Hygiène - Beauté - Santé

L’huile de coco, ce démaquillant méconnu

Chèr(e)s ami(e)s, un très grand bonjour. C’est avec une impardonnable journée de retard que je m’adresse à vous ! Damned ! Vous m’aimez encore, dites ? Ah, aller je dramatise, ne vous en faites pas trop pour moi, Manon outragée, Manon brisée, Manon martyrisée mais Manon libérée !!! (ouh là, sort ce corps Charles 😀 ).

Si je n’ai pas publié mon habituel article du mardi, c’est parce que j’ai passé une authentique journée de merde hier. Une vraie de vraie. Médaille d’or. Grammy Award de la pire journée de l’année. Celle où il t’arrive tellement de trucs négatifs que ça en devient presque comique. Professionnellement, je n’avais jamais vu ça, tuile sur tuile sur tuile sur tuile, tout au long de la journée. A peine j’appuyais sur « Envoyer » pour faire partir un email qui solutionnait un problème, qu’instantanément le téléphone sonnait, porteurs de nouvelles funestes : « Manon, il y a une grosse merde sur le dossier machin ». Mon dieu, pendez-moi.

IMG_20170711_164349_678
Mon bureau en mode apocalypse

Même pas de répit entre midi, quand je me suis dirigée vers ce fabuleux magasin qu’est le Auchan Kirchberg. A l’exact endroit critique « trop loin du bureau pour rebrousser chemin », il s’est mis à dracher sévère – bien sûr je n’avais pas de parapluie, et j’ai été trempée comme une soupe en moins d’une minute. Je me suis mise à rire, mais à rire ! Les gens ont dû me prendre pour une folle. M’enfin, vous me direz maintenant que je me suis ramassée au moins 6 mois de galère sur les bras en une seule journée, je ne risque plus de m’ennuyer au boulot. C’est déjà ça de gagné. Positif, les gars. PO-SI-TIF !

J’ai bien tenté de tout oublier en rentrant à la maison, où je me suis roulée en boule sous la couette (après 2 heures de voiture dans des bouchons inexplicables – sinon c’est pas drôle, merci Madame Mystère qui s’est jetée sur moi à 6h00 du mat’ en me disant qu’un caténaire avait pété et qu’il ne fallait absolument pas prendre le train – au vu du trafic, j’aurais mieux fait…). J’ai construit une caverne en draps et j’ai tenté de faire comme si cette journée n’avait jamais existé. Ça n’a pas marché, malheureusement. J’aurai essayé hein 😉

Du coup, je me suis un peu forcée à faire des trucs positifs : j’ai stoppé la procrastination qui revenait au galop et je me suis attelée à la montagne d’emails perso qui m’attendait (t’as vu maman, « j’ai fait mes mails » hier soir. Ce n’est pas sain tant de reproduction, il faut que j’en parle à ma psy 😛 ). Je m’auto-attribue donc la médaille du mérite pour la journée d’hier, parce que je crois que plus d’un(e) aurait craqué. Bravo moi-même.

Bien bien bien, maintenant que le trait est tiré et que je peux écrire une page toute neuve, j’ai envie de partager une anecdote ancienne avec vous, pour embrayer sur l’article du jour. On y va ?

Il y a fort fort longtemps, dans mon adolescence, « quand j’étais jeune » 😀 (il y a une dizaine d’années environ – Sacrebleu, j’étais ado il y a 10 ans, l’angoisse totale !! Que le temps passe !!), il nous est arrivé quelques fois de nous retrouver à court de démaquillant avec ma maman; et ça devenait immanquablement le branlebas de combat pour trouver une autre bouteille. Tout s’est toujours fini sans encombre jusqu’au jour où il s’est avéré que nous étions vraiment à sec, sans possibilité d’en racheter. Je me rappelle avoir été fascinée quand elle m’a parlé d’utiliser de l’huile de colza. Genre grande shaman guérisseuse qui enseigne la vie à son apprentie. J’étais hyper dubitative, mais à l’époque, j’avais déjà été assez bluffée par le résultat. Après, vous savez comment on est quand on est ado : on passe vite à autre chose. Je suis donc repassée au démaquillant classique sans sourciller.IMG_20170628_211331_254

Et puis Manon Woodstock est arrivée et elle a décidé de trouver une solution alternative au démaquillant qui, en plus d’être plein de produits chimiques et irritant pour mes petits yeux de taupinette, n’est pas très écolo avec les dizaines d’emballages plastique générés. Après quelques recherches, je me suis rappelée avoir lu, en allant de blogs en blogs (surement sur celui-ci : http://www.etsoudaintoutchange.fr/demaquillage-naturel-huile-de-coco/), qu’il n’y avait pas mieux que l’huile de coco. Que c’était le top de l’huile pour démaquiller. Elle avait tout bon, sauf éventuellement le bilan carbone. J’ai pesé le pour et le contre pendant quelques jours et j’en suis arrivé à la conclusion que je n’allais pas finir en enfer pour un seul petit bocal. J’ai essayé et j’en suis sortie conquise. Alors, est-ce que vous voulez que je vous parle des avantages ? PLUS FORT J’AI PAS ENTENDU !!!!! 🙂 EST-CE QUE VOUS VOULEZ LES AVANTAGES ???????? *désolée je pète un peu les plombs depuis hier, ne faites pas attention* Allons-y gaiement les enfants !

  1. Le gros truc en plus de ce mode de démaquillage c’est que c’est hyper économique. J’ai dû payer mon petit pot d’huile de coco quelques euros (4-5 à tout casser) et j’ai juste du démaquillant pour au moins 2 ans. Avant, j’étais aux eaux micellaires – mes yeux ne supportant pas grand-chose – et je devais payer une dizaine d’euros le flacon grand format qui me durait à peine quelques mois. Bref mon porte-monnaie est heureux.
  2. Deuzio, c’est sain et ça n’agresse pas la peau. C’est certifié sans produits chimiques et naturel. Bio si vous y tenez. La matière grasse est très douce pour l’œil et moi qui ait une grande sensibilité oculaire, je n’ai jamais eu un seul problème. C’est même mieux qu’avant : j’ai les noenoeuils moins secs et irrités.
  3. Tertio, ça démaquille de la fo-lie. Limite, je n’en ai pas cru mes yeux la première fois que j’ai essayé ! Au point que je me suis demandé qui était cet affreux zombie qui me dévisageait dans le miroir 😉 Il ne reste absolument aucune trace de maquillage, même si c’est du waterproof a priori (bon, c’est pas top pour les yeux mais vous faites comme voul’voul’ – je veux juste vous signaler que ça marche aussi). Attention, photo chelou du jour, bonjour ! ‘Scusez la tête de folle et mes horribles cheveux – disons plutôt le projet ambulant que j’ai sur la tête. Je fais repousser et je traverse euh…une phase capillaire difficile !

    20170711_211144
    C’est comme Somatoline Cosmétiques, ça fonctionne !!! 😀 Rhooo, faut vraiment que j’arrête avec les pubs !
  4. Quadro, ça ne laisse pas de film gras. Ou alors hyper léger si on force un peu sur la quantité d’huile. A la rigueur, on peut masser légèrement le contour des yeux pour hydrater. Vous-vous rendez compte ? Même plus besoin de soin miracle hors de prix, vous hydratez pour la modique somme de peanuts. Il n’y a aucun résidu le lendemain et ma peau est beaucoup moins sèche depuis que j’utilise ce mode de démaquillage : je vous confirme que j’économise franchement en crème hydratante.
  5. Euuuh Cinquio ??? Désolée, mais mes connaissances s’arrêtent là 😛 C’est zéro déchet compatible : vous pouvez vous en procurer facilement dans les magasins de vrac. Le mien, je l’ai acheté au magasin bio La vie Claire (vous savez, c’est celui dont la pub part du principe que tous les écolos sont roux et un peu bohème – enfin, c’est sûr que s’ils tournaient le spot avec Manon Woodstock en train de s’enfiler des shots de tequila et d’écouter du gros rock grunge, ça serait tout de suite moins vendeur…) et je me réapprovisionnerai peut-être en vrac dans 10 ans, quand j’aurai fini mon pot.

    20170711_054922
    Pressé à froid, non raffiné, non blanchi, sans OGM, sans graisses hydrogénées et bio. Le top !

Chers lectrices et lecteurs, je sens que vous vous posez une question dramatique : « Mais Manon, vais-je sentir l’huile de friture ?? » « Me prendra-t-on pour un vulgaire bâtonnet de Croustibat’ sur le retour ? ». Pas de panique les jeunes, ça laisse une légère odeur de coco sur la peau – juste ce qu’il faut, mais loin des parfums chimiques des démaquillants classiques.

Gros plus, vous pouvez aussi l’utiliser, selon une de mes précieuses sources (merci Sonia !), en masque pour les cheveux, avant le shampoing. Ça transformerait la plus indomptable des tignasses en véritables cheveux de bébé. J’ai la chance d’avoir une crinière en parfaite santé depuis que j’ai arrêté les shampoings chimiques, mais j’encourage celles et ceux qui ont de la paille sur le crâne à tester.

Autre chose utile à savoir : l’huile de coco fige en cas de température froide à modérée (modérée ? Qu’entends-tu par-là par Manon ?? Modérée, c’est cet espèce de maudit entre-deux dans lequel nous vivons en permanence en Lorraine, soit une espèce de température ni chaude ni froide – celle où quand tu mets ton gilet, tu crèves de chaud, mais si tu l’enlèves, tu meurs de froid – oui, je sais, je pourrais être ambassadrice de région – Mais que fait le Conseil Général ?? Pourquoi ne m’ont-ils pas encore débauchée ? 🙂 ): il a alors une texture de beurre. Hyper simple : une petite lichette sur un coton lavable (ou non), humidifié (ou non – z’avez vu comme je suis ouverte d’esprit !) et vous pouvez procéder comme d’habitude. Quand il fait chaud, l’huile de coco reprend sa forme liquide. Il faut donc y aller mollo sur le dosage (et ne pas tout renverser dans la salle de bain, ça serait fâcheux ! C’est ma hantise du moment, surtout depuis que la filleule de Ludo, 6 ans, a brisé toutes mes illusions quand elle m’a sorti avec le plus grand sérieux du monde « Non mais qu’est-ce que tu es maladroite » 😛 Les enfants sont formidables). Inutile de vous dire qu’il faut tremper le coton très délicatement et ne pas y aller comme un gros bourrin. Perso, je dose mieux la texture beurre.

20170711_054856
Voici la texture solide

Si vous habitez à Saint-Jean-La-Croix-de-Fer (très connu pour son festival de la rillette et sa manufacture de chaussettes en poil de marmotte – ça y est, je peux présenter le 13h sur TF1 – tremble Jean-Pierre Pernault !!!) ou tout autre village où l’huile de coco est le comble de l’exotisme, sachez qu’on peut facilement la remplacer par une autre huile. Ce que je vais surement faire quand j’aurai fini la mienne (eh oui, l’huile de coco, c’est pas vraiment produit sur la côte d’Azur, je compte donc opter pour un truc un poil plus local).

Je vous conseille l’huile de pépins de raisin qui est hyper neutre niveau goût et odeur, mais l’huile d’olive, de colza ou de tournesol marchent tout aussi bien. Pas la peine non plus de claquer la bouteille format familial de Puget au milieu de la salle de bain et de vous attirer les foudres de toute la famille (*Tout l’amour que j’ai pour toi* 😀 ), je vous conseille donc d’investir dans un petit flacon doseur en inox ou en verre et le tour est joué : il suffira de le recharger quand il est vide.

Vous pouvez également parfumer votre huile démaquillante avec des huiles essentielles, mais dans ce cas, veillez à bien consulter les effets des huiles en question ainsi que leur posologie. Chaque huile à des propriétés médicinales bien particulières et un mode d’application qui lui est propre (cutané, oral, en massage, etc.). Renseignez-vous auprès de sources fiables (pharmacie, spécialiste en aromathérapie, livres et sites internet sérieux). Je m’inquiète un peu de voir les gens jouer aux apprentis sorciers avec les huiles essentielles sur Internet. Ludo s’est penché dessus récemment pour ses allergies, et c’est loin d’être anodin ! Faites gaffe les chouchous, je ne voudrais pas qu’il vous arrive des bricoles.

Si ce mode de démaquillage ne vous branche pas, je vous encourage néanmoins, même si vous ne voulez pas changer pour autant, à utiliser cette astuce en cas de pénurie inopinée (vous savez, ce moment où on rentre des courses chargé comme un baudet, qu’on passe le seuil de la porte de chez soi, qu’il est 18h51 – trop tard pour retourner au magasin – et que ça nous frappe tel Moïse devant le buisson ardent « et merde, le démaquillant »). C’est toujours bon d’avoir des astuces sous le coude qui nous rendent indépendants des produits manufacturés en cas d’urgence. Ou de fin du monde (eh oui, hein, il faut y penser ! Si ça se trouve dans The Walking Dead, ils se démaquillent à l’huile de coco ! 🙂 ).

Bon voilà voilà, désolée pour le ton un peu moins jovial, mais je me suis quand même pris un sacré coup de bambou sur le crâne hier. Ne pas publier mon article en temps et en heure m’a paru être une énorme trahison envers moi-même et ça m’a complètement déprimée. Vous devez vous dire que c’est ridicule, au fond, un jour de plus, un jour de moins qu’est-ce que ça change ? Beaucoup, pour moi. Toutefois, je ne me laisse pas abattre et je compte bien publier de nouveau d’ici vendredi. 1 jour de retard ? je le referai plus c’est promiiiiiisssssss 😛

Je vous souhaite une journée fantastiquement fantastique. Des bisous et à très vite.

10 réflexions au sujet de “L’huile de coco, ce démaquillant méconnu”

  1. Coucou ! (bon je sais pas si mon commentaire va passer, vu que le précédent n’a pas l’air d’être passé (moi aussi j’ai un petit nuage noir au-dessus de la tête en ce moment de toute façon, alors bon, rien ne marche), mais je tente quand même ! ^^)
    Pour ma part c’est huile d’amande douce, mais je ne suis pas contre l’idée d’utiliser n’importe quelle huile végétale qui me tomberait sous la main. Par contre on ne me verra plus me démaquiller avec quoi que ce soit d’autre que de l’huile ! J’ai commencé à faire comme ça quand j’ai chopé de l’eczéma sur les yeux (elephant woman bonjour) à cause des démaquillants cracra, et je n’ai plus jamais eu de souci depuis.
    Par contre des huiles essentielles, quelles qu’elles soient, sur la muqueuse des yeux, je pense que c’est vraiment une mauvaise idée. Un petit arôme alimentaire, à la limite, mais bon, je n’arrive pas à imaginer pourquoi on voudrait s’aromatiser les paupières ^^

    J'aime

    1. Hello Suny, je viens de passer ton précédent commentaire. La fée procrastination s’étant de nouveau penchée au-dessus de mon berceau ces derniers temps, j’ai décidé que ça commençais à bien faire hier soir exactement ^^ Je suis aussi d’accord pour l’idée des huiles essentielles, il faut vraiment faire gaffe (et on voit plein de gens qui conseillent ça sur le net, donc je me suis permise d’aborder le sujet avec des pincettes et des réserves…), je pense que certaines peuvent être compatibles, genre tea tree ou lavande, mais il faut faire très très attention. Je suis aussi une pro « sans odeur », tout n’est pas obligé de tout le temps être parfumé à la rose et pailleté ! J’ai aussi eu des soucis d’allergies par le passé et depuis que j’utilise l’huile en démaquillant, je trouve mes yeux en bien meilleure forme. Très belle journée à toi !

      J'aime

    1. Hello Mélodie, merci pour ton commentaire ! Après tu peux tout à fait utiliser l’huile pour nettoyer ta peau en fin de journée. ça accroche les impurtés, ça n’agresse pas la peau et ça hydrate. Je sais d’expérience que quand on passe la journée dans des environnements ou des villes polluées, ça fait le plus grand bien de se passer un coton sur le visage le soir ! Très belle journée à toi 🙂

      Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour ! J’ai souvent lu que l’huile de coco était comédogène alors je j’ai un peu abandonnée… As-tu trouvé des infos (fiables) dans ce sens ou pas du tout ? Parce-qu’en vrai, c’est ma préférée, et le fait qu’elle fige, je trouve ça assez pratique finalement !

    J'aime

    1. Bonjour Carène, merci pour ton commentaire. Malheureusement, je n’ai pas d’info dans ce sens, je ne me suis pas renseignée, mais je vais le faire. Dans tous les cas, il doit bien y avoir une huile non-comédogène qui existe 🙂 Il faut garder espoir. C’est vrai que la texture beurre est vraiment nickel pour doser, mais je pense qu’on peut obtenir plus ou mois la même chose en conservant une huile au frigo. A tester ! Très bon week end à toi !

      J'aime

  3. Je viens de lire tes commentaires et du coup, maintenant je me dis que tu comprends donc très bien que je me démaquille même si je ne maquille pas 😉
    Et donc cet article me convainc d’essayer l’huile de coco quand ma fichue bouteille de démaquillant aura enfin versé sa dernière goutte !

    J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s