Voyage

Manon Woodstock au Portugal – Que faire à Portinho da Arrabida ?

Bonjour à tous ! Comment allez-vous en ce début de semaine ? Chaudement, je vous le souhaite, malgré le temps pourri qui est en train de s’installer doucement par chez nous, et qu’on va certainement se traîner jusqu’à Noël. Ouh la ! Stoppe-moi ce pessimisme Manon ! Qu’on lui donne un antidépresseur, merde !

J’y peux pas grand-chose…Je suis toujours vraiment fatiguée. L’impression de dormir 5 minutes par nuit me colle au corps ! Aller, courage, encore quelques jours et je finirai bien par accepter ce rythme infernal qui n’en finit pas.

Je suis aussi un peu tristoune de l’absence totale de commentaires de votre part, je l’avoue 😦 D’habitude, j’ai toujours quelques retours, mais là rien de rien. J’ai l’impression que vous êtes partis avec mes vacances et que vous n’êtes pas revenus, les loulous ! Le souci, c’est que j’avance un peu à vue et à force, je commence à perdre confiance.

L’écriture, au final, c’est une perpétuelle mise en doute, et quand on passe de quelques commentaires enthousiastes à rien, eh ben la confiance se fait TRèèèèS rapidement la malle, c’est moi qui vous le dit. Je ne sais pas si ce que j’écris vous plaît ou si au contraire, vous voyez arriver mes articles comme une vieille cuillère d’huile de foie de morue que vous n’avez du tout envie d’avaler. Un petit mot de votre part me ferait grandement plaisir ! Mieux, ça me reboosterait à fond !

Aujourd’hui, j’ai décidé de faire plus court, toutes proportions gardées bien sûr 😛 et de vous raconter les deux jours formidables que j’ai passé dans un tout petit village de bord de mer à 45 minutes de Lisbonne et que j’ai nommé Portinho da Arrabida. On repart en voyage ? C’est parti 🙂

Jour 8

Il me semble que je vous avais laissés quand nous avions rendu Titine à l’aéroport de Funchal. Je ne vais pas y aller par 4 chemins, le transit entre l’île de Madère et le Portugal a été clairement relou. Je ne dis pas qu’on vit des moments affreux, style remake du Terminal à devoir vivre dans l’aéroport, mais on doit faire face à des longueurs un peu pénibles. On annonce déjà un retard de 30 minutes de notre vol au décollage, qui se sont transformées en 45. Puis en 1 heure. Bon. C’est les vacances, pas de stress !

Une fois à bord, Ludo tente de commander un verre de vin rouge en portugais. L’hôtesse ne comprend pas et lui répond en anglais. On voit que le mec à côté de nous ricane à moitié. Malgré tous les efforts que nous faisons, je constate que les gens n’ont généralement pas la patience de communiquer avec nous. C’est dommage, je trouve.

On arrive à Lisbonne tant bien que mal (l’atterrissage est un peu…abrupt), et – la journée ayant été placée sous le signe du relou – c’est reparti pour la galère, puisqu’on ne débarque pas tout de suite. On reste donc bloqués une bonne demi-heure dans l’avion sur la piste parce qu’ils manquent de personnel pour décharger les bagages. Manque de bol, on est à côté d’un couple de français hyper stressés qui pensent qu’on ne débarque pas parce qu’il y a un attentat. Ou une fusillade. « Ils poursuivent un terroriste sur la piste j’te dis ». Rhooo ! Mais prenez une tisane, s’il vous plait !! Les gens qui te filent le bourdon di-rect !

Après un débarquement bienvenu et une attente de 1000 ans pour récupérer nos valises, on file chez Europcar (rien à signaler concernant cette agence, tout s’est bien passé) pour rencontrer notre fidèle destrier pour les 4 prochains jours. Bien sûr, comme rien ne va comme il faut, ils se plantent, nous filent une automatique alors qu’on en a jamais roulé de notre vie (je SAIS que c’est facile à rouler, en France, j’aurais dit pourquoi pas, mais certainement pas dans un pays dans lequel je viens de débarquer et que je ne connais pas !) …Du coup, re-micmac pour aller chercher un véhicule qui correspond à ce que j’ai commandé…et c’est là que « le veau » entre dans nos vies. Une superbe Punto sur le retour qui suce de l’essence comme si sa vie en dépendait. Il n’empêche qu’on est un peu blasés d’avoir passé quasi 4 heures à l’aéroport à palabrer pour pas grand-chose.

Après toutes ces péripéties, on décolle enfin vers notre prochaine destination : Portinho da Arrabida, qui se situe à 45 minutes de Lisbonne. Sur le chemin, nous faisons un petit arrêt obligatoire au Continente pour se ravitailler en apéros divers et variés (on a retenu la leçon et le budget est désormais sous contrôle).

20170919_112029
Petit panorama du village

On débarque au bout du bout du monde. C’est un cul de sac, littéralement. On arrive et la beauté du lieu nous saute aux yeux : c’est une anse composée d’un tout petit village et d’une succession de plages. J’ai réservé une chambre pour deux nuits au gîte de Casa da Adôa (que j’ai trouvé un peu par hasard).

20170918_153533
Où sont mes croquettes ?

On arrive et nous sommes accueillis par minou, qui a l’air très bien nourri. Le propriétaire du gîte n’est pas stressé pour un sou. Ce type est vraiment sympa, mais RE-LAX hein. Genre sous perfusion permanente de Camomille. Il nous accompagne à notre chambre qui est simple et bien équipée. La déco ne nous fait pas tomber par terre, mais c’est amplement suffisant. Ça a son charme. Il y a un mini frigo, une machine à café et un petit balcon. On en demandait pas tant.

20170919_122127
Casa da Adôa

On décide d’aller explorer les environs et on pousse jusqu’à la grande plage, à l’extrémité de l’anse.

Une chose nous frappe d’emblée : c’est crade. Et pas qu’un peu. On croise de véritables monceaux de déchets tous les 15 mètres et je dois dire qu’on est un peu choqués. Cet endroit est un petit paradis, mais il semblerait que certain(e)s ne le comprennent pas. C’est d’autant plus incompréhensible qu’il y a une poubelle tous les 50 mètres (et un stand de recyclage tous les 200 – on aurait beaucoup à apprendre du Portugal, c’est moi qui vous le dit). Après discussions avec quelques locaux, il semblerait que la pollution soit un subtil mix entre touristes irrespectueux et natifs ayant de mauvais comportements. Que dire mis à part qu’il faut que les municipalités se penchent sérieusement sur le sujet ? Ce n’est pas acceptable que les gens continuent de souiller la nature à ce point. Je le dis et je le redirai souvent : il faut que ça change ! Et ça ne se fera pas en claquant des doigts ! Il faut éduquer les populations et passer à la répression s’il le faut ! Je dois dire que plus le temps passe, plus j’ai envie d’agir vis-à-vis de cette cause (Humm…piste intéressante, étant toujours devant ma planche de Ouija en mode « Vocation es-tu là ? », je pense que je vais commencer à creuser 🙂 ).

20170919_115938
Un des nombreux dépotoirs croisés sur le chemin :/

On décide de se baigner un peu. La mer est ultra glacée. Et quand je dis glacée, je ne plaisante pas : même les eaux bretonnes feraient figure de jacuzzi à côté. On tient 20 minutes maximum, ça coupe la respiration tellement c’est froid. Ça raffermit mes cuisses flasques me direz-vous ! Arf. Je crois que je bois définitivement trop de vinho verde pour avoir des fesses de brésilienne ! 😀 On sèche et on tente se réchauffer, entourés de mouettes coquines et chapardeuses à l’affut du moindre truc comestible que nous pourrions avoir.

Une fois tièdes et rhabillés, on décide de pousser plus loin afin d’aller voir la partie rocailleuse de la plage quand soudain……ah tiens, bonjour monsieur ! Joli…euh…engin ??? Ce sera donc ce nudiste (exhib ?) trèèèèès en forme qui aura mis fin à notre exploration de la plage, parce que, comme j’ai dit à un Ludo hilare, en général, je préfère être prévenue que je vais voir une bite avant qu’on me la colle effectivement sous le nez. Bref. Retour à la chambre !

20170919_121342

On commence à prospecter pour un resto, les 3 établissements du village fermant a priori très tôt (21h30). On s’amuse d’un commentaire Trip Advisor qui « déconseille fortement le cheeseburger » d’un restaurant de poissons – Mec, s’il te plait, t’es dans un trou paumé du Portugal – Fais un petit effort ! 😛

Comme les trucs les plus proches ne nous disent rien qui vaille, on décider de partir dîner dans la ville de Vila Nogueira de Azeitão, à 15 minutes de là. On débarque au restaurant Casa Nobre do Azeitão, qui fait uniquement de la cuisine maison et minute. Vous pouvez y aller les yeux fermés : tout est très bon. On sent la bonne vieille cuisine des familles, en portions raisonnables. On s’en tire pour une soixantaine d’euros et ça sera la somme maximum que nous aurons dépensé dans un restaurant pendant ce voyage. Seul truc qui nous décontenance un peu : le patron est un MOULIN à paroles en anglais, ce qui nous fait complètement régresser ! On est incapables d’aligner plus de 3 mots et pour le coup, on se sent vraiment nuls.

On finit par rentrer au gîte où je passe une très mauvaise nuit, ponctuée d’illusions nocturnes inquiétantes qui impliquent tour à tour une souris (je vous rassure tout de suite, elle est dans ma tête et non dans la chambre – Hmmm, pas sûre que ça soit si rassurant que ça 😉 ), le Rocco Siffredi portugais de la plage et l’horrible clown de « Ça » que je suis en train de lire (comme vous pouvez le constater, j’ai un répertoire de terreurs nocturnes assez fourni 😀 ).

Jour 9

Aujourd’hui, on a décidé que c’était grosse relâche. On se met à l’heure du gérant du gîte : on a dit COOL les enfants ! 🙂

20170919_122204
Terrasse du petit-déjeuner

On prend donc notre petit déjeuner sur la très jolie terrasse du gîte et on part à l’aventure, avec pour objectif de localiser une grotte dans laquelle se trouve une petite chapelle. Ludo a fait quelques recherches sur Internet et l’endroit vaut apparemment le coup d’œil.

20170919_113549

Après une quinzaine de minutes de marche, nous atteignons le lieu en question, qui vaut effectivement le détour, mais ça n’empêche pas le fait que je suis vraiment fâchée des comportements des gens. On a croisé de véritables dépotoirs tout le long du chemin et la grotte a été ciblée par des graffeurs/graffeuses disons…peu talentueux.

20170919_114057
Voici la petite chapelle, à moitié saccagée

Alors ceci est un message pour vous : sérieux les gens, la prochaine fois, abstenez-vous, parce que vous n’avez aucun avenir dans l’art si subtil du graffiti !

Pourtant, vous savez peut-être déjà que je suis une athée convaincue (et convaincante, je l’espère), mais quand des imbéciles saccagent un lieu qui a du sens pour d’autres, eh ben ça m’énerve.

20170919_114345

La grotte reste très chouette, si vous êtes de passage, croyant ou non, je vous encourage à aller y faire un saut !

Sur le retour, on croise l’Overlook portugais (oui, je suis très Stephen King ces jours-ci, c’est pas de ma faute, c’est celle du clown !) …on entend presque le petit Danny faire du tricycle dans les couloirs 😀 Plaisanterie mis à part, on constate une nouvelle fois qu’en cette fin de septembre, certaines parties du pays tournent un peu au ralenti (et c’est pas plus mal).

20170919_115817
J’entends d’ici les crissements d’ongles provenant dans la chambre 237 😛

On retourne au gîte pour prendre quelques affaires afin de passer l’après-midi à la plage ! Cet endroit est définitivement superbe et on veut en profiter un peu.

On se trouve une petite crique privée (sans satyre tout nu) pour prendre un apéritif au soleil. Je vais en profiter pour donner une astuce incroyable, que dis-je – CRAZY AMAZING – à nos amis pollueurs : on a réussi, au prix d’un effort surhumain, à mettre nos déchets dans nos sacs à dos pour les jeter plus tard. Complètement OUF. Je parie que vous n’y avez pas pensé !!

20170919_124506
Crique privée pour l’apéro

On se déplace sous un arbre dans l’après-midi pour ne pas finir en homards façon Thermidor, mais ici encore, rebelote, le sable est juste dégueulasse. Il y a des mégots de clopes à perte de vue. Ça rend Ludo tellement fou furieux, qu’il se met à délimiter un espace dans lequel nous nous mettons à déterrer tous les détritus façon paléontologues des temps modernes. Je parle de 4 mètres sur 4. On a trouvé une vingtaine de mégots, et dieu sait combien de merdouilles en plastique. L’humanité va mal, c’est moi qui vous le dit !

On passe le reste de l’après-midi à barboter et à bouquiner.

On décide, en début de soirée, de monter à Setúbal, qui a l’air d’être la grande ville des environs. Je vous le dis tout de go, cet endroit m’a laissée complètement perplexe. Encore une fois, on n’a peut-être pas vu les endroits cools…mais ça m’a laissé une impression étrange de mix raté entre Hyères et Thionville. Du coup, on a bu quelques bières (tout en exerçant notre formidable portugais – si vous saviez comme on rame 😛 Disons que la langue est simple mais la prononciation n’est pas évidente ! On déclenche de nombreux haussements de sourcils amusés chez les locaux) et on repart vers Vila Nogueira de Azeitão.

Nous dînons à la Casa das Tortas, restaurant de grillades qui a l’air prisé des locaux et à raison, c’est un des meilleurs que l’on ait faits et à un rapport qualité prix hallucinant !!

20170919_210249
Barbecue sur la terrasse du restaurant

Une entrée à deux, deux brochettes de bœuf d’une taille et d’une qualité à peine croyables servies avec un plateau de frites maison, une excellente bouteille de vin (on a été trompés par le fourbe « carafa » qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser n’est pas une carafe 😀 – on espère ne pas croiser nos amis de la police sur le retour – L’alcool c’est mal les enfants, il ne faut jamais commencer 😉 ) et deux café…45€ WTF ??? On aurait juste payé le double chez nous (ceci étant explicable par le fait que les portugais gagnent en moyenne deux fois moins que nous). Ça nous aura au moins permis d’être généreux sur les pourboires pendant tout le séjour, au grand bonheur des serveur(se)s.

Voilà pour notre petite escapade à Portinho da Arrabida, en espérant que ça vous donne envie d’aller visiter ce superbe coin de Portugal, que nous avons été heureux de découvrir.

Et vous cher(e)s lecteurs/lectrices, connaissiez-vous ce très joli petit village ? Avez-vous d’autres bons plans à nous donner aux alentours ? Comme dit plus haut, j’attends vos commentaires comme l’air que je respire !

Je vous donne rendez-vous vendredi pour la suite de notre road-trip portugais et je vous envoie mille bisous ! A très vite.

5 réflexions au sujet de “Manon Woodstock au Portugal – Que faire à Portinho da Arrabida ?”

  1. J’ai découvert cette plage cet été, je l’ai trouvé très jolie et quel plaisir de se retrouver dans une plage aussi calme, avec la mer d’un côté et de belles collines vertes de l’autre côté !
    Certes l’eau est froide mais c’est normal au Portugal contrairement à ce qu’on pourrait croire 😉
    Pour ma part c’était ma première plage des vacances et même si elle était un peu fraîche j’ai passé une bonne demie heure dans l’eau (on finir par s’acclimater) 😉
    Et j’ai mangé un « arroz de marisco » (riz aux fruits de mer, Miam !) sur l’un des resto en pilotis.
    Mdr les touristes stressés, perso je me sens très en sécurité à l’aéroport de Lisbonne, bien plus qu’à Paris !
    Merci du partage à bientôt
    Cindy

    J'aime

    1. Bonjour Cindy, merci pour ton commentaire 🙂 Eh oui, ces français…stressés et stressants en toutes circonstances 😛 J’ai discuté avec quelques personnes, et il semblerait que l’eau soit plus chaude dans d’autres régions (après moi, je m’en fiche, même à 10°C, j’y vais, c’est l’océan, il faut faire un effort 😉 ). Je ne l’ai pas non plus précisé, mais beaucoup de restaurants étaient fermés à cette période, et on a pas été très inspirés par les autres. Où as-tu séjourné à Portinho ? Très belle journée à toi !

      J'aime

      1. C’est sur qu’avec l’océan on ne peut pas s’attendre à une eau très chaude 😉
        Oui à l’Algarve l’eau est plus chaude mais ce n’est pas toujours le cas. D’ailleurs cette année je l’ai trouvé plutôt fraîche en y allant… En même temps quand il fait 35-40 degrés l’eau paraît forcément froide 😅
        Je n’ai passé qu’une journée à Portinho, je voulais profiter de ma première journée de vacances à la plage avant de rejoindre la famille dans les terres 😉 je n’ai donc pas séjourné sur place.
        À bientôt 😊

        J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s