Nature

L’article anti-Black Friday : L’appel des 15,000.00 – Mon cri pour l’environnement

Bonjour les ami.e.s, j’espère que votre journée a commencé aussi doucement que la mienne, accueillie par la bonne surprise d’un Stollen inattendu au bureau (et comme j’arrive la première, il a fallu rester forte et ne pas manger la moitié 😉 C’est dur de ne pas se vautrer dans la gourmandise quand personne n’est là pour te juger 😆 ) – Comment ça, vous ne connaissez pas ??? Rahh, ça c’est parce que vous n’avez pas l’immense chance d’habiter en Lorraine 😛 En fait, je ne vous ai jamais dit, mais c’est pour ça que je reste. Pour le Stollen. Ce n’est ni un gâteau, ni une brioche, ni un pain, c’est la combinaison magique des trois, constellée de fruits secs et confits, puis saupoudrée de sucre glace. Certains artistes y insèrent même un cylindre de pâte d’amande. Je meurs.

Aller, trêve de douceur et de volupté (qui sera bientôt celle de mes fesses si je continue à en manger 😀 ), aujourd’hui, je vais pondre un article qu’à vrai dire, je n’ai pas vraiment envie de rédiger. Parce que ça me coûte, parce que je trouve ça franchement déprimant et que vous foutre le bourdon, c’est clairement pas ma came.

Mais si je n’ai pas envie d’écrire là-dessus, je sais aussi que je le dois. Que c’est presque d’utilité publique. Que les quelques personnes qui me suivent prendront peut-être la mesure de l’effort important que nous devons faire.

C’était THE NEWS de la semaine dernière et si vous êtes passés à côté, c’est sûrement parce que vous vivez dans une grotte 😛 Aller, un petit rafraîchissement de mémoire ne fait pas de mal: selon pas loin de 15,000 scientifiques – qui viennent de publier un manifeste, il sera bientôt « trop tard » pour sauver la planète. Et comble de l’horreur, on apprend d’articles en articles, que le même type d’avertissement nous avait déjà été adressé par 1700 scientifiques en…1992. Aïe. Grosse prise de conscience, Manon Woodstock avait 1 an et c’était déjà mal barré.

wind-power-1357419_960_720

La prise de conscience écologique n’ayant pas été à l’époque ce qu’elle commence à être aujourd’hui, on avait poliment ignoré cette première tribune, balayée d’un revers de main comme une vache chasse une mouche particulièrement emmerdante avec sa queue. «Vous allez pas commencer à nous faire chier, vous les écolos-bobo-gauchistes, nous on a un business à faire tourner ». Voilà, voilà.

Alors là, tu te dis, bon, c’était il y 25 ans, on a fait du chemin depuis, on a grandi, évolué, pris conscience de certaines choses !! Les yeux brillants de positivisme, toussa toussa 😀 et BOUM, tu regardes un peu autour de toi et là, c’est la MAXI désillusion. Quelques faits déprimants parmi tant d’autres – après, je retourne gambader telle une joyeuse brebis dans ma prairie fleurie et ensoleillée, c’est promis :

  1. Un des pays le plus puissant et influent de la planète a élu, à la stupeur générale, un président raciste, misogyne, xénophobe, visiblement un peu idiot sur les bords et climato-sceptique par-dessus le marché (C’est comme au Loto – CARTON PLEIN 🙂 – vous savez, le réchauffement de la planète, ce complot monté par les chinois pour qu’ils puissent nous dépasser dans la fabuleuse course de qui a la plus grosse ?). Ce mec a quitté les accords de Paris (qui prévoient de maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 2°C) et est en train de faire sauter une à une les lois environnementales votées par son prédécesseur. Un type sympa et dans l’air du temps, définitivement.
  2. L’Union Européenne, cette vieille dame que l’on croyait brave et raisonnable, est en train de sérieusement songer à ré-autoriser le glyphosate, désherbant massivement utilisé (et principalement commercialisé par Il Diavolo Monsanto sous le doux nom de Roundup – déclaré cancérigène pour l’homme par de nombreuses études scientifiques) ET Oh stupeur d’hier matin, commence à aller dans le sens d’une autorisation de la pêche électrique (où comment traquer les poissons jusque dans les cachettes les plus insoupçonnées et leur filer un bon coup de Taser pour les pêcher – Je ne sais pas vous, mais perso, ce genre de pratiques me rend folle furieuse ! 👿 ).
  3. Malgré tout ce que l’on commence à savoir et à réaliser, j’ai l’impression qu’autour de moi, les gens qui s’en foutent, voir celles et ceux qui sont anti-écologie, sont de plus en plus nombreux.ses. Avec cette série d’arguments toujours imparable « Oui, mais moi, j’ai d’autres soucis, j’ai des factures à payer », « Ouai ben dans ce cas, on fait plus rien, on prend plus la voiture, on reste chez nous », « Ouai, l’écologie, c’est pour les bobos de gauche » (sous-titré : « Nous on a des grosses couilles, on dit économie, on dit croissance, on dit pouvoir, pas comme toutes ces lavettes protectrices de la grenouille du Poitou ») , « Ouai mais moi j’ai des enfants, j’ai d’autres choses à penser » (Argument n°2 qui me rend folle : avoir des enfants, n’est-ce pas EN PREMIER vouloir le meilleur pour eux et leur laisser un monde décent ? – Ohhh que je suis fâchée aujourd’hui !!!). Il y a aussi les fatalistes égocentriques : c’est trop tard, donc vivons dans une débauche maximale avant que le Jugement Dernier nous tombe dessus (raisonnement WTF bonjour !).

Vous prendrez bien un petit Xanax ? Arf, y en a plus, j’ai déjà vidé toute la boîte. Va falloir être fort.e.s, et sans psychotropes mes cocos !

« Mais moi, Manon, le changement climatique, ça ne me touche pas ! J’ai un toit sur la tête, un frigo bien rempli, du Nutella dans mon placard et une cafetière Nespresso dans ma cuisine, et il fait même très froid là où j’habite. Et puis les animaux n’ont pas disparu, la preuve, j’en vois tous les étés au zoo à côté de chez moi. Alors j’ai l’impression qu’il ne va rien m’arriver et que tu racontes des craques ! »images7E8CNZ3V

(Vous connaissez aussi ce genre de triple buse ? Parce que moi, oui)

Chère Triple Buse, peut-être qu’actuellement tout va bien pour toi et ma foi, je trouve ça vraiment super. Mais figure toi que la terre, ce n’est pas QUE toi ni ton pays, il y en a même plein d’autres (si on arrêtait de faire un concours permanent entre les nations, on s’en rendrait peut-être compte). Tu réaliserais probablement, si tu sortais un peu sur ton balcon le dimanche au lieu de regarder des sombres redif’ de la bouse télévisuelle qu’est Touche Pas à Mon Poste, que la montée des températures est belle est bien réelle (presque plus de neige chez nous depuis 5 ans). La banquise est en train de fondre – logique, ça fait monter le niveau des eaux et ça bouleverse tous les courants marins (et en plus les nounours polaires se retrouvent bien emmerdés) . Notre pauvre planète se sent donc un peu patraque et nous pond de plus en plus souvent une armada de symptômes : tremblements de terre, tempêtes, sécheresses, inondations, et cetera et cetera en mode « ça me fait mal ici, docteur ! ». Tout ça, ça fait que des gens doivent quitter leurs îles touchées par la montée du niveau des eaux et leurs villes détruites par les catastrophes naturelles. Ce sont les réfugiés climatiques, et plus on avance dans la mauvaise direction, plus leur nombre va exploser. Comme nous restons des connards égoïstes malpolis d’occidentaux, on préfèrera les laisser se noyer en méditerranée plutôt que de leur faire une petite place sur notre radeau de fortune dans nos millions de logements vacants. Alors il y aura des guerres, beaucoup. J’en suis persuadée. Ça sera la vraie misère pour une grande partie de l’humanité et ça finira par gagner nos contrées que nous pensons inexplicablement protégées. Genre l’occident est sous sa cape d’invisibilité. Eh bien, je vais te dire, Triple Buse, quand des gens ivres de colère devant leur vie et leur environnement détruits, viendront taper à ta porte parce que TU n’as pas voulu faire rien qu’un tout petit effort, ce n’est pas moi qui viendrai te plaindre ou te défendre.

La pollution, Triple Buse, ça nous rend malade. Ça TE rend malade. Peut-être qu’un jour les médecins annonceront à des milliers de pauvres gens qui n’ont rien demandé qu’ils développent de l’asthme, des allergies et/ou des cancers à cause de tous tes déchets polluants qu’on est obligés de brûler tellement ça déborde, ou parce que tu refuses de faire 50 mètres sans prendre ton gros SUV. Quand ces gens te montreront du doigt, ce n’est pas moi qui viendrai te plaindre ou te défendre.

Les animaux, ils font partie de l’écosystème, Triple Buse. C’est holistique, ils font partie du tout. C’est un peu comme le fonctionnement de ton vilain SUV qui pollue : Si on lui retire son moteur, il ne marche plus. Si on lui retire sa batterie, il ne fonctionnera pas. La biodiversité, les plantes et les animaux, font partie d’une subtile équation qui fait que la vie sur terre est possible. Si supprime des éléments de l’équation, elle devient déséquilibrée. Les conditions d’une vie harmonieuse sur terre ne sont plus réunies. Le jour où on se rendra compte que les milliers d’espèces animales et végétales qui se sont éteintes par notre faute, par TA faute, servaient à notre survie et qu’on est dans la merde la plus totale, Ce n’est pas moi qui viendrai te plaindre ou te défendre.

Ça va ? Vous pensez que ça lui suffit ? Je pourrais continuer comme ça des paragraphes entiers, mais je pense que Triple Buse a son compte pour aujourd’hui. Et puis, j’ai un article fleuve à mener à sa conclusion, qui n’est pas toute proche. Bref, on est repartis pour un tour.

moss-2839536_960_720

Ce qui me laisse carrément perplexe dans le domaine de la protection de l’environnement, c’est qu’on entend nombre d’acteurs, qu’ils soient au pouvoir ou dans des ONG, dire à qui veut bien l’entendre « qu’il faut agir ». Est-ce que c’est pour cela qu’on agit réellement ? Bien sûr que non. Je ne sais pas si les gens qui ont du pouvoir font ça pour éventuellement se dédouaner plus tard à coup de « oui, mais on avait dit que », mais soyons réalistes, dire qu’il faut agir si on n’agit pas est non seulement contradictoire, mais c’est aussi complètement INUTILE. Toutes les campagnes mises en place juste pour dire « on n’est pas contents, il faut faire quelque chose ! », tou.te.s ces politicien.ne.s qui balbutient à n’en plus finir, je le dis et je le répète : ça coûte des sous. Beaucoup de sous. Nous sommes face à un gigantesque gaspillage d’argent public auquel nous ne pouvons pas grand-chose.

Et moi j’avoue qu’au final, tout ça me rend un peu chèvre, parce que j’aimerais agir tellement plus que je ne le fais déjà. Je veux œuvrer pour cette cause, mais à part entendre partout qu’il « faut faire quelque chose, bon sang de bois ! », je n’entends aucun conseil, aucune consigne, aucune orientation donnée dans la manière dont les citoyens pourraient s’impliquer. Cette situation est juste d’une absurdité sans nom. Alors je fais ce que je peux à mon niveau. Je change certains pans de ma vie. Je garde toujours la protection de l’environnement dans un coin de ma caboche. Je réfléchis aux conséquences concrètes de mes achats. Je modifie mes habitudes selon ce que je juge nécessaire. C’est bien, mais si vous saviez combien je suis frustrée de ne pas pouvoir faire plus au fond de mon petit cœur de beurre d’écologiste !!!

J’aimerais vraiment qu’un homme ou une femme politique – ou peu importe qui, quelqu’un de pouvoir tape du poing sur la table et dise « maintenant, ça suffit, on va tous se bouger le cul, on va changer les choses et je vais vous montrer comment faire ». Mais je me dois – on se doit d’être complètement réalistes : ça n’arrivera pas, ça n’arrivera jamais. Il faut que je réfléchisse ces mois prochains à comment j’ai envie de mettre en place ce « faire plus ». Parce qu’il va falloir que je ME bouge le derrière, et pas que j’attende qu’on me dise de le faire. Après tout, c’est comme ça que ça fonctionne dans ce monde de fou. Partout, je vois des ressources humaines de DINGUE qui sont gaspillées, inutilisées et perdues dans des petits boulots minables. Ces gens pourraient être tellement plus utiles ailleurs. Ils pourraient construire le monde de demain ! Parce que je crois de moins en moins que la réponse viendra d’en haut. Elle viendra de nous, les petits.black-friday-2894130_960_720

En ces temps de Black Friday et de folie consumériste toujours plus délirante, les raisons d’espérer ont l’air peu nombreuses. Mais moi je dis qu’il y a encore des raisons d’espérer ! Regardez l’exemple simple du trou dans la couche d’ozone ! A une époque, les scientifiques disaient que c’était foutu, que la couche d’ozone allait se faire la belle et au final, on a partiellement réussi le défi : le trou est en train de cicatriser.

Plus généralement, je suis sûre que l’humain est apte à relever tous les défis d’une planète respectée. Si on voyait les choses autrement, ça voudrait dire tellement de challenges, de réflexion pour des résultats concrets. Je le dis et je le pense jusque dans mes os : le changement radical de nos modes de vie et le passage à une vision écologique de la planète terre représente un formidable gisement d’emplois inexploités. Mais ça impliquerait de prendre des décisions difficiles et courageuses que personne ne veut prendre (ça poserait surtout des problèmes de réélection – car au final, tout ce que cherchent les politiques, c’est le pouvoir. Ils se moquent éperdument d’améliorer les choses). Parce que si on réglementait certaines professions et qu’on encourageait la reconversion de certaines entreprises, ça ferait des mécontent.e.s. Je vous l’ai déjà dit : l’être humain a horreur du changement. Il préfèrera toujours sa bonne vieille routine, même si ça a de grandes chances de le mener à la catastrophe.

Mais toi, mon petit bouchon, tu es en train de me lire. Donc je sens qu’au fond de toi est en train de jaillir une étincelle qui te donne envie d’agir. Alors Manon, c’est quoi qui pose problème sur notre belle planète bleue ?

Voici les principaux chantiers qui nous attendent :

  • Il faut contribuer à faire baisser les émissions de Co2 pour contenir la hausse de la température
  • Il faut freiner toutes les formes de pollution
  • Il faut stopper la désertification et la déforestation
  • Il faut inverser le phénomène de dépérissement de la vie marine
  • Il faut protéger d’urgence les espèces animales en voie de disparition, notamment en mettant un coup d’arrêt au braconnage et en interdisant la destruction de leurs habitats naturels.
  • Il faut arrêter de se reproduire à gogo comme si on avait une planète extensible.

sailing-boat-569336_960_720

Oui, mais moi, je me sens si petit.e face à tout ça !! Est-ce que je peux faire des choses concrètement, dans mon quotidien ? Bien sûr que oui mon petit bouchon, je vais te donner quelques pistes :

  • Tu peux diminuer les déplacements en voiture, et préférer le vélo ou les transports en commun (ou tes deux pieds, je dis toujours que si on est né.e.s avec deux jambes, c’est pas pour faire joli !)
  • Je sais que je touche un point sensible, mais c’est essentiel d’en parler : il faut que tu essayes, si tu le peux, de t’en tenir au seuil de renouvellement de la population qui est d’environ 2 enfants par femme. Je m’arrête là, car je sais que c’est un sujet apte à déclencher des passions et que c’est loin d’être aussi simple dans les pays qui pratiquent l’oppression des femmes (pénalisation de l’avortement et de la contraception, refus de l’éducation, enfermement dans le foyer, etc.). Je vous donne le chiffre pour info (pitié, ne me lapidez pas à coup de petits pots Blédina :P).
  • Je rebondis sur ma mention de tout à l’heure : boycotte donc le Black Friday. La folie consumériste, ça suffit ! Tu n’as besoin de rien ? Reste loin des magasins ! Acheter comme un dingue ne règlera jamais tes problèmes et ton portefeuille ne s’en portera que bien mieux
  • Arrête la consommation à outrance. Ma psy me dit toujours que quelqu’un qui consomme peut, c’est quelqu’un qui se contente de ce qu’il a et qu’on pourrait définir comme heureux (je trouve que ça en dit d’ailleurs beaucoup sur la frénésie consumériste, beaucoup de frustré.e.s sur ce caillou, vraiment ? 😀 ).
  • Sensibilise tes proches à la cause écologiste
  • Ralentis, cesse de vouloir être partout, recentre-toi sur les choses simples
  • Repense ton mode de vie (réduis tes déchets, simplifie les choses de ton quotidien, contente toi de ce que tu as, répare au lieu de racheter, apprends à faire par toi-même et tout un tas d’autres pistes qui relèvent du bon sens)
  • Réduis drastiquement ta consommation de viande. Je ne te dis pas de devenir végétarien (une planète 100% végé poserait d’autres problèmes, me semble-t-il), mais la viande, c’est une pollution titanesque (plus d’infos par ici : http://www.terraeco.net/viande-CO2-steack-elevage-methane,60200.html). Si Ludo et moi-même, ex-consommateurs journaliers avons réussi à réduire à 2 fois par semaine environ, vous le pouvez aussi, je vous assure.

Ça vous parait jouable ? Parfait. Ce n’est peut-être pas encore assez, mais moi je dis que ça sera toujours ça de pris. Je vous rappelle également qu’en suivant tous ces conseils, vous vous faciliterez la vie, vous économiserez de l’argent, vous préserverez votre santé et vous rendrez possible le fait d’offrir un monde décent aux pitchous qui passeront après nous. C’est absolument tout bénef’ :mrgreen:

Pour celles et ceux qui ont envie de se finir au valium devant des articles totalement déprimants, voici mes sources 😉 :

Sources

Je terminerais (parce que bon, il me semble que j’ai largement assez parlé pour aujourd’hui – ma lumière rouge de « Alerte Quota Dépassé » est en train de clignoter à plein régime) par une pensée positive : je crois qu’on peut y arriver si on s’y met tous ensemble. L’être humain est parfois navrant et totalement désespérant, mais il peut aussi être porteur d’espoir et plein de ressources. Je crois dur comme fer qu’il faut croire en nous et en nos capacités. Que rien n’est perdu tant qu’on continuera d’essayer.

flower-316779_960_720
Soyons les jeunes pousses d’un futur meilleur !

Je vous souhaite un très bon week-end, rempli d’amour et de petits biscuits de Noël.

Je vous embrasse.

Manon Woodstock

10 réflexions au sujet de “L’article anti-Black Friday : L’appel des 15,000.00 – Mon cri pour l’environnement”

  1. Manon présidente ! Manon présidente ! ^^
    Encore une fois un article d’utilité publique qui mériterait une large audience !!! Pour la plupart des points j’avais déjà mon opinion ou ma façon d’agir, mais je n’avais pas pensé aux enfants… Au final, c’est quasiment le plus gros problème : on est beaucoup trop sur la planète (donc beaucoup plus de cons… euh c’était pas là où je voulais en venir… ^^), d’où la sur-consommation, la sur-exploitation de notre chère terre et de tous ses êtres vivants, y compris nous-même les humains.
    Très bon weekend à toi aussi !!

    J'aime

    1. Hello 🙂 Merci pour ton commentaire ^^ Présidente, n’allons pas jusque-là 😛 et puis, ça ne m’intéresserai même pas, je suis trop rebelle pour ça de toute façon ! Ravie d’avoir pu t’éclairer sur des points auxquels tu n’avais pas pensé ! Très belle semaine à toi

      J'aime

    1. Hello Vero, merci pour ton commentaire 😉 Oui, il faut garder espoir, car malgré les indicateurs au rouge, j’entrevois un réel changement et un début de prise de conscience collective. Très belle semaine à toi 😉 Au plaisir de te croiser dans le parc Reimerwee !

      J'aime

  2. Hello Manon, j’ai boycotté le black friday, tu te rends compte ! Je me déplace à vélo (à assistance électrique, il est vrai …mais le relief de ce pays le justifie !), j’ai fait 2 enfants…et je me recentre à présent sur l’essentiel : je pense être sur la voie, non? Bisous

    J'aime

    1. Je te félicite maman ! Si on m’avait dit il y a quelques années que tu allais boycotter une messe consumériste, je n’y aurais pas cru 😛 Y aller petit à petit est la clef de tout changement réussi ! A petites doses, nous n’avons même pas conscience de faire des efforts et pourtant, quelle surprise quand on constate le chemin parcouru ! Gros bisous et pas trop de folies sur ton vélo 😀

      J'aime

  3. Je suis convaincue que nos actions individuelles peuvent avoir un impact à grande échelle 🙂 Et je trouve que de plus en plus de personnes s’intéressent à la façon d’avoir un impact et passent à l’action, je reste donc optimiste !

    J'aime

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi ! Il faut garder l’espoir car quoi qu’on en dise, les mentalités commencent à changer. Je crois de plus en plus que l’humanité fonctionne comme le Yin et le Yang, on porte en nous ce qui pourrait causer notre perte mais aussi ce qui pourrait nous sauver. Il faut indéniablement se concentrer sur cette partie 🙂

      J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s