Bonjour les loulous ! Comment ça va t’y bien ? (Mes hommages à vous, chers membres de l’Académie Française 😛 )

Figurez-vous qu’aujourd’hui, vous allez être gâté(e)s. De vrais coqs en pâte. Je me suis pliée en quatre pour vous. « Ah oui, tu nous payes un voyage à Disneyland ? ». Mais non ! Suspense…J’ai fait toutes les illustrations de cet article moi-même *bruit de ballon qui se dégonfle* 😀 😀 Rahhh, elle écrit, elle dessine, elle cuisine, elle bricole, Manon c’est décidé, je veux t’épouser ! Oui, je sais, les fleurs sont en solde aujourd’hui, que voulez-vous, on ne me fait pas assez de compliments au boulot, il faut bien que quelqu’un m’en fasse et je trouve que l’on ne s’en fait jamais assez à soi-même ! – Et au fait, je plaisante pour le mariage, ne préparez pas vos demandes enflammées, le romantisme et les robes blanches, c’est pas vraiment mon truc 😉 Liberté, je crie ton nom !

…Comment ça « on s’en tape de tes vieux dessins, nous on veut aller voir Mickey » ? Non, non, restez, vous allez voir, ça vaut le détour ! Vous allez pouvoir constater de vos yeux ma conception de l’art qui…euh…est restée coincée quelque part aux alentours de mes 10 ans.

En ce beau vendredi, j’ai très envie de vous parler de quelque chose qui me semble être une aberration totale : les DLC (date limite de consommation) et les DLUO (date limite d’utilisation optimale). Ces inscriptions sournoises sont la quintessence du n’importe quoi, summum du « on prend les consommateurs pour des cons ». Grâce à ces dates magiques, les industriels partent du principe que vous ne pouvez pas penser par vous-mêmes et décident de ce qui est bon ou pas pour vous.20170720_131600

Je vous cite les définitions officielles des deux termes pour clarifier les choses :

  • La DLC est une date figurant sur les denrées alimentaires microbiologiquement périssables susceptibles, après une courte période, de présenter un danger immédiat pour la santé humaine. (On sent qu’on ne plaisante pas, hein ?)
  • La DLUO est une date indiquée sur l’emballage de certaines denrées au-delà de laquelle leurs qualités organoleptiques et nutritionnelles ne sont plus garanties : elles risquent d’avoir moins de goût, moins de vitamines, une consistance différente, sans pour autant constituer un danger pour la santé.

On peut donc déjà en conclure, sans avoir fait Polytechnique, que les DLUO sont une vaste fumisterie. Au final, ça n’indique pas grand-chose. Par exemple, en cas de DLUO sur des chips, elles seront peut-être un poil moins croustillantes après la date en question – encore que je doute fort qu’elles arrêtent subitement de croustiller du jour au lendemain « Non, Brandon, c’est fini, je ne croustille plus !!! J’ai déjà croustillé pendant 30 jours et j’exige une augmentation de salaire !! Je te préviens, je vais me ramollir immédiatement si tu n’arrêtes pas tes conneries !!!!». Troublant, non ? Les entreprises du secteur de l’agroalimentaire chercheraient elles à nous enfumer ? Meuh non ! Elles sont très très très gentilles et ne veulent que notre bien.

Pour les DLC, on sent que ça déconne déjà beaucoup moins. On parle de « danger immédiat pour la santé humaine ». Carrément. Rien que ça. Là, faut arrêter la rigolade les mecs ! Ce yaourt périmé depuis hier que vous êtes sur le point d’ingurgiter va signer votre arrêt de mort, c’est moi qui vous le dit !

Je précise tout de suite que je ne cherche pas à me faire passer pour une pseudo scientifique alors que je n’y connais rien, je ne tiens pas à me faire assommer avec un bécher par un(e) laboratin(e) mécontent(e) qui m’accuse de proférer des horreurs sans aucune connaissance sur le sujet. Je n’accuse pas ceux qui se cassent la tête sur leur paillasse à essayer de déterminer quand un produit commence à se dégrader, j’accuse les industriels de raccourcir largement les dates et ce, pour nous vendre plus de produits. Il y a d’ailleurs déjà eu plusieurs scandales à ce propos, quand certains consommateurs, en mode « pas folle la guêpe » se sont rendus compte que les dates étaient rallongées de plusieurs mois pour leur exportation dans les Antilles. Je suppose que si nos ami(e)s Antillais peuvent consommer les produits beaucoup plus longtemps, on le peut aussi…

Je me base sur mon expérience personnelle. Je mange des produits périmés depuis des années et je n’ai absolument jamais été malade. Never. Niemals. Nunca. Et je peux d’ores et déjà vous avouer que j’ai tenté des expériences plus que limite avec les aliments. Pas une seule intoxication alimentaire en 26 ans. Je tiens également à rappeler que les produits manufacturés sont, pour la plupart, bourrés de conservateurs et que, si vous respectez une certaine prudence, vous ne risquez pas grand-chose à les consommer après la date. Hum, hum, je flaire une piste Sherlock, nous mentirait-on ?

Je vais donc faire un petit tour d’horizon sur les différentes possibilités, toujours, je l’espère, en votre charmante compagnie. Voici une série d’indications (qui n’ont pas de bases scientifiques mais qui ont été faites selon les observations des gens, je le reprécise – pose le tube à essai, J’AI DIT POSE, ouiii, voilà !! tout doux !! C’est bien, gentil chimiste, gentil 😛 ), par groupe d’aliments qui vous permettront d’y voir plus clair :

Yaourts

Toute ressemblance avec un célèbre dessert au chocolat complètement addictif est purement fortuite

  • Les yaourts : Consommables jusqu’à 3 mois après la date. J’ai déjà fait l’expérience et honnêtement le goût est quasi inchangé. Le sujet reste quand même un peu sensible pour moi. Au boulot, on m’a plusieurs fois fait le coup de balancer mes yaourts purement et simplement, sans même me demander mon avis. Je me suis déjà expliquée plusieurs fois avec une ancienne collègue qui foutait tout à la poubelle au lendemain de la date. J’ai abdiqué devant les « non mais arrête, tu vas être malade comme un chien si tu manges ça » (qu’est-ce que j’ai ricané quand c’est finalement elle qui a fait une intoxication alimentaire, je suis méchante, hein ? 😛 ) « Attend, je te passe un des miens ». NON MERCI JE PEUX ME PAYER MES PROPRES YAOURTS. Roohhh, les gens sont d’un pénible, vous ne trouvez pas ? C’est mon problème, merde !
Fromage

Ils sont pas beaux mes fromages ? Et cette petite vache ??? Mais non, ce n’est pas un chat rhoooo !

  • Le fromage : Consommables jusqu’à deux semaines après la date. Je vais vous faire une horrible confidence. Je n’ai jamais, au grand jamais regardé les dates de péremption sur un fromage. Pour tout vous dire, j’apprends même qu’il y en a une (ça y est c’est officiel, vous me prenez pour une grosse crade). Non, mais plus sérieusement, un fromage tant qu’il n’a pas l’air d’être infesté de vermine, on le mange, non ? non ? Allez, faites-moi plaisir, dites oui 😀
Lait

J’ai même fait le packaging Américain, z’avez vu ! Y en a pour tous les goûts chez moi 😉

  • Le lait : Consommable jusqu’à deux mois après la date si non-ouvert. Sur le lait non plus, je ne regarde jamais la date. Il est sous vide, stérilisé, donc si on ne constate pas de gonflement de l’opercule (signe de bombe bactériologique), je suis pour la consommation, même des mois après. Par contre, quand il est ouvert, il faut le boire sous quelques jours. Une petite astuce pour déterminer si le lait ouvert est encore bon : utilisez votre nez ! S’il a tourné et que vous mettez votre pif au-dessus, je vous défie de le boire !
Surgelés

Oui, bon je sais, mon poisson ressemble un peu à un taulard sur le retour…Et ce jeu de mots sur « Pi-card » – « Pi-bus » !! La crème de l’humour français 😛 En plus, je viens de caler que c’est l’anagramme de Pubis, quelle honte…Cachez les yeux des enfants !

  • Les surgelés : Consommables plusieurs années après la date limite. Moi, j’ai plutôt tendance à dire qu’il faut bien « manager » nos surgelés (mon dieu, je parle comme Macron, sort de ce corps démon capitaliste !!), parce que fatalement, si un truc traîne des années au congélo, on aura tendance à ne pas le consommer – j’appelle ça de la procrastination alimentaire. Je garde rarement plus d’un an mes produits surgelés…parce que je les mange pardi !
Conserves

J’ai représenté les deux côtés de la pièce: la boîte avec l’ouverture facile qui me reste 3 fois sur 4 entre les mains et la boîte sournoise sans ouverture – celle pour laquelle l’ouvre-boîte est toujours mystérieusement introuvable !

  • Les conserves : Consommables plusieurs années après la date limite – Je précise qu’il ne faut pas consommer une boîte si elle est bombée. Vous pouvez à la rigueur la balancer sur votre méchant voisin qui roule en Hummer, mais de grâce, ne la mangez pas, vous risquez gros ! Je précise que nous avons donné de notre personne l’année dernière concernant les conserves. Il faut que je vous dise quelque chose à propos de ma mère : elle adore me refiler des trucs qu’elle n’utilise pas (coucou maman 😛 ), surtout quand elle veut faire de la plac…être gentille ! Ludo me regarde toujours d’un air atterré quand je reviens de chez elle, en me disant « Allez, avoue ! Il y a combien d’autres sacs ? » 🙂 Eh bien, elle a réussi à me refourguer une boîte de soupe de poisson qu’elle avait retrouvé au fond de sa cave, qui était toute rouillée et périmée depuis…hum…2008. Ah ouai, quand même ! Ça calme ! 2016-2008= 8 ans. Selon la définition officielle de la DLC, vous courrez de gros risques dès le lendemain de la date…mais que se passe-t-il après 8 ans ? Vous vous décomposez couche par couche comme les méchants nazis dans Indiana Jones et les Aventuriers de l’Arche Perdue ? On a quand même voulu tenter l’expérience, mon cher et tendre m’ayant assuré que si la conserve n’était ni bombée ni abimée à l’intérieur, on ne risquait pas grand-chose. Je précise qu’on a testé un dimanche soir (eh oui, on est malins, autant rater trois jours de boulot plutôt que de gâcher un week-end – rhôô, c’est pas comme ça qu’on va relever la France messieurs dames 😀 ), on a mangé, on a attendu et…rien. Je nous revois encore tous déçus le lundi matin, genre « comment ça faut aller bosser ? ». Bref, juste pour vous dire que même après 8 ans, il ne nous est strictement rien arrivé ! Pas même l’ombre d’un ballonnement.
Charcuteries sèches

Eh ! La classe hein, j’ai même représenté « l’ouverture facile » à la con avec laquelle tu as de grandes chances de te trancher la jugulaire ou d’y laisser une dent !

  • Les charcuteries sèches : Consommables jusqu’à deux semaines après la date limite. C’est à peu près la même histoire que pour le fromage, je continue à manger à moins que ça ne sente mauvais ou que ça ait une sale tronche. Pour les charcuteries sous vide, on essaye de les consommer rapidement après ouverture. Pour le saucisson, euh…ben…disons que ça « traîne » rarement par chez nous 😉

Miel

  • Le miel : Jamais. A priori, on a retrouvé du miel dans les pyramides égyptiennes. 2000 ans après, il est toujours parfait ! Ça vous dit une petite tartine au miel « poussière de momie » ? Je ris toujours jaune quand je constate la présence d’une DLC sur le miel…C’est du sucre bon sang ! Comment voulez-vous que ça bouge ?
Chocolat

Un peu de tolérance, j’ai fait ça avec les moyens du bord !

  • Le chocolat : Consommable jusqu’à deux ans après la date limite. Donc pas de panique si vous avez des enfants et que les grands-parents sont pris d’une frénésie de lapins de Pâques ou de Pères Noël en chocolat : vous avez deux ans pour trouver comment vous en débarrasser (je sais que ma belle-sœur fait des gâteaux et fondues au chocolat avec – et en plus, elle peut laisser libre cours à ses élans sadiques en détruisant méticuleusement les pauvres bonshommes rouges – c’est assez libérateur apparemment, il faudra que j’essaie !)
Produits secs

Là, on voit clairement que c’était le dernier truc que j’ai dessiné et que j’en avais marre 🙂

  • Les produits secs (pâtes, lentilles, riz…) : Consommables plusieurs années après la date limite. Idem aux autres : je ne regarde jamais les dates. Je fais juste attention aux mites alimentaires, sinon en avant la musique ! Faut dire que chez nous les lentilles, ça traîne pas ! J’ai la chance de vivre avec un homme mi Lorrain – mi Breton qui a surement des gènes Allemands au vu du culte qu’il voue à la saucisse (amis du double sens bonjour !). Le genre de type qui te claque un cassoulet par 30 degrés. Ça va tellement loin, que l’autre jour on parlait innocemment de cheveux roux, je ne sais plus pourquoi, une conversation qui avait dévié sans doute – et il a eu comme une illumination et m’a dit « Ah au fait, en parlant de roux, ça fait longtemps qu’on a pas mangé des saucisses avec des pommes de terre au roux ». Il est grave, ce mec, vraiment ! Il y a des fois où je réalise qu’on est aussi fêlés l’un que l’autre 😉 Serait-ce ça le secret d’un couple heureux ?

Voili voilou pour le petit tour d’horizon des dates que vous pouvez allègrement dépasser. Quelques conseils rien que pour vous :

  • Servez-vous de vos sens ! En particulier de votre vue et de votre odorat : Il y a une règle d’or, qui est valable à vie : si ça pue ou que ça a une sale gueule, c’est probablement impropre à la consommation.
  • Arrêtez de flipper à la moindre trace de pourriture ! Ça va le faire, je sais que vous allez pouvoir gérer. Vous avez une confiture recouverte d’une couche de moisi ? Ce n’est pas grave du tout, il ne faut pas la jeter. Il suffit d’enlever délicatement ce qui n’est plus consommable, de nettoyer le couvercle s’il a été touché aussi et c’est reparti pour un tour. Idem pour le fromage, il suffit de gratter la partie attaquée avec un couteau. Pour vos fruits et légumes, supprimez la partie gâtée à l’aide d’un couteau avant d’utiliser le reste. C’est simple comme bonjour. Moi, je ne suis plus du tout paniquée par ce genre de choses. Je trouve même ça plutôt rassurant : si la nourriture vit, c’est qu’elle n’est pas morte ! 🙂 Ouuuuh le bel enfonçage de porte ouverte !
  • Arrêtez d’acheter à tort et à travers ! Apprenez à maîtriser votre consommation et à gérer le contenu de votre frigo et de vos placards. Depuis quelques années, nous faisons de vrais efforts pour utiliser au maximum ce que nous avons. Ça booste la créativité et la débrouillardise, vous verrez 🙂 Ce n’est pas évident au début, mais le coup de main se prend vite. Je crois en vous !
  • Ne faites pas non plus vos punks, il faut faire attention avec les protéines animales soit le lait, le poisson, les fruits de mer, les œufs (pour lesquels le test de l’eau salée est infaillible) et la viande. Personnellement, ce sont les seuls trucs avec lesquels je ne déconne pas. Consommez-les rapidement et congelez le poisson, la viande et les fruits de mer si vous n’êtes pas certains de les utiliser tout de suite.

Il y a de vrais avantages à se détacher de ces dates en pagaille :

  • Un avantage financier : fatalement, si vous jetez moins, vous dépensez moins ! Votre porte-monnaie est happy.
  • Une réduction du gaspillage : vous ne participez plus à l’immense gaspillage alimentaire mondial (pour info, un tiers de la nourriture que l’on produit est jetée à la poubelle – oui, vous avez bien lu)
  • Un geste pour la planète : ça découle un peu de l’affirmation du dessus. Vous changez votre rapport à la nourriture et vous revenez à l’essentiel. On respecte les aliments et le travail qui a été nécessaire pour les produire, donc on respecte l’environnement. Vous achetez moins, vous gaspillez moins, vous réduisez vos déchets et votre empreinte carbone. Elle est pas belle la vie ?

Je sens que vous êtes nombreux à pousser un soupir de soulagement, non, votre mamie n’a pas voulu vous empoisonner en vous proposant du Nesquick périmé depuis 1996 – sur lequel figure un jeu concours « Gagnez vos places pour la coupe de monde, des entrevues exclusives avec Youri Djorkaeff et Emmanuel Petit ainsi que de super peluches Footix». Votre grand-mère est juste une rebelle dans l’âme. Qui s’élève contre les industriels. Respectez-là.

Et vous, quel est votre rapport aux DLC/DLUO ? Les respectez-vous à le lettre ? Quelles sont vos astuces pour savoir si un aliment est encore consommable ? Vos commentaires sont attendus comme la fraîcheur par mes pauvres petits mollets gonflés !

Chester-shinosa-montreal-2014

J’en ai fini pour aujourd’hui. J’aimerais finir sur quelques mots pour rendre hommage à l’excellent chanteur métal Chester Bennington du groupe Linkin Park qui est décédé hier. Ta voix puissante et torturée va nous manquer, c’est sûr…mais la bonne musique étant éternelle, on continuera encore et encore à jumper comme des fous sur Hybrid Theory. Repose en paix. 2017 est une bien triste année musicalement parlant…Bref, stoppons ce cafard ambiant, je vous souhaite un bon week-end, joyeux, positif et reposant ! Bisous les jeunes !