Réduction des déchets

Les 20 conseils Zéro-déchets les plus «What the Fuck » de Béa Johnson – Deuxième partie

Tu meurs d’envie d’une vie plus simple, mais tu ne sais pas où commencer ? N’hésite plus mon bichon – abonnes-toi à mon super mini-cours gratuit en cliquant sur l’image ci-dessous 🙂

Blog freebie


Chèr(e)s ami(e)s, un très grand bonjour. C’est une Manon Woodstock fatiguée mais heureuse qui s’adresse à vous ce matin. Une Manon Woodstock 3.0, post cataclysme émotionnel.

Et dire que la semaine dernière, j’étais encore jeune, bête et insouciante, gambadant dans la blogosphère tel un bambi effarouché. Est-ce que je m’attendais à faire la une Lifestyle sur Hellocoton ? Pas du tout. Est-ce que j’avais caressé l’espoir de faire plus de 1000 vues en seulement 3 jours ? Jamais. Et soudain, tout est arrivé.

Young Deer Fawn Bambi Kitz Wild Roe Deer

C’est samedi matin, mes petits yeux encore tout collés de sommeil, que je me suis aperçue que quelque chose ne tournait pas rond. J’avais des notifications de commentaires. Beaucoup. Et pas de Tata Suzanne ou de mon adorable maman (je la brosse dans le sens du poil, il paraîtrait que je la critique un peu trop 😛 ), mais de vrais inconnus. Passablement diminuée et peu imaginative – je n’avais même pas bu mon premier café du matin – autant dire qu’une larve aurait eu l’air d’un festivalier sous ecstasy par rapport à moi, je me suis dit « ah ouai, c’est trop cool, j’ai dû faire une centaine de vues ». Quand je suis arrivée sur ma page, j’ai failli tomber de mon fauteuil. 800 vues. Mon dieu mais Keskisspasss ??? Panique à bord. Larmes aux yeux. Reconnaissance. Gratitude. Stress. Bonheur. Ce matin, je n’étais pas loin des 1400.

Alors je voudrais remercier encore une fois l’équipe Lifestyle d’Hellocoton qui m’a sélectionnée en une et offert une formidable opportunité de me faire connaître ; et aussi Virginie du blog http://surunpetitnuage.fr/ qui m’a recommandée à ses lecteurs ; mais surtout merci à vous, vous tous qui m’avez lue, vous qui êtes juste passés en coup de vent ou qui êtes restés un peu plus longtemps, vous qui m’avez laissé des commentaires à la fois gentils et bienveillants. Ça m’a mis tellement de baume à mon petit cœur. De l’amour, je vous envoie. Yoda style.

14211839966_7cdd26ced1_b

Forcément, je ne serais pas qui je suis sans une bonne grosse remise en question. 1400 vues, ça calme quand même. C’est plus trop le moment de lâcher un pet de travers. Grosse crise de légitimité – Calimero est dans la place – bouhouhou et si je suis pas à la hauteuuuuurr ? (Je vous sens tous très soulagés pour ma psy, qui n’est décidément pas prête de mettre la clef sous la porte 🙂 ). Tu te dis, « n’est-ce pas le moment pour arrêter de parler de mycose purulente ? » « Est-ce que je vais encore pouvoir associer les mots « ventouse » et « vagin » tout en citant la Compagnie Créole ? », « Ne faudrait-il pas atteindre l’âge de raison après seulement 3 petits mois de blogging ? » Eh bien, après moult réflexions philosophiques, j’ai décidé que non. J’ai commencé dans l’esprit Gitane Maïs sans filtre et je compte bien continuer sur ma lancée ! J’ai emmerdé, j’emmerde et j’emmerderai le politiquement correct jusque sur mon lit de mort.

Trêve de plaisanteries, revenons-en à notre amie Béa Johnson. Pour ceux qui ont loupé la première partie, tout est par ici. Je l’ai déjà dit et je le répète, j’ai décidé de suivre un des bons conseils de la dame, tout en étant grandement généreuse et altruiste : la personne qui postera le tout premier commentaire sera donc l’heureux nouveau propriétaire de mon livre Zéro-Déchet, dédicacé de la main de l’auteur et rageusement griffonné de mes commentaires excédés. Vous ne pouvez plus attendre ? Voici les 10 derniers conseils les plus What The Fuck donnés dans « Zéro Déchet » que j’ai sélectionnés pour vous :

  1. Un smoothie soignerait mieux les bobos qu’un pansement. Je n’ai pas toujours pigé le rapport entre les deux. Ok pour le fait de se passer de pansements et de faire sécher les plaies à l’air libre, mais que vient donc faire ce fichu smoothie dans les parages ? Comprends pas. On enduit nos blessures avec et on court tous nus dans la forêt ?
  2. Faire pipi sur son compost ou sur ses plants d’agrumes. Alors celle-là, elle est collector. Cela activerait un processus mystérieux dont la nature à le secret. Ah bon. En soit, je veux bien, si on habite une maison au milieu de nulle part, sans vis-à-vis et qu’on a envie de sa la jouer YOLO, je pisse où je veux, pourquoi pas. Mais si on habite une banlieue pavillonnaire, vous imaginez le tableau ? Vous sortez en pleine nuit, la tête dans le pâté, pour faire pipi discrétos sur votre plan de citrons verts et vous tombez nez-à-nez (enfin cul à nez plutôt) avec votre voisin Jean-Robert, 55 ans, insomniaque, qui promène le caniche ? Non, décidément, pas possible. L’image me fait frémir. Je crois qu’il est également inutile de vous préciser que le voisinage ne se bousculera pas à votre prochaine soirée Mojito…
  3. Aller sur Amazon pour le troc et encourager le programme Reuse a shoe de Nike. Sérieusement ? Amazon et Nike ? Le premier, c’est juste le champion de l’évasion fiscale, qui fait perdre des millions à la France et le deuxième fait travailler enfants et esclaves dans les pays pauvres. Je ne vais pas faire l’hypocrite, j’ai déjà acheté sur Amazon (même si j’ai considérablement réduit) et chez Nike, mais jamais je ne conseillerais ouvertement ces deux entreprises à qui que ce soit ! C’est une question d’éthique ! C’est comme si je vous disais « Ah la la, ce petit programme ‘un bidon de Roundup acheté, un arbre replanté’, vous m’en direz des nouvelles ! ». Ça n’a pas de sens.
  4. Petite citation « j’enfonce des pont-levis grands ouverts » (oui, je suis d’humeur médiévale aujourd’hui 😉 ) « J’ai aussi la possibilité d’éteindre mon écran [de PC – NDLR] en appuyant sur un simple bouton ». WAOUH. Quel incroyable pouvoir magique !!! J’en reste baba 😀 On lui dit que tout le monde peut le faire et qu’il n’y a pas que son ordi qui est fabuleux ? Naann, c’est pas gentil, on la laisse au pays des licornes !
  5. Le passage en trop : celui sur la surpopulation. Béa Johnson traite en seulement quelques lignes ce problème plus qu’épineux (qui mérite au minimum un bouquin entier) et ce, de manière bien trop légère à mon sens. Elle prône l’arrêt de la reproduction à gogo (sur le principe, je suis d’accord), l’encouragement de l’adoption et la remise en cause de la famille dite de sang (encore d’accord) et l’utilisation de la contraception (tout bon). Alors quel est le problème me direz-vous ? Elle traite la chose avec une condescendance qui me dérange. Ça fait femme blanche et riche qui dit aux autres ce qu’ils devraient faire. Franchement, qu’est-ce que tu crois qu’elles en pensent les nénettes qui habitent au fin fond de l’Afrique à qui on dit que le préservatif est un objet du démon ? Et les filles Irlandaises qui se font interner dans des instituts psychiatriques quand elles montrent la volonté d’avorter ? Le problème est bien plus compliqué que ça. Nous sommes dans une période assez trouble où le droit de la femme à disposer de son corps n’a jamais été autant menacé, même dans les pays riches. La contraception et l’avortement sont chaque jour un peu plus remis en cause par des paternalistes bedonnants, qui, que je sache, ne tomberont jamais enceints, ou des religieux intégristes de tous bords, que je répugne de toutes mes forces. Pour ce qui est de l’adoption, est-elle au courant que des hommes politiques comme Fillon veulent l’interdire aux parents pouvant avoir des enfants naturels ? (ça fleure quand même bon la merde cette proposition, n’est-il pas ? et dire que ce pourri a fait 20% aux dernières présidentielles ! *Raaaaah Manon, on avait dit pas de politique * 😀 ). Ce qui m’a également un peu choquée, c’est qu’elle parle de la ligature des trompes ou de la vasectomie sur un ton hyper détaché genre « attends, je fais ça tous les jours entre deux rendez-vous ». Ces deux opérations ne sont pas des actes anodins et n’ont pas à être traités comme tels. T’imagines la gueule lors du repas de famille « Chéri, je suis passée chez le teinturier, pourras-tu aller à la boulangerie demain…Ah et au fait, je me suis fait ligaturer les trompes. Tu reprendras un peu de poulet ? ». Madame Johnson, ce passage est dispensable, vraiment !
  6. Customiser ses tenues avec des accessoires trouvés au rayon déguisement pour plus de fun. C’est bizarre, il me semble pourtant n’avoir jamais vu de produits éco responsables made in France dans ce genre de rayon. Ce n’est pas le top de la solidité non plus…Alors franchement, à quoi bon ? Et puis vous vous voyez arriver au boulot avec le nœud de Bozo le clown autour du cou ou avec des fausses dents de vampire ? Pas moi.Clownforlaragiddings
  7. Elle parle de chaussures à talons pour les fifilles (en tant qu’explosée du dos, je lui hurle un grand NON, ne détruisez pas les lombaires de ces pauvres gamines). Des voitures pour les petits garçons et des poupées pour les petites filles. NON NON NON. Stop aux stéréotypes de genre ! Quand commencera-t-on enfin à comprendre qu’en cloisonnant les enfants dès la naissance, on encourage l’incompréhension et le manque de communication entre les hommes et femmes qu’ils deviendront ? Prônons les jeux unisexes ! Elle dit aussi qu’il ne faut pas acheter trop de livres, seulement quelques classiques et les livres religieux. Ça aussi, en tant qu’athée, ça m’a un peu fait grincer des dents. Y a pas de bible à la bibliothèque ? Elles racontent toutes la même chose que je sache ! Un livre religieux serait plus important qu’un roman ? Loin de moi l’idée de jeter la pierre aux croyants, mais il me semble qu’on peut vivre sa foi pleinement sans avoir de bible à la maison. Ou alors, on en achète une pour toute la famille et basta.
  8. Ne pas se rendre dans les centres commerciaux pendant les soldes pour ne pas gaspiller de carburant. Le conseil est bon dans le sens où il faut se détacher de la consommation à outrance et du fait d’aller dans les magasins juste parce qu’il y a des réductions (et qu’on a besoin de rien). Et puis franchement, à quoi bon sacrifier des après-midis dans des lieux bondés qui, chaque année, ressortent les mêmes merdouilles invendues, pour que vous repartiez de toute façon avec le seul article non soldé du magasin ? (ne dites pas le contraire, je sais que vous mentez 😛 ). Ce qui me gêne dans ce « conseil », c’est que Béa Johnson avoue faire elle-même un nombre important de kilomètres pour acheter en vrac. Pour moi, ça tombe sous le sens, faire des centaines de kilomètres pour faire ses courses n’est ni souhaitable, ni écologique. C’est très « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! »
  9. Elle propose d’empaqueter sa propre assiette et ses couverts en cas d’invitation à un diner de charité. Oooooh, Madâââme !!!!! 😀 J’avoue, l’idée en soi n’est pas idiote mais prendre cet exemple, c’est so Desperate Housewives ! Il ne manque plus que le petit panier rempli de muffins et Bree Van de Kamp est dans la place ! Je n’ai, pour ma part, jamais été conviée à ce genre d’évènement. Je ne dois pas être assez en vue à Yutz ou au Luxembourg…Un peu de réalisme, par pitié ! Le seul évènement mondain auquel nous pouvons éventuellement être invités dans le coin, c’est l’AG du Crédit Mutuel, et encore 😉
  10. Elle remercie son mari d’avoir participé aux tâches ménagères à la fin de son bouquin. J’avoue que j’ai relu plusieurs fois tellement je n’en croyais pas mes yeux. [Mode en colère ON] Mais What ? What ? What ? La féministe en moi s’est mise à bouillonner. Triple Buse, ton mari habite la même maison que toi ! Que je sache, il utilise les chiottes, il mange dans des assiettes qui finissent au lave-vaisselle, il salit, il met des fringues au sale, il bosse mais toi tout pareil aussi, non ? Alors POURQUOI LUI DIRE MERCI !!!!!!!!!!! Nom de dieu, ça me rend folle ! On n’a pas à donner de médailles aux hommes qui participent aux tâches ménagères ! Parce que ça devrait juste être normal ! Je vais vous donner un énorme scoop – je sens que vous n’allez pas vous en remettre : ça fait chier TOUT LE MONDE de faire la poussière et de récurer les toilettes, bon sang de bois ! Quand j’ai raconté ce passage à Ludo, il a ricané en disant «en fait, il y en a encore qui pensent que vous devez être nos esclaves ». Oh que oui, et s’il savait ! Les filles, de deux choses l’une, si ce n’est pas déjà fait, il est grand temps que vous disiez merde à vos mecs. Il faut que ça change et rien ne se passera si on reste dans des reproductions dépassées. Quand on deux bras et deux jambes, on est apte à passer l’aspirateur. Point. [Mode en colère OFF]

untitled

Et voilà, c’est déjà fini (je sais, vous êtes vraiment tristes 😉 ). Vous avez dorénavant en main les 20 raisons qui ont fait que je n’ai pas tout à fait compris l’énorme succès de ce livre. Les conseils qui m’ont interloquée me paraissent tellement absurdes et/ou irréalistes que je peine à comprendre pourquoi si peu de gens se sont exprimés sur le sujet. Ou alors, c’est que je n’ai pas bien cherché !

Cependant, pour adourcir un peu ma critique – parce que c’est quand même moyennement sympa de cracher sur quelqu’un qui a eu le courage de publier un livre – deux petits points sur lesquels je suis entièrement d’accord avec Miss Johnson:

  • L’absurdité des listes scolaires de enfants: je n’avais jamais vu les choses sous cet angle mais il est vrai que l’école, c’est le grand n’importe quoi des déchets. Chaque année, il faut immanquablement tout racheter – intercalaires neufs, cahiers neufs (alors que les précédents sont à peine remplis), agendas neufs (il y a d’autres moyens pour noter les devoirs…), classeurs neufs selon les exigences des différents professeur(e)s (on a tous eu ce genre de prof complètement dingue qui pète une durite parce que ton classeur a 4 anneaux et qu’il en fallait 6). Ce système est non seulement facteur de gaspillage, mais aussi extrêmement excluant pour les gens qui n’ont pas les moyens de toujours tout renouveler. Je ne vais pas me lancer dans une diatribe sur le système scolaire car il y aurait BEAUUUCOUP à dire, mais s’il vous plait messieurs dames du Ministère de l’Education Nationale, prenez des initiatives ! Organisez des bourses aux fournitures, formez les enseignants à la lutte contre le gaspillage, SOYEZ MOINS RIGIDES.
  • La difficulté de refuser en société: Elle parle, tout au long du livre, des nombreuses situations dans lesquelles elle s’est inévitablement exposée à la critique et à l’incompréhension. Elle fait le constat global que le fait de refuser quelque chose n’est pas toujours bien vu en société. Oh comme je suis d’accord. Les gens manquent cruellement d’ouverture d’esprit. Je ne compte plus le nombre de fois où, après avoir poliment décliné un sachet plastique et des couverts pour de la nourriture à emporter, on m’a répondu sur un ton agacé « et payer, ça, vous voulez bien quand-même ? » Ouh la la, c’est bon, détends-toi Marcel, ça va le faire ! Et j’ai également arrêté de lister les discussions stériles et interminables avec les employé(e)s de supermarché pour qu’ils veuillent bien coller une étiquette de pesée par-dessus une autre (dieu merci, avec les magasins de vrac, c’est fini !). Inutile de vous dire que c’est franchement chiant de devoir se battre avec quelqu’un qui insiste pour vous refourguer quelque chose dont vous ne voulez pas, surtout s’il ne veut pas entendre ce que vous avez à dire. Je vais faire un très gros parallèle mais je trouve que l’on vit dans une société qui a beaucoup de mal avec le « non » et ce, dans tous les domaines.
20170413_172618
Le vrac, c’est l’avenir ! 🙂

Vous l’avez bien compris, je ne suis pas une fan transie du bouquin de Béa Johnson, bien que j’adhère complètement à sa démarche de réduction des déchets, et malgré quelques bons conseils donnés de-ci de-là. Son livre est très en dessous de ce que j’attendais et je trouve vraiment dommage qu’elle ne se soit pas occupée elle-même de la traduction française, qui est, de toute évidence, plutôt mauvaise. J’aimerais quand même nuancer un peu mes propos: sa cause est louable, les valeurs qu’elle défend aussi. Je le dis et je le pense: s’il y avait plus de personnes comme elle, le monde tournerait sans doute plus rond. Je ne me permettrais jamais de critiquer qui que ce soit juste pour le plaisir de cracher mon venin. Elle a eu le courage de se mettre sous le feu des projecteurs pour faire avancer une école de pensée tournée vers l’avenir et respectueuse de la planète, et ça, on ne pourra pas lui retirer.

Et vous, que pensez-vous de la doctrine Zéro Déchet ? Avez-vous d’autres lectures à nous conseiller ? Quelles réflexions vous inspirent mon article ? J’attends vos réactions avec impatience les ptits loups 😉

Eh bien voilà les jeunes, il est déjà l’heure de vous laisser vaquer à vos occupations. Je vous donne rendez-vous en fin de semaine pour un nouvel article et vous envoie plein de courage pour cette semaine. Belle journée à tous !


N’oublie pas de t’abonner à mon super mini-cours gratuit en cliquant sur l’image ci-dessous 🙂

Proposition Markeing (2)

26 réflexions au sujet de “Les 20 conseils Zéro-déchets les plus «What the Fuck » de Béa Johnson – Deuxième partie”

  1. ce qui est bien c’est que du coup tu vas m’éviter de recycler ce livre que je n’achèterai pas !!!!!! finalement on est dans les conseils de cette dame donc ! perso je n’ai pas vraiment entendu parler ce bouquin, tout occupée que je suis de surfer sur la blogo parentale d’habitude. Ouf, heureusement que je clique sur le mot « lifesyle » de temps en temps !!! bon en fait de ce que je lis, je suis plutôt trèèèèès d’accord avec toi. Elle est bien mignonne, elle a des bonnes idées, mais le tout c’est d’être un minimum réaliste, et ça c’est pas donné a tout le monde ! merci pour le passage sur les mecs qui peuvent se décoller du canapé, j’ai moi même a la maison un alter ego qui sait super bien se servir de ses 2 mains et de ses 2 jambes !!( meuuuuhhhh non y’a pas de sous entendu là dedans !! ) bref, bravo pour tes millions de vues, c’est amplement mérité !!!

    J'aime

    1. Bonjour, merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 Des millions…n’exagèrons rien 😉 J’ai déjà du mal à me dépatouiller avec un peu plus de 1000, il faudrait que je me dédouble si c’était le cas ! J’ai le grand honneur de t’annoncer que tu es, si tu le souhaites bien sûr, l’heureuse gagnante de mon livre Zéro Déchet. Si tu renonces, c’est l’auteur deuxième commentaire qui remportera la mise etc. etc. Ravie de savoir que les hommes qui savent tenir un balai sont plus nombreux que je ne le pensais ! Très belle journée à toi

      Aimé par 1 personne

  2. Cette nouvelle façon de vivre qui est la vie zéro déchet est très intéressante. J’essaie de me pencher vers ce sujet et de réduire mes déchets quotidiens au maximum et ce n’est pas évident tous les jours dans une société qui surconsomme. Il est vrai que certaines blogueuse donnent des astuces pour réduire les déchets qui ne sont pas toujours faisable car nous n’habitons pas tous à la campagne pour faire du compost par example ou dans des grandes villes avec des magasins qui proposent des aliments en vrac. Donc en général je lis et j’adapte en fonction de ce qui est réalisable ou pas. Je ne connais pas Béa Johnson et le smoothie pour soigner les bobos c’est vraiment bizarre.

    J'aime

    1. Hello, un grand merci pour ton commentaire 🙂 On est d’accord cette histoire de smoothie est plus que louche ! 😛 Il y a de plus en plus de solutions pour faire son compost même en habitant en ville mais après c’est toujours pareil, quid de la réutilisation ? On pourrait faire des composts de quartier pour les petits producteurs du coin, etc. mais bon les pouvoirs publics ne s’y intéressent pas, c’est dommage. Les magasins de vrac, je trouve que même dans les grandes villes c’est chaud chaud. Il n’y en a pas partout. Après l’essentiel, c’est de commencer en faisant de petits gestes quotidiens, genre refuser un sac plastique à la pharmacie ou au supermarché, demander à la boulangère de mettre son pain dans un sac à pain, réfléchir aux conséquences de ce que l’on consomme…Belle journée à toi !

      Aimé par 1 personne

      1. oui les sacs plastiques ça y est je n’en utilise plus. Ce qui m’énerve en ce moment c’est quoi faire avec les épluchures des légumes (même si la majorité du temps j’épluche pas mes légumes pour les soupes et je mixe tout avec mon blender). Tu n’as pas des idées?

        J'aime

      2. Alors, la réutilisation principale des épluchures, ça reste le compost. Si tu es en appart, ça peut rebuter (mais ça se fait) et je comprends parfaitement (je ne le fais pas moi-même, mon cher et tendre ayant mis son veto définitif ^^). Sinon il y a un tas de recettes où tu peux inclure les épluchures de légumes ! Par exemple, il faut savoir que celles de la courgette sont excellentes en vinaigrette ! Beaucoup de légumes comme le navet, la pomme de terre ou la carotte peuvent être cuits avec leur peau (certains disent que ce n’est pas digeste, m’enfin, moi il ne m’est jamais rien arrivé 😉 ) Je te conseille vivement le blog de Nat: http://www.lapetitecuisinedenat.com/ qui donne de fabuleuses recettes anti-gaspi – y compris avec des épluchures et des trucs FOUS auxquels on ne pense même pas (côtes de chou fleur, troncs de brocolis etc…)

        Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Sandrine, merci beaucoup pour ton commentaire 😉 Il faut à tout prix que je m’inscrive à la bibliothèque de ma ville et que je le trouve ! J’avais trouvé l’ensemble pop, coloré et plaisant. Vraiment hâte de le lire au vu des commentaires élogieux qu’on m’en fait. Belle journée à toi !

      J'aime

  3. Salut!
    Je commence tout doucement à moins jeter, et à moins consommer. Un livre que j’ai beaucoup apprécié sur le sujet est « la famille presque zéro déchet », qui est extrêmement bien fait!
    Moi non plus je n’ai pas compris le rapport blessure et smoothie 😀
    Des bisous!

    J'aime

    1. Bonjour ! merci pour ton commentaire 😀 la Famille presque zéro déchet me donne aussi beaucoup plus envie. J’aime le côté « on y va gaiement tous ensemble », et le fait d’avoir inclus beaucoup de dessins est très malin, ça en fait un livre accessible pour les enfants qui savent lire, sans être trop plombant. Il faut que je continue l’enquête sur la présence du smoothie, ça me perturbe profondément 😛 Belle journée à toi !

      J'aime

  4. J’ai beaucoup ri en lisant ton article. Merci pour ce bon moment et félicitations pour ta visibilité récente, c’est mérité. 😉 Amélie

    J'aime

    1. Bonjour Amélie, un grand merci pour ton commentaire qui me touche beaucoup 🙂 Comme je l’ai dit, cette visibilité soudaine était loin d’être prévue et je dois dire que ça fait tout drôle. Ravie de t’avoir fait rire en tout cas ! Belle journée à toi 😉

      Aimé par 1 personne

  5. Je suis vraiment d’accord avec toi, j’ai eu des moments en lisant ce bouquin ou je me suis dit qu’elle devait avoir fume un petard! Mais en gros, il y a de bonnes idees tout de meme et un concept auquel j’adhere completement 🙂

    J'aime

    1. Hello 😉 Merci pour ton commentaire. Je partage entièrement ton avis, le zéro déchet est une belle cause, pleine de challenges, qui demande imagination et débrouillardise. Je suis néanmoins très partagée sur l’auteure, autant sa célébrité permet de faire connaitre ce mode de vie qui doit monter en puissance, autant le côté un peu « illuminé » de certains conseils me fait me demander si ça ne va pas faire fuir certaines personnes. L’avenir nous le dira 😉 Belle journée à toi !

      J'aime

  6. Alors moi je l’ai lu aussi, j’ai beaucoup aimé mais on est pas obligé d’appliquer chaque conseil à la lettre. Déjà certains ne sont pas adaptés à notre mode de vie. Mais il est vrai que tes exemples sont assez troublants ! Je ne les ai même pas soulignés car ça ne devait pas me parler ! Moi je picore des idées à droite à gauche et je fait ma tembouille 🙂

    J'aime

    1. Bonjour Lauraleen, merci pour ton commentaire 😀 Non, bien sûr, on est des grands garçons et des grandes filles, dans ce livre, on prend un peu ce qu’on veut en fait. J’aime aussi l’idée de tambouille et de trouver sa propre version du zéro déchet, c’est une bonne manière d’innover et de trouver des solutions aux problèmes de tous les jours. Cette école de pensée est inspirante, tournée vers l’avenir et motivante ! Belle journée et excellent week-end à toi 🙂

      J'aime

  7. Le smoothie, c’est pas pour l’aspect « réconfort » ? parce qu’avec les enfants, bien souvent, le coup du pansement, c’est pour faire genre « mais si tu vois on a fait quelque chose pour que ça guérisse mieux »….

    Sinon, pour les listes scolaires, celles de l’école de mes enfants mentionne explicitement qu’il est préférable de ré-utiliser le matériel de l’année précédente qui peut l’être 😉

    J'aime

    1. Hello ! Merci pour ton commentaire, oui je pense que le smoothie est effectivement là pour l’aspect « tiens, regarde ça va déjà mieux ». Mais c’était très mal tourné dans le livre, d’où mon exagération peu contenue, je l’avoue 😀 C’est bien que l’école se mette à encourager la réutilisation mais je crois qu’il y a encore du chemin à faire. Tu me diras, c’est assez motivant, on ne peut que progresser 😉 Belle journée et bon week-end à toi !

      Aimé par 1 personne

  8. J’ai bien rit aussi avec ce deuxième article et je constate que nous avons pas mal de valeurs communes ! Concernant le non, l’exemple le plus insupportable c’est quand la boulangère insiste pour te refourguer un sachet pour le pain. Il y a une dois j’ai dû le répéter 5 fois ! J’ai des mains et bien souvent même un sac en tissu sur moi… alala, difficile de faire perdre leurs réflexes aux gens.

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 Mais oui, certains commerçants sont graves ! L’autre jour à la boucherie à deux pas de chez moi, j’ai failli en venir aux mains avec la bouchère qui insistait pour emballer mon paquet de tranches de jambons dans un sachet plastique. S’en est suivi un interminable pugilat « Mais enfin, j’habite à 200 mètres » « Oui, mais je suis obligée » et PATATI PATATA. Dans un autre registre, une vendeuse m’a complimentée la semaine dernière quand je lui ai tendu mon propre sachet pour emballer mon repas de midi ! J’ai failli en faire une syncope 😀

      J'aime

  9. J’ai cru à un article récent alors qu’il date de 2017. Peu importe j’ai beaucoup aimé 🙂 ! Je suis lancée sur la route du zéro déchet depuis 2 ans et j’ai failli acheter le livre de Béa plusieurs fois. Ce qui m’a retenue ça a été de me dire que des conseils zéro déchet, j’en trouvais plein l’Internet/groupes facebook dédiés etc. Puis le livre illustré de « La famille zéro déchet » m’était fort sympathique, d’autant que j’avais rencontré le couple au premier festival du zéro déchet à Paris. J’ai fini par acheter leur livre à eux. Béa J. était passée à ce festival également et je n’aurais pas soupçonné des idées si bizarres de sa part… Je suis très étonnée des bizarreries loufoques que tu cites. J’ai une copine à fond sur le zéro déchet, qui a lu et relu ce bouquin, elle ne m’a jamais parlé de ces passages (qui l’ont forcément fait bondir aussi). Je vais la brancher sur tes 2 articles ! En tout cas, déçue d’apprendre que Béa J. prône l’achat de jouets genrés, qu’elle remercie son mari pour le ménage ou qu’elle remue la salade avec les mains (:D WTF ?!?). Comme elle est française d’origine vivant aux USA depuis des dizaines d’années, peut-être qu’elle est influencée par la loufoquerie américaine (?). Il me semble qu’avant de se mettre au zéro déchet, elle était femme au foyer. Elle aurait pris des habitudes de bonne ménagère, toujours au chevet de ses mari et enfants O_o ? Quant à la traduction et les fautes, c’est fort triste car je suppose qu’elle l’a écrit en français puisqu’elle est française d’origine. Son niveau de français s’est peut-être dégradé aux USA…

    J'aime

    1. Hello DoubleSix, merci pour ton commentaire 🙂 Je n’ai toujours pas lu « La famille Zéro-Déchet », à mon grand désarroi, car pour l’avoir eu entre les mains et feuilleté, il a l’air d’être vraiment sympa et pédagogue.
      Plus le temps passe, plus je crois de Béa Johnson a du être payée au nombre de pages et qu’elle avait des délais serrés. Du coup, ça fait carrément coquille vide rédigée en vitesse sur un coin de table…Elle rabâche les mêmes trucs au moins 40 fois, certains conseils enfoncent des portes ouvertes…Je ne dis pas que tout est à jeter, mais disons qu’elle aurait pu squizzer une bonne cinquantaine voir une centaine de pages.
      Je crois que tu as raison, elle est à fond dans le délire Housewife Américaine et ça se ressent à la lecture. Cela m’a pas mal dérangée, son bouquin étant un best seller, ça amène de l’eau au puit du « les femmes doivent s’occuper du ZD » qui pose réellement problème au quotidien, elle parle beaucoup des initiatives qu’elle a prises, mais on entend finalement peu parler de ses gamins ou de son mari et de ce qu’ils ont pu entreprendre de leur côté. J’ai trouvé ça dommage…
      Pour ce qui est de la traduction, je suis quand même perplexe. Elle a quand même l’air de s’exprimer plutôt correctement en anglais et le français étant sa langue maternelle…Encore une fois, je me demande si ce n’est pas une histoire de délais et qu’ils ont fait traduire le bouquin vite fait bien fait. Dans tous les cas, ça dessert l’ensemble des valeurs qu’elle veut faire passer et je trouve qu’elle aurait pu apporter plus de soin à son livre.
      Aller, je te souhaite une belle journée 🙂

      Aimé par 1 personne

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s