Quotidien Green

Jardiner en appartement – Même pas peur !

Et dire que j’étais toute contente d’écrire cet article. « Je vais faire de super photos » « ça va être terrible, on va pouvoir suivre l’évolution de mes plantations ». Eh bien devinez quoi…Cet horrible démon qu’est la procrastination s’en est mêlé 😛 « Oh les photos, je les ferai demain sans faute ». Vous savez, ce « demain sans faute » qui se change en « après-demain » puis en « la semaine prochaine » puis en « un jour, peut-être ». Oh non chèr(e) ami(e), ne me fais pas le coup de l’air surpris !! C’est notre lot à tous 😉

Pour tout vous avouer, je me suis même réveillée en sursaut vers 2h00 du matin (c’est dire si j’ai envie de vous fournir des articles de qualité !) et je me suis dit « maintenant Manon, tu arrêtes de déconner à plein tube, tu vas me prendre ces satanées photos au saut du lit ». Oui, oui, promis juré chère moi-même. Je saute dans mes habits et je commence un shooting photo du sac de terreau à 5h45 – le tout sous l’air inexpressif de Ludo, qui regarde maintenant ma folie quotidienne d’un air relativement circonspect 😀

IMG_20170531_173600_784
200ème page atteinte la semaine passée !

Quelques heures plus tard – confortablement assise dans le train – à côté d’un énième monsieur qui m’a demandé si j’écrivais un roman (c’est le point positif de l’écriture dans les transports, ça étonne tellement les gens de me voir gratter comme une folle avec un vrai stylo sur des vraies pages que, miracle, ils lèvent le nez de leur smartphone et…me parlent !), l’horrible évidence m’a soudain frappée tel un coup de massue du destin. « Putain, Merde, les photos !! » me suis-je écriée dans la rame bondée. Inutile de vous préciser que mon sympathique et éphémère copain de train a eu l’air de réviser son jugement et est passé de « mince, si ça se trouve elle va devenir célèbre, il faut que je lui parle » à « bon sang, mais en fait, elle est carrément flippante ». Encore une amitié naissante tuée dans l’œuf. Il FAUT que je sois moins bizarre, hein ?

Alors non, vous n’aurez pas de panorama jour après jour de mon basilic en train de pousser. C’est triste, je sais.

Je ne vais pas non plus vous faire croire que vous pouvez utiliser un motoculteur ou faire pousser des chou-verts au milieu de votre salon, loin de là. Je vais plutôt vous poser une simple question: au lieu d’acheter régulièrement un énorme pot de basilic entouré d’un vilain emballage plastique, pourquoi ne pas essayer de le faire pousser vous-même ? Vous allez voir, c’est simplissime et gratifiant.

Je vais tout d’abord vous avouer quelque chose: ce serait mentir comme une arracheuse de dents que de vous dire que je suis la main verte de la maison…J’ai grandi dans une famille où nous n’avions pas beaucoup de plantes et où on en prenait pas vraiment soin. Il y a bien eu quelques cactus (qu’on a réussi à faire crever alors que ce sont les plantes les plus résistantes du monde), un bonsaï (que je bichonnais tous les jours avec grande conviction mais qui a perdu toutes ses feuilles d’un coup) et un pauvre ficus (dont j’ignore encore comment il a fait pour survivre tout ce temps – j’ai dû l’arroser une dizaine de fois en 20 ans, idem pour tous les autres membres de la famille, ce qui fait…hum…2 arrosages par an – j’en ai bien peur).

Ma moitié a grandi à la campagne, entre un papa à la tête d’un jardin potager pouvant combler sans peine les estomacs d’une famille de 4 personnes et une maman fan d’orchidées, qui arrive à les faire reprendre. Il y a donc du niveau dans le camp d’en face 😉

IMG_20170525_202320_749

J’avais pourtant essayé avec un pachira (vous savez cet arbre super trendy avec le tronc tressé ?) il y a quelques années. Il a tenu quelques temps, survivant tant bien que mal, jusqu’à entamer une longue dégénérescence. Ludo a pris le relais, mais rien n’y a fait, il a littéralement séché sur pied, le pauvre…Je n’y peux rien, c’est comme ça, je fais mourir toutes les plantes que je touche 😛

A l’époque, nous habitions dans un appartement entièrement mansardé, où les plantes n’avaient malheureusement aucune source de lumière directe. Et malgré les soins que nous avons apportés, elles sont mortes les unes après les autres, à l’exception de quelques cactus et d’un pauvre yucca qui commençait à montrer de sérieux signes de faiblesse au moment de notre déménagement. Je suis donc au regret de vous annoncer que si votre appart’ est sous les toits avec 100% Velux, ça va être clairement compliqué de faire pousser quoi que ce soit (rien ne vous empêche de tenter cela dit !)

Et puis nous avons emménagé dans notre nouveau chez-nous, un duplex avec chambres sous les toits MAIS avec 2 fenêtres donnant sur l’extérieur dans le salon et dans la cuisine. Résultat : toutes nos plantes se sont miraculeusement remises. Le Yucca n’a jamais été aussi fringant, les cactus font de nouvelles pousses, un poinsettia que nous avions condamné à mort est vigoureux comme jamais et…on a pu commencer à mettre en pot nos plantations éphémères de l’été.

Enfin « on ». Comme je ne suis pas du genre à m’attribuer des mérites qui reviennent aux autres, il faut que je rétablisse la vérité vraie. C’est en fait notre ami Ludo qui a remonté ses petites manches 🙂

Il a réussi à extirper trois magnifiques cache-pots du joyeux bazar qui règne chez nous et a planté 3 herbes aromatiques différentes : de l’aneth, du basilic et de la coriandre.

IMG_20170607_181558_531
Pousses après deux semaines

Ça doit faire une petite quinzaine de jours que nos plantations grandissent tranquillement. Elles devraient être utilisables d’ici une semaine ou deux et ce qui est super cool, c’est que nous pourrons en profiter tout au long de l’été.

Alors c’est parti mon kiki pour ta to-do list de FO-LIE – ou le kit de survie pour planter des herbes aromatiques en appartement. Il vous faut :

  • Des pots…Il est évident que vous n’allez pas déverser un camion de terre dans votre appartement pour l’occasion. N’en achetez pas des neufs, ça ne sert à rien, je suis sure que ça se trouve pour une misère sur Le Bon Coin – au pire, mettez votre famille à contribution (vous trouverez bien quelqu’un qui a des pots qui traînent – je vous fais confiance 😉 )
  • Des graines – à vous de choisir les herbes de votre choix, je ne sais pas si toutes les herbes sans exception s’y prêtent, mais soyons fous, faisons des tests !
  • Du terreau universel ou du compost – si vous êtes quelqu’un qui le vaut bien !
  • Et…c’est tout !

Je viens d’interviewer le jardinier de l’année en direct live ce matin au saut du lit et il m’a confié cette information incroyable – messieurs dames – retenez votre souffle : il les arrose 2 à 3 fois par semaine selon le temps (votre journée ne sera plus jamais la même après une exclu de cet ordre). Forcément, vos plantations demanderont plus d’eau s’il fait une chaleur à faire fuir un dromadaire (s’échapper hein, pas « perdre les eaux », je sais que je suis chelou, mais il y a des limites 😉 ). C’est aussi une question de bon sens, on finit par savoir instinctivement quand les plantes vont peut-être manquer d’eau.

Planter vos herbes aromatiques vous prendra…allez quoi…30 minutes à tout péter ? Nos graines ont été plantées dans un banal terreau universel et ça fonctionne ! J’avoue que je ne sais plus très bien d’où vient le sac que nous avons et qui fait la taille d’un poney…je crois me rappeler qu’il a fait partie d’une de mes tentatives désespérées pour sauver mon pauvre pachira. Autant vous dire que c’est économique, avec le reste du sac, nous devrions pouvoir planter des herbes en pot pour les 20 prochaines années – au moins. Le top serait d’utiliser du compost, mais vu qu’on m’a opposé une fin de non-recevoir – ça va puer, et qu’est-ce qu’on va en faire NIA NIA NIA NIA NIA.

Ce qui est cool, c’est que jusqu’à preuve du contraire, vos herbes aromatiques seront 100% bio (à vrai dire on ne peut pas faire plus local que ça !) et je ne vous dis pas la fierté quand les petites pousses sortent de terre – ce qui arrive à peine quelques jours après avoir planté les graines. On se dit « c’est vraiment moi qui ai fait ça ? » Non, c’est la nature. Et elle est vachement bien faite quand même !

20170529_060001
Notre basilic après quelques jours

Avant notre déménagement, on s’était dit qu’on voulait au moins un balcon pour s’aérer et faire pousser des trucs. Malheureusement, partir de notre ancien cocon s’est révélé être une question de vie ou de mort (on vivait dans un quartier…mmm…spécial…du genre de celui où les gens se menacent en pleine rue avec des couteaux et où le voisin du dessous veut te casser la gueule parce que tu lui as demandé de baisser la musique un dimanche à 2h du matin) et on a été un peu contraints de « s’enfermer » à nouveau dans l’urgence, nous qui rêvions tant d’un extérieur.

Ce n’est pas une sinécure, la preuve en est, mais en ce moment, je rêve de nature, de jardin, d’une maison sans voisins casse-pieds qui me réveillent à 5h moins le quart tous les matins (ceci est un message subliminal pour mon nouveau voisin, qui a l’air de faire un véritable rangement de printemps tous les jours dans sa chambre). Mais je ne m’agace pas pour autant: au fond de moi, je sais qu’un jour viendra où je planterai une graine de carotte dans MON jardin, où je l’arroserai et où elle poussera 😀 J’ai foi en ma capacité d’apprentissage, je briserai la malédiction familiale de l’absence de main-verte.

Chers amis, c’est sur ces bons mots que je vous quitte pour un week-end tout doux (je vous en souhaite un tout pareil !), qui sera, je l’espère, un mix parfait entre repos et détente ! Je vous embrasse, je vous estime (sors de ce corps Jean-Luc !! 😛 )

2 réflexions au sujet de “Jardiner en appartement – Même pas peur !”

  1. J’adorerai faire ça mais je vais sur Brest en appartement l’année prochaine et j’ai bien peur que ça ne soit pas possible au vu du temps haha, je ne sais pas si ces pauvres plantes survivraient à tant d’humidité :p

    J'aime

    1. Bonjour, merci pour ton commentaire 🙂 Oh je ne serais pas si pessimiste ! L’essentiel, c’est que la plante soit devant une source de lumière directe. Je suis sure que si tu testes, tu seras surprise du résultat ! Belle journée à toi !

      Aimé par 1 personne

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s