh…Non mais c’est bon, hein, on va revenir te casser la gueule à cause d’un matelas Gigi !

Après ces deux achats en pleine conscience, j’ai décidé de passer par les trois mêmes étapes à chaque nouvelle acquisition :

  1. En ai-je vraiment besoin ?
  2. Y-a-t-il moyen de trouver mieux ?
  3. Est-ce que je peux trouver une autre solution ?

J’ai également choisi de répondre chaque semaine à un questionnaire proposé par Zero Waste France dans le cadre du projet. J’ai hâte de voir à quelle sauce je vais être mangée, quelles questions intéressantes vont m’être posées. J’ai aussi créé une petite liste de tous mes produits neufs achetés en 2018 dans mon téléphone, pour que je puisse faire un petit bilan en décembre.

Pour être tout à fait transparente avec vous, les principaux domaines dans lesquels je compte vraiment progresser cette année sont :

  • Mes achats de livres, de jeux vidéo et de consoles, que je vais essayer de réaliser à 100% sur Le Bon Coin, en vide grenier et en brocante.
  • Mes achats de produits de beauté. Je vais tenter d’en faire certains, dont j’ai trouvé des recettes très simples (le dentifrice maison est pour bientôt 🙂 ) et de remettre encore plus en question ceux que j’utilise au quotidien. Le pan maquillage est quasiment entièrement réglé, celui de l’hygiène corporelle aussi. Il faut maintenant que je m’attèle au problème des cotons-tige et des mouchoirs en papier, que je veux supprimer à 100%. Je compte me tourner vers de plus en plus de solutions simples et naturelles.
  • Mes achats de nourriture à emporter – que je suis en train de réduire drastiquement au travail (un article arrive bientôt !)
  • Mes achats de vêtements – objectif zéro cette année ; il faudra pour cela que je parte à la découverte des friperies et des dépôts-ventes proches de chez moi – ou que je me contente de ce que l’on me donne (ce qui me convient très bien pour l’instant).

    store-1338629_960_720
    Je vais changer ma manière de m’habiller cette année !
  • Mes achats de nourriture en général, avec toujours un maximum de fruits et légumes de saison, moins d’articles sur-emballés et moins de cochonneries industrielles (tremblez affreux bonbons, vous êtes les prochains sur ma liste noire 😛 )

Mais Manon ! Tu ne nous as même pas dit pourquoi tu fais tout ça ! Mais…quelle impatience aujourd’hui ! Ne soyez pas si impétueux.ses ! Ça vient !

  • Parce que ça réduit considérablement notre impact environnemental. Pour prendre un exemple simple, mettons qu’un jour vous vous sortez les doigts du rectum motivez plus que jamais à installer cette étagère toute simple qui traîne dans votre salon depuis que Jacques Chirac a été élu président de la République. Pour la première fois (oui, je sais, c’est moche…). Mais au moment précis où votre motivation est à la hauteur de celle d’un chien qui n’a pas mangé depuis deux jours devant un paquet de croquettes, pas de perceuse !! Crotte de bique !!! On est repartis pour au choix, 6 mois de procrastination ou l’achat d’une perceuse dernier cri qui va vous coûter un œil et dont vous n’aurez pas de nouveau l’utilité avant 3 bonnes années. En vous tournant vers des solutions alternatives comme la location ou alors le prêt, vous respecterez votre porte-monnaie en ne vous ruinant pas, mais aussi en n’ayant pas participé à la fabrication d’une nouvelle perceuse (matériaux, bilan carbone pour tout mettre en rayon en France, etc.) dont vous n’avez que très peu besoin. Alors oui, je sais, ça n’arrange pas les affaires de Bosch. Mais ça arrange les vôtres et celle de la planète et moi je trouve ça très bien.
  • Pour se simplifier la vie. Depuis que je mets en place des initiatives de minimalisme en vue d’une réduction de mes déchets, ma vie n’a jamais été aussi facile. J’ai de moins en moins de choses inutiles, à chaque objet/vêtement/ustensile/produit son rôle et je ne me préoccupe plus d’avoir des centaines de choses qui restent dans les placards. Ce grand sage qu’est Jean-Jacques a un jour dit « je prie les choses et les choses m’ont pris ». Avec le recul, je n’en étais pas très loin, et à une époque pas aussi lointaine que je veux bien l’admettre.
  • Parce que me lancer des challenges me booste et me redonne confiance en mes capacités. Je sais que ce n’est pas irréalisable, et que si j’achète des choses neuves malgré tout, ça sera parce que j’ai réussi à trouver une alternative respectueuse de l’environnement. Je comprends ce que cela va m’apporter au quotidien : encore plus de simplification et de facilité dans la vie de tous les jours.
  • Parce qu’on est pas tous.tes seul.e.s à le faire et qu’on a la chance d’avoir accès à des conseils hebdomadaires et des témoignages pour nous aider dans notre démarche. C’est comme ces gens qui sont incapables d’arrêter la clope s’ils/elles ne sont pas sûr.es que d’autres vont arrêter en même temps qu’eux. L’effet de groupe, ça booste !

Mais, tu crois que ça va être si simple ?? Bien sûr, pas de panique mon petit bouchon ! Je vais même te dire pourquoi ça va être du gâteau :

  • Parce que je m’inscris déjà dans cette démarche depuis l’année dernière. Sans pousser jusqu’à me dire « rien de neuf », mais presque. Globalement, j’ai acheté très peu de choses en 2017 et ça me semble tout naturel de poursuivre l’effort en 2018. Et d’aller plus loin. Ce que je fais et ce que je suis n’aurais aucun sens si je ne me remettais pas en permanence en question et que je n’avançais pas dans ma quête de pratiques plus responsables et plus respectueuses de l’environnement. Normal en même temps, c’est comme si je me disais blogueuse écolo et que je roulais en Hummer tout en mangeant un énorme Lion dont je balancerais l’emballage par la fenêtre…ça serait hum…un poil contradictoire, non ?

    takeaway-154591_960_720
    Mon point noir à améliorer cette année: la nourriture à emporter !
  • Parce que je sais que je fais ça pour le bien-être des générations actuelles, futures mais aussi pour le mien.
  • Parce que trouver des solutions aux problèmes me booste. Ça rend la vie carrément moins monotone. Aujourd’hui, on ne se pose même plus de questions ; C’est cassé ? On jette et on rachète ! J’en envie de ça maintenant ? On file dans l’hypermarché le plus proche ! Là, le mode de fonctionnement est différent. Il s’agit d’attendre de tomber sur une opportunité et/ou de se creuser un peu les méninges pour trouver une solution acceptable. On passe d’un consommateur zombie qui erre le regard vide en tendant sa carte de crédit à un consomm’acteur qui participe activement au processus de satisfaction de ses propres besoins. C’est nettement plus gratifiant ! Et quel bonheur de ne plus foutre un pied dans certains magasins (c’est autant de minutes gagnées où je n’aurai pas l’impression d’être une complète inadaptée sociale).
  • Parce qu’il y a pleiiiiiin d’alternatives. On est pas 20 ans en arrière où naviguait encore un peu à vue et où l’écologie n’avait pas la visibilité qu’elle a aujourd’hui (je ne dis pas qu’il n’y avait rien de « différent », mais les opportunités étaient dans tous les cas moins médiatisées). Les solutions écologiques aux achats « classiques » (en supermarché, sur les grands sites internet marchands…) et aux vilains méchants produits pour la planète (je pense aux trucs bourrés d’huile de palme, aux jouets à pile, aux objets sur-emballés et j’en passe et des meilleures) sont vraiment nombreuses si on se donne la peine de chercher ne serait-ce que 5 minutes.
  • Parce que Zero Waste France m’aide dans ma démarche. Ils m’ont, dans leur première Newsletter, conseillé le site internet https://www.recyclivre.com/ pour tous mes achats de bouquins (que je ne vais en l’occurrence pas utiliser ! Je veux aller plus loin et introduire l’incertitude dans mes achats de livres 😉 Mais j’ai été voir le site qui est plutôt bien fichu ! Je vous le conseille et n’hésitez pas à faire don des livres que vous ne lisez/lirez plus). Je trouve ça vraiment cool. Il y a une vraie recherche derrière leur projet. Ils vont me proposer des conseils tout au long de l’année et moi j’ai juste envie de dire chapeau. Ils m’ont aussi donné la possibilité de découvrir neuf arguments en faveur de ce défi – au cas où des gros.ses relou.e.s se sentiraient pousser une énorme éolienne entre les fesses et me traiteraient de bobo hippie gauchiste qui n’a rien compris au fonctionnement du monde.
  • Parce que plus généralement, j’apprends à me faire confiance et à penser positif. Si je me dis que ça va être fastoche, il y a de grandes chances que ça le soit effectivement. Inversement, si vous vous dites « Seigneur, je ne vais jamais y arriver » avec violons dramatiques en arrière-plan, ça influera forcément sur votre but final.

J’ai décidé que ce défi, pas forcément évident, je vous l’accorde, sera pro-duc-tif. Et vous gagneriez tellement à vous lancer aussi ! Votre vie sera simplifiée, vous apprendrez à vous resservir de cette superbe masse grise et informe qui se situe dans votre petite caboche et qu’on appelait jadis un cerveau, mais surtout, vous ferez un bien fou à la planète et – cherry on the cake – à votre compte en banque (sans Visa, hein, c’est le « sum » apparemment 😛 )

Alors les ami.e.s, aviez-vous entendu parler de ce chouette projet mis en place par Zero Waste France ? Est-ce que je vous ai donné envie de participer ? Quelle est votre méthode pour trouver une alternative aux achats de produits neufs ? J’ai hâte de vous lire, comme toujours. Je frétille telle une goujonnette !

Je vous souhaite une excellente semaine, qu’elle soit productive, douce et intéressante.

Des bisous dans le cou.

Manon Woodstock

20 réflexions au sujet de “1er challenge de 2018 : un an sans « neuf »”

  1. Hello Manon ! Je n’avais pas entendu parler de ce projet, mais il me tente bien ! D’ailleurs je signe pour le challenge et je vais rajouter une page dans mon bullet journal pour suivre tout ça 🙂 Je ne suis pas trop « dépensière » et j’évite d’acheter des choses inutiles, cependant on peut toujours s’améliorer et c’est ce que ton article m’a donné envie de faire 🙂 Donc merci pour ça ! On est le 9 janvier, j’ai 9 jours de retard mais je vais faire en sorte de rattraper ça pour le reste de l’année 🙂

    J'aime

    1. Bonjour Sophie, merci pour ton commentaire 🙂 Ravie qu’il y ait une membre de plus à bord !! Je crois que le projet prendra tout son sens si on l’analyse sur le long cours et je te propose donc d’en rediscuter en décembre 2018 😀 (n’hésite pas à me tirer la manche régulièrement en me disant « hé, hé, hé, tu m’avais dit que (…) » si j’oublie ! Le panier percé ne se situe pas dans mon portefeuille, mais bien dans ma tête 😛 ). Je trouve ça formidable de discuter avec des gens qui trouvent ce challenge positif et qui s’y lancent joyeusement. C’est peut-être le signe que le monde ne va pas si mal ! Belle journée à toi !

      J'aime

  2. Rendez-vous en fin d’année pour lire ton bilan sur ce défi alors 😀 Pour ma part j’en ai entendu parlé, mais ça me parle moyennement, dans le sens où en achetant en conscience j’encourage certains artisans et entrepreneurs, et c’est quelque chose d’important pour moi. Après de base j’achète peu de choses, ma dépense principale est ce que je mets dans mon frigo, donc je ne ressens pas le besoin de freiner mes achats comme cela peut être le cas pour certaines personnes. Pour autant, je trouve que ce défi est une belle initiative et je trouve très chouette que certaines personnes, comme toi, se lancent dans cette aventure ! Consommer en conscience ne peut que faire du bien à notre monde 🙂

    J'aime

    1. Bonjour Manon, merci pour ton commentaire ! Je suis assez d’accord avec toi sur le principe et je comprends parfaitement ton point de vue d’entrepreneuse. Je crois pronfondément qu’on peut prendre ce que l’on a envie de trouver dans ce challenge et cela passe surtout par acheter mieux et plus conscient. Et tu as effectivement raison, quand on a déjà réduit sa consommation et qu’on est pas dans un frénésie dépensière, ça coule vraiment de source. On en reparle en fin d’année pour je l’espère, un très beau bilan ! Belle journée à toi

      J'aime

  3. Bonjour Manon,
    N’oublie pas d’associer Ludo à tes bons plans, comme cela tu seras en mesure de nous faire partager tes bons plans, à nous aussi les hommes, parce que nous, le mascara….Bisous, Jean

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire !! Ah détrompe toi, certains hommes en mettent 😉 Je ne manquerai pas de vous informer sur les choses neuves et responsables que j’achète petit-à-petit, et je suis certaine que tu trouveras ton bonheur ! Bonne journée, bisous !

      J'aime

  4. J’adore vraiment ta façon d’écrire, tu m’as une nouvelle fois bien fait rire et encore une fois je me retrouve dans cet article 🙂 J’ai hâte de connaître tes petites victoires de 2018.

    En 2017 j’ai aussi commencé à faire mes cosmétiques maison (mais je me pose la question : acheter des produits sur AromaZone pour confectionner d’autres produits, est-ce que ce n’est pas un cercle vicieux ? Je pense que c’est toujours mieux mais quand même, il y aura un déchet à la fin… :/). J’ai déjà fait mon shampoing solide en septembre et même s’il a un peu fondu ces derniers temps, je l’aime toujours 😀 J’attends avec impatience que mon dentifrice actuel se termine pour faire le mien (ça semble durer une éternité du coup !!).

    J'aime

    1. Coucou 🙂 Merci pour ce gentil commentaire ! J’espère continuer à te faire sourire toute l’année 2018 ! J’ai eu le même débat intérieur que toi: faire ses cosmétiques, sa lessive, son maquillage, c’est très bien…mais si on achète les produits dont on a besoin dans une multitudes de petits emballages, cela ne reviendrait-il pas au même d’un point de vue « déchets » ? C’est sûr qu’on aura un produit meilleur, avec moins de merdouilles mais tant que les matières premières ne sont pas « achetables » en vrac (seigneur dieu, ça se dit ou pas ???? 😛 Allez, soyons fous, « achetables » quand même !), on atteint une limite assez claire du procédé. En tout cas, j’ai hâte de découvrir tes nouvelles recettes. Très belle journée à toi !

      Aimé par 1 personne

      1. Haha j’approuve le mot « achetable » ! Je pense que ça reste quand même mieux pour l’environnement car même si les matières premières sont dans des emballages, il n’y a pas tous les produits chimiques et l’impact environnemental derrière. Enfin, c’est ce que je me dis pour penser que je ne suis pas complètement contre-productive haha !

        J'aime

  5. Et bien moi, j’ai envie de dire «bravo». Bravo de résister aux sirènes du consumérisme. Bravo de te questionner sur tes achats. Belle prise de conscience.

    J'aime

Répondre à Sana Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s