Réduction des déchets

Mes petites victoires personnelles : Le jour où j’ai arrêté les pailles en plastique

Envie de conseils ULTRA SIMPLES pour t’aider à simplifier ta vie en douceur ? N’hésite plus mon canard en sucre – abonnes-toi à mon super mini-cours gratuit en cliquant sur l’image ci-dessous 🙂

Blog freebie


Bonjour à tous cher.e.s ami.e.s !! J’espère que tout le monde se porte plus que bien en ce frisquet début de semaine (ça y est, c’est officiel, la Lorraine est passée en mode « Winterfell » 😀 ) et que votre week-end a été plus…hmm…productif que le mien *bruit de corbeaux qui passent*

Oh, je suis sûre que vous avez dû y faire face au moins une fois,  à ce genre de journée ! Vous savez, celle où rien ne tourne rond et où tout ce que vous entreprenez se solde immanquablement par un échec retentissant !! Dans la catégorie j’ai perdu 6 heures de ma vie et elles sont parties à jamais, je vous présente…*roulements de tambour*…ce que nous appellerons pour toujours…le CanapéGate. Ou comment nous nous sommes enfin motivés à aller chercher un canapé que nous a très généreusement donné ma gentille maman (qui n’utilise pas de Soupline lors de ses lessives, mille pardons chère mère, je promets d’arrêter de te compromettre devant le monde entier 😛 ), à le ramener chez nous, à descendre notre ancien canapé de 2 étages, à remonter le nouveau – on corse l’affaire entre temps après s’être rendu compte qu’il ne passait pas par la porte d’entrée – à démonter la porte en question, à finir, après avoir sué sang et eau, à introduire la bête dans notre appartement, pour se rendre compte…qu’il ne rentrait pas en largeur dans notre salon. FAIL.

Après 30 minutes de déprime à envisager tous les scénarii possibles et imaginables, du plus désespéré au plus loufoque, on a du se rendre à l’évidence, il fallait repartir…en sens inverse. Redescente de l’ex « nouveau canapé », remontée de l’ex « ancien canapé » (vous suivez toujours ? 😉 ), remontage de la porte de l’appart, périple de 45 minutes jusque chez mes beaux-parents qui ont accepté d’héberger la bête, déchargement, périple 2 pour les 45 minutes de retour et TOP, il est 17 heures et ça, c’est ton samedi qui te fait coucou sans regarder derrière lui. BLASANT.

Du coup, dans la continuité, j’ai décidé que foutu pour foutu, on n’allait pas forcer le destin dimanche, et la journée a donc été consacré à du bon vieux geekage des familles (l’hémorragie est sous contrôle, on a tenu bon et regardé uniquement 6 épisodes de Stranger Things sur les 9 disponibles – eh oui, après faut de nouveau attendre un an, alors il faut au moins les faire trainer une semaine 😀 ).

Et je viens de blablater affreusement pendant une demi-page. En plus, je suis sure que vous n’en avez rien absolument rien à carrer de mes histoires de canapé. Manon, ARRÊTE DE JACASSER ENFIN !!!! LE SUJET DU JOUR, ALLER !!

20171031_070224

Le sujet du jour, ah oui !! Les pailles !! Les vilaines pailles en plastique !! Parce malgré mes divagations portugaises interminables, figurez-vous que je ne vous ai pas tout dit ! Car le soir où nous avons été dans cet horrible place to be pour hipster en mal de barbier endroit étrange qu’était le 6th Floor, j’ai décidé que la paille de mon premier cocktail était la dernière. La paille finale de toute ma vie. Parce que je suis comme ça, je peux prendre une décision fatale et définitive au moment le plus incongru possible. C’est la vie, j’aime me surprendre moi-même.

Les pailles en plastique, c’est l’objet consumériste délirant par excellence. Durée de vie : 30 minutes maximum, refourguée pour chaque consommation de boisson, puis systématiquement jetée. Fun ? Peut-être pour certain(e)s. Utile ? Certainement pas. Ces petits tubes de plastique sont une vraie chienlit : ils sont impossibles à recycler et on les produit pour les jeter presque aussitôt. On est bien d’accord que ce n’est pas vraiment la définition d’un produit écologiquement viable.

Et le pire – ou le mieux c’est encore à voir – c’est que je n’ai même pas eu d’horrible prise de conscience après le visionnage d’une vidéo ou la lecture d’un article en particulier. J’ai juste décidé que les pailles, c’était inutile, polluant et que je n’en avais plus besoin.

Tout ça va juste dans la continuité de toutes les actions que j’essaye de mettre en place au quotidien :

  • J’essaye de refuser systématiquement ce dont je n’ai pas besoin et applique autant que possible ce que j’estime être les bons conseils de cette brave Béa Johnson ;
  • Je tente de devenir consomm’actrice, autant que faire se peut. Je m’efforce de comprendre et de prendre la mesure de l’impact de tout ce que je consomme ;
  • Je suis de plus en plus défiante vis-à-vis de ce qui est en plastique, surtout depuis que je me suis impliquée dans et informée sur le projet The Ocean Cleanup. Les déchets qui se déversent dans la mer (et forment même un 7ème continent !), ça ne peut plus durer !
  • Mais surtout, je vais de plus en plus dans le sens d’une réduction des déchets – et même si je dois encore faire de très gros efforts dans certains domaines (coucou la nourriture à emporter 😀 ), je fais le maximum pour réduire dans d’autres.
20171031_070306
Aucune courge n’a été maltraitée lors de ce shooting 😉

Et puis je me suis informée pour mon article quand même 😛 – d’aucuns auront le culot de dire que la qualité baisse chez Manon Woodstock, mais je vous assure que le travail d’investigation reste de longue haleine ! J’ai découvert des trucs cools, d’autres un peu moins.

⊗ Je ne l’ai pas regardée en entier (la torture des animaux, c’est pas trop trop mon truc – Je ne suis pas naïve, je sais très bien qu’on leur fait subir les pires atrocités, mais les vidéos d’être vivants souffrant le martyre, c’est clairement pas ma came), mais j’ai entraperçu des images de cette pauvre tortue qui se fait extraire une paille en plastique entièrement enfoncée dans son nez pendant 8 (trop) longues minutes, et que vous pouvez trouver ici, si le cœur vous en dit (et s’il vous faut ça pour réagir, ce qui n’a personnellement pas été le cas : https://mrmondialisation.org/quatre-jeunes-sattaquent-aux-pailles-en-plastique-ce-fleau-invisible-du-quotidien/). Il semblerait donc, au fil des quelques articles que j’ai pu lire sur le sujet, que les pailles en plastiques soient loin d’être les déchets les plus présents dans les océans, mais qu’elles font bel et bien partie des plus néfastes. Petite taille, donc facilement ingérable pour les animaux, qui s’étouffent ou se retrouvent avec des pailles dans les naseaux alors qu’ils n’ont pas commandé l’ombre d’une Tequila Sunrise (et qu’ils n’ont donc rien demandé…).

⊗ Les pailles se retrouvent facilement à la mer, merci aux bars/hôtels au bord d’un point d’eau (eh oui, surprise, cette paille que tu viens de jeter dans la Seine arrivera un jour…dans l’océan ! Coucou les cours de Géo de CM1 !). Nous avons aussi tous constaté que les établissements en proposent de plus en plus, même pour la consommation d’un simple verre d’eau. Pour info, elles figurent d’ailleurs dans le top 20 des déchets ramassés sur les plages (le number one devant être sans conteste ces foutus mégots de clopes et j’ai plutôt raison, si j’en crois cet article intéressant trouvé sur les Echos : https://www.lesechos.fr/12/04/2016/lesechos.fr/021834184112_le-top-10-des-dechets-collectes-sur-les-plages.htm ).

⊗ J’ai découvert la chouette association « Bas les pailles », créée par 4 femmes pleines de ressources (Mounia El Kotni, Yasmine El Kotni, Johanna Niedzialkowski et Ghita Chraïbi), dont le site Internet est par là : https://www.baslespailles.org/. Elles récoltent des fonds pour mettre en œuvre une éducation de la population ainsi que des campagnes pour la réduction des déchets plastiques. Il faut également savoir que ces 4 Mousquetaires militent pour l’interdiction des pailles en plastique sur le territoire français et ont lancé une pétition sur Change.org, que je vous encourage vivement à signer :  https://www.change.org/p/interdisons-les-pailles-en-plastique-en-france-baslespailles/psf/promote_or_share?share=false

straws-1111451_960_720

⊗ J’ai constaté que de nombreuses initiatives voyaient le jour comme http://strawwars.org/, site qui liste les restaurants qui s’engagent à ne fournir des pailles que sur demande du client.

⊗ Les lignes bougent dans certains pays, aussi. La ville de Seattle va interdire totalement l’usage des pailles en plastiques à partir de 2018. Cette annonce a l’air de faire des émules un peu partout aux Etats-Unis et au Canada. C’est vraiment très positif. Le Costa Rica, lui, va prohiber toute forme de plastique à usage unique sur l’ensemble de son territoire d’ici 2021. Respect.

La prise de conscience est encore un peu timide, mais elle est là. Des gens se bougent, et ça fait beaucoup de bien de l’apprendre.

cocktails-648851_960_720

Mais Manon, c’est trop nul tout ça, que puis-je faire ?

  • Tu peux te passer définitivement de pailles, soit progressivement, soit d’un coup comme moi (parce que quoi qu’on en dise, c’est un objet dont on a pas besoin). Si j’ai un petit conseil à te donner, jeune Padawan, c’est de refuser à chaque fois, par anticipation. J’ai déjà connu une fois l’expérience pénible de me faire amener une paille sans avoir rien demandé (Elle était déjà plantée dans mon jus de fruit et je l’ai gardée à contrecœur…si j’avais dit que je n’en voulais pas, ils l’auraient certainement balancée sans même qu’elle ait servi…). C’est chiant de devoir toujours y penser, mais je peux te garantir que tu auras fait un geste, même tout petit, pour que notre jolie planète bleue soit un endroit plus respirable.
  • Si tu ne pas VRAIMENT PAS te passer de cet objet, pas de panique, il existe des solutions respectueuses de l’environnement. Tu peux acquérir des pailles en matériaux durables. Bambou, verre, inox, carton, il y a de tout. J’en ai repéré sur le site http://www.toutallantvert.com/maison-ustensiles-de-cuisine-c-26_84.html?page=10&sort=products_sort_order, sur http://paillesenbambou.com/ ou encore sur http://www.sans-bpa.com/292-pailles-colorees . Les prix varient entre 1,5€ pour la paille en bambou et environ 10€ pour la paille en verre. Alors oui, j’entends déjà les protestations outrées de certain.e.s. « C’est cher ! » « 10€ pour une paille, ça va pas la tête ? ». Je ne vais pas vous resservir mon couplet sur les téléphones hors de prix ou les gros SUV que tout le monde a l’air d’avoir les moyens de se payer (ça me fait penser qu’il faudrait que je songe à demander une augmentation 😛 ), mais 10€ pour participer à offrir un monde meilleur aux générations futures, je ne trouve pas ça si fou que ça. Si tu es un peu ric-rac, les pailles en bambou sont idéales ! Et dis-toi que c’est un véritable investissement ! C’est un achat que l’on fait une seule fois pour être tranquille toute la vie ou presque ! Pensez-y pour les cadeaux de Noël ou les anniversaires, c’est plus original qu’une énième WonderBox !
  • Je me répète un peu (eh oh, déjà que je bosse sur un article un jour férié, tu vas tout de suite me lâcher la grappe avec ma soi-disant baisse de qualité ! 🙂 ), mais tu peux signer la pétition pour l’interdiction des pailles en plastique en France, dont le lien est disponible sur le site de l’association Bas les Pailles, mais aussi sur Change.org.
  • Si tu n’es pas encore convaincu.e, tu peux t’informer et lire de bons articles sur le sujet, comme celui-là : http://www.nationalgeographic.fr/environnement/2017/04/la-guerre-des-pailles-la-lutte-pour-debarrasser-les-oceans-du-plastique. ou celui-ci https://mrmondialisation.org/quatre-jeunes-sattaquent-aux-pailles-en-plastique-ce-fleau-invisible-du-quotidien/. Ces deux billets résument bien le problème de la pollution plastique et ils sont idéaux pour commencer à prendre conscience de l’ampleur du chantier qui nous attend dans les années à venir.
  • Si tu as envie d’aller plus loin, tu peux toujours faire un don à Bas les Pailles (ce que je viens personnellement de faire !) ou à The Ocean Cleanup, qui nous avait d’ailleurs gentiment fait parvenir une paille en aluminium après le notre. J’en avais parlé par là et pour la petite info, leur premier prototype grandeur nature a été déployé en mer du Nord ! J’ai hâte de connaître les premiers résultats et j’espère que l’expérience sera fructueuse 🙂 .

On récapitule mon général:

⇒ Les pailles en plastique, c’est vraiment nul. On s’en sert quelques minutes et on les jette, sans une quelconque utilité réelle.

⇒ Ces cochonneries sont ramassées en masse sur les plages. Je ne crois pas que des études ont été menées sur les pailles jetées tous points d’eaux confondus, mais je suis quasi sure qu’une partie du problème est occultée.

⇒ Ce n’est pas le déchet le plus présent, mais il est dévastateur pour la faune et la flore marine.

⇒ Les pailles participent activement à la pollution de plus en plus intolérable créée par les déchets plastiques (que ça soit dans les océans ou sur le continent, cf. les imbéciles qui balancent leurs déchets aux 4 vents).

⇒ Mais, car il y en a bien un ! Les choses bougent. Des associations s’impliquent pour essayer d’endiguer le problème.

⇒ Tu peux faire la différence en achetant des pailles en matériaux durables, ou en arrêtant simplement d’en consommer. Tu peux également apporter ta contribution aux associations qui luttent, comme The Ocean Cleanup ou encore Bas les Pailles.

20170923_194553
Manon Woodstock sans filtre paille

Alors, quand est-ce qu’on s’y met tous ?

Et toi cher.e ami.e, utilises-tu des pailles en plastique au quotidien ? Que t’inspires mon article ? Quel est ton rapport aux déchets plastiques qui pullulent de plus en plus ? Allonge-toi sur le divan, je t’écoute 😆

Je souhaite un excellent jour férié (ou pas pour les malchanceux.ses qui travaillent) à tout le monde et je m’en retourne dans ma coquille de Bernard l’Hermite, que j’ai quitté pour vos beaux yeux ce matin.

Je vous embrasse !

11 réflexions au sujet de “Mes petites victoires personnelles : Le jour où j’ai arrêté les pailles en plastique”

  1. Moi j’en pense que les pailles, c’est comme les étuis à banane : ça sert à rien. Mais bon, ce n’est que mon avis ^^ C’est quand même bien qu’il existe des alternatives durables !

    J'aime

  2. Ton article m’a bien fait rire et je suis tout à fait d’accord avec toi ! Je suis dans la même démarche que toi, même si c’est pas toujours facile, surtout sans épicerie en vrac là où on habite… alors ce genre de petits gestes font la différence 🙂 Quand on y réfléchit, une paille, c’est vraiment complètement inutile, c’est clair…

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire 😉 Ravie d’avoir pu te faire rire un peu dans ce monde de fou ! C’est sur que remettre tout son mode de communication en question n’est pas évident, il faut beauuuuucoup de débrouille et je suis entièrement d’accord avec toi, il n’y pas assez de magasins de vrac ! Je fais personnellement quelques emplettes à celui de Luxembourg Ville où je travaille, mais c’est clairement trop compliqué pour le moment de faire plus (à moins de prendre ma voiture et donc, de faire dans le 100% contre-productif !). Longue vie aux buveurs sans paille 😀 ! Belle semaine à toi

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai l’impression que ça commence à se démocratiser de plus en plus, alors j’ai bon espoir de vivre pas trop loin d’un magasin en vrac dans un futur proche ! Il y en a un dans ma ville mais aux prix exorbitants et je n’ai pas du tout le budget pour ça 😦 En attendant on fait ce qu’on peut 😉 Bonne semaine à toi aussi !

        J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s